Matchs Deep Blue contre Kasparov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un ordinateur IBM similaire à Deeper Blue (le surnom de Deep Blue lors du second match), exposé au musée de l'histoire de l'ordinateur de Mountain View en Californie.

Les matchs Deep Blue contre Kasparov sont deux matchs de six parties d'échecs chacune entre le champion du monde russe Garry Kasparov et un supercalculateur IBM américain appelé Deep Blue.

  • La première confrontation se déroula à Philadelphie en février 1996 et fut remportée par Garry Kasparov (4-2)[1].
  • La seconde confrontation eut lieu à New York en mai 1997 et fut remportée par Deep Blue (3,5–2,5) (surnommé Deeper Blue pour cette occasion), mais hors des conditions exigées lors des championnats du monde[1].

L'ordinateur Deep Blue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Deep Blue.

Deep Blue est l'aboutissement du projet ChipTest, lancé par les étudiants Feng-hsiung Hsu, Murray Campbell et Thomas Anantharaman au laboratoire de l'université Carnegie-Mellon en 1985. Renommé Deep Thought en 1988, le projet est devenu Deep Blue en 1993.

« Deep Thought » (Pensée profonde) était une référence au livre Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams ; l'entreprise IBM étant familièrement appelée « Big Blue », le nom de l'ordinateur a ensuite évolué en « Deep Blue » (Bleu profond[2]).

Résumé des matchs[modifier | modifier le code]

Match de 1996
Partie # Blancs Résultat Noirs Commentaire
1 Deep Blue
1–0
Kasparov
2 Kasparov
1–0
Deep Blue
3 Deep Blue
½–½
Kasparov partie nulle
4 Kasparov
½–½
Deep Blue partie nulle
5 Deep Blue
0–1
Kasparov Kasparov offre la nulle après le 23e coup.
6 Kasparov
1–0
Deep Blue
Résultat : Kasparov–Deep Blue : 4–2
Match revanche de 1997
Partie # Blancs Résultat Noirs Commentaire
1 Kasparov
1–0
Deep Blue
2 Deep Blue
1–0
Kasparov
3 Kasparov
½–½
Deep Blue partie nulle
4 Deep Blue
½–½
Kasparov partie nulle
5 Kasparov
½–½
Deep Blue partie nulle
6 Deep Blue
1–0
Kasparov
Résultat : Deep Blue–Kasparov: 3,5–2,5

1er match (1996)[modifier | modifier le code]

Le , Deep Blue rencontre le champion du monde d'échecs en titre, Garry Kasparov. La machine remporte la première partie, mais Kasparov parvient à décrocher trois victoires, le match se soldant par un score de 4-2 en faveur du joueur humain (+3 −1 =2)[1].

Le Deep Blue de 1996 mesurait près de deux mètres de haut et pesait 700 kg. Il s'agissait d'un supercalculateur IBM (RS/6000 Scalable POWERparallel Systems (en), ou SP) dont chacun des 32 processeurs consacrés au calcul pur était connecté à une carte comprenant 8 coprocesseurs dédiés aux échecs, soit au total 256 processeurs spécialisés fonctionnant en parallèle[3].

Déroulement du 1er match[modifier | modifier le code]

