Gouvernement Iatseniouk II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Iatseniouk.
Gouvernement Iatseniouk II
(uk) Другий уряд Арсенія Яценюка

Ukraine

Description de l'image defaut.svg.
Président Petro Porochenko
Premier ministre Arseni Iatseniouk
Formation
Fin
Durée 1 an, 4 mois et 12 jours
Composition initiale
Coalition politique Solidarité-NF
Ministres 19
Femmes 3
Hommes 16
Représentation
Rada
226 / 339
Drapeau de l'Ukraine

Le gouvernement Iatseniouk II (en ukrainien : Другий уряд Арсенія Яценюка) est le gouvernement ukrainien du au .

Coalition et historique[modifier | modifier le code]

Dirigé par le Premier ministre libéral-conservateur Arseni Iatseniouk, ce gouvernement est constitué et soutenu par une coalition gouvernementale entre le Bloc Petro Porochenko « Solidarité » , le Front populaire (NF), Samopomitch, le Parti radical d'Oleh Liachko (RP) et l'Union panukrainienne « Patrie » (VOB). Ensemble, ils disposent de 288 députés sur 416, soit environ 69 % des sièges du Conseil suprême. Il bénéficie en outre de l'appui sans participation d'autres formations qui totalisent une soixantaine de sièges.

Trois ministres sont étrangers au moment de leur désignation: la ministre des Finances, Natalie Jaresko est américaine d'origine ukrainienne, le ministre de l'Économie, Aivaras Abromavičius est lituanien, et le ministre de la Santé, Aleksander Kvitachvili est géorgien, et ils seront naturalisés en urgence par la suite[1].

Durant sa mandature, le gouvernement est pointé du doigt par ses alliés étrangers pour son absence de volonté et son incapacité à lutter contre la corruption[2].

Le , Aivaras Abromavičius présente sa démission[3].

Le , le président Petro Porochenko demande à Iatseniouk de démissionner[4].

Au soir du même jour, la mention de censure est rejetée[5], obtenant 194 voix sur les 226 requis[6] et l'Union panukrainienne « Patrie » se retire à son tour de la coalition au pouvoir[7]. Le , la coalition gouvernementale se rompt après le retrait de Samopomitch. Le Premier ministre Iatseniouk a un mois pour trouver une nouvelle coalition pour éviter une dissolution et de nouvelles élections[8].

En mars 2016, un projet de coalition entre le Front populaire, Solidarité et Patrie est annoncé[9].

Le , Iatseniouk annonce lors d’une déclaration télévisée enregistrée sa démission, alors qu'il est en difficulté depuis plusieurs semaines avec la coalition gouvernementale qui le soutenait[10]. Le , la séance parlementaire censée approuver sa démission et former le nouveau gouvernement est ajournée au [11]. Ce jour-là, la candidature de Volodymyr Hroïsman est approuvée par la Rada[12]. Celui-ci devient Premier ministre dès le ledemain[13].

Composition[modifier | modifier le code]

Fonction Titulaire Parti
Premier ministre Arseni Iatseniouk NF
Vice-Premier ministre, chargé du Logement
Ministre du Développement régional, des Travaux publics et des Affaires communales
Iouri Zoubko BPP
Vice-Premier ministre, chargé de la Politique humanitaire
Ministre de la Culture
Vyacheslav Kyrylenko NF
Vice-Premier ministre, chargé des Infrastructures Valeri Vorschevsky (jusqu'au 17/09/2015)[14],[15] RP
Ministre de l'Intérieur Arsen Avakov NF
Ministre des Affaires étrangères Pavlo Klimkine Sans
Ministre des Finances Natalie Jaresko BPP
Ministre de la Défense Stepan Poltorak Sans
Ministre de la Politique sociale Pavlo Rozenko BPP
Ministre de la Justice Pavlo Petrenko NF
Ministre de la Santé Aleksander Kvitashvili BPP
Ministre de l'Éducation et de la Science Serhi Kvit BPP
Ministre de l'Économie et du Commerce Aivaras Abromavičius BPP
Ministre du Pétrole et de l'Énergie Volodymyr Demchyshyn BPP
Ministre des Infrastructures Andri Pyvovarski BPP
Ministre de la Politique de l'information Yuriy Stets BPP
Ministre de la Politique agricole et de l'Alimentation Oleksiy Pavlenko Samopomitch
Ministre de l'Écologie et des Ressources naturelles Ihor Chevtchenko
(destitué le 02/07/2015 par la Rada)
VOB
Serhi Kourykine (provisoire, du 12/08/2015 au 05/02/2016) Sans
Anna Vronsky (provisoire)
Ministre de la Jeunesse et des Sports Ihor Zhdanov VOB
Ministre, secrétaire général du gouvernement Hanna Onyschenko NF

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benoît Vitkine, « Trois ministres étrangers dans le nouveau gouvernement en Ukraine », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2016).
  2. (en) Making Joe Biden mad as hell, economist.com, 12 décembre 2015.
  3. « Ukraine: découragé, le ministre de l'Economie démissionne - Europe - RFI », sur rfi.fr (consulté le 3 février 2016).
  4. Lefigaro.fr avec AFP, « Ukraine: Porochenko demande la démission de son premier ministre », sur Le Figaro (consulté le 17 février 2016).
  5. (en) « Ukraine crisis: PM Yatsenyuk survives no-confidence vote - BBC News », sur BBC News (consulté le 16 février 2016).
  6. Le Point, magazine, « Ukraine: le Premier ministre Arseni Iatseniouk échappe à une motion de censure », sur Le Point (consulté le 16 février 2016).
  7. « Ukraine : le premier ministre Iatseniouk échappe à une motion de censure », sur Le Monde, (consulté le 17 février 2016).
  8. « La coalition au pouvoir en Ukraine perd sa majorité », sur Le Monde.fr (consulté le 18 février 2016).
  9. « Une nouvelle coalition en voie d'être formée en Ukraine », sur reuters.com, (consulté le 30 mars 2016).
  10. « Impopulaire et critiqué, le premier ministre de l’Ukraine démissionne », sur Le Monde.fr (consulté le 10 avril 2016).
  11. « L'Ukraine échoue à se doter d'un nouveau gouvernement », sur TV5MONDE (consulté le 12 avril 2016).
  12. « Ukraine : Volodymyr Groïssman probable nouveau Premier ministre », sur euronewsfr (consulté le 13 avril 2016).
  13. « Ukraine : le président du Parlement, Volodymyr Groïsman, nommé premier ministre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. (en) « Ukraine Radical Party Quits Ruling Coalition After Deadly Clash - Bloomberg Business », sur Bloomberg.com, (consulté le 28 décembre 2015).
  15. (en) « Ukrainian parliament accepts Deputy PM Voschevsky's resignation », sur Interfax-Ukraine, (consulté le 28 décembre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]