Coincoin et les Z'inhumains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coincoin et les Z'inhumains

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Coincoin et les Z'inhumains est une mini-série française en quatre épisodes réalisée par Bruno Dumont, diffusée sur Arte à partir du [1]. Elle constitue la suite de la série P'tit Quinquin[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Roger Van der Weyden et Rudy Carpentier utilisent une Citroën C4..

Quinquin, qui s'appelle désormais Coincoin, découvre un magma extraterrestre. Le héros et les deux inspecteurs de la gendarmerie nationale Roger Van der Weyden et Rudy Carpentier vont alors s'embarquer dans une enquête policière très décalée, aux prises avec une invasion « inhumaine » qui s’abat sur la Côte d'Opale sous la forme de « flaques eud’brin »[3].

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. Noir ch'est noir
  2. Les Z'inhumains
  3. D'la glu, d'la glu, d'la glu !!!
  4. L'Apocalypse

La diffusion des deux premiers épisodes le attire un million de télespectateurs[4].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Coincoin et les Z'inhumains
  • Réalisation : Bruno Dumont
  • Scénario : Bruno Dumont
  • Image : Guillaume Deffontaines
  • Casting : Clément Morelle
  • Production : Taos Films, Arte France, Pictanovo
  • Producteurs : Rachid Bouchareb, Jean Bréhat, Muriel Merlin
  • Distribution : Alane Delhaye, Bernard Pruvost, Philippe Jore, Lucy Caron, Julien Bodart, Alexia Depret, Priscilla Benoist, Christophe Verheecke, Jason Cirot, Nicolas Leclaire, Philippe Peuvion
  • Pays : Drapeau de la France France
  • Année : 2018

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La série est classé n°2 du Top 10 2018 des Cahiers du Cinéma[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Des scènes ont été tournées au pied du parc éolien du Portel, sur la digue Canot et devant le phare de Boulogne-sur-Mer dit phare Carnot.

L'entrée du tunnel de l'Ave-Maria près de l'ancienne gare de Boulogne-Aéroglisseurs et l'ancien hoverport de Boulogne-sur-Mer[6], tous deux sis au Portel, sont utilisés pour dépeindre un campement de clandestins, le commandant Van der Weyden s'y salit avec du gazole, puis une tente de fortune s'affaisse sur lui.

Le site du cap Blanc Nez est choisi pour le tournage, les protagonistes sont au début d'un épisode au pied de l'obélisque à la Dover Patrol, à la limite de Sangatte, près d'Escalles. De la matière visqueuse a atterri sur l'obélisque. Ensuite, le commandant Van der Weyden et son acolyte Carpentier repartent en voiture, sur deux roues, mais celle-ci se retourne sur le parking du cap Blanc-Nez, devant toute l'assistance.

Les scènes figurant la gendarmerie ont été tournées au restaurant la Sirène à Audinghen[4]. C'est dans cette même commune que se trouve le local du « Bloc », parti politique inspiré du Front national, non loin de l'église Saint-Pierre reconnaissable. Les scènes tournées au camping l'ont été dans celui des Ajoncs, à Audresselles. Dans la même commune, l'église Saint-Jean-Baptiste et son cimetière apparaissent, notamment lorsque Coincoin est blessé à la suite de la chute d'une tuile.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Jacques Mandelbaum, « Reportage. La soupe cosmique de Bruno Dumont », Le Monde N°22639, Société éditrice du Monde, Paris, , p.15, (ISSN 0395-2037)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]