  • Partie 1 :
1.e4 c5 2.c3 d5 3.exd5 Qxd5 4.d4 Nf6 5.Nf3 Bg4 6.Be2 e6 7.h3 Bh5 8.0-0 Nc6 9.Be3 cxd4 10.cxd4 Bb4 11.a3 Ba5 12.Nc3 Qd6 13.Nb5 Qe7 14.Ne5 Bxe2 15.Qxe2 0-0 16.Rac1 Rac8 17.Bg5 Bb6 18.Bxf6 gxf6 19.Nc4 Rfd8 20.Nxb6 axb6 21.Rfd1 f5 22.Qe3 Qf6 23.d5 Rxd5 24.Rxd5 exd5 25.b3 Kh8 26.Qxb6 Rg8 27.Qc5 d4 28.Nd6 f4 29.Nxb7 Ne5 30.Qd5 f3 31.g3 Nd3 32.Rc7 Re8 33.Nd6 Re1+ 34.Kh2 Nxf2 35.Nxf7+ Kg7 36.Ng5+ Kh6 37.Rxh7+ 1–0
  • Partie 2 :
1.Nf3 d5 2.d4 e6 3.g3 c5 4.Bg2 Nc6 5.0-0 Nf6 6.c4 dxc4 7.Ne5 Bd7 8.Na3 cxd4 9.Naxc4 Bc5 10.Qb3 0-0 11.Qxb7 Nxe5 12.Nxe5 Rb8 13.Qf3 Bd6 14.Nc6 Bxc6 15.Qxc6 e5 16.Rb1 Rb6 17.Qa4 Qb8 18.Bg5 Be7 19.b4 Bxb4 20.Bxf6 gxf6 21.Qd7 Qc8 22.Qxa7 Rb8 23.Qa4 Bc3 24.Rxb8 Qxb8 25.Be4 Qc7 26.Qa6 Kg7 27.Qd3 Rb8 28.Bxh7 Rb2 29.Be4 Rxa2 30.h4 Qc8 31.Qf3 Ra1 32.Rxa1 Bxa1 33.Qh5 Qh8 34.Qg4+ Kf8 35.Qc8+ Kg7 36.Qg4+ Kf8 37.Bd5 Ke7 38.Bc6 Kf8 39.Bd5 Ke7 40.Qf3 Bc3 41.Bc4 Qc8 42.Qd5 Qe6 43.Qb5 Qd7 44.Qc5+ Qd6 45.Qa7+ Qd7 46.Qa8 Qc7 47.Qa3+ Qd6 48.Qa2 f5 49.Bxf7 e4 50.Bh5 Qf6 51.Qa3+ Kd7 52.Qa7+ Kd8 53.Qb8+ Kd7 54.Be8+ Ke7 55.Bb5 Bd2 56.Qc7+ Kf8 57.Bc4 Bc3 58.Kg2 Be1 59.Kf1 Bc3 60.f4 exf3 61.exf3 Bd2 62.f4 Ke8 63.Qc8+ Ke7 64.Qc5+ Kd8 65.Bd3 Be3 66.Qxf5 Qc6 67.Qf8+ Kc7 68.Qe7+ Kc8 69.Bf5+ Kb8 70.Qd8+ Kb7 71.Qd7+ Qxd7 72.Bxd7 Kc7 73.Bb5 1–0
  • Partie 3 :
1.e4 c5 2.c3 d5 3.exd5 Qxd5 4.d4 Nf6 5.Nf3 Bg4 6.Be2 e6 7.0-0 Nc6 8.Be3 cxd4 9.cxd4 Bb4 10.a3 Ba5 11.Nc3 Qd6 12.Ne5 Bxe2 13.Qxe2 Bxc3 14.bxc3 Nxe5 15.Bf4 Nf3+ 16.Qxf3 Qd5 17.Qd3 Rc8 18.Rfc1 Qc4 19.Qxc4 Rxc4 20.Rcb1 b6 21.Bb8 Ra4 22.Rb4 Ra5 23.Rc4 0-0 24.Bd6 Ra8 25.Rc6 b5 26.Kf1 Ra4 27.Rb1 a6 28.Ke2 h5 29.Kd3 Rd8 30.Be7 Rd7 31.Bxf6 gxf6 32.Rb3 Kg7 33.Ke3 e5 34.g3 exd4+ 35.cxd4 Re7+ 36.Kf3 Rd7 37.Rd3 Raxd4 38.Rxd4 Rxd4 39.Rxa6 b4 ½–½
