OpenAI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

OpenAI
logo de OpenAI
illustration de OpenAI

Création [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Elon Musk[2], Sam Altman[2] et Ilya Sutskever (en)[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Pioneer Building (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Intelligence artificielleVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits OpenAI API (en), GPT-3 et GPT-2 (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 120 ()[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.openai.com
Budget 1 milliard de dollars américains (2015)

OpenAI (« AI » pour Artificial Intelligence, ou Intelligence artificielle) est une entreprise à « but lucratif plafonné » en intelligence artificielle, basée à San Francisco. Avant , elle était reconnue association à but non lucratif. L'objectif de cette société est de promouvoir et développer une intelligence artificielle à visage humain qui bénéficiera à toute l'humanité[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

OpenAI a été fondée en tant qu'association le par des personnalités éminentes[4],[5],[6],[7] :

Musk et Thiel se sont connus à l'époque de Paypal.

En , l'association devient une entreprise à but lucratif plafonné pour attirer des capitaux[8],[9].

Budget[modifier | modifier le code]

Les fondateurs se sont engagés sur un budget global d'un milliard de dollars, cependant seule une faible part serait utilisée dans les premières années[10].

Produits[modifier | modifier le code]

GPT-2[modifier | modifier le code]

OpenAI a mis au point une intelligence artificielle nommée GPT-2 capable d'écrire des articles de presse et des œuvres de fiction. Reposant sur un générateur de texte qui assimile les mots reçus et détermine la suite la plus logique qu'elle retransmet dans le même style, elle s'avère particulièrement performante, à tel point qu'il est impossible de faire la différence avec un texte écrit par un être humain[11].

Les chercheurs lui ont par exemple donné à lire la première phrase du roman 1984 de George Orwell : « C'était une journée ensoleillée et froide du mois d'avril et les horloges affichaient 13h ». GPT-2 a alors compris qu'il s'agissait d'une œuvre évoquant le passé et écrite sous la forme d'une fiction et a ajouté : « J'étais dans ma voiture à Seattle en route pour mon nouveau travail. J'ai fait le plein, mis la clé sur le contact, et me suis laissé porter. J'ai imaginé à quoi ressemblerait ce jour. Dans cent ans à partir de ce jour. En 2045, j'étais professeur dans une école située dans une région pauvre de la Chine rurale. J'ai commencé avec l'Histoire de la Chine et l'Histoire de la science ». Ils lui ont également présenté un article du Guardian sur le Brexit et l'IA a été capable d'inventer des citations crédibles du député Jeremy Corbyn, principal opposant à Theresa May, et d'évoquer des thématiques précises liées au sujet, comme celle de la frontière irlandaise.

Les chercheurs retardent la publication de leurs recherches car ils estiment que GPT-2 a un potentiel « trop dangereux », étant donné que cette IA pourrait à terme servir à des actes mal intentionnées comme générer des avis négatifs ou positifs sur des produits, des spams, des textes complotistes, voire des fausses nouvelles[12].

GPT-3[modifier | modifier le code]

La Bêta privée du successeur de GPT-2 a ouvert en juillet 2020. Encore plus puissante, cette intelligence artificielle destinée au traitement du langage naturel présente 175 milliards de paramètres, soit au moins 10 fois plus que n'importe quel programme comparable jusqu'alors[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BBC News, (news bureau), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. a b et c « https://www.geekwire.com/2019/microsoft-invests-1-billion-openai-vows-build-ai-technology-platform-unprecedented-scale/ » (consulté le 22 juillet 2019)
  3. Jason Pontin, MIT Technology Review, (magazine), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  4. a et b Thomas Pontiroli, « OpenAI, ou l'espoir d'une IA à visage humain », sur Clubic, .
  5. Thierry Noisette, « Intelligence artificielle: OpenAI est créé par Elon Musk, Peter Thiel, Amazon Web Services et d'autres », sur ZDNet, .
  6. « Elon Musk lance un centre sur l’intelligence artificielle pour « bénéficier à l’humanité » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2019).
  7. « OpenAI: Musk veut l’intelligence artificielle au service de tous », sur BFM TV (consulté le 19 mars 2019).
  8. (en) « OpenAI shifts from nonprofit to ‘capped-profit’ to attract capital », TechCrunch,‎ (lire en ligne).
  9. « OpenAI devient une société à "but lucratif plafonné" pour attirer de nouveaux capitaux », sur Siècle Digital, (consulté le 15 juillet 2019).
  10. (en) « Introducing OpenAI », sur OpenAI.
  11. Thomas Burgel, « Tester le générateur de texte d'OpenAI est étonnant, drôle et angoissant », sur Korii, Slate, (consulté le 5 novembre 2019).
  12. (en) « Elon Muxk backed AI writes news fiction », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  13. « GPT-3 : OpenAI dévoile son impressionnant modèle de traitement de langage naturel », sur Siècle Digital, (consulté le 7 août 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]