Sadirac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sadirac
Sadirac
Vue aérienne du bourg
Blason de Sadirac
Blason
Sadirac
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Intercommunalité Communauté de communes du Créonnais
Maire
Mandat
Patrick Gomez
2020-2026
Code postal 33670
Code commune 33363
Démographie
Gentilé Sadiracais
Population
municipale
4 499 hab. (2019 en augmentation de 18,27 % par rapport à 2013)
Densité 235 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 58″ nord, 0° 24′ 19″ ouest
Altitude Min. 31 m
Max. 112 m
Superficie 19,11 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bordeaux
(banlieue)
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Créon
Législatives Douzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Sadirac
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Sadirac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sadirac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sadirac
Liens
Site web www.mairie-sadirac.fr/

Sadirac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Sadirac se situe à une vingtaine de kilomètres de Bordeaux, dans l'aire d'attraction de Bordeaux et en 2020 elle intègre son unité urbaine, au cœur de la région naturelle de l'Entre-deux-Mers. Sadirac a la superficie la plus étendue du canton de Créon et de la communauté de communes du Créonnais.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Sadirac est située sur un grand axe reliant la métropole bordelaise à Créon et l'Entre-deux-Mers. Elle possède un réseau routier dense, 55 kilomètres de voirie.

La RD 671 relie la RD 936 (axe Bordeaux-Branne) à l'Entre deux Mers en passant par les villes importantes (Créon, Targon, Sauveterre de Guyenne) et Sadirac avec un trafic de 10 000 véhicules¤ par jour.

La RD 14 relie la RD 10 (Bordeaux-Langon) de Latresne/Camblanes-et-Meynac à Créon en longent les limites territoriales de Sadirac

La RD 115 relie le centre-ville de Fargues-Saint-Hilaire au centre-ville de Sadirac. La RD 115 E8 fait la jonction entre la RD 671 et la RD 115

Les autres routes sont secondaires et moins importantes.

La commune est desservie par un réseau de transports en commun appelé « TransGironde ». Ce réseau regroupant toutes les communes de Gironde est indépendant de la métropole de Bordeaux qui a un réseau particulier.

Sadirac a donc quatre lignes de bus régulières (toute l'année) et une ligne de transport scolaire :

  • la ligne 404 (Bordeaux-Créon) traverse la commune d'est en ouest par le quartier de Lorient et le centre-ville: RD 671, 115E8 et 115 ;
  • la ligne 403 (Bordeaux-Sauveterre/Targon/Créon) longe la commune sur la RD14 ;
  • la ligne 406 (CHU Bordeaux-Pellegrin/Campus-Créon) longe la commune sur la RD14 ;
  • la ligne car express (Bordeaux-Créon) est une ligne de bus interurbain express régional qui traverse la commune sur la RD671, l’unique arrêt sur la commune et à Lorient.
  • la ligne 4021 (Bordeaux-Lorient/Sadirac) dérivée de la 402 qui ne passe qu'en période scolaire via la RD 936.

Ces quatre lignes sont connectées au réseau « Transport Bordeaux Métropole » à la place Stalingrad au centre-est de Bordeaux, au campus et au CHU et au centre-ville de Bordeaux (Hôtel de ville, palais de justice). Le réseau permet de se rendre aux plages de la côte Aquitaine de l'océan et du Bassin d'Arcachon par les lignes d'été du réseau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Camarsac au nord sur moins de 100 mètres, Le Pout au nord-nord-est, Cursan au nord-est, Créon à l'est, Saint-Genès-de-Lombaud au sud-est, Madirac au sud, Saint-Caprais-de-Bordeaux au sud-ouest, Lignan-de-Bordeaux à l'ouest et Loupes au nord-ouest.

