Danielle Porte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Danielle Porte (née le 22 octobre 1946 à Grenoble) est une latiniste et historienne française. Elle est spécialiste de l’Antiquité romaine, en particulier de la religion romaine et des époques césarienne et augustéenne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et enseignements[modifier | modifier le code]

Docteur d’État ès-lettres en 1980, Danielle Porte accomplit toute sa carrière à Paris IV-Sorbonne, après un passage de deux ans dans l’enseignement secondaire, à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier). Elle poursuit ses études à Grenoble jusqu’en 1968, année de l’agrégation, hormis les années de 6e et de 5e passées en Allemagne (Koblenz et Speyer). Le collège Fantin-Latour ne comportant pas de section A, elle commence seule l’apprentissage du grec afin d’obtenir la licence et les concours d’enseignement en section lettres classiques. Son mémoire sur Les Héroïdes d’Ovide, variations sur un thème ? obtient un prix d’université en 1967 (prix Chabert). Elle est élue à la Sorbonne en 1970.

Son enseignement se répartit entre les cours d’histoire des religions et les classes de concours (CAPES, Agrégation) ainsi que les séminaires d’histoire de la religion romaine et les cours magistraux d’histoire et de civilisation romaines (périodes César/Auguste). Sa thèse, qui porte sur L’Étiologie religieuse dans les Fastes d’Ovide, sous la direction d'Henri Le Bonniec, lui confère le doctorat d’État ès-lettres en 1980. Elle est nommée maître de conférences en 1985, élevée à la hors-classe en 1990, mais n’accède pas au professorat et prend sa retraite en juillet 2012.

L’Opéra[modifier | modifier le code]

Sa seconde spécialité est la recherche sur l’opéra. Depuis 1976, elle assume la présidence du Cercle Loisirs Lyriques de Grenoble (voyages, cours, conférences), et depuis 1980, assure une émission sur l’art lyrique, le samedi de 13h. à 16h.20 sur Radio-Fontaine. Elle a participé à une quinzaine d’émissions (opéra et civilisation romaine) sur France-Culture, avec Pascale Lismonde et assuré de nombreuses années de cours à l’Université Inter-Ages dans ces deux domaines.

Alésia[modifier | modifier le code]

Depuis 1975, elle participe aux travaux de l'équipe constituée autour d'André Berthier, devenue en 1980 l’association A.L.E.S.I.A.[1] concernant la localisation du siège de 52 dans le Jura et en devient secrétaire en 1995. En 2005, elle fonde l’association AAB.cédaj : Alésia-André-Berthier, Centre d’Études et de Documentation sur l’Alésia Jurassienne[2].

Elle est nommée chevalier des Arts et Lettres en 1995. La croix lui est remise par André Berthier, correspondant de l’Institut et commandeur dans l’ordre, qui lui confie à cette occasion la protection et la poursuite de son hypothèse sur la localisation d’Alésia[3], legs qu’il lui confirmera avant sa disparition, en décembre 2000[4][réf. nécessaire]. Elle reçoit les Palmes académiques en 2003.

Roman[modifier | modifier le code]

Danielle Porte est l'auteur d'un roman historique qui se situe à l'époque d'Auguste, La Patricienne[5], paru sous le pseudonyme de Flore-Hélène Vauldane[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Religion romaine[modifier | modifier le code]

