Edmond Debeaumarché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque en la mémoire d'Edmond Debeaumarché à Dijon

Edmond Debeaumarché, né le à Dijon (Côte-d'Or) et mort le à Suresnes (Hauts-de-Seine), est un Héros de la Résistance, déporté résistant[1] français et compagnon de la Libération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Se destinant à l'aviation, sa vocation de pilote est brisée par une vue trop faible. Il entre alors par concours aux Postes, télégraphes et téléphones (PTT). Mobilisé en septembre 1939 en qualité de sergent radio dans l'Armée de l'Air, il est démobilisé en juin 1940 et, refusant la défaite, entreprend ses premières actions de résistance.

Pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Résistance[modifier | modifier le code]

Au Ministère des PTT, Ernest Pruvost, assisté de Simone Michel-Lévy et de Maurice Horvais, tous trois rédacteurs, créent un groupe de Résistance de niveau national baptisé ACTION PTT, auquel il se joindra un peu plus tard.
En 1942, il crée l’État-Major PTT (EM-PTT), aussi appelé « Résistance PTT » ou « Service transmissions », en zone Nord. Les milieux résistants socialistes se regroupent ensuite, Action PTT et État-major PTT se rassemblent en 1943 dans Résistance PTT.
L’EM-PTT prend en main les liaisons postales de "Castille" et de la "Confrérie Notre-Dame" (CND), le réseau de renseignement créé par le Colonel Rémy, et s’associe, avec un objectif plus militaire, avec l’Organisation civile et militaire (OCM)[2]. En juillet 1943, le service des Ambulants qu'il a créé pour l’acheminement du courrier clandestin touche la Normandie.

« Les courriers et le matériel arrivant de Londres par voie maritime étaient transportés depuis Pont-Aven jusqu’au plus proche ambulant qui les enfermait dans un sac postal plombé. À Paris, ce sac était chargé dans une camionnette des PTT qui en faisait la livraison à l’adresse indiquée. Le même procédé était employé pour nos courriers à destination de l’Angleterre, et la chose devenait plus simple encore s’il s’agissait d’une opération aérienne : une camionnette des PTT, qui était autorisée à circuler partout, à toute heure de jour ou de nuit, se rendait à proximité du terrain, emportant le courrier et les passagers «départ» et ramenait le courrier et les passagers « arrivée ». »

— Colonel Rémy

Edmond Debeaumarché dit « DURY » alias « l'Ami », et ses ambulants, les L.S.G.D. (Lignes Souterraines à Grande Distance), assurent le transport de l’ensemble du courrier des organisations de Résistance[3].

Jour J[modifier | modifier le code]

Après une première arrestation par la Gestapo le 2 janvier 1944, il réussit à se procurer les trois codes secrets de surcodification utilisés par la Milice française de Darnand et les utilise pour déchiffrer les copies de tous les télégrammes chiffrés qui transitent par le central télégraphique de Paris et les fait passer aux services secrets britanniques (SOE). Le Jour J, il assure toutes les destructions et sabotages des voies de communications téléphoniques prévues par le plan "Violet", son plan de sabotage des télécommunications de l'ennemi adopté par les Anglais pour accompagner le débarquement allié en Normandie[4].

Déportation[modifier | modifier le code]

Amoncellements de cadavres dans la cour du camp de Dora-Nordhausen lors de sa libération par les Alliés le 12 avril 1945.

