Déformation plastique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Plasticité » redirige ici. Pour les autres significations, voir Plasticité (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plastique.
Courbe de traction d'un essai de traction interrompu dans le domaine plastique : déformation élastique εe et déformation plastique εp.
Résultat d'une déformation plastique sur un ballon de baudruche.

La déformation plastique est la déformation irréversible d'un objet ; elle se produit par un réarrangement de la position relative des atomes, ou plus généralement des éléments constitutifs du matériau.

Lorsque l'on sollicite une pièce, un objet (on le tire, on le comprime, on le tord...), celui-ci commence par se déformer de manière réversible (déformation élastique), c'est-à-dire que ses dimensions changent, mais il reprend sa forme initiale lorsque la sollicitation s'arrête. Certains matériaux, dits fragiles, cassent dans ce mode de déformation si la sollicitation est trop forte.

Pour les matériaux dits ductiles, lorsque l'on augmente la sollicitation, on déforme de manière définitive la pièce ; lorsque l'on arrête la sollicitation, la pièce reste déformée. C'est par exemple le cas d'une petite cuillère qui a été tordue: on ne pourra jamais la redresser pour lui faire reprendre sa forme initiale.

Applications pratiques[modifier | modifier le code]

La déformation plastique permet la mise en forme de pièces (forgeage, martelage, tréfilage, filage, laminage, estampage, emboutissage…). Elle permet aussi d'absorber l'énergie d'un choc et augmente la capacité de résistance à la rupture et la protection des personnes, comme dans le cas de la tôle d'une voiture ou d'un mousqueton d'escalade.

En résistance des matériaux, il peut être nécessaire de quantifier la déformation plastique résultant d'une sollicitation. En effet, dans certains domaines, on interdit toute déformation plastique, on s'attache alors à ce qu'à aucun moment la contrainte ne dépasse la limite d'élasticité ; pour cela, on applique souvent un coefficient de sécurité. Mais si cette manière de concevoir est prudente, elle donne en revanche des mécanismes et des structures lourds. Si l'environnement et le comportement du système sont maîtrisés, on peut admettre une déformation plastique lors de certaines phases de vie du système, mais il faut pouvoir quantifier ces déformations afin de s'assurer que cela ne compromet pas le fonctionnement du système.

Essai de traction[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Essai de traction.

Sur un essai de traction simple (uniaxial), la déformation plastique produit une allongement irréversible de l'éprouvette. Sur la courbe contrainte-déformation, la partie élastique correspond à la partie linéaire (droite) de la courbe, le domaine plastique correspond à l'infléchissement de cette courbe. La limite entre les deux domaine définit la limite d'élasticité notée ici Re.

Si l'on arrête l'essai en cours (avant striction et rupture), alors l'éprouvette se rétracte élastiquement d'une valeur εe, mais conserve une déformation résiduelle εp. Cette déformation constitue εp la déformation plastique.

Mécanisme de la déformation plastique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Dislocation et Écrouissage.

Dans les métaux, ceci se produit par un glissement des plans atomiques les uns sur les autres, à la manière des cartes à jouer d'un paquet, et ce glissement de plans atomiques se fait grâce au déplacement de défauts linéaires appelés « dislocations ».

Dans les polymères, la déformation irréversible est due à un glissement des chaînes polymère les unes par rapport aux autres. On est plus dans le domaine de la viscosité que dans celui de la plasticité ; selon le comportement du polymère, on parle de viscoélasticité ou de viscoplasticité.

Dans les émulsions ou les mousses, la déformation irréversiblee suit un autre mécanisme, à une échelle plus grande que celle de l'atome : ce sont les gouttelettes ou les bulles qui changent de position les unes par rapport aux autres.

Dans tous les cas, la déformation plastique résulte de mouvements au sein de la matière. Ces mouvements s'accompagnent de frottements (force de Peierls-Nabarro dans le cas des dislocations), et produisent donc de la chaleur. L'échauffement est en général négligeable, mais il peut être nécessaire de le prendre en compte si la déformation est rapide (adiabatique, la chaleur n'a pas le temps de s'évacuer et provoque une élévation notable d ela température de la pièce).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]