Livres
  • L’étiologie religieuse dans les fastes d'Ovide, Paris, Les Belles Lettres,1985, 599 p.  (compte-rendu par Robert Turcan dans RHR, 204, 1987, p. 192-195Lire en ligne sur Persée).
  • Les Donneurs de Sacré (le Prêtre à Rome), Paris, Les Belles Lettres, 1989, 266 p. 
    • sous le titre : Le Prêtre à Rome, Paris, Payot, 1995, 266 pages -éd. revue : Le Prêtre à Rome, Paris, les Belles Lettres, 2007, 266 p. 
  • Fêtes romaines antiques (illustr. Michèle Teysseyre), Toulouse, Clairsud, 2001,171 p. 
Articles
  • Anna Perenna : «Bonne et Heureuse Année !» dans : "Revue de Philologie, Paris, 45, 2, 1971, p.  282-291.
  • Le Devin, son bouc et Junon dans : Revue des Études Latines, Paris, 51, 1974, p.  171-189.
  • Note sur les Luperci nudi dans : Mélanges J.Heurgon, Rome, 1976, p. 817-824 Lire en ligne sur Persée.
  • Le Témoignage de Varron et de Verrius Flaccus sur les Lupercales dans : Revue. des Études Latines, Paris, 54,1977, p. 55-60.
  • Romulus-Quirinus, prince et dieu, dieu des princes dans : Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, Berlin, II,17,1,1981, p. 300-342.
  • Les Enterrements expiatoires à Rome dans : Revue de Philologie, Paris, 58, 1,1984, p. 233-243.
  • La Noyade rituelle des hommes de jonc dans : Mélanges G.Radke, Munster, 1986, p. 193-211.
  • Jupiter Elicius, ou la confusion des magies dans : «Res Sacræ» = Mélanges H.Le Bonniec, Bruxelles, 201,1988, p. 352-363.
  • La Religion romaine dans : Guide Encyclopédique d’Histoire des Religions (dir.M.Meslin), Paris, Bayard-Presse, t.1, 1997, p. 189-207.
  • Fast.,2, 23 : un mot, un rite dans : «Ovid Werk und Wirkung» Mélanges M.v.Albrecht, Heidelberg, 1998, p. 647-655.
  • La Boucherie sacrée du 15 avril dans :Latomus, Bruxelles, 2003, p. 1-16.
  • L’Eau et le feu : la vie, la mort dans : colloque « l’Eau et le Feu », Paris 1998 Paris, De Boccard, 2004, p. 155-165.
  • Les Secrets du sacré dans : les Épées, Paris, 21, 2007, p. 22-23.
  • Le Rex Sacrorum, Roi des Sacrifices et roi sacrifié (1) dans : les Épées, Paris, 24, 2007 p. 36-37.
  • Le Rex Sacrorum, Roi des Sacrifices et roi sacrifié (2) dans : les Épées, Paris, 25, 2008 p. 30-31.
  • La Religion à Rome : une affaire d’état dans : l’État, Paris, Ellipses, 2010, p. 251-255.
  • Le Fonctionnaire des dieux : Étude sur l’essence de la fonction sacerdotale à Rome dans les Dieux et les hommes, Paris, Ellipses, 2010, p. 155-168.
  • Mais où sont les temples d’antan ? dans : « Varietates Fortunæ », Mélanges J. Champeaux, Paris, Pups, 2010, p. 55-69.

Littérature romaine[modifier | modifier le code]

Livre
  • Rome : l'esprit des lettres, Paris, La découverte,1993, 193 p. 
Articles
  • Les Fastes d’Ovide et le sourcil latin dans : Latomus, Bruxelles, 37, 4,1978, p. 851-873.
  • L’Idée romaine et la métamorphose dans : Journées ovidiennes de Parménie coll. Latomus, Bruxelles, 189, 1985, p. 175-198.
  • Les Trois mythologies des Fastes dans : colloquia Raurica, (Augst) Stuttgart,1993, p. 142-157.
  • Les Fastes d’Ovide et la religion romaine dans : A.L.M.A, Clermont-Ferrand, 22,1994 (paru 1995), p. 7-23.
  • Ovide dans : Dictionnaire universel des Littératures Paris, P.U.F., 1994 , p. 2682-2685.
  • Mars dans : Enciclopedia orazziana, Rome, t. 2, 1997(1998), p. 423-425.
  • Juno dans : Enciclopedia orazziana, Rome, t. 2, 1997(1998), p. 391-392.
  • Ritus dans Enciclopedia Orazziana, Rome.
  • Les Romans de Jean-Pierre Néraudau et de Flore-Hélène Vauldane dans : «Sujets antiques, romanciers d’aujourd’hui», Actes du colloque de Toulouse, mars. 2002, A.R.T.E.L.A.,Toulouse, mars 2003, p. 13-20.
  • Le Glaive et la Balance (Réflexion sur Virgile, Énéide, XII, 725 sqq.) dans  : «Ars pictoris, ars scriptoris», Mélanges J.-M. Croisille, Clermont-Ferrand, 2008, p. 137-153.