Communes limitrophes de Sadirac[1]
Loupes Camarsac Le Pout                              
Cursan
Lignan-de-Bordeaux Sadirac[1] Créon
Saint-Caprais-de-Bordeaux Madirac Saint-Genès-de-Lombaud

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Sadirac est traversée par la Pimpine qui se jette dans la Garonne et dont les deux principaux affluents, sur la commune, sont Le Gouchebouc et Le Ruzat.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 913 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Cursan », sur la commune de Cursan, mise en service en 1984[8] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 13,9 °C et la hauteur de précipitations de 886,1 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bordeaux-Mérignac », sur la commune de Mérignac, mise en service en 1920 et à 20 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[12], à 13,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 14,2 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sadirac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bordeaux, une agglomération intra-départementale regroupant 73 communes[18] et 969 897 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Bordeaux est la sixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française) et Toulouse[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (45,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (57,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (38,8 %), zones agricoles hétérogènes (23 %), cultures permanentes (18,2 %), zones urbanisées (15,4 %), prairies (4,7 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En gascon, la graphie du nom de la commune de Sadirac est identique. Le quartier "Le Casse" signifie le chêne en gascon, il abrite un four potier du XVIIIe siècle.[réf. nécessaire]

Origine du nom Sadirac : les noms en ac sont d’origine celtique (a-Kos) ce suffixe a pu être latinisé du IIe au IVe siècle en acum. Le préfixe lui serait romain et affirme une notion d’appartenance qui peut venir d’un Romain, Satirus. Étymologiquement le nom peut être Saliriacus. Certaines autres hypothèses vont valoir une origine venant de l’ancien français Sade (agréable)

Histoire[modifier | modifier le code]

Sadirac au temps du chemin de fer

Depuis l'Antiquité, Sadirac connaît le savoir-faire potier. Ce savoir-faire a fait sa renommée et sa puissance au-delà des frontières de l'Aquitaine et de France et jusqu'en Angleterre et dans les Antilles. Au XVIIIe siècle, l'industrie potière sadiracaise atteint son apogée, le port de Bordeaux exporte aux Antilles cette poterie pour transporter de la canne à sucre et la stocker (pains de canne à sucre), à cette époque la commune de Sadirac abritait au moins 1 potier dans chaque famille. Plusieurs entreprises de poterie prospèrent jusque dans les années 50-60 et ferment dans les années 80. Aujourd'hui, le musée de la poterie raconte cette histoire, avec une collection d'objets issues de fouilles archéologiques effectuées sur la commune.

Deux dynasties régnaient sur Sadirac : les Laurian et les Sadirac qui, toutes deux, s'éteignirent très vite[Quand ?] et laissèrent au comte de Tustal la direction de la commune. Ces dynasties vendirent ou donnèrent à la puissante abbaye de La Sauve-Majeure des terres situées sur la commune. Après le mariage de la grande et puissante Aliénor d'Aquitaine, duchesse d'Aquitaine et comtesse de Poitiers (ancienne reine de France) avec le duc de Normandie et roi d'Angleterre Henri II Plantagenêt l'Aquitaine connaît pendant trois siècles l'occupation anglaise. Les rois britanniques étendent leur influence sur le territoire aquitain. En Entre-deux-mers les seigneurs sadiracais (dynasties des Sadirac et Laurian et celle du Comte de Tustal) s'allient à ladite abbaye afin de contrer les prétentions et la puissance de la bastide de Créon voulue par le roi d'Angleterre Edouard II aussi duc d'Aquitaine. En 1315, le roi-duc demande à son sénéchal d'Aquitaine (Guyenne) Amaury III de Craon -qui est aussi sénéchal d'Anjou pour le compte du roi de France- de créer la prévôté de Créon. Cette bastide représente le roi anglais dans la région de l'Entre-deux-mers et permet détendre son influence. Il s'attire donc les foudres de l'Église et des seigneurs Sadiracais qui se méfient du roi. Afin d'éviter une révolte, la bastide est très petite et n'empiète pas sur les voisins sadiracais et sauvois mais le marché de Créon devient important et est encore actuel aujourd'hui. Cependant, Sadirac n'a pas perdu de son influence et devient concurrente de Créon. L'industrie sadiracaise se développe autour du vin et de la poterie en direction du port de Bordeaux et de l'Angleterre tandis que Créon préfère se tourner vers le commerce de marchandise et d'alimentation. Le contrôle du territoire est exercé par le prévôt de Créon ce qui en fait la "capitale" de l'entre-deux-mers du Moyen Âge mais Sadirac et l'abbaye de La Sauve-Majeure n'acceptaient pas trop ce contrôle de la monarchie britannique sur leurs terres.[réf. nécessaire]

