Compagnie des chemins de fer départementaux de l'Aisne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CDA.

Compagnie des chemins de fer
départementaux de l'Aisne
Image illustrative de l’article Compagnie des chemins de fer départementaux de l'Aisne

Création 1905
Disparition 26 août 1922
Successeur CFS-NE

Forme juridique société anonyme
Sigle CDA
Siège social Drapeau de France Saint-Quentin (France)
Société mère CF Saint-Quentin à Guise

Longueur 200 km
Écartement des rails 1 000 et 1 435 mm

La Compagnie des chemins de fer départementaux de l'Aisne (CDA) est une société anonyme, filiale de la Compagnie du chemin de fer de Saint-Quentin à Guise, fondée en 1905 pour assurer la création et l'exploitation de lignes de chemin de fer d'intérêt local dans le département de l'Aisne.

Elle disparait par fusion avec sa société mère le .

Histoire[modifier | modifier le code]

La Compagnie du chemin de fer de Saint-Quentin à Guise crée une filiale dénommée Compagnie des chemins de fer départementaux de l'Aisne, en 1905[1]. Elle a pour objet la création d'un réseau de chemins de fer d'intérêt local dans le département de l'Aisne.

Le réseau, composé de lignes nouvelles, atteint[2] 200 km à son apogée.

Le décret du [3] autorise la fusion de la société avec sa société mère la Compagnie du chemin de fer de Saint-Quentin à Guise, pour donner naissance à la Compagnie des chemins de fer secondaires du Nord-Est.

Le réseau[modifier | modifier le code]

La société est constituée pour ouvrir et gérer un réseau à voie métrique, il comprendra néanmoins quelques kilomètres à écartement normal de 1 435 mm. Les ouvertures[4] des lignes vont intervenir de 1907 à 1919.

Lignes à voie métrique[modifier | modifier le code]

  • 1907 : Soissons - Oulchy-Brémy, 31 km
  • 1907 : La Neuville - Laon - Nouvion-le-Vineux, 14 km
  • 1909 : Chauny - Coucy-le-Château, 31 km
  • 1910 : Montécouvé - Guny, 11 km
  • 1911 : Soissons - Vic-sur-Aisne, 37 km. La section Soissons - Montécouvé est ouverte en 1910.
  • 1913 : Wiège-Faty-Romery - Liart, 55 km. La section Wiège-Faty-Romery - Brunehamel est ouverte en 1912.

Lignes à voie normale[modifier | modifier le code]

  • 1912 : Saint-Quentin - Ham, 21 km. La section Saint-Quentin - Villers-Aubigny est ouverte en 1910.
  • 1919 : Appilly - Blérancourt, 6 km

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

  • N° 1 à 3, type 130T, livrées par Corpet-Louvet en 1906, n° construction 1097 à 1099, poids à vide 21 tonnes
  • N° 4, type 130T, livrées par Corpet-Louvet en 1907, n° construction 1152, poids à vide 21 tonnes
  • N° 5 à 6, type 130T, livrées par Corpet-Louvet en 1909, n° construction 1161 et 1162, poids à vide 21 tonnes
  • N° 7 à 10, type 130T, livrées par Corpet-Louvet en 1910, n° construction 1179 à 1182, poids à vide 21 tonnes
  • N° 13 à 15, type 130T, livrées par Corpet-Louvet en 1912, n° construction 11396 à 1398, poids à vide 21 tonnes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives nationales, Chemins de fer secondaires du Nord-Est lire en ligne (consulté le 22 janvier 2011).
  2. Site Régie départementale des transports de l'Aisne, historique lire en ligne (consulté le 23 janvier 2011).
  3. École nationale des ponts et chaussées (France). Commission des Annales, Annales des ponts et chaussées: Partie administrative, Numéro 92, A. Dumas, 1922, page 518 extrait en ligne (consulté le 22 janvier 2011)
  4. Site Fédération des amis des chemins de fer secondaires (FACS), Les chemins de fer secondaires de France : 02 - département de l'Ainsne lire en ligne (consulté le 23 janvier 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]