Trouble de la dépersonnalisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le trouble de la dépersonnalisation est un trouble dissociatif dans lequel un individu éprouve de manière durable ou répétitive des sentiments de dépersonnalisation et/ou de déréalisation. Le critère diagnostic inclut des sentiments persistants ou récurrents de détachement ou d'éloignement de soi-même[1].

Des moments occasionnels de dépersonnalisation peuvent se produire[2], de fortes sensations persistantes ou récurrentes peuvent être un signe de gravité. Le diagnostic du trouble est fait lorsque la dissociation est persistante et interfère avec les fonctions habituelles et sociales. Le trouble de la dépersonnalisation peut être causé par des événements traumatisants, tels abus ou agressions sexuelles, physiques ou émotionnelles durant l'enfance ; voire accidents, guerre et torture. L'utilisation de substances psychoactives ou psychotropes est un facteur de risque. Pendant l'expérience de dépersonnalisation, l'appréciation de la réalité peut demeurer intacte.

Si ces symptômes sont considérés comme protégeant la personne de stimuli négatifs, le trouble de la dépersonnalisation peut être considéré comme un mécanisme de défense. Le trouble de la dépersonnalisation est souvent comorbide avec les troubles anxieux, les peurs panique, le syndrome de stress post-traumatique, la dépression clinique, la schizophrénie et le trouble bipolaire.

Critères[modifier | modifier le code]

Les critères diagnostiques sont définis dans la section 300.6 du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux et incluent[1] :

  • Expérience prolongée ou récurrente d'un sentiment de détachement et d'une impression d'être devenu un observateur extérieur de son propre fonctionnement mental ou de son propre corps (ex. impression de rêver).
  • Le principe de réalité n'est pas altéré durant la dépersonnalisation.
  • La dépersonnalisation s'accompagne de difficultés au travail, ou dans l'exercice des fonctions vitales ou sociales.
  • La dépersonnalisation ne survient pas seulement lorsque l'individu est affecté par un autre trouble mental, et n'est pas directement associée à une prise de substances psychoactives/psychotropes.

Le DSM-IV-TR reconnait spécifiquement d'autres causes du trouble :

  • Déréalisation, expérience d'un monde externe étrange ou irréel.
  • Macropsie ou micropsie, une altération dans la perception de la taille ou volume des objets.
  • Un sens que d'autres individus trouvent étrange.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Traitement[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les antidépresseurs, les anxiolytiques, les neuroleptiques ou encore le lithium peuvent être utilisés dans le traitement de ce trouble sans forcément parvenir à le soigner. [réf. insuffisante]

Les antipsychotiques souvent utilisés sont la rispéridone (Risperdal), l'amisulpride (Solian) ou l'aripiprazole (Abilify).

Les antipsychotiques, les antidépresseurs, les anxiolytiques et le lithium n'ont pas fait la preuve de leur efficacité.

D'après certaines études, la stimulation magnétique transcrânienne répétitive et les antagonistes opioïde Naloxone et Naltrexone pourraient être efficaces contre ce trouble. [3],[4],[5],[6]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Association Américaine de Psychiatrieconsulté le=19 avril 2011, « DSM-IV-TR: [[Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux]] »
  2. (en) Simeon, D., & Abugel, J. (2006). Feeling Unreal: Depersonalization Disorder and the Loss of the Self. New York, NY: Oxford University Press. (p. 3)
  3. Emma-Louise Jay, Steffen Nestler, Mauricio Sierra et Jessica McClelland, « Ventrolateral prefrontal cortex repetitive transcranial magnetic stimulation in the treatment of depersonalization disorder: A consecutive case series », Psychiatry Research, vol. 240,‎ 06 30, 2016, p. 118–122 (ISSN 1872-7123, PMID 27104926, PMCID PMC4906152, DOI 10.1016/j.psychres.2016.04.027, lire en ligne)
  4. Emma-Louise Jay, Mauricio Sierra, Frederique Van den Eynde et John C. Rothwell, « Testing a neurobiological model of depersonalization disorder using repetitive transcranial magnetic stimulation », Brain Stimulation, vol. 7, no 2,‎ , p. 252–259 (ISSN 1876-4754, PMID 24439959, PMCID PMC3968882, DOI 10.1016/j.brs.2013.12.002, lire en ligne)
  5. Daphne Simeon et Margaret Knutelska, « An open trial of naltrexone in the treatment of depersonalization disorder », Journal of Clinical Psychopharmacology, vol. 25, no 3,‎ , p. 267–270 (ISSN 0271-0749, PMID 15876908, lire en ligne)
  6. « Seeking A Depersonalization Cure: 5 Treatments For DP/DR », BrainProTips,‎ (lire en ligne)