  • Partie 4 :
1.Nf3 d5 2.d4 c6 3.c4 e6 4.Nbd2 Nf6 5.e3 Nbd7 6.Bd3 Bd6 7.e4 dxe4 8.Nxe4 Nxe4 9.Bxe4 0-0 10.0-0 h6 11.Bc2 e5 12.Re1 exd4 13.Qxd4 Bc5 14.Qc3 a5 15.a3 Nf6 16.Be3 Bxe3 17.Rxe3 Bg4 18.Ne5 Re8 19.Rae1 Be6 20.f4 Qc8 21.h3 b5 22.f5 Bxc4 23.Nxc4 bxc4 24.Rxe8+ Nxe8 25.Re4 Nf6 26.Rxc4 Nd5 27.Qe5 Qd7 28.Rg4 f6 29.Qd4 Kh7 30.Re4 Rd8 31.Kh1 Qc7 32.Qf2 Qb8 33.Ba4 c5 34.Bc6 c4 35.Rxc4 Nb4 36.Bf3 Nd3 37.Qh4 Qxb2 38.Qg3 Qxa3 39.Rc7 Qf8 40.Ra7 Ne5 41.Rxa5 Qf7 42.Rxe5 fxe5 43.Qxe5 Re8 44.Qf4 Qf6 45.Bh5 Rf8 46.Bg6+ Kh8 47.Qc7 Qd4 48.Kh2 Ra8 49.Bh5 Qf6 50.Bg6 Rg8 ½–½
  • Partie 5 :
1.e4 e5 2.Nf3 Nf6 3.Nc3 Nc6 4.d4 exd4 5.Nxd4 Bb4 6.Nxc6 bxc6 7.Bd3 d5 8.exd5 cxd5 9.0-0 0-0 10.Bg5 c6 11.Qf3 Be7 12.Rae1 Re8 13.Ne2 h6 14.Bf4 Bd6 15.Nd4 Bg4 16.Qg3 Bxf4 17.Qxf4 Qb6 18.c4 Bd7 19.cxd5 cxd5 20.Rxe8+ Rxe8 21.Qd2 Ne4 22.Bxe4 dxe4 23.b3 Rd8 {{chessAN|({{=}})}} 24.Qc3 f5 25.Rd1 Be6 26.Qe3 Bf7 27.Qc3 f4 28.Rd2 Qf6 29.g3 Rd5 30.a3 Kh7 31.Kg2 Qe5 32.f3 e3 33.Rd3 e2 34.gxf4 e1=Q 35.fxe5 Qxc3 36.Rxc3 Rxd4 37.b4 Bc4 38.Kf2 g5 39.Re3 Be6 40.Rc3 Bc4 41.Re3 Rd2+ 42.Ke1 Rd3 43.Kf2 Kg6 44.Rxd3 Bxd3 45.Ke3 Bc2 46.Kd4 Kf5 47.Kd5 h5 0–1
  • Partie 6 :
1.Nf3 d5 2.d4 c6 3.c4 e6 4.Nbd2 Nf6 5.e3 c5 6.b3 Nc6 7.Bb2 cxd4 8.exd4 Be7 9.Rc1 0-0 10.Bd3 Bd7 11.0-0 Nh5 12.Re1 Nf4 13.Bb1 Bd6 14.g3 Ng6 15.Ne5 Rc8 16.Nxd7 Qxd7 17.Nf3 Bb4 18.Re3 Rfd8 19.h4 Nge7 20.a3 Ba5 21.b4 Bc7 22.c5 Re8 23.Qd3 g6 24.Re2 Nf5 25.Bc3 h5 26.b5 Nce7 27.Bd2 Kg7 28.a4 Ra8 29.a5 a6 30.b6 Bb8 31.Bc2 Nc6 32.Ba4 Re7 33.Bc3 Ne5 34.dxe5 Qxa4 35.Nd4 Nxd4 36.Qxd4 Qd7 37.Bd2 Re8 38.Bg5 Rc8 39.Bf6+ Kh7 40.c6 bxc6 41.Qc5 Kh6 42.Rb2 Qb7 43.Rb4 1–0