Civilisation romaine, pensée, société[modifier | modifier le code]

Livre
  • Tombeaux romains, Paris, Le promeneur,1993, 153 p. 
Articles
  • Rome : entre ironie et courtoisie dans : Esprit, Paris,1994, p. 49-54.
  • Un pour tous dans : Vita Latina, Montpellier, 135,1994, p. 2-6.
  • Tous...et un dans : Vita Latina, Montpellier, 136,1995, p. 2-7.
  • Tous autour d’un dans : Vita Latina, Montpellier, 137,1995, p. 2-7.
  • Un...et toujours tous! dans :Vita Latina Montpellier, 138,1995, p. 2-6.
  • Fas est ...Fasti dans : Revue des Études Latines, Paris, 72, 1994 (1995) p. 122-137.
  • Grandeur et nequitia : les poètes et la ville dans :Rome,1er siècle av.J.-C., ainsi périt la République des vertu (dir.J.Gaillard), Paris, Autrement, 1996, p. 132-144.
  • Viens à ces pierres qui n’oublient pas ! dans : Rome,1er siècle ap.J.-C., les orgueilleux défis de l’ordre impérial (dir.J.Gaillard), Paris, Autrement, 1996, p. 123-133.
  • Et pour leurs jeux ...du marbre ! dans : Rome,1er siècle ap.J.-C., les orgueilleux défis de l’ordre impérial (dir.J.Gaillard), Paris, Autrement, 1996, p. 79-93.
  • L’Œil et l’oreille dans le Théâtre romain dans : G.I.T.A., Montpellier, 12, 1999, p. 1-60.
  • Le Romain, père et prof dans : les Épées, Paris, 28, 2009, p. 32-34.
  • Du quotidien au cosmique : la Conception romaine du Temps dans Actes du colloque « Espace et temps en latin» Centre Alfred Ernout, Paris, 2-4 juin 2008 Paris, Pups, 2011, p. 181-196.

Histoire[modifier | modifier le code]

Livres
  • Alésia, Citadelle jurassienne, Yens-sur-Morge, Cabédita,2000, 215 p. 
  • L’Imposture Alésia, Chatou, Carnot, 2004, 296 p. 
  • L’Imposture Alésia 2 : l’Imaginaire de l’archéologie, impr. B.o.D., Paris, 2010, 520 p. , 277 ill.
  • Vercingétorix. Celui qui fit trembler César, Ellipses, 2013, (ISBN 9782729876531), lire un extrait[1]
Articles
  • Claudia Quinta et le problème de la lauatio de Cybèle en 204 av.J.-C. dans : Klio, Berlin, 66,1,1984, p. 83-103.
  • Un épisode satirique des Fastes et l’exil d’Ovide dans : Latomus, Bruxelles, 43, 2,1984, p. 284-306.
  • Marcus Valérius Messala dans : Orfea voce dans : « colloque M.Desport », Bordeaux,1993, p. 9-23.
  • Quirinus, Auguste, apothéose, dans : Vita Latina, Montpellier, 132,1993, p. 18-26.
  • La Perle de Servilia dans : Revue des Études Anciennes, Bordeaux, 96, 1994 (1995), p. 1-20.
  • En marge de la Guerre des Gaules : le Bellum Sequanicum de Varron d’Atax dans : Latomus, Bruxelles, 59, 2, 2000, p. 276-288.
  • Alésia : foyer et métropole religieuse de toute la Celtique dans : colloque « Alésia » Paris, Instit. Catholique, 6. 2. 1998, Paris, Fremig, 2001, p. 29-58.
  • Pia Arma (le Temple de Mars Vltor) dans : Mélanges Carl Deroux, coll. Latomus, 277, Bruxelles, 2003, p. 513-530 + 2 pl.
  • Auguste : le gant de velours dans : les Epées, Paris, 16, 2005, p. 32-34.
  • Préface au livre de Régis Najac : Uxellodunum-Capdenac : Regards sur l’évidence, Figeac, 2005, p. 4-6.
  • L’Apollon d’Auguste ou la force du Destin dans : Liber Amicorum : Mélanges J.-P. Néraudau, Paris, Champion, 2005, p. 31-48.
  • Le Porteur de trophées : une lecture octavienne de Properce, Élég., IV, 6 & 10, dans Latomus, 11, 1970, p. 1013-1029.
  • La Clef d’Alésia 1 (38 p. ) coll. "Liralesia" de l’AAB.cédaj.
  • La Clef d’Alésia 2 (27 p. ) coll. "Liralesia" de l’AAB.cédaj.