De nouveau arrêté le 3 août 1944, il est emmené au 11 rue des Saussaies, siège de la Sipo (police de sûreté) - SD (Service de sécurité), qui comprenait dans ses services, la section IV connue sous le nom de Gestapo, où il est interrogé par le capitaine Wagner lui-même qui brisera deux nerfs de bœuf au cours de cet "entretien". Pendant plusieurs jours, l'héroïque postier connaîtra toutes les tortures de la Gestapo : baignoire, pendaison par les pieds, volées de lanières en cuir sur les chairs à vif, matraquages, etc. Il n'indiquera jamais les lieux de rassemblement et de tri des courriers, pas plus qu'il ne citera le moindre nom[5]. Le 15 août 1944, jour du débarquement allié en Provence (nom de code Anvil Dragoon[6]) est aussi le jour ou les Allemands forment le dernier convoi[7] massif de déportation de la région parisienne[8],[9]. Le 10 août les cheminots parisiens entamaient une grève qui retardera le convoi prévu pour le 12[10],[11]. Dans la nuit du 12 au 13, c'est la Résistance qui détruit les installations de la gare de l’Est. Il est alors déporté le 15 août 1944 sur Buchenwald[12] matricule "77119"[13], puis transféré à Dora[14] le 2 septembre 1944[15],[16]. Interné à Nordhausen il est condamné à mort par pendaison le 11 novembre 1944 mais la sentence n'est pas exécutée. Transféré de nouveau à Dora le 17 mars 1945 il est libéré le par la 11e division blindée britannique. Il devance ses camarades pour organiser, assisté de trois d’entre eux, leur défilé sur les Champs-Élysées le 1er mai 1945 où ils sont accueillis par le général Koenig, alors gouverneur militaire de Paris[17].

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le lieutenant-colonel de réserve (Transmissions) Edmond Debeaumarché est membre de l'Assemblée consultative en 1945[18], délégué au titre des prisonniers et déportés

Président de l'Union nationale des associations de déportés, internés et familles de disparus il consacre son action en faveur des déportés, des veuves et des orphelins.

Il occupe la fonction de directeur de cabinet ou de chef de cabinet du ministre des P.T.T.Jean Letourneau du 26 janvier 1946 au 16 décembre 1946 et à nouveau directeur de cabinet ou de chef de cabinet du ministre des P.T.T.Eugène Thomas jusqu'au 7 février 1950[19].

Il fait exclure du Parti socialiste le citoyen Paul Rassinier, à la date du 19 avril 1951, la SFIO considérant que la préface écrite par M. Albert Paraz pour Le Mensonge d'Ulysse, paru en octobre 1950, contient des appréciations inadmissibles à l'égard d'un certain nombre de résistants dont le public connait les attaches avec le Parti socialiste.

« Que si cet écrivain a cru pouvoir tourner en ridicule les résistants en général, se gausser de leurs sacrifices et de leurs souffrances, leur attribuer les ambitions les plus fantaisistes, cela ne regarde que lui, et la Commission nationale des Conflits n'a pas à le juger, Mais considérant que si Rassinier se défend de partager le point de vue de M. Paraz ou son opinion sur la Résistance, il n'en a pas moins accepté de faire précéder son ouvrage d'une préface qui constitue une atteinte intolérable à l'honneur des résistants, ce qu'aucun socialiste sincère ne saurait admettre ou excuser, Considérant qu'une telle préface n'est en fait qu'un moyen de publicité utilisé pour attirer l'attention du public sur l'ouvrage de Paul Rassinier et en faciliter la vente. »[20]

  • 21 janvier 1954 Inspecteur principal des PTT à la direction départementale de Dijon (poste et bâtiments), pour une période de cinq ans, détaché, à compter du 1er janvier 1954, auprès du ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, pour exercer les fonctions d’inspecteur général[21].
  • 2 juin 1954 Inspecteur principal à Paris ligne de l’Ouest (changement de branche), et maintenu en cette qualité dans sa position actuelle de détachement auprès du ministère des Anciens Combattants[21]
  • 8 février 1956 Directeur départemental, titularisé dans le grade correspondant et maintenu en sa nouvelle qualité, dans sa position actuelle de détachement[21] [cf. B.A. 1956 (cabinet du Ministre)]
  • 21 février 1956, réintégré dans les cadres de l’administration des PTT en qualité de directeur départemental des PTT et à compter de la même date, détaché jusqu’au 31 décembre 1958, auprès du ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, pour exercer les fonctions d’inspecteur général de cadre temporaire[21]
  • 15 octobre 1957 intégré dans le corps de l’inspection générale du ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en qualité d’inspecteur général
  • 9 janvier 1959 Inspecteur général au ministère des Anciens combattants[21]

Pour les ministres des Anciens Combattants et Victimes de Guerre successifs suivant :

