Pornography

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pornography (film) et Pornographie.
Pornography

Album de The Cure
Sortie [1]
Enregistré janvier 1982 - février 1982 au RAK Studio One à Londres
Durée 43 min 29 s
Genre Cold wave
Rock gothique
Producteur Phil Thornalley, The Cure
Label A&M Records
Elektra, WEA
Fiction Records
Polydor, PolyGram
Sire
Critique

Albums de The Cure

Singles

  1. The Hanging Garden
    Sortie : 12 juillet 1982

Pornography est le quatrième album studio du groupe britannique The Cure, sorti le .

Historique[modifier | modifier le code]

Cet album est considéré comme le plus sombre et triste du groupe, tout en représentant la marque de fabrique de The Cure (alors à l'apogée de sa période noire), faisant de cet album une œuvre plus qu'appréciée par les fans[6]. La noirceur est aussi présente dans la musique et les arrangements que dans les paroles qui ne font preuve d'aucune légèreté ; le propos étant désespéré, triste et sombre. Le disque débute d'ailleurs par cette phrase « It doesn't matter if we all die (Ca n'a aucune importance si nous mourons tous) ». Cependant, il se termine par « I must fight this sickness, find a cure (Je dois combattre cette maladie, trouver un remède) » qui paraît presque optimiste au sortir de cet album claustrophobe et pesant de noirceur.

Influences[modifier | modifier le code]

Le chanteur et compositeur Robert Smith dira au NME deux ans après la sortie de l'album que son point de référence « n'était pas du tout Joy Division mais le premier album des Psychedelic Furs qui avait une densité de son, vraiment puissante »[7]. En 2004, au magazine Uncut, il expliqua une autre influence importante: « Quand nous sommes partis en tournée avec Siouxsie and the Banshees fin 1979, à ce moment-là ils ont eu une influence massive sur moi. [...] Ils sont le groupe qui m'ont amené à faire Pornography »[8]. Lors d'une interview à Flexipop publiée en 1982, Robert Smith cita parmi les "albums qu'il emmenerait dans un bunker après le big bang": Desertshore de Nico, Music for Films de Brian Eno, Axis: Bold as Love / Are You Experienced de Jimi Hendrix, Twenty Golden Greats de Frank Sinatra et The Early Piano Works d'Erik Satie[9].

Accueil critique et commercial[modifier | modifier le code]

Malgré son atmosphère désenchantée et jugée difficile d'accès, l'album entre dans le Top 10 britannique ainsi qu'en Nouvelle-Zélande[10]. Pour certains critiques, « la basse grave de Simon Gallup, mêlée à la batterie monotone de Lol Tolhurst, et la voix impassible de Robert Smith composent la bande son idéale pour tout amateur de rock gothique »[10].

Pornography fut d'abord mal noté par le magazine Rolling Stone qui lui attribua un 1.5/5, ayant du mal à digérer son ambiance particulièrement oppressante[5].

Il est listé dans l'ouvrage de référence de Robert Dimery Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie.

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Robert Smith - guitare, chant, claviers (One Hundred Years, The Hanging Garden, Cold, Pornography), violoncelle (Cold)
  • Simon Gallup - basse, claviers (A Strange Day, Cold, Pornography)
  • Laurence Tolhurst - batterie, claviers (One Hundred Years)

Production[modifier | modifier le code]

  • Producteur : Phil Thornalley, The Cure
  • Ingénieur : Mike Nocito, Robert Smith
  • Assistant ingénieur : Phil Thornalley
  • Photographie : Michael Kostiff
  • Design pochette : Ben Kelly

Réédition[modifier | modifier le code]

En 2005, le disque bénéficie d'une réédition agrémentée d'un deuxième disque composé d'inédits et d'enregistrements en public[4].

