Dominique Bailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bailly.
Dominique Bailly
Image illustrative de l'article Dominique Bailly
Fonctions
Sénateur du Nord
En fonction depuis le
(5 ans, 11 mois et 23 jours)
Élection 25 septembre 2011
Groupe politique SOC
Maire d'Orchies
En fonction depuis le
(11 ans, 10 mois et 25 jours)
Réélection 09 mars 2008
23 mars 2014
Prédécesseur Jean Deregnaucourt
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais

(13 ans, 7 mois et 10 jours)
Élection 15 mars 1998
Réélection 28 mars 2004
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Lens (Pas-de-Calais)
Nationalité Drapeau de France Français
Parti politique PS
Profession Fonctionnaire des impôts

Dominique Bailly
Maires d'Orchies

Dominique Bailly, né le à Lens dans le Pas-de-Calais, est un homme politique français. Membre du Parti socialiste, il est sénateur du Nord, questeur du Sénat et maire d'Orchies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dominique Bailly est fonctionnaire du ministère des Finances. Après un engagement syndical, il rejoint le Parti socialiste en 1986, dont il fonde une section à Avelin.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est choisi pour représenter le Parti socialiste aux élections législatives de 1993 dans la sixième circonscription du Nord, où il échoue à être élu face à Thierry Lazaro (RPR). A nouveau candidat aux élections législatives de 1997, il est éliminé au deuxième tour [1].

Il obtient son premier mandat en 1998 en entrant au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Réélu en 2004, il prend la tête du groupe socialiste.

En 2001, il devient adjoint au maire d'Orchies et président de la communauté de communes d'Orchies-Beuvry-la-Forêt.

Lors des élections législatives de 2002, il atteint le second tour, mais y est éliminé, toujours face à Thierry Lazaro (UMP) [2].

Il devient maire d'Orchies en novembre 2005 et demeure président de la communauté de communes d'Orchies-Beuvry-la-Forêt, rebaptisée « Cœur de Pévèle ».

Candidat aux élections législatives de 2007, il perd au second tour pour la quatrième fois face à Thierry Lazaro [3].

En 2008, il est réélu maire d'Orchies (la liste qu'il conduit obtient 58,66 % des suffrages exprimés).

Il conserve la présidence du groupe socialiste, citoyen et radical au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais à la suite des élections de 2010.

Le 25 septembre 2011, il est élu sénateur du Nord. Il fait ainsi son entrée au Sénat au moment où celui-ci bascule à gauche pour la première fois sous la Ve République.

Son mandat de président de la communauté de communes « Cœur de Pévèle » prend fin avec la création de la communauté de communes Pévèle-Carembault le . Il conserve néanmoins un mandat de conseiller communautaire et siège au bureau de cette assemblée[4].

En mars 2014, Dominique Bailly est réélu maire d'Orchies après que sa liste (à laquelle il rallie son opposant de l'UMP, Christophe Braem[5][6]) a obtenu, dès le premier tour, 52,80 % des suffrages exprimés à l'élection municipale[7].

Il est élu questeur du Sénat à la suite des élections sénatoriales du 28 septembre 2014[8].

Candidat en 3ème position sur la liste conduite par Pierre de Saintignon (PS) aux élections régionales de 2015[9], il n'obtient pas de siège, la liste s'étant retirée à l'issue du premier tour pour faire barrage au Front National[10].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Dominique Bailly est membre de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication[11] qui recouvre principalement l'éducation, la recherche, la culture, la communication, la francophonie, le sport, la jeunesse et la vie associative. A ce titre, il s'est investi sur les questions sportives, et a notamment été auteur et rapporteur de la loi visant à préserver l'éthique du sport, à renforcer la régulation et la transparence du sport professionnel et à améliorer la compétitivité des clubs promulguée le 2 mars 2017[12].

Dominique Bailly, qui emploie sa fille (Anne-Charlotte Brandt) comme assistante parlementaire[13], s'oppose à l'interdiction des emplois familiaux pour les parlementaires[14]. Il a voté en août 2017[15] la loi rétablissant la confiance dans l'action publique visant à "moraliser la vie publique" afin de "renforcer le lien qui existe entre les citoyens et leurs représentants"[16], et qui interdit notamment les emplois familiaux.

Dominique Bailly est opposé au projet de doublement de ligne à très haute tension entre Avelin et Gravelle. Il milite depuis plusieurs années aux côtés des acteurs locaux (élus et associations) en faveur d'un projet alternatif plus respectueux de la santé des habitants et de l’environnement[17][18],[19].

