Philippe Grandrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philippe Grandrieux
Description de l'image Philippe Grandrieux Wiki.jpg.
Naissance (67-68 ans)
Saint-Étienne
Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Cinéaste, artiste, scénariste
Films notables Sombre
La Vie nouvelle
Un lac
Malgré la nuit
Site internet http://epilepticfilmbookmusic.com

Philippe Grandrieux est un cinéaste français né en 1954 à Saint-Étienne[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de cinéma à l'INSAS (son mémoire de fin d'études est consacré aux rapports entre cinéma et peinture[2]) Philippe Grandrieux présente sa première installation Via la vidéo à la Galerie Albert Baronian (Bruxelles) en 1976.

À partir des années 1980, dans le cadre de l'atelier de recherche à l'INA ainsi que pour LaSept/Arte, il propose des formes et des formats qui mettent en question le documentaire, l'information[3], l'essai. Ainsi il crée un laboratoire de recherche intitulé "Live"[4] qui produit quatorze films en plan séquence d'une heure, sans intervention de post-production avant leur diffusion. Robert Frank[5], Robert Kramer, Thierry Kuntzel, parmi d'autres, y participent.

En 1998 il réalise Sombre (récompensé à Locarno), son premier long métrage. Le film suscite enthousiasme et rejet. Serge Kaganski dans les Inrockuptibles[6] est le premier à le défendre : « Sombre est un choc, une splendeur malaisante. Avec ce premier film stupéfiant, Philippe Grandrieux signe le manifeste risqué d'un cinéma sensoriel, minoritaire au pays du ciné-roman ». La polémique avait déjà commencé au festival de Locarno, où le film projeté pour la première fois avait profondément divisé le jury. Raymond Bellour avait rendu compte de ces divisions tranchées et pris à son tour sa défense dans la revue Trafic en titrant son article de manière explicite : « Pour Sombre »[7].

Depuis, le travail de Philippe Grandrieux se déploie autour de la fiction (2002 La Vie nouvelle, 2008 Un lac récompensé à Venise, 2016 Malgré la nuit), du documentaire, de la performance, de l'installation et se caractérise par une tension constante entre plasticité et narration. La Vie nouvelle son second long métrage en est l'exemple le plus vif. Alors que le film est accueilli dans de nombreux festivals, Toronto, Viennale, Rotterdam, Lincoln Center - New York..., il est à nouveau vilipendé par une partie de la critique française. Les éditions Léo Scheer, sous la direction de Nicole Brenez, publient un ouvrage « La vie nouvelle / Nouvelle vision »[8] réunissant plus de quarante textes prenant sa défense et qui répondent ainsi à cette question : Qu’est-ce qu’un grand film ? "Au-delà du plaisir qu’il nous procure et quelle que soit la nature de ce plaisir (...) il s’agit d’un film qui nous oblige à reconsidérer ce qu’avant lui nous croyions du cinéma (...). La Vie nouvelle, de Philippe Grandrieux, constitue l’un de ces films"[9].

En 2011 il entreprend la réalisation d'une trilogie sur La Vie nue[note 1], en référence au concept de Giorgio Agamben (performances et films avec des danseurs, un travail produit par Annick Lemonnier pour Epileptic). En 2013 le Whitney Museum of American Art offre une carte blanche à cette trilogie alors en cours. En 2019 l'ensemble de cette recherche (White Epilepsy, Meurtrière, Unrest) est présenté à Empty Gallery/Hong Kong sous le titreThe Bare Life avec The Scream, une installation constituée de onze projections, « un mélange étrange de rituels religieux et de travail chorégraphique »[10], qui fait écho à la violence du monde[11].

En 2016 il réalise Malgré la nuit son dernier long métrage à ce jour. Le film est présenté au Festival de Rotterdam, à Berlin (Critic's Week) au Film Comment Select à New York... Le film est produit, comme toutes ses fictions de longs métrages, par Catherine Jacques.

Son cinéma est enseigné dans de nombreuses universités[évasif][réf. nécessaire] et donne lieu à un travail critique et à des publications dont la plus récente Philippe Grandrieux, Sonic Cinema de Greg Hainge[12] est parue en 2017 aux éditions Bloomsbury.

À ce jour plus de vingt programmations[évasif] monographiques lui ont été consacrées[réf. nécessaire].

Hommages[modifier | modifier le code]

En 1998 Sombre est récompensé au festival de Locarno (mention spéciale du Jury).

En 2008, à l'initiative de l'Ambassade de France, la célèbre salle Uplink de Tokyo organise une rétrospective de son travail sous le titre « Extreme Love - Around Philippe Grandrieux ».

