Henri Tresca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Tresca
Image dans Infobox.
Fonction
Président
Société des ingénieurs civils de France
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Ingénieur en travaux publics, physicien, ingénieurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
La tombe d'Henri-Edouard TRESCA - Cimetière Montmartre.JPG
Vue de la sépulture.

Henri Édouard Tresca, né le à Dunkerque[1], et mort le à Paris, est un ingénieur mécanicien français, professeur au Conservatoire national des arts et métiers de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comparaison des critères de Tresca et de Von Mises.

La famille Tresca est originaire d'Italie : Jean-André Tresca, médecin originaire de Turin (né vers 1597) a épousé Marguerite Leroux à Béthune vers 1642. Henri Tresca est le père de Gustave-Jules Tresca (1846–1918), ingénieur des Arts et métiers, d'Alfred-Auguste Tresca (né en 1841), ingénieur des Arts et métiers, d'Édouard-Adolphe Tresca, ingénieur en chef des Ponts et chaussées.

En 1867-68, Henri Tresca a mené une série d'expériences sur la déformation du plomb en fonction de la forme des solides et de leurs conditions d'appui. Il en a tiré une règle donnant le seuil de déformation irréversible des métaux, le critère de Tresca[2] (ou critère maximal de résistance d'un matériau aux efforts de cisaillement). Le critère spécifie qu'un matériau va se déformer plastiquement (irréversiblement) si les contraintes excèdent une certaine intensité, et plus précisément si .

Le critère de Tresca est l'un des deux plus importants critères de résistance utilisés aujourd'hui, avec celui de von Mises.

Tresca est également le père du mètre étalon. Après la Convention du Mètre de 1875, le Bureau international des poids et mesures de Sèvres fit réaliser trente mètres étalons en alliage de platine à 90 % et d'iridium à 10 %. Les règles avaient une section en « X » qui fut appelée du nom de Tresca qui les avait conçues. Cette section était prévue pour donner le maximum de rigidité. Les règles avaient une longueur de 102 centimètres, deux traits transversaux marquant les extrémités de l'unité. L'une de ces règles fut choisie comme mètre étalon international[1].

Tresca a été nommé membre de l'Académie des sciences en 1872, et membre honoraire de l'American Society of Mechanical Engineers en 1882.

Il est enterré à Paris au cimetière de Montmartre, il repose avec son épouse Clotilde Lecoeuvre (1816–1868), sa fille Marie (1842–1897), épouse d'Ernest Rigollot et son petit-fils Henri Rigollot (1869–1882).

Hommages[modifier | modifier le code]

La tombe d'Henri-Edouard Tresca à Paris au cimetière de Montmartre.

La renommée de Tresca était telle à son époque que Gustave Eiffel mit son nom en troisième position sur la Liste des 72 noms de savants inscrits sur la tour Eiffel.

Le Groupe Trescal tire notamment son nom de celui d'Henri Tresca[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Aimé Laussedat, Livre du Centenaire de l'Ecole polytechnique, vol. 2, Paris, Gauthier-Villars et fils,
  2. (en) Stephane Timoshenko, History of strength of materials, McGraw-Hill Book Co., (réimpr. 1983, éd. Dover), 452 p.
  3. « Le groupe Trescal », sur trescal.com (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :