Entrepôt Lainé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Entrepôt Lainé
Entrepôt Lainé.JPG
Présentation
Type
Architecte
Construction
1822-1824
Occupant
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
7, rue Ferrère
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Gironde
voir sur la carte de la Gironde
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bordeaux
voir sur la carte de Bordeaux
Red pog.svg

L'Entrepôt Lainé (autrefois appelé aussi Entrepôt réel des denrées coloniales[1]) est un bâtiment de Bordeaux, construit en 1824 par l'architecte Claude Deschamps. Il était destiné à l'origine au stockage sous douane des marchandises en provenance des colonies, avant leur expédition à travers l'Europe. Jusqu'à son abolition en 1848, ces denrées sont en partie le fruit du travail des esclaves. Le bâtiment abrite aujourd'hui le CAPC Musée d'art contemporain de Bordeaux et Arc en rêve / centre d'architecture.

Localisation[modifier | modifier le code]

L’entrepôt est située dans le département français de la Gironde, sur la commune de Bordeaux, entre les rues Foy, Ferrère, et le cours Xavier Arnozan[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 1820, Pierre Balguerie-Stuttenberg incite les Douanes et la Chambre de commerce de Bordeaux à s'équiper de lieux de stockage faciles d'accès et permettant de stocker les marchandises dans de bonnes conditions[3]. En mars 1822, la chambre de commerce achète à la ville une zone à bâtir, et confie le mois suivant à Claude Deschamps le projet de construction d'un entrepôt sur ce site[4], alors qu'il venait de terminer la construction du pont de pierre[5],[6].

Les bâtiments sont réalisés en 1824[1] et sont utilisés pour les marchandises en transit, débarquées des bateaux arrivant des colonies d'Amérique et d'Afrique[5] et réexpédiées ensuite à travers l'Europe[7].

On parle souvent des « entrepôts Laîné », au pluriel, peut-être parce qu'à l'origine il y en avait deux ; un second ayant été détruit en 1965[5].

Le nom de "Lainé" (ou "Laîné") fait référence au vicomte Joseph Louis Joachim Lainé, parlementaire et ministre d’état de Louis XVIII, qui aida grandement au lancement des travaux. La place située devant l'entrepôt porte également son nom.

Le 25 janvier 1973, le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques[2]. Cette même année, échappant à un projet de démolition, il est confié au Centre d'arts plastiques contemporains de Bordeaux[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

Son architecture puise ses sources en Italie, romaine et moderne[6]. Claude Deschamps s'est inspiré d'une basilique romaine (civile), et du caravansérail turco-persan[8].

Le bâtiment est principalement composé de pierre, de brique et de bois[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites associés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'entrepôt Lainé », sur Site officiel du CAPC (consulté le 20 juillet 2014)
  2. a b et c « Ancien Entrepôt, dit Entrepôt Lainé », notice no PA00083179, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 5 août 2014.
  3. Romaric Favre, « L'Entrepôt Lainé et les œuvres in situ », sur http://www.capc-bordeaux.fr (consulté le 18 septembre 2019)
  4. Robert Coustet et Marc Saboya, Bordeaux le temps de l'histoire : Architecture et urbanisme au XIXe siècle (1800-1914), Bordeaux, Mollat, , 272 p. (ISBN 2-909351-56-4), p. 67-72
  5. a b c et d Allain Glykos et Alain Béguerie, Bordeaux : Regards, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, , 192 p. (ISBN 978-2-87901-960-4), p. 31
  6. a et b Site des musées d’Aquitaine (association Le Festin), CapcMusée d'art contemporain, consulté le 6 septembre 2014
  7. François Guillemeteaud, Bordeaux, l’Entrepôt réel des denrées coloniales, 1824 - 1973, Paris, Éditions Scala, , 12 p. (lire en ligne)
  8. « L' entrepôt. capcMusée Bordeaux / François Guillemeteaud », sur doc.macval.fr (consulté le 20 octobre 2019)