Au mois de juillet 2012, à Orchies, point de départ de la troisième étape du Tour de France, il fait violemment obstacle au contrôle de l'inspection du travail et de l'Urssaf coordonné par le Procureur de la République. Suite à cet événement, le ministre du travail de l'époque, Michel Sapin, avait critiqué son attitude[20].

Dominique Bailly défend le projet de canal Seine-Nord Europe qui vise à relier par un nouveau canal à grand gabarit la Seine au réseau fluvial de l'Europe du Nord, favorisant le transport de marchandises entre le Benelux et la région parisienne[21]. Il a notamment posé une question au Premier ministre en juillet 2017[22].

Il soutient Manuel Valls à la primaire socialiste de 2017[23], puis Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle[24].

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats
  • Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais (15 mars 1998 - 25 octobre 2011)
  • Président du groupe socialiste, citoyen et radical au conseil régional Nord-Pas-de-Calais (2004 - 25 octobre 2011)
  • Adjoint au maire d'Orchies (2001 - 2005)
  • Maire d'Orchies (30 octobre 2005 - )
  • Président de la communauté de communes du Cœur de Pévèle (2001-2013)
  • Conseiller communautaire de la Communauté de communes Pévèle Carembault, membre du bureau (2014 - )
  • Sénateur du Nord (25 septembre 2011 - )
  • Questeur du Sénat (octobre 2014 - )
Fonctions

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Résultats par circonscription des élections législatives de 1997 », Assemblée nationale,‎ (lire en ligne)
  2. « Résultats des élections législatives de 2002 », Ministère de l'intérieur,‎ (lire en ligne)
  3. « Résultats des élections législatives de 2007 », Ministère de l'intérieur,‎ (lire en ligne)
  4. « Déclaration de modification substantielle des intérêts et des activités au titre d'un mandat parlementaire », sur Haute autorité pour la transparence de la vie publique,
  5. « À Orchies, Christophe Braem (UMP), principal opposant à Dominique Bailly (PS), rejoint la liste du maire sortant », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  6. Julien Debove, « La stratégie électoraliste du sénateur maire d'Orchies, Dominique Bailly (PS) », Le Club de Mediapart,‎ (lire en ligne)
  7. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'intérieur,‎ (lire en ligne)
  8. Arnaud Déthéeet Johan Ben Azzouz, « Dominique Bailly, le grand argentier socialiste de la Haute Assemblée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  9. Emmanuel Magdelaine, « Elections régionales Nord Pas-de-Calais Picardie : voici les 9 listes officiellement candidates et les 1620 candidats », France 3,‎ (lire en ligne)
  10. Florence Aubenas (envoyée spéciale à Saint-Quentin), Olivier Faye (envoyé spécial à Hénin-Beaumont), Laurie Moniez (Lille, correspondance) et Lucie Soullier, « Elections régionales : la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie échappe à Marine Le Pen », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  11. Sénat français, « Commission de la culture - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 8 septembre 2017)
  12. Sénat français, « Éthique, régulation et transparence du sport professionnel - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 8 septembre 2017)
  13. Yann Fossurier et Hélène Tonneillier, « Ces parlementaires du Nord et du Pas-de-Calais qui travaillent en famille », France 3,‎ (lire en ligne)
  14. François Vignal, « Faut-il interdire les emplois familiaux au Parlement ? », Public Sénat,‎ (lire en ligne)
  15. « Scrutin n° 117 - séance du 12 juillet 2017 », sur www.senat.fr (consulté le 8 septembre 2017)
  16. Sénat français, « Confiance dans la vie politique - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 8 septembre 2017)
  17. « Enfouissement de la ligne THT Avelin-Gavrelle : l'Etat a dit non »
  18. « Ligne à très haute tension Avelin-Gavrelle : entre MM. Lazaro et Bailly, le courant passe »
  19. « THT: les parlementaires en contact avec le ministère de l’Écologie »
  20. Patrick Daquin, « Sur le Tour de France, le sénateur Bailly perd les pédales », Le Club de Mediapart,‎ (lire en ligne)
  21. « Les élus au gouvernement : « Lancez le canal Seine-Nord ou ça va barder ! » »
  22. « Site du sénat », sur www.senat.fr (consulté le 8 septembre 2017)
  23. Jeanne Blanquart, « Primaire à gauche : vos élus soutiennent-ils Manuel Valls ou Benoît Hamon ? », France 3,‎ (lire en ligne)
  24. Sébastien Leroy et Laurent Decotte, « La liste des personnalités annoncées au meeting d’Emmanuel Macron à Arras s’allonge et s’élargit », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]