Grammaire[modifier | modifier le code]

  • Naufragés du latin, Paris, Ellipses, 1999, p.  447

Philologie[modifier | modifier le code]

  • Ovides et la tradition homérique dans Hér.1,15 et 1,91, Paris, 50,1976, p. 239-246.
  • Trois vers problématiques dans les Fastes d’Ovide dans :.Latomus, Bruxelles, 35, 4,1976, p.834-850.
  • Les Fastes d’Ovide et leur imitation dans les calendriers du XIIe siècle dans : Caesarodunum, Paris,17, 2,1982, p.195-217.
  • La Fleur d’Olène et la naissance du dieu Mars dans :Latomus, Bruxelles, 42, 4,1983, p.877-884.
  • Recension de l’édition d’Ovide, Fasti, par R.Schilling, Paris, 1992 dans : Latomus, Bruxelles, 51, 1998, p.420-428.

Edition[modifier | modifier le code]

  • Révision et édition augmentées des Héroïdes d’Ovide, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

Opéra[modifier | modifier le code]

Livres
  • Roma Diva, Paris, Les Belles Lettres,1987, 621 p. 
  • La Quadrature du Cercle, Grenoble, Artès, 1996, 350 p. 
Articles
  • Présence de la mythologie dans l’opéra des XIXe et XXe siècles dans : «la Mythologie, clef de lecture du monde classique» Hommages à P.Chevallier, Tours, Paris, 1986, p. 527-536.
  • Livre et livret dans : Lire en L.P. (C.R.D.P.), Grenoble, 16,1995, p. 14-18.
  • Massenet et la grandeur romaine dans : Bulletin Association Massenet, Paris, 4,1996, p. 59-74.
  • Simples notes sur quelques perles (sur : les Pêcheurs de perles, Bizet) dans : programme du Gd Théâtre, Bordeaux, fév.1997, p. 25-26.
  • «Or et pouvoir, un songe !» Néron dans l’opéra italien des XIXe et XXe siècles dans : colloque «Neroniana», Clermont-Ferrand, coll. Latomus, Bruxelles, 1995 (1998) p. 457-470.
  • Amina-Anima (sur : la Somnambule, Bellini) dans : programme du Gd Théâtre, Bordeaux, juin 1999, p. 11-15.
  • Un roi sans divertissement ? (sur : le Roi de Lahore, Massenet) dans :programme du Gd Théâtre, Bordeaux, nov. 1999, p. 19-26.
  • Orages, beaux désespoirs ! (sur : Iphigénie en Tauride, Gluck) dans : programme du Gd Théâtre, Bordeaux, juin 1999, p. 19-26.
  • Beau comme l’Antique: l’Antiquité dans le livret d’opéra à l’époque de Massenet dans Actes du colloque «le Livret d’opéra à l’époque de Massenet», 9-10 nov. 2001, St.-Etienne, C.I.E.R.E.C.,108, 2002, p. 35-59.
  • Mythologie et histoire ancienne dans : Inventaire : l’opéra[7], Encyclopædia Universalis, Paris, 2005, p. 336-342.
  • Regards sur Cléopâtre dans : programme du Gd Théâtre, Bordeaux, janv. 2007, p. 17-21.
  • «Où sommes-nous ? – Dans mon empire ! » Simples réflexions sur le visage du Mal dans l’opéra dans le Mal, Paris, Ellipses, 2010, p. 53-55.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Association Lemme et Saine d'intérêt archéologique.
  2. « Alésia l'hypothèse jurassienne ».
  3. A Grenoble, le 21 octobre 1995, il existe un enregistrement vidéo de cette cérémonie.
  4. Le 5 décembre 2000, à l'occasion de la sortie de la Citadelle jurassienne, une semaine avant le décès de Berthier
  5. Paris, Denoël, 356 p.
  6. Le Nouvel Observateur, 3-9 mai 1990, p. 139.
  7. Demandé par X.Darcos, Ministre et son ancien thésard[réf. nécessaire]