Claude Deschamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le comédien et auteur du XVIIe, voir Claude Deschamps (acteur). Pour les autres homonymes, voir Deschamps.
Claude Deschamps
Description de cette image, également commentée ci-après
Claude Deschamps portant le collier de
Commandeur de la Légion d'honneur
Naissance
Vertus (Champagne)
Décès
Bordeaux
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Formation
Distinctions
Famille
Beau-père de Basilide Billaudel

Compléments

Claude Deschamps (1765 - Vertus1843 - Bordeaux), fut un ingénieur des ponts et chaussées du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Deschamps fut l'un des grands artisans du développement des infrastructures en Aquitaine.

Diplômé de l'école des Ponts et Chaussées en 1782, Deschamps gravit un à un les échelons du corps des ponts et chaussées : ingénieur en 1787, il devint ingénieur en chef au Mont-Cenis en 1803, puis inspecteur divisionnaire à Bordeaux en 1810 en remplacement de Nicolas Brémontier promu et muté à Paris[1].

Sous le Premier Empire, dans le cadre du projet de construction de deux routes liant Paris à l'Espagne (une par Bayonne, l'autre par la vallée d'Aspe), il prit part à la construction des ponts de Mont-de-Marsan, du Pont de Pierre de Bordeaux (achevé en 1822), de Libourne (achevé en 1825), et des digues de Bayonne.

Lors de la construction Pont de Pierre, dont il eut la charge avec l'assistance de son gendre Jean-Baptiste Billaudel, il dut faire face à de nombreux problèmes en raison du très fort courant de la Garonne à cet endroit-là. C'est grâce à une cloche à plongée empruntée aux Britanniques que les piliers du pont sont stabilisés.

Lors des travaux de fixation et d'ensemencement des dunes du littoral, il effectue avec ses ingénieurs le relevé topographique de la région pour permettre d'achever la carte de Cassini.

Il émit un projet d'amélioration des Landes de Gascogne, et proposa plusieurs projets pour le franchissement de la Dordogne à Saint-André-de-Cubzac (1823). Le pont sera finalement construit par son successeur, Jean-Baptiste Billaudel avec Marie Fortuné de Vergès (1834-1839).

Claude Deschamps fut également le concepteur, avec Billaudel, de l'entrepôt Lainé, entrepôt des denrées coloniales à Bordeaux (1822-1824)[2], devenu au XXe siècle sous la mandature de Jacques Chaban-Delmas, le CAPC, musée d'art contemporain.

Il participa également à l'édification du canal des Ardennes (1837).

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Sa fille épousa en 1818 Jean-Baptiste (ou Basilide) Billaudel (1793 - Rethel1851 - Cenon), diplômé de l'École polytechnique et de l'École des ponts et chaussées (1814), Ingénieur des ponts et chaussées, conseiller général du département de la Gironde (1839-1847), maire de Bordeaux (1848). Il fut le propriétaire du Château du Grand Verdus à Sadirac, où il habitat de nombreuses années.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

« Parti d'or et d'azur; l'or au pin de sinople terrassé du même, le fût chargé d'une équerre de sable et surchargé d'un compas ouvert d'argent; l'azur, à l'ancre d'or accompagnée de trois étoiles d'argent, 2 en chef, 1 en pointe; champagne d'azur, brochant sur le parti, chargée du signe des chevaliers de l'Ordre impérial de la Réunion.[3],[4] »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ouvrage en ligne, Rapport de la commission Monuments et documents historiques pendant l'année 1848-1849, Paris, 1849
  2. Allain Glykos et Alain Béguerie, Bordeaux - Regards, Éditions Sud Ouest, , 192 p. (ISBN 978-2-87901-960-4), p. 31
  3. Source : Armorial des Chevaliers de l'Ordre Impérial de la Réunion créés par Napoléon Ier en 1813 et 1814 - par M. Alcide Georgel - 1869. Texte téléchargé depuis le site de la Bibliothèque Nationale de France.
  4. Jacques Declercq, « [[Héraldique napoléonienne]] et symbolisme [[Franc-maçonnerie|maçonnique]]. », sur gen.declercq.free.fr, (consulté le 31 juillet 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]