Crise existentielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une crise existentielle (ou crise de la vie) est une crise qui peut se produire au cours de la vie d’un individu. Le problème du sens et du but de l'existence sont un sujet traité par le mouvement philosophique existentialiste.

Description[modifier | modifier le code]

Au cours de sa vie, un individu va subir plusieurs événements importants qui vont induire des changements de sa perception et de sa conception des choses. Cela peut être une prise de conscience, un trauma psychologique, une séparation, un deuil, une perte d'emploi, un accident (voire une catastrophe), un changement corporel (adolescence), l'ingestion de substances psychoactives...

En général, cela engendre chez la personne atteinte une introspection sur sa propre mortalité, révélant ainsi le refoulement psychologique de cette connaissance.

La crise va engendrer une tension nerveuse (stress) qui va permettre l'adaptation de l'individu à une nouvelle situation. Elle peut générer les phénomènes suivants, en être une erreur de diagnostic ou se produire conjointement avec eux:

  • Une dépression nerveuse
  • De l'insomnie
  • Un isolement prolongé
  • Une insatisfaction avec sa propre vie
  • Un traumatisme psychologique majeur
  • Le sentiment d'être seul et isolé du monde
  • La lucidité nouvellement trouvée ou l'appréciation de sa mortalité, peut-être à la suite d'un diagnostic de santé majeur comme une maladie en phase terminale.
  • La croyance que sa vie n'a pas de sens ou de raison extérieure.
  • Chercher le sens de la vie
  • L'effondrement du sens de la réalité
  • Une expérience extrêmement agréable ou douloureuse qui laisse l'individu en quête de sens

Cette adaptation peut éventuellement déboucher sur un comportement addictif (alcoolisme, tabagisme, consommation médicamenteuse, toxicomanie) tandis que le sentiment d'incapacité à s'adapter peut éventuellement déboucher sur un suicide.

Pour le psychanalyste Kazimierz Dąbrowski, une crise existentielle peut s'inscrire dans un processus de désintégration positive, et être utile voire nécessaire à la construction de la personnalité[1].

Il n'existe pas de remède officiel à la crise existentielle, mais un tour du monde bien accompagné s'avère souvent efficace pour la faire disparaître.

Selon l'existentialisme[modifier | modifier le code]

Une crise existentielle peut ressembler à l'anomie (les conséquences de l'absence de normes sur l'état d'un individu) ou à une crise de la quarantaine. Une crise existentielle peut provenir de la nouvelle perception qu'un individu a de la vie et de l'existence. Par analogie, l'existentialisme postule qu'une personne peut et définit le sens de sa vie et de sa raison d'être, et de ce fait doit choisir de résoudre cette crise de l'existence.

Dans l'existentialisme, l'expression "crise existentielle" désigne spécifiquement la crise d'un individu quand il reconnaît qu'il doit toujours définir sa vie à travers les choix qu'il fait. La crise existentielle se produit lorsqu'il réalise que même la décision de ne pas agir ou de refuser de consentir à quelque chose est un, en elle-même, un choix. En d'autres termes, l'humanité est "condamnée" à la liberté[2]. De plus, une fois qu'un individu a terminé une crise existentielle, il peut facilement plonger dans une autre, ou ne pas en être complètement sorti.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les hyperstimulabilités - la théorie de la Désintégration Positive - les surdoués
  2. Existentialisme

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]