La lignée des Sadirac[24][modifier | modifier le code]

Le premier personnage à porter le nom de « Sadirac » apparaît, entre 1106 et 1119, il s'agit d'Arnaldus Raimundi de Sadirac -(17).

Il donne à l’Abbaye de la Sauve-Majeure une portion de terre située à Labatut, nom qui rappelle sans doute l'emplacement d'un bois abattu ; Arnaud de Sadirac apparaît à nouveau en 1111 dans une donation en faveur de l’abbaye Sainte-Croix de Bordeaux.

Ce personnage a eu plusieurs enfants dont une fille, son gendre était prénommé Raymond. Un de ses héritiers portait le même prénom que lui puisqu'entre 1182 et 1194 un autre Arnaud Raymond de Sadirac cède une terre à l’abbaye de la Sauve Majeure située au lieu-dit Mazères -(18). Ce terme qui s'emploie généralement au pluriel désigne des décombres ou des ruines de bâtiment. On ne remarque pas ce toponyme à Sadirac mais dans la paroisse de Camarsac, à côté du lieu appelé Labatut, concerné par une des donations précédentes.

D'autres personnages portant le nom de Sadirac apparaissent dans des actes du XIIe siècle. L'un d'eux est prêtre, il s'agit de Robert de Sadirac -(19). Au moment de faire revêtir l'habit religieux à son fils Gaucem, il donne à l'abbaye Sainte-Croix de Bordeaux plusieurs terres et vignes à Sadirac. Un de ses héritiers apparaît dans un acte du dans lequel : « R.Gaucem, fils de feu R.Gaucem de Sadirac, vend à Bertrand De La Roque, prieur de Sadirac, la moitié d'un pré situé à Sadirac, près du clos de feu G, Gaucem » -(20).

Il semble qu'il y ait une certaine fiabilité dans la possession d'un ou de plusieurs fiefs par Robert, Gaucem de Sadirac et ses héritiers, pendant au moins un siècle.

Dans un acte de 1140-1155, Bertand De Sadirac se donne à l'Abbaye de la Sauve-Majeure. Avec ses frères Oliver et Guillaume Seguin, ils abandonnent, après l’avoir contestée, une terre située dans le casai des moines à Durfort, plus la moitié d'une vigne devant la porte de ce même casai -(21).

On retrouve un nommé Guillaume Seguin dans une vente du I -(22). Puis on apprend dans un acte du l -(23) que Bernard Seguin est recteur de l’église de Sadirac ; il est à nouveau cité le l -(24)en tant que prêtre de Sadirac. Ces deux personnages sont peut-être les héritiers de Bertrand de Sadirac ou de ses frères Olivier et Guillaume Seguin.

À la fin du XIIe siècle, on apprend qu'Arnaud-Raymond de Sadirac a un cousin nommé Raymond de Moncuq. Peu après la donation d'Arnaud de Sadirac, celui-ci donne son alleu au même endroit avec un homme nommé Jean Bazin. Le premier personnage à porter le nom de « Moncuq » apparaît dans un acte daté entre 1140 et 1155 : «Arnaud de Moncuq cède à l'abbaye de la Sauve-Majeure une terre située au lieu appelé Durfort » -(25).

La famille de Moncuq a laissé son nom au fief qu'elle possédait à Sadirac. En effet, le Bertrand De La Roque achète le ténement de Mont-Cuc. Ces trois familles ; les Sadirac, les Seguin et les Moncuq semblent étroitement liées et sont installées dans la paroisse de Sadirac depuis la première moitié du XIIe siècle.