La même année, la Tate Modern de Londres, dans le cadre de la rétrospective « Paradise Now! Essential French Avant-Garde cinema 1890-2008 », consacre une séance monographique à Philippe Grandrieux, avec La Vie nouvelle, L'Arrière-saison , Putting Holes in Happiness (clip réalisé pour et avec Marilyn Manson) et un extrait de Un lac alors work in progress.

En 2008, Un lac reçoit une mention spéciale dans la catégorie Orizzonti de la 65e Mostra de Venise qui récompense les films ouvrant des nouvelles tendances pour le cinéma[13]. Pour ce film Philippe Grandrieux a reçu aussi le prix de la Meilleure Image (Best Cinematography) ayant fait lui-même l'image de son film ainsi qu'une mention spéciale (Best Innovation) au Festival international de Las Palmas en 2009.

En 2011, Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution. Masao Adachi reçoit le "New Vision Award", au Cph:Dox de Copenhague ; en 2012, le "Grand Prix Expérimental – Essai – Art Vidéo" au Festival Côté Court de Pantin ; en 2013, le Grand Prix du Documentaire au Festival international du Film de Tripoli (Liban).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Fictions de long métrage[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Sombre (1h52) Avec Marc Barbé, Elina Löwensohn
  • 2002 : La Vie nouvelle (1h42) Avec Anna Mouglalis, Zach Knighton, Zsolt Nagy
  • 2008 : Un lac (1h30) Avec Dmitry Kubasov, Natalie Rehorova, Alexei Sollonchev
  • 2015 : Malgré la nuit (2h30) Ariane Labed, Kristian Marr, Roxane Mesquida, Paul Hamy[14]

Films / Installations[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Via la vidéo (3 films de 20’ + une toile de Claude Viallat)
  • 2005 : L'arrière-saison/1 (8')
  • 2005 : L'arrière-saison/2 (10')
  • 2006 : Met (5')
  • 2006 : Grenoble (44’ et 17’)
  • 2007 : Marilyn Manson découvre La Vie nouvelle et demande à Philippe Grandrieux de réaliser la vidéo de Putting Holes in Happiness un des titres de l’album Eat Me, Drink Me.
  • 2012 : White Epilepsy (59') Avec Hélène Rocheteau, Jean-Nicolas Dafflon, Anja Röttgerkamp, Dominique Dupuy
  • 2015 : Meurtrière (59') Avec Émilia Giudicelli, Vilma Pitrinaite, Hélène Rocheteau, Francesca Ziviani
  • 2017 : Unrest (47') Avec Lilas Nagoya et Nathalie Remadi
  • 2019 : The Scream (60') Avec Lilas Nagoya, Vilma Pitrinaite, Nathalie Remadi, Eleni Vergeti, Bérangère Bodin

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1993 : La Roue (2x 7') Portraits Brian Holm et Gert Jan Theunisse / La Sept/Arte + AMIP
  • 1994 : Les Enjeux militaires (45’) Le débarquement sur les plages de Normandie / France 3 + Anabase
  • 1994 : Jogo do bicho (60') Portrait d'un jeu populaire au Brésil) / La Sept/Arte
  • 1996 : Baladur / Chirac-Kohl / Juppé (3x 7') Portraits réalisés pour le magazine Brut / La Sept/Arte
  • 1996 : Retour à Sarajevo (75’) Juste après les accords de Dayton le retour de Saada à Sarajevo / La Sept/Arte
  • 2011 : Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution / Masao Adachi (74') Philippe Grandrieux filme Masao Adachi, un échange entre deux cinéastes / Epileptic. Ce premier portait de la collection « Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution » (dirigée par Nicole Brenez et Philippe Grandrieux) veut rendre hommage aux cinéastes connus et inconnus qui ont participé, avec des fusils, des caméras ou les deux simultanément, aux luttes de résistance et de libération tout au long du XXe siècle.

Programmes expérimentaux - Soirées thématiques - Séries documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1981 : La Peinture cubiste (55') co-auteur avec Thierry Kuntzel / INA
  • 1982 : Juste une image (série de 9 × 55') co-auteur avec Thierry Garrel et Louisette Neil / INA (Grand Prix SCAM)
  • 1982 : Une génération (10') / INA
  • 1983 : Pleine lune, co-auteur avec Jérôme Prieur, Thierry Kuntzel / INA (Prix de l'Association française des critiques de télévision)
  • 1984 : Grandeur nature (soirée thématique 180') / INA
  • 1985 : Long courrier (25') / Maison de la culture du Havre sous la direction de Raoul Ruiz
  • 1986 : Comédies-Comédiens (50’) / Théâtre Nanterre-Amandiers
  • 1987 : Berlin (30’) / La Sept/Arte
  • 1987 : Berlin-Paris-Berlin(120’) / La Sept/Arte + ZDF
  • 1987 : Le Monde est tout ce qui arrive / Maison de la culture de Saint-Étienne
  • 1989 : Azimut (4 × 30'), coauteurs : Paul Virilio, Jean-Louis Schefer, Juan David Nasio et Philippe Grandrieux / TV FNAC
  • 1989 : Histoire parallèle (série x 26’) / La Sept/Arte
  • 2000 : Le Siècle des hommes ( 27 x 60’) coauteur avec Anthony Rowley, René Rémond (historiens) / Pathé + France2