Deux parties décisives du premier match[modifier | modifier le code]

Première partie (gagnée par Deep Blue)[modifier | modifier le code]

Deep Blue - Kasparov 1996, 1re partie[4]

Deuxième partie (gagnée par Kasparov)[modifier | modifier le code]

Kasparov - Deep Blue, 1996, 2e partie[5]

Match revanche (1997)[modifier | modifier le code]

En mai 1997, a lieu le match revanche en six parties entre Deep Blue (dont les composants et le programme informatique sont améliorés ; surnommé « Deeper Blue » à cette occasion)[6] et Kasparov. Pour la première fois de l'histoire, le champion du monde doit s'incliner contre l'ordinateur, sur le score de 2½ à 3½ (+1 =3 -2)[1].

En 1997, Deeper Blue mesurait 1,80 m et pesait 1,4 tonne[3]. Il fallait vingt personnes pour qu'il fonctionne. En juin 1997, il occupait la 259e place au TOP500 des supercalculateurs avec une puissance de calcul de 11,38 GFLOPS, pouvant calculer entre 100 et 300 millions de positions par seconde et 12 demi-coups de profondeur en moyenne. Les grands maîtres d'échecs Miguel Illescas, John Fedorowicz, Nick De Firmian et Joel Benjamin aidèrent à sa conception, notamment à sa bibliothèque d'ouvertures.

Cette victoire a été contestée par Kasparov car l'équipe de programmeurs de Deep Blue avait accès à toutes les parties du joueur humain, tandis que celui-ci n'avait pas eu accès à la liste chronologique des parties jouées par Deep Blue. Une autre cause de la défaite du joueur humain est à rechercher dans la stratégie de Kasparov, qui s'est écarté rapidement des sentiers battus de la théorie dans certaines parties, ce qui s'est retourné contre lui dans la dernière partie.

Grâce à son incroyable force de calcul, Deeper Blue a joué lors de ce match quelques coups de la classe d'un grand maître, dont l'un, abondamment commenté dans les revues spécialisées, a complètement déstabilisé Kasparov. Ce fameux coup était en fait un bug et non une stratégie de l'ordinateur[7]. Il n'a pas cependant complètement convaincu de la supériorité des systèmes informatiques d'échecs, comme le montre la première partie.

Déroulement du 2e match[modifier | modifier le code]