D'autres citoyens sadiracais identifiés[modifier | modifier le code]

Arnaud Raymond de Sadirac, Guillaume Boueu Cler (1429), Joseph Sadirac (1691/92), Jean Le Duc régent (1609)

(17)Cartulaire de la Sauve Majeure - Pièce n°307 (1106-1119).

(18)Cartulaire de La Sauve Majeure. Pièce n°317 (1182-1194).

(19)A.G.H. Tome XXVII Pièce n°125 (XIIe siècle).

(20)A.H.G. Tome XXVH Pièce n° 182 ().

(21)Cartulaire de La Sauve Majeure Pièce a° 324 (1126-1155).

(22)A.H.G. Tome XXVII Pièce n° 180 ().

(23)Sainte Croix : H409 Pièce n° 14 ().

(24)Sainte Croix H1044 Pièce n°23 acte 32 ().

(25)Cartulaire de La Sauve Majeure Pièce n°325 (1140-1155).

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Durant une partie du XIXe siècle et du XXe siècle, Sadirac avait une ligne de chemin de fer qui reliait Bordeaux à Espiet (carrières) pour alimenter les usines ayant besoin de matériaux.

Le projet de ligne Bordeaux-La Sauve émerge en 1866. Le , le voyage inaugural est annoncé au départ de la Sauve. La ligne traversait l'entre-deux-mers par Latresne, Cénac, Sadirac, Créon et la Sauve parmi les plus importantes. Sur les wagons du train figure la totalité du nom des stations où le train passe. Chacune de ces villes possédait une gare. Ces gares servaient de halte pour les marchandises, on y ajoutait ou on enlevait les marchandises provenant des différentes communes.
La ligne surnommée le train de l'entre-deux-mers était fréquentée par des voyageurs qui pouvaient ainsi se déplacer de ville en ville. Ceci étant un privilège pour l'époque car même à Bordeaux il n'existait pas de lignes régulières partout. L'engouement étant tellement fort que les habitants de Madirac, Saint-Genès-de-Lombaud et Sadirac ont fait une pétition afin de créer une gare intermédiaire entre Sadirac et Créon. Ayant eu gain de cause, la gare nouvellement créée s'appelait "Barrière 74" au lieu-dit Calamiac à Sadirac. le trafic voyageur s'effectuait par des trains légers à raison d'une desserte journalière en 1re, 2e et 3e classes. La ligne fut fermée au transport de voyageurs en au moment de l'instauration du régime de Vichy et l’Occupation allemande. Dès lors, l'activité unique sera le transport de marchandises. En 1979, la ligne est arrêtée après la fermeture de la cimenterie d'Espiet.

À notre époque, la ligne a été aménagée en piste cyclable appelée Roger Lapébie du nom d'un cycliste originaire de la région. Toute l'année, cette piste est empruntée par des milliers de personnes. Les gares ont été reconverties en office de tourisme (Créon), en restaurant (Lignan-de-Bordeaux et Espiet), gîte collectif (Citon-Cenac) ou en Maison du patrimoine naturel à Sadirac.

Châteaux[modifier | modifier le code]

Il y a aujourd'hui à Sadirac une quinzaine de châteaux dont les plus importants sont le château de Tustal et le château du Grand Verdus. Bernard Journu-Aubert achète le château de Tustal en 1791 et commence une exploitation de moutons mérinos qui ne prospère pas. Il devient, sous Napoléon Ier, comte de Tustal et d'Empire et pair de France. À la même époque, Claude Deschamps, architecte des ponts de pierre de la région (Bordeaux et Libourne entre autres), achète le château du Grand Verdus ; leurs descendants communs sont la famille Le Grix de la Salle. C'est probablement au souvenir des Laurian qu'on doit le nom du gros hameau de Lorient, situé sur la RD671 à 3,5 km de Créon et 4 km de Sadirac.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1990 Charles Jaubert    
1990 1995 Pierre Bosc    
1995 2001 Yves Chassagne    
mars 2001 mars 2008 Roland Ferredj DVD  
mars 2008 16 septembre 2013 † Jacky Verdier UMP  
décembre 2013 mars 2014 Alain Stival DVD Ancien premier adjoint
30 avril 2014 15 Mars 2020 Daniel Coz LREM Cadre supérieur
2020 En cours Patrick Gomez DVD  

