Dominique Le Brun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Le Brun
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Dominique Le Brun, né le à Saint-Pol-de-Léon (Finistère), est un écrivain et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1981, il épouse Janick Delisle. De cette union, naîtra quatre ans plus tard, une fille prénommée Morgane. Il est nommé écrivain de Marine avec la remise d'insigne de promotion le , à l’état-major de la Marine à Paris[1],[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

Les études secondaires effectuées au collège du Kreisker de Saint-Pol-de-Léon entre 1965 et 1971[3] ont conditionné la vie professionnelle de Dominique Le Brun. Le caractère rigoureux de cette institution catholique lui a en effet donné une irrésistible envie de liberté, comme il le raconte dans un roman autobiographique Quai de la Douane paru durant l'année 2013. Après une maîtrise en droit acquise à l’université de Bretagne Occidentale et une orientation vers le métier d’avocat à Brest, en 1975, il décide de voyager pour son plaisir avant de donner à sa vie une orientation professionnelle définitive.

Pratiquant la voile depuis son enfance, Dominique Le Brun est devenu skipper et convoyeur de yachts et de bateaux de plaisance. Il crée sa propre structure professionnelle en accompagnant des propriétaires et locataires de bateaux sur toutes les côtes d’Europe, tel que la Norvège, la mer Baltique, l'Écosse, l'Irlande, la Grande-Bretagne, l'Espagne, le Portugal, l'Italie, la Sardaigne, la Grèce et la Turquie. Par ailleurs, il livre des voiliers depuis la France vers les bases de loueurs de bateaux des Baléares, de la Grèce et de la Turquie. Dans les premiers jours d’, convoyant un voilier de huit mètres de type Poker Jeanneau[a] entre Majorque et Port-Vendres, il affronte la tempête qui provoquera plusieurs naufrages dans le golfe du Lion et la rade de Marseille[4]. Avec un seul équipier sur un bateau sans moteur, il évite de peu le naufrage, ce qui l’amène à proposer son témoignage au magazine Neptune Nautisme, qui le publie dans son no 167 du mois de [5]. Ce magazine lui propose alors de devenir reporter en apprenant le métier en tant qu'autodidacte.

Le statut de journaliste ainsi acquis l’amène à effectuer son service national dans le journal hebdomadaire Cols Bleus de la Marine nationale. De retour à la vie civile en 1979, Dominique Le Brun partage ses activités entre des reportages réalisés comme journaliste indépendant pour la presse magazine et l’édition de livres consacrés au nautisme et aux voyages. Son intérêt pour les navigations lointaines et les connaissances ainsi accumulées lui inspirent le guide 1 000 idées pour partir en bateau paru aux éditions Géo en 2015. Depuis l'année 2000, il se spécialise dans les anthologies et les essais consacrés à l’histoire maritime, principalement aux éditions Omnibus. Ainsi La malédiction Lapérouse représente un ouvrage réunissant les ordres du roi du Louis XVI, les journaux des navigateurs et ceux des expéditions lancées à sa recherche, accompagnés par un important appareil éditorial. Tandis que sa passion pour les régions polaires et son inquiétude devant les changements climatiques qui s’y manifestent, lui ont inspiré deux essais Antarctide, le continent qui rendait fou en 2017[6] et Arctique, l’histoire secrète en 2018[7]. Ce dernier livre sur le pôle Nord a été mis en exergue dans l'émission radiophonique Au cœur de l'histoire de Franck Ferrand sur Europe 1[8].

À partir de l'année 2006 et jusqu'au mois de , lorsqu’il fait valoir ses droits à la retraite, il œuvre dans les organismes chargés du statut social des auteurs : secrétaire général et vice-président de la Société des Gens de Lettres[9], administrateur de l’Association pour la gestion de la sécurité sociale des auteurs (AGESSA)[10], administrateur de l’IRCEC et du Régime des artistes auteurs professionnels (RAAP), administrateur de la Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (Sofia)[11].

Publications[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive, classée par année d'édition)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le 27 janvier 2021 il est nommé au grade de chevalier dans l'ordre du Mérite maritime [13] par décret du Ministère de la mer (contingent C).

Le 22 juin 2021 le Prix Éric Tabarly du meilleur livre de mer - 2021 lui a été décerné pour son livre "Les pôles, une aventure française", publié par Tallandier[14]. C'est le prix littéraire annuel de l'Association des Anciens de l' École Navale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « De nouveaux écrivains de marine montent à bord », sur colsbleus.fr (consulté le ).
  2. Les Écrivains de Marine, publié le 22 février 2018 par Sirpa Marine, sur le site la Marine nationale (consulté le 1er mai 2018).
  3. « Ensemble Kreisker Générations », sur le site de la mairie de Saint-Pol-de-Léon (consulté le ).
  4. Olivier Le Carrer, Un Siécle de Voile, « 10 avril: Bateau disparu avec tout son équipage » [lire en ligne].
  5. Couverture de la publication : Neptune Nautisme, no 167 du 1er juin 1977, publié sur le site journaux-collection.com (consulté le 1er mai 2018)
  6. Interview sur « LʹAntarctide, le continent qui rendait fou », publié 27 juin 2017 par Geneviève Bridel et Frédéric Lugon, sur le site RTS Deux (consulté le 3 mai 2018)
  7. « L’histoire secrète. De Pythéas à Poutine », publié sur le site Étonnants Voyageurs (consulté le 3 mai 2018)
  8. Europe 1, « lintegrale-la-conquete-du-pole-nord-110518-3649583 », (consulté le ).
  9. « Biographie de Dominique Le Brun », sur le site de la Société des Gens de Lettres (consulté le ).
  10. « Entretien avec Dominique Le Brun, auteur, secrétaire général de la Société des gens de lettres et administrateur de l’AGESSA », in Livre & Lire - Le mensuel du livre en Rhône-Alpes, no 242de [lire en ligne], consulté le 7 mai 2018.
  11. « Formation auteurs, traducteurs à Rennes les 14 et 15 septembre 2011 », sur le site de Livre et lecture en Bretagne, (consulté le ).
  12. Klaod Ropars : (consulté le 2 mai 2018)
  13. « 2021-1 cont C », (consulté le )
  14. Dominique Le Brun, « Prix Éric Tabarly » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]