  1. 21 février 1956 - 19 juin 1954 : André Mutter
  2. 19 juin 1954 - 3 septembre 1954 : Emmanuel Temple
  3. 3 septembre 1954 - 23 février 1955 : Jean Masson
  4. 23 février 1955 - 6 octobre 1955 : Raymond Triboulet
  5. 20 octobre 1955 - 1er février 1956 : Vincent Badie
  6. 1er février 1956 - 13 juin 1957 : François Tanguy-Prigent
  7. 13 juin 1957 - 6 novembre 1957 : André Dulin
  8. 6 novembre 1957 - 14 mai 1958 : Antoine Quinson
  9. 14 mai 1958 - 1er juin 1958 : Vincent Badie
  10. 3 juin 1958 - 9 juin 1958 : Michel Debré
  11. 9 juin 1958 - 8 janvier 1959 : Edmond Michelet
  12. 8 janvier 1959 - 28 mars 1959 : Raymond Triboulet

Décorations et médailles[22][modifier | modifier le code]

Décorations et médailles françaises[modifier | modifier le code]

Medaille-legion-chevalier.jpg* Chevalier le 29 mai 1945[23] Offizierskreuz.jpg* Officier le 31 mai 1947[24] Croix de commandeur de la légion d'honneur commandeur.jpg* commandeur le 25 avril 1951[25]

Décorations et médailles étrangères[modifier | modifier le code]

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tenue de déporté d`Edmond Debeaumarché numéro matricule 77119
  2. Son organisation
  3. Exposition normandie
  4. http://www.dday-overlord.com/plan_violet.htm
  5. [1]
  6. À l'origine appelée Anvil (enclume en anglais), le nom a été changé en Dragoon par Winston Churchill car il était contre ce débarquement il déclara y avoir été contraint, dragooned.
  7. « Les Cahiers de la Résistance Seine-et-Marnaise » (no 1, « Le Dernier Convoi »
  8. Sur 2200 déportés, 903 sont déclarés décédés en déportation, 143 sont disparus en déportation, pour 302 leur situation est inconnue
  9. « Les antres de la bête – Fresnes-Buchenwald-Dachau », Paris, 1947 de l’Abbé G. Henocque
  10. « Visages dans la tourmente – 1939-1945″ Paris 1946 de H. Mazeaud
  11. « Propos d’un bagnard à ses enfants » de R. Pouzet Paris 1946.
  12. « Survie – Buchenwald-Dora-Ellrich-Oranienburg » E. Lafond-Masurel 1945
  13. Le 17 août 1944, à Dormans la Résistance essaie, sans y parvenir, de stopper le convoi. À Buchenwald, ce convoi est connu pour être celui des » 77 000 « , bien que les matricules commencent dans la série des « 76800 » et finissent à « 78500 ».
  14. (en) Andre Sellier, A History of the Dora Camp: The Untold Story of the Nazi Slave Labor Camp That Secretly Manufactured V-2 Rockets, Ivan R. Dee, , 113–14, 165 p. (ISBN 978-1-4617-3949-4, lire en ligne)
  15. http://www.bddm.org/liv/details.php?id=I.264.
  16. « Evasion 44″ Paris 1949 de Y. Pagniez
  17. biographie sur le site de l'Ordre de la Libération parlant d'Edmond Debeaumarché
  18. La biographie d'Edmond Debeaumarché sur le site de l'Ordre de la Libération
  19. LA RÉSISTANCE 1940-1945
  20. Nadine Fresco Fabrication d'un antisémite : Paul Rassinier, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 1999 (ISBN 2-02-021532-2) - Page 536 et 537.
  21. a, b, c, d et e Comité pour l'Histoire de La Poste
  22. http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/255.html
  23. (Journal officiel de la République française du 21/6/45)
  24. (Journal officiel de la République française du 5/6/47)
  25. (Journal officiel de la République française du 1/5/51)
  26. http://www.journallamarne.fr/2014/08/24/deux-survivants-de-la-deportation-temoignent/
  27. http://www.journallamarne.fr/2014/08/16/il-y-a-70-ans-le-dernier-convoi-de-deportes/
  28. les 23 Timbres des 27 Héros de la Résistance
  29. http://duchene.gerald.free.fr/special/special02.html