Arrondissement, canton, intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Sadirac fait partie de l'arrondissement de Bordeaux. À la suite du découpage territorial de 2014 entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015, la commune demeure dans le canton de Créon remodelé[25],[26]. Sadirac fait également partie de la communauté de communes du Créonnais dont le siège est à Créon et membre du Pays du Cœur de l'Entre-deux-Mers.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

  • Police municipale dans la commune ;
  • Brigade de gendarmerie de Créon ;
  • Caserne de sapeurs-pompiers de Créon.

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Sadiracais[27].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29].

En 2019, la commune comptait 4 499 habitants[Note 7], en augmentation de 18,27 % par rapport à 2013 (Gironde : +7,85 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0489231 0811 0771 0871 1381 1011 1061 140
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0431 1051 1081 0851 0741 0851 0721 030984
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0301 0541 019972920870898885868
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
9211 0431 2062 1162 8993 0223 3573 3723 501
2015 2019 - - - - - - -
4 1194 499-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle Pierre-Perret au centre-ville
  • École primaire Marie-Curie au centre-ville
  • École élémentaire (maternelle et primaire) Théodore-Monod dans le quartier de Lorient
  • Un futur lycée de "l'Entre-deux-mers" général et technologique, professionnel avec internat d’une capacité de 1500 élèves est prévue à Créon pour 2023.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • « Silver Tiag », festival musique country ;
  • « Sadirock », festival rock ;
  • Championnat du monde de lancer de cruche, annuellement le 1er dimanche de septembre ;
  • Trail des coteaux.
  • Festival International de la Céramique
  • La Piste Gourmande
  • Le Créonnais fête les vins de l'Entre-deux-Mers
  • Fête locale de Sadirac
  • Fête locale de Lorient
  • Etape du festival Ouvre La Voix

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Espagne, Cabrales (Principauté des Asturies)

Santé[modifier | modifier le code]

  • Centre hospitalier universitaire de Bordeaux
  • hôpital de Libourne
  • Centre médical de "la Poterie" au centre-ville avec deux docteurs et un dentiste
  • Infirmiers à Sadirac
  • Un kinésithérapeute
  • une ostéopathe
  • une pharmacie au centre-ville

Sports[modifier | modifier le code]

  • USS : Union Sportive Sadiracaise (rugby, football, danse, gym, rumba, tennis, judo)
  • US SADIRAC Rugby et le Rugby Club de la Pimpine
  • Stade municipal Guyot de Villeneuve (football et rugby)
  • Stade d'entraînement rugby
  • Skate Park de Sadirac
  • City Stade de Sadirac
  • City Stade de Lorient
  • Dojo (judo, karaté)
  • Deux courts de tennis
  • Salles de danse
  • une salle multi-activité

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'aire géographique de production de l'entre-deux-mers (vins blancs secs)[32], appellation d'origine contrôlée du vignoble du même nom. Toute la région produit en outre des rouges, des clairets, des rosés, des blancs secs, doux ou effervescents sous les dénominations bordeaux et bordeaux-supérieur[33].

La commune abrite une dizaine de châteaux dédiés à la viticulture : Château de Tustal, Château du Grand Verdus, Château Pabus, Château Belrose Moncaillou, Château Thioulet, Château Farizeau, Château Landereau, Château de la Sensine, Château-Neuf Melrose (lieu-dit Mouquet).

Un camping s'est implanté sur la commune au lieu-dit Bel Air à côté de la zone artisanale comportant 100 emplacements. Une ligne de bus 404 (Bordeaux-Créon) dessert cet établissement.

