Démocratie prolétarienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Démocratie prolétaire)
Aller à : navigation, rechercher
Démocratie prolétarienne
(it) Democrazia proletaria
Image illustrative de l'article Démocratie prolétarienne
Logo officiel
Présentation
Secrétaire national Mario Capanna (1982-1987)
Giovanni Russo Spena (1987-1991)
Fondation 1975 (sous forme de coalition)
13 avril 1978 (constitution en parti)
Disparition 9 juin 1991
Journal Quotidiano dei lavoratori
Positionnement Extrême gauche
Parti successeur Parti de la refondation communiste
Idéologie Communisme
Écologisme
Pacifisme
Féminisme
Site web www.democraziaproletaria.it

Démocratie prolétarienne (en italien, Democrazia Proletaria, abrégé en DP ; parfois traduit en français par Démocratie prolétaire) est une formation politique italienne d'extrême gauche qui a existé entre 1975 et 1991.

Histoire[modifier | modifier le code]

Démocratie prolétarienne a d'abord été une coalition électorale, réunissant le Parti d'unité prolétarienne pour le communisme et divers autres partis d'extrême gauche, Avanguardia Operaia, le Movimento Lavoratori per il Socialismo, ainsi que plusieurs autres groupes de moindre importance, notamment trotskistes. La coalition, rejointe en 1976 par Lotta continua, avait pour ambition de représenter, lors des élections générales de 1976, la part de l'échiquier politique située à gauche du Parti communiste italien. Lors du scrutin, la coalition obtient 1,5% des suffrages nationaux et, grâce au système de scrutin proportionnel, fait élire six députés[1].

À partir de 1977, la coalition est parcourue de divisions opposant notamment le Parti d'unité prolétarienne pour le communisme (PdUP) et Avanguardia operaia. En avril 1978, l'aile gauche du PdUP, dirigée par Vittorio Foa, scissionne et s'allie avec la majorité d'Avanguardia Operaia pour fusionner au sein de Démocratie prolétarienne, qui devient alors un parti politique. Le PdUP continue d'exister de son côté et absorbe le reste d'Avanguardia Operaia[1].

En 1979, le parti obtient un député européen, en la personne de Mario Capanna, ancien leader de la contestation étudiante d'extrême gauche. DP conserve un siège au parlement européen en 1984 et 1989. Lors des élections générales de 1979, Démocratie prolétarienne se présente, avec un ensemble de représentants de l'extrême gauche dont des anciens de Lotta continua, sous l'étiquette Nuova Sinistra Unita (Nouvelle Gauche Unie) : alors que le Parti d'unité prolétarienne pour le communisme, qui s'est présenté séparément, obtient six députés, Nouvelle Gauche Unie n'obtient que 0,8% des voix et aucun siège à la chambre. Lors des élections générales de 1983, Démocratie prolétarienne parvient à obtenir 1,47% des voix, et sept députés. Aux élections de 1987, il obtient huit députés et un sénateur[1].

Démocratie prolétarienne se veut le porte-parole, non seulement des revendications de la classe ouvrière italienne, mais également de divers courants d'opinion présents notamment au sein de la jeunesse, comme le féminisme, l'écologisme et le pacifisme. Durant toutes les années 1980, DP demeure un point de ralliement pour certaines sensibilités de la gauche et de l'extrême gauche italiennes, qui ne se reconnaissent pas dans le PCI[1].

En 1987, le leader de l'aile « écolo-pacifiste » du parti, Mario Capanna, est remplacé à la tête de DP par l'un des principaux chefs de l'aile « ouvriériste », Giovanni Russo Spena. La tendance de Capanna, qui souhaite privilégier la création d'un « pôle rouge-vert », scissionne en 1989 et crée une nouvelle formation écologiste, Verdi Arcobaleno, qui rejoint ensuite la Fédération des Verts. Démocratie prolétarienne s'autodissout en 1991 pour former, avec d'anciens cadres du Parti communiste italien et d'autres organisations, le Parti de la refondation communiste[1].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections générales[modifier | modifier le code]

Année Chambre des députés Sénat Rang Gouvernement
 % Mandats  % Mandats
1983 1,47
7 / 630
1,05
7 / 315
10e Opposition
1987 1,66
8 / 630
1,52
1 / 315
10e Opposition

Parlement européen[modifier | modifier le code]

Année  % Sièges Rang Groupe
1979 0,7
1 / 81
10e CDI
1984 1,4
1 / 81
8e ARC
1989 1,3
1 / 81
5e Les Verts

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Democrazia proletaria (DP), Encyclopédie Treccani

Article connexe[modifier | modifier le code]