Pornography sur scène[modifier | modifier le code]

Selon Robert Smith, Pornography est le premier volet d'une trilogie qui se poursuit avec Disintegration en 1989 et qui se clôture avec Bloodflowers en 2000. Ainsi, l'album est joué dans son intégralité en live, ainsi que Disintegration et Bloodflowers, au cours de deux concerts au Tempodrom de Berlin en novembre 2002 ainsi qu'un concert à Bruxelles (Forest National). Les concerts berlinois ont fait l'objet d'un enregistrement audio-vidéo intégral que l'on retrouve sur le double DVD intitulé Trilogy.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Édition originale[modifier | modifier le code]

Tous les titres ont été écrits et composés par Simon Gallup, Robert Smith, Laurence Tolhurst

Face A
No Titre Durée
1. One Hundred Years 6:43
2. A Short Term Effect 4:24
3. The Hanging Garden 4:36
4. Siamese Twins 5:30
Face B
No Titre Durée
5. The Figurehead 6:17
6. A Strange Day 5:06
7. Cold 4:28
8. Pornography 6:29

Réédition 2005[modifier | modifier le code]

CD 1 - The Original Album

Liste identique à celle de l'album original

CD 2 - Rarities 1981-1982
No Titre Durée
1. Break (group home instrumental demo, 11/1981) 2:11
2. Demise (studio instrumental demo, 12/1981) 2:09
3. Temptation (studio instrumental demo, 12/1981) 4:00
4. The Figurehead (studio demo, 12/1981) 6:12
5. The Hanging Garden (studio demo, 12/1981) 5:29
6. One Hundred Years (studio demo, 12/1981) 7:00
7. Airlock - The Soundtrack (instrumental, 03/1982) 13:07
8. Cold (live at Hammersmith Odeon, 05/1982) 3:54
9. A Strange Day (live at Hammersmith Odeon, 05/1982) 4:05
10. Pornography (live at Hammersmith Odeon, 05/1982) 5:55
11. All Mine (live Hammersmith Odeon, 05/1982 - figure sur la version cassette de l'album Concert: The Cure Live) 2:54
12. A Short Term Effect (live in Bruxelles, 06/1982) 4:05
13. Siamese Twins (live in Bruxelles 06/1982) 6:03
14. Temptation Two (aka LGTB) (Robert Smith studio demo 07/1982) 3:57

Classements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Classement (1982) Meilleure
place
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[11] 39
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[12] 9
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Mega Album Top 100)[13] 17
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Albums Chart)[14] 8
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[15] 45
Classement (2005) Meilleure
place
Drapeau de la Belgique Belgique (Wallonie Ultratop)[16] 70
Drapeau de la France France (SNEP)[17] 81

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. site officiel de The Cure
  2. (en) Stewart Mason, « Pornography - The Cure », sur allmusic.com (consulté le 30 novembre 2019)
  3. (en) Douglas Wolk, « The Cure - Pornography », sur web.archive.org (consulté le 30 novembre 2019)
  4. a et b (en) Nitsuh Abebe, « The Cure - Seventeen Seconds/Faith/Pornography », sur pitchfork.com (consulté le 30 novembre 2019)
  5. a et b (en) J.D. Considine, « Pornography », sur rollingstone.com (consulté le 30 novembre 2019)
  6. (en)The Cure - Pornography, Stewart Mason, AllMusic.
  7. Mat Snow. "Top Cat" [interview]. NME. 26 mai 1984. p.18
  8. James Oldham. "Siamese Twins - The Cure and the Banshees". Uncut. Août 2004. p.60
  9. "Fallout Favorites Robert Smith chooses the records he'd take into the bunker after the big bang". Flexipop. avril 1982
  10. a et b Robert Dimery. "The Cure Pornography" par¨Peter Notari. Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie. P488 (ISBN 2082015394)
  11. (en) Australian-charts.com – The Cure – Pornography. ARIA Top 50 album. Hung Medien. Consulté le 5 décembre 2014.
  12. (en) Charts.org.nz – The Cure – Pornography. RIANZ. Hung Medien. Consulté le 5 décembre 2014.
  13. (nl) Dutchcharts.nl – The Cure – Pornography. Mega Album Top 100. Hung Medien. Consulté le 5 décembre 2014.
  14. (en) Archive Chart. UK Albums Chart. The Official Charts Company. Consulté le 5 décembre 2014.
  15. (en) Swedishcharts.com – The Cure – Pornography. Sverigetopplistan. Hung Medien. Consulté le 5 décembre 2014.
  16. Ultratop.be – The Cure – Pornography. Ultratop 200 albums. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 5 décembre 2014.
  17. Lescharts.com – The Cure – Pornography. SNEP. Hung Medien. Consulté le 5 décembre 2014.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Gonin, The Cure : Pornography, Paris, Densité, coll. « Discogonie », 2014, 73 p. (ISBN 978-2-919296-01-9)