Une usine Placoplatre s'est implantée dans la commune le employant entre 19 et 40 salariés. Elle a dû fermer en 2016 par décision du groupe Saint-Gobain qui en était propriétaire, laissant un emplacement désaffecté et des salariés au chômage. L’établissement sera remplacé par une maison intergénérationnelle.

Une zone artisanale dite « Bel-air » est située le long de la RD 671, regroupant plusieurs entreprises comme un garage Citroën, un exploitant de piscines, un contrôle automobile Dekra, un magasin de vêtements de chantier (Keep Safe), un ESAT pour handicapés, deux entrepôts d'auto-stockage, un glacier, un électricien, un artisan chaudronnier façonneur, un service d'ambulance, une maison de la chasse de Sadirac et une boîte de nuit. Elle est desservie par un arrêt de bus. Il y a aussi un lavage automobile et un magasin de motoculture situés à Lorient.

Une zone artisanale "Le Plantey" est situé au bord de la RD 14, regroupant plusieurs entreprises (un tabac-presse-épicerie, un primeur, une brasserie, un mécanicien ...)

Sadirac est une ville qui accueille un grand nombre d'entreprises de tous les corps de métiers du bâtiment (électriciens, peintres, maçons, charpentiers-menuisiers, plombiers ...) et de soins à la personne (coiffeurs, esthéticienne, infirmiers, ostéopathe, kinésithérapeute...).

Il y a un panel de commerces de proximité : deux tabacs-loto-presse-épicerie, deux boulangeries-pâtisseries, une brasserie, une exploitation de légumes bio, trois coiffeurs; un restaurant au lieu-dit le Casse, un fast food-pizzeria et une brasserie à Lorient, et au centre-ville, une pharmacie, une poste, un commerce boucherie-charcuterie-traiteur, une quincaillerie, une pizzeria, une esthéticienne.

Une supérette au centre-ville confiée au groupe Casino est prévue pour en 2020.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

Sadirac connait depuis l'Antiquité le savoir-faire potier. Plusieurs potiers s'installent dans la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles et fabriquent la poterie grâce à l'argile propice qui est sur la commune. Au XVIIIe siècle, toutes les familles habitant à Sadirac avaient au moins un potier. À cette époque, on comptait 150 fours sur la commune.

L'enquête de repérage du patrimoine industriel menée à partir de 1989 par le conseil régional d'Aquitaine a recensé sur la commune et versé à l'inventaire général du patrimoine culturel quatre usines de poterie dont deux encore en activité à cette date au lieu-dit Laurent Videau. La poterie Fouragnan, construite dans le bourg vers 1830, produit, dans une quarantaine d'ateliers occupant une centaine d'ouvriers, les moules destinés aux raffineries de sucre. Au déclin de l'industrie sucrière bordelaise et nantaise l'usine se consacre, jusqu'en 1901, à la fabrication des pots destinés aux résiniers landais et à la poterie à usage domestique. Les vestiges restaurés de l'établissement industriel et du four désaffectés accueillent le musée de la poterie et de la céramique de Sadirac. La poterie Monsion, construite en 1833 au lieu-dit Minguet, produit de la céramique glaçurée au manganèse. Vers 1900, elle abandonne les moules à pains de sucre et les recettes pour la mélasse pour s'orienter vers la poterie horticole jusqu'en 1974, date à laquelle l'établissement est désaffecté[39].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Ancienne gare.

La piste cyclable Roger-Lapébie qui passe à Sadirac-bourg était auparavant la voie de chemin de fer du ciment français.

La gare de Sadirac a été reconvertie en maison du Patrimoine naturel du Créonnais. Depuis , la gare est animée par l'association Terre et Océan autour de la thématique de la nature et de l'éveil scientifique avec des balades nature les dimanches, des activités pour les enfants pendant les vacances scolaires, un club nature, des débats, des activités pour les écoles[40],[41].

La commune propose un musée de la poterie et de