Production[modifier | modifier le code]

Performances[modifier | modifier le code]

  • 2012 : White Epilepsy (30’) Avec Hélène Rocheteau : Centre Pompidou Metz - Avec le soutien de Montevideo - ActOral - Epileptic
  • 2013 : Meurtrière (180’) Avec Émilia Giudicelli, Vilma Pitrinaite, Hélène Rocheteau, Francesca Ziviani : Whitney Museum Of American Art, New-York - Dans le cadre du festival Walls and Bridges - Production Epileptic
  • 2014 : Meurtrière (180’) Avec Émilia Giudicelli, Vilma Pitrinaite, Hélène Rocheteau, Francesca Ziviani : Festival de danse Pharenheit - CCN du Havre Haute-Normandie - Production Epileptic - CCN du Havre Haute-Normandie - direction Emmanuelle Vo-Dinh

Festivals / Prix[modifier | modifier le code]

Sombre[modifier | modifier le code]

  • Festival de Locarno : Special Mention of the jury

Un lac[modifier | modifier le code]

La Vie nouvelle[modifier | modifier le code]

  • Festival de Toronto / Viennale / Tate Modern Londres

Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution / Masao Adachi[modifier | modifier le code]

  • Festival de Copenhague : Cph:Dox - New Vision Award
  • Festival Côté Court - Pantin : Grand prix expérimental essai art vidéo
  • Festival de Tripoli : Grand prix du documentaire - Résistance Culturelle

Meurtrière[modifier | modifier le code]

  • Festival du Nouveau Cinéma - Montréal : Prix FNC Lab
  • Festival FilmMadrid : Mention spéciale du Prix du Jury Camira

Malgré la nuit[modifier | modifier le code]

  • Festival de Rotterdam / Berlin (Critic’s Week)

Programmations monographiques[modifier | modifier le code]

  • 2005 : « Philippe Grandrieux » États généraux du film documentaire, Lussas, France
  • 2007 : « Breathless, French New New Wave » Australian Cinémathèque, Gallery of Modern Art / Brisbane, Australie
  • 2008 : « Extreme Love, around Philippe Grandrieux » Uplink, Tokyo
  • 2008 : « Paradise Now ! Essential French Avant-Garde...» Tate Modern, Londres
  • 2009 : « Ciclo Philippe Grandrieux » International Film Festival of Guadalajara, Mexique
  • 2009 : « Ciclo Philippe Grandrieux » Cineteca Nacional, Mexico D.F.
  • 2009 : « Ciclo Philippe Grandrieux » Belo Horizonte et Sao Paulo, Brésil
  • 2009 : « Ciclo Philippe Grandrieux » International Film Festival of Cali, Colombie
  • 2009 : « All about Philippe Grandrieux » CPH :DOX International Film Festival of Copenhagen, Danemark
  • 2010 : « Film Comment Selects : Philippe Grandrieux » Lincoln Center, New-York, USA
  • 2010 : « Philippe Grandrieux » Harvard Film Archive / Cambridge, Massachuset, USA
  • 2010 : « Philippe Grandrieux » International Film Festival of Las Palmas, Espagne
  • 2011 : « World Cinema Now » Monach University / Melbourne, Australie
  • 2012 : « Philippe Grandrieux Artist in Focus » Courtisane / Gent, Belgique
  • 2012 : « Hommage » organisé par la revue Hors Champ et la Cinémathèque Québécoise, dans le cadre du Festival du nouveau cinéma, Montréal
  • 2013 : « Carte Blanche à Philippe Grandrieux » Whitney Museum of American Art, New-York, USA
  • 2016 : « Philippe Grandrieux Artist in Focus » 17th Jeonju IFF, Corée du Sud
  • 2017 : « Philippe Grandrieux » Milan
  • 2017 : « Philippe Grandrieux » Séville
  • 2017 : « Philippe Grandrieux » Thessalonique
  • 2017 : « Philippe Grandrieux » ACFK Uherské Hradiště, République tchèque
  • 2019 : « Cinéma d'Avant-garde : Philippe Grandrieux » Cinémathèque française