  • Partie 1 : Deeper Blue n'a pas commis d'erreur flagrante, mais a joué des coups dépourvus de vision stratégique, ce qui a permis à Kasparov de gagner la partie facilement. Cette partie illustre bien l'effet d'horizon et l'absence de plan stratégique, typiques de la façon de jouer des logiciels d'échecs.
1.Nf3 d5 2.g3 Bg4 3.b3 Nd7 4.Bb2 e6 5.Bg2 Ngf6 6.0-0 c6 7.d3 Bd6 8.Nbd2 0-0 9.h3 Bh5 10.e3 h6 11.Qe1 Qa5 12.a3 Bc7 13.Nh4 g5 14.Nhf3 e5 15.e4 Rfe8 16.Nh2 Qb6 17.Qc1 a5 18.Re1 Bd6 19.Ndf1 dxe4 20.dxe4 Bc5 21.Ne3 Rad8 22.Nhf1 g4 23.hxg4 Nxg4 24.f3 Nxe3 25.Nxe3 Be7 26.Kh1 Bg5 27.Re2 a4 28.b4 f5 29.exf5 e4 30.f4 Bxe2 31.fxg5 Ne5 32.g6 Bf3 33.Bc3 Qb5 34.Qf1 Qxf1+ 35.Rxf1 h5 36.Kg1 Kf8 37.Bh3 b5 38.Kf2 Kg7 39.g4 Kh6 40.Rg1 hxg4 41.Bxg4 Bxg4 42.Nxg4+ Nxg4+ 43.Rxg4 Rd5 44.f6 Rd1 45.g7 1–0
  • Partie 2 : À l'inverse de la première, la position est plus ouverte et c'est la force tactique de la machine qui a parlé. Garry Kasparov a été très surpris par le 36e coup (36.axb5!?), car le programme évite de capturer un pion et empêche ainsi Kasparov d'obtenir une attaque sur le roi ennemi. Kasparov abandonne prématurément après 45 coups, car après analyse, il rate un coup menant à un échec perpétuel, que la machine ne vit pas.
1.e4 e5 2.Nf3 Nc6 3.Bb5 a6 4.Ba4 Nf6 5.0-0 Be7 6.Re1 b5 7.Bb3 d6 8.c3 0-0 9.h3 h6 10.d4 Re8 11.Nbd2 Bf8 12.Nf1 Bd7 13.Ng3 Na5 14.Bc2 c5 15.b3 Nc6 16.d5 Ne7 17.Be3 Ng6 18.Qd2 Nh7 19.a4 Nh4 20.Nxh4 Qxh4 21.Qe2 Qd8 22.b4 Qc7 23.Rec1 c4 24.Ra3 Rec8 25.Rca1 Qd8 26.f4 Nf6 27.fxe5 dxe5 28.Qf1 Ne8 29.Qf2 Nd6 30.Bb6 Qe8 31.R3a2 Be7 32.Bc5 Bf8 33.Nf5 Bxf5 34.exf5 f6 35.Bxd6 Bxd6 36.axb5 axb5 37.Be4 Rxa2 38.Qxa2 Qd7 39.Qa7 Rc7 40.Qb6 Rb7 41.Ra8+ Kf7 42.Qa6 Qc7 43.Qc6 Qb6+ 44.Kf1 Rb8 45.Ra6 1–0
  • Partie 3 : Kasparov assure une partie nulle.
1.d3 e5 2.Nf3 Nc6 3.c4 Nf6 4.a3 d6 5.Nc3 Be7 6.g3 0-0 7.Bg2 Be6 8.0-0 Qd7 9.Ng5 Bf5 10.e4 Bg4 11.f3 Bh5 12.Nh3 Nd4 13.Nf2 h6 14.Be3 c5 15.b4 b6 16.Rb1 Kh8 17.Rb2 a6 18.bxc5 bxc5 19.Bh3 Qc7 20.Bg4 Bg6 21.f4 exf4 22.gxf4 Qa5 23.Bd2 Qxa3 24.Ra2 Qb3 25.f5 Qxd1 26.Bxd1 Bh7 27.Nh3 Rfb8 28.Nf4 Bd8 29.Nfd5 Nc6 30.Bf4 Ne5 31.Ba4 Nxd5 32.Nxd5 a5 33.Bb5 Ra7 34.Kg2 g5 35.Bxe5+ dxe5 36.f6 Bg6 37.h4 gxh4 38.Kh3 Kg8 39.Kxh4 Kh7 40.Kg4 Bc7 41.Nxc7 Rxc7 42.Rxa5 Rd8 43.Rf3 Kh8 44.Kh4 Kg8 45.Ra3 Kh8 46.Ra6 Kh7 47.Ra3 Kh8 48.Ra6 ½–½
