Dinesh D'Souza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dinesh D'Souza
Description de cette image, également commentée ci-après
Dinesh D'Souza en 2012
Naissance (60 ans)
Mumbai, Maharashtra, Inde
Nationalité Drapeau des États-Unis américaine
Drapeau de l'Inde indienne
Diplôme
Profession
Activité principale
Autres activités

Dinesh Joseph D'Souza (né दिनेश जोसफ डिसूज़ा le , Bombay) est un politologue américain originaire de l'Inde.

Il est l'une des figures du néoconservatisme aux États-Unis. Il avait été consultant pour le gouvernement de Ronald Reagan[1],[2],[3] à la fin des années 1980.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dinesh Joseph D'Souza est né en 1961 à Bombay, en Inde. Ses parents, catholiques, étaient originaires de Goa, son père travaillant pour une entreprise américaine, Johnson & Johnson. Il fait ses études à Bombay dans un lycée jésuite.

En 1978, D'Souza se rend aux États-Unis dans le cadre d'un programme d'échange du Rotary International et étudie au Dartmouth College, dont il sort diplômé es lettres en 1983 (Bachelor of Arts).

Il édite ensuite un journal mensuel, The Prospect , publication financée par des anciens de l'Université de Princeton, dans laquelle ses critiques du système de discrimination positive sont remarquées. De 1985 à 1987, il est rédacteur en chef de Policy Review, publication conservatrice basée à Washington.

En 1987 et 1988, il est conseiller politique dans l'administration du président Ronald Reagan[4].

Il devient citoyen des États-Unis en 1991.

Activisme politique[modifier | modifier le code]

En 2004, D'Souza est, aux côtés de David Horowitz et d'Andrew Breitbart, l'un des conservateurs célèbres interviewés dans le film à charge contre Michael Moore de Michael Wilson, Michael Moore Hates America.

En 2012, il se lance dans la réalisation de films documentaires critiques contre le gouvernement d'Obama et contre le parti démocrate. Adressés à un public conservateur, ses films font recette au box-office, en dépit d'une critique systématiquement hostile[5], qui le dépeint comme faux et haineux[6],[7].

En 2017, son virulent pamphlet contre Hillary Clinton, Hillary's America: The Secret History of the Democratic Party (en), « triomphe » à la 37e cérémonie des Razzie Awards, qui récompense les pires films de l'année. Il obtient les prix du pire film, pire acteur et pire réalisateur. D'Souza se déclare honoré d'être reconnu comme un cinéaste qui dérange l'establishment et qui a pu contribuer à la victoire de Donald Trump en 2016[8].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Entretiens[modifier | modifier le code]

Débats[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « About Dinesh D'Souza NY Times Bestselling Author | Dinesh D'Souza », Dineshdsouza.com (consulté le )
  2. « Forbes Article Spurs Media Soul Searching », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « New Atheists Are Not Great », Christianity Today (consulté le )
  4. (en) Tim Arango, « Forbes Article Spurs Media Soul Searching », sur nytimes.com, (consulté le ).
  5. (en) « Dinesh D'Souza blames 'leftist' critics for Death of a Nations 0% Rotten Tomatoes score », sur USA Today,
  6. (en) « Film Review: Dinesh D'Souza's Death of a Nation », sur Variety
  7. « Somehow, Dinesh D’Souza is a worse filmmaker than he is an historian », sur The Outline,
  8. (en) Alexander Bryan, « Hillary's America Director D'Souza Calls 5 Razzie Noms 'Petty Revenge' », sur usatoday.com, (consulté le )
  9. https://www.imdb.com/title/tt0411646/
  10. « New Film, America, to Hit Theaters in 2014 », Dinesh D'Souza's Website