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Bellour, « Pour Sombre » Trafic n°28, P.O.L., hiver 1998
  • Nicole Brenez, « Jeune, dure et pure ! Une histoire du cinéma d’avant-garde et expérimental en France » ed. Cinémathèque française, Mazzotta, 2001
  • Corinne Rondeau : « Sombre, la surface et la chair à propos d’un film de Philippe Grandrieux » Cinéma et inconscient, ed. Champs Vallon, 2001
  • Raymond Bellour, « Des corps renouvelés » Trafic no 44, P.O.L., hiver 2002
  • « La Vie nouvelle/nouvelle Vision, à propos d’un film de Philippe Grandrieux », sous la direction de Nicole Brenez, ed. Léo Scheer, Avec des textes de : Jonathan Rosenbaum, Raymond Bellour, Nicole Brenez, Sothean Nhieim, Fabien Gaffez, Serge Kaganski, Augustin Gimel, Lionel Soukaz, Adrian Martin, Vincent Amiel, Peter Tscherkassky… Ce recueil inclut un DVD du film La Vie nouvelle.

Scénarios[modifier | modifier le code]

Textes de Philippe Grandrieux[modifier | modifier le code]

  • Au bord d’un lac : Qu’est-ce que le réel ? Des cinéastes prennent position, dir. Andréa Picard, ed. post-éditions / Cinéma du réel, 2018
  • Rêverie d’un filmeur solitaire par Serge Kaganski : Les Inrockuptibles / 6- n°1075
  • Journal de tournage, Malgré la nuit (2èrme partie) : : Trafic, n° 98, P.O.L., été 2016
  • Journal de tournage, Malgré la nuit (1ère partie) : Mettray, ed. Didier Morin,
  • Philippe Grandrieux à propos d’Ariane Labed : Possession Immédiate, # 3, p 62. 2015
  • La Première image, un texte écrit à l’occasion de la parution du n° 700 des Cahiers du cinéma,
  • Congo : Trafic n° 83, P.O.L., automne 2012
  • Les Morts : Trafic n° 84, P.O.L., hiver 2012
  • À quoi bon une image : Le cinéma critique, de l’argentique au numérique, voies et formes de l’objection visuelle : Publication de la Sorbonne, 2010
  • Sous le ciel de Dwoskin : Trafic n° 76, ed. P.O.L., hiver 2010
  • One Summer : Livraison n°4 Open Landscapes – Closed rooms, p. 174, 175, 186. 2009-2010
  • Bad Lieutnant : un texte écrit à la demande de Nicole Brenez pour le livret de l’édition DVD de Bad Lieutnant d’Abel Ferrara, 2005
  • Correspondance sur La Vie nouvelle, Philippe Grandrieux et Éric Vuillard, Trafic n° 44, P.O.L., hiver 2002
  • L’Emprise : Trafic n° 38, ed. P.O.L., été 2001
  • Sur l’horizon insensé du cinéma : Cahiers du cinéma, hors-série,
  • Incendie : Trafic n° 16, ed. P.O.L., automne 1995

Textes, photographies et dessins de Philippe Grandrieux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « La vie nue (zôè), désigne chez les Grecs le simple fait de vivre, commun à tous les êtres vivants (animaux, hommes ou dieux), cette vie est distincte de la vie qualifiée (bios) qui indique la forme ou la façon de vivre propre à un individu ou à un groupe.» Homo Sacer, Le pouvoir souverain et la vie nue. Gorgio Agamben, Le Seuil Paris, 1998

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Zarch, Dictionnaire historique du cinéma de Saint-Étienne, PU, Saint-Étienne, 2008, p. 81.
  2. « Mémoire de fin d'études "Cinéma et peinture" »
  3. « Le monde est tout ce qui arrive »
  4. « Série Live. "C'est vrai" de Robert Frank »
  5. Emmanuel PONCET, « «C'est vrai!» de Robert Frank. Soixante minutes de New York live. Tempête vidéo sur Manhattan. », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. Serge Kaganski, « Sombre », sur lesinrocks.com, Les Inrockuptibles,
  7. Raymond Bellour, « Pour Sombre », Trafic n° 28,‎ , p. 5 - 8 (ISBN 978-2-86744-666-5)
  8. Sous la direction de Nicole Brenez, « La Vie nouvelle / nouvelle Vision », sur leoscheer.com,
  9. Nicole Brenez, Entrée (en matière), Léo Scheer, , 234 p. (ISBN 2-915280-72-X), p. 11
  10. (en) Empty Gallery, « The Bare Life », sur emptygallery.com,
  11. Greg Hainge, « Grandrieux à Hong Kong ou quand l'art nous parle de la violence du monde. », sur theconversation.com,
  12. (en) Greg Hainge, Philippe Grandrieux, Sonic Cinema, New York/London, Bloomsbury Publishing Inc, , 299 p. (ISBN 978-1-62892-312-4)
  13. http://www.labiennale.org/en/cinema/festival/program/en/14366.html
  14. Romain Blondeau, « Malgré la nuit - Les Inrocks », sur https://www.lesinrocks.com/ (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]