  • Partie 4 : Kasparov ne parvient pas à avoir un avantage tangible, et la partie aboutit à une finale de Tours nulle, après 5 heures de jeu.
1.e4 c6 2.d4 d6 3.Nf3 Nf6 4.Nc3 Bg4 5.h3 Bh5 6.Bd3 e6 7.Qe2 d5 8.Bg5 Be7 9.e5 Nfd7 10.Bxe7 Qxe7 11.g4 Bg6 12.Bxg6 hxg6 13.h4 Na6 14.0-0-0 0-0-0 15.Rdg1 Nc7 16.Kb1 f6 17.exf6 Qxf6 18.Rg3 Rde8 19.Re1 Rhf8 20.Nd1 e5 21.dxe5 Qf4 22.a3 Ne6 23.Nc3 Ndc5 24.b4 Nd7 25.Qd3 Qf7 26.b5 Ndc5 27.Qe3 Qf4 28.bxc6 bxc6 29.Rd1 Kc7 30.Ka1 Qxe3 31.fxe3 Rf7 32.Rh3 Ref8 33.Nd4 Rf2 34.Rb1 Rg2 35.Nce2 Rxg4 36.Nxe6+ Nxe6 37.Nd4 Nxd4 38.exd4 Rxd4 39.Rg1 Rc4 40.Rxg6 Rxc2 41.Rxg7+ Kb6 42.Rb3+ Kc5 43.Rxa7 Rf1+ 44.Rb1 Rff2 45.Rb4 Rc1+ 46.Rb1 Rcc2 47.Rb4 Rc1+ 48.Rb1 Rxb1+ 49.Kxb1 Re2 50.Re7 Rh2 51.Rh7 Kc4 52.Rc7 c5 53.e6 Rxh4 54.e7 Re4 55.a4 Kb3 56.Kc1 ½–½
  • Partie 5 : Une finale Tour + Cavalier, avec un pion passé pour Kasparov, mais la partie était nulle par échec perpétuel.
1.Nf3 d5 2.g3 Bg4 3.Bg2 Nd7 4.h3 Bxf3 5.Bxf3 c6 6.d3 e6 7.e4 Ne5 8.Bg2 dxe4 9.Bxe4 Nf6 10.Bg2 Bb4+ 11.Nd2 h5 12.Qe2 Qc7 13.c3 Be7 14.d4 Ng6 15.h4 e5 16.Nf3 exd4 17.Nxd4 0-0-0 18.Bg5 Ng4 19.0-0-0 Rhe8 20.Qc2 Kb8 21.Kb1 Bxg5 22.hxg5 N6e5 23.Rhe1 c5 24.Nf3 Rxd1+ 25.Rxd1 Nc4 26.Qa4 Rd8 27.Re1 Nb6 28.Qc2 Qd6 29.c4 Qg6 30.Qxg6 fxg6 31.b3 Nxf2 32.Re6 Kc7 33.Rxg6 Rd7 34.Nh4 Nc8 35.Bd5 Nd6 36.Re6 Nb5 37.cxb5 Rxd5 38.Rg6 Rd7 39.Nf5 Ne4 40.Nxg7 Rd1+ 41.Kc2 Rd2+ 42.Kc1 Rxa2 43.Nxh5 Nd2 44.Nf4 Nxb3+ 45.Kb1 Rd2 46.Re6 c4 47.Re3 Kb6 48.g6 Kxb5 49.g7 Kb4 ½–½
  • Partie 6 : Kasparov, fatigué physiquement et psychologiquement, sort de son répertoire d'ouvertures habituel, ce qui permet à Deeper Blue de placer un sacrifice gagnant dans l'ouverture et forcer le champion du monde à abandonner après 19 coups à peine[6].
1.e4 c6 2.d4 d5 3.Nc3 dxe4 4.Nxe4 Nd7 5.Ng5 Ngf6 6.Bd3 e6 7.N1f3 h6 (''diagram'') 8.Nxe6 Qe7 9.0-0 fxe6 10.Bg6+ Kd8 11.Bf4 b5 12.a4 Bb7 13.Re1 Nd5 14.Bg3 Kc8 15.axb5 cxb5 16.Qd3 Bc6 17.Bf5 exf5 18.Rxe7 Bxe7 19.c4 1–0

Les parties décisives du deuxième match[modifier | modifier le code]

Première partie (gagnée par Kasparov)[modifier | modifier le code]

abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche e8
Pion noir sur case blanche c6
Pion blanc sur case noire f6
Pion blanc sur case blanche g6
Roi noir sur case noire h6
Pion noir sur case blanche b5
Tour noire sur case blanche d5
Pion noir sur case blanche a4
Pion blanc sur case noire b4
Pion noir sur case blanche e4
Tour blanche sur case blanche g4
Pion blanc sur case noire a3
Fou blanc sur case noire c3
Pion blanc sur case blanche c2
Roi blanc sur case noire f2
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
après 44. f6, Deeper Blue va jouer le mauvais coup 44... Td1

Kasparov - Deeper Blue, New York 1997, 3 mai 1997, 1re partie[8]

Deepblue abandonne car les noirs doivent sacrifier leur deux tours pour arrêter la poussée des pions blancs : 45... Rh7 46.f7 Tdd8 47.g8:D+ Txg8 48.fxg8:D+ Txg8 49.Txg8 Rxg8... et la finale est gagnante pour les blancs.

D'après Murray Campbell, un des ingénieurs ayant travaillé sur Deep Blue, interviewé par Nate Silver dans son livre The Signal and the Noise, un bug aurait eu lieu lors du 44e coup joué par Deep Blue (44... Td1), celui-ci effectuant alors un coup totalement aléatoire : incapable de sélectionner un coup, le programme a eu recours à une tactique par défaut de dernier recours, consistant à choisir un coup complètement au hasard. Ce coup a pu induire Kasparov en erreur sur les capacités réelles de la machine, n'envisageant pas la possibilité d'un bug de la part de Deep Blue[9].

Une meilleure option pour le 44e coup était 44... Tf5+ qui donne toujours une position favorable pour les blancs, mais s'avère moins décisive.

Deuxième partie (gagnée par Deeper Blue)[modifier | modifier le code]

Deeper Blue - Kasparov, New York, 4 mai 1997[10], 2e partie[11]

Sixième partie (gagnée par Deeper Blue)[modifier | modifier le code]

Deeper Blue - Kasparov, New York 1997, 6e partie[12]

Controverse[modifier | modifier le code]

abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion blanc sur case noire g7
Roi noir sur case noire b4
Pion noir sur case blanche c4
Cavalier blanc sur case noire f4
Cavalier noir sur case blanche b3
Tour blanche sur case noire e3
Pion blanc sur case noire g3
Tour noire sur case noire d2
Roi blanc sur case blanche b1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Position finale de la 5e partie du match de 1997 (partie nulle).

Garry Kasparov a prétendu que certains coups effectués par Deep Blue étaient l'œuvre d'un grand maître humain, sans toutefois pouvoir en apporter la preuve. L'ouvrage Behind Deep Blue: Building the computer that defeated the World Chess Champion, présente le point de vue adverse[13].

En effet, la 5e partie du match revanche s'est déroulée de la façon suivante :

Gary Kasparov–Deeper Blue, 10 mai 1997, New York, 5e partie[14] :
1. Cf3 d5 2. g3 Fg4 3. Fg2 Cd7 4. h3 Fxf3! 5. Fxf3 c6 6. d3 e6 7. e4 Ce5 8. Fg2 dxe4 9. Fxe4 Cf6 10. Fg2 Fb4+ 11. Cd2 h5!? 12. De2 Dc7 13. c3 Fe7 14. d4 Cg6 15. h4 e5 16. Cf3 exd4 17. Cxd4 0-0-0 18. Fg5 Cg4 19. 0-0-0 The8 20. Dc2 Rb8 21. Rb1 Fxg5 22. hxg5 C6e5 23. The1 c5 24. Cf3 Txd1+ 25. Txd1 Cc4 26. Da4 Td8 27. Te1 Cb6 28. Dc2 Dd6 29. c4 Dg6 30. Dxg6 fxg6 31. b3 Cxf2 32. Te6 Rc7 33. Txg6 Td7 34. Ch4 Cc8 35. Fd5 Cd6 36. Te6 Cb5 37. cxb5 Txd5 38. Tg6 Td7 39. Cf5 Ce4 40. Cxg7 Td1+ 41. Rc2 Td2+ 42. Rc1 Txa2 43. Cxh5 Cd2 44. Cf4 Cxb3+ 45. Rb1 Td2 46. Te6 c4 47. Te3 Rb6 48. g6 Rxb5 49. g7 Rb4 ½–½ (sur 50. g8=D, les Noirs obtiennent la partie nulle par 50...Td1+, suivi de 51...Td2+, 52...Td1+, 53...Td2+, etc.).

Gary Kasparov a répété son ouverture de la 1re partie (qu'il avait remportée), avec une déviation aux 3e et 4e coups. Il convient de noter que l'ordinateur a cédé volontairement la paire de Fous dès le 4e coup, un comportement très « anti-kasparovien » sur lequel les journalistes se sont demandé s'il n'y avait pas eu une « intervention humaine » sur le logiciel. Feng-hsiung Hsu (membre du Projet Deep Blue à IBM entre 1989 et 1997) avance que des bugs affectant Deeper Blue ont été corrigés entre les parties. Par ailleurs, après la partie, Kasparov s'est écrié : « Aucun ordinateur ne joue 11. h5!? » sans préciser s'il s'agissait d'un hommage ou d'une accusation de tricherie « humaine ». Feng-hsiung Hsu avance dans Behind Deep Blue : Building the computer that defeated the world chess champion que le coup est lié à la fonction d'évaluation sophistiquée de Deeper Blue quant au roque[13].

Désireux de faire toute la lumière sur le comportement de Deeper Blue, Kasparov a demandé qu'IBM produise les logs de « toutes » les parties du supercalculateur. IBM a fourni uniquement l'historique de la 5e partie, et s'est empressé de démanteler Deeper Blue à l'issue du match (sans fournir les logs des autres parties, ce qui a engendré une controverse sans fin). L'ordinateur ayant été démantelé et ses concepteurs assignés à d'autres projets, il n'a pas été possible d'organiser un match revanche, en dépit des demandes de Kasparov[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Les échecs électroniques : histoire d’une confrontation entre l’humain et la machine », sur interstices.info, (consulté le 4 novembre 2017)
  2. https://translate.google.fr/?client=firefox-b&bav=on.2,or.&biw=1224&bih=907&sns=1&um=1&ie=UTF-8&hl=fr&client=tw-ob#auto/fr/deep%20blue
  3. a et b « Les secrets d'une machine surpuissante. L'ordinateur Deep Blue joue aux échecs avec une «mémoire» alimentée par l'homme. », Dominique Leglu, Libération.fr, 13 mai 1997.
  4. Deep Blue-Kasparov 1996, 1re partie.
  5. Kasparov-Deep Blue 1996, 2e partie.
  6. a et b « Le jour où Deep Blue a humilié Garry Kasparov aux échecs », Gaël Lombart, Le Parisien.fr, 10 mars 2016.
  7. Gregor Brandy et Etienne Chaudagne, « Les jeux où l'homme bat (encore) la machine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Kasparov-Deep Blue New York 1997.
  9. « "A bug occurred in the game and it may have made Kasparov misunderstand the capabilities of Deep Blue," Campbell told me. "He didn't come up with the theory that the move it played was a bug." » « Nate Silver’s ‘The Signal and the Noise’ », Brad Plumer, sur le site du Washington Post, washingtonpost.com - 26 septembre 2012.
  10. « Garry Kasparov - Deep Blue : échec et bug », Pierre Barthélémy, Le Monde.fr, 22 août 2015.
  11. Deep Blue-Kasparov New York 1997.
  12. Deep Blue-Kasparov New York 1997.
  13. a et b Behind Deep Blue, p. 250-252.
  14. partie annotée sous www.chessgames.com
  15. (en) Garry Kasparov, Deep Thinking. Where artificial intelligence ends and human creativity begins, Hachette UK, , p. 87.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel J. King (en), Kasparov vs Deeper Blue, The Ultimate Man vs Machine Challenge, Batsford, 1997. (ISBN 0-7134-8322-9)
  • Feng-hsiung Hsu (membre du Projet Deep Blue à IBM entre 1989 et 1997 ; a quitté IBM en 1999 pour Compaq), Behind Deep Blue: Building the computer that defeated the world chess champion, Princeton University Press, 2002. (ISBN 9-780691-090658)
  • Monty Newborn (en), Deep Blue: An Artificial Intelligence Milestone, Springer-Verlag New York Inc., 2002. (ISBN 9-781468-495683).
  • Monty Newborn, Kasparov versus Deep Blue: Computer chess comes of age, Springer-Verlag New York Inc., 2011, 322 p. (ISBN 9-781461-274773)
  • Monty Newborn, Beyond Deep Blue: Chess in the stratosphere, Springer London Ltd, 2014, 299 p. (ISBN 9-781447-160731)
  • Bruce Pandolfini (en), Kasparov and Deep Blue: The Historic Chess Match Between Man and Machine, Fireside Chess Library, 1997. (ISBN 9-780684-848525)
  • Nate Silver, The Signal and the Noise: Why Most Predictions Fail – But Some Don't., The Penguin Press HC, 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres superordinateurs d'échecs

Liens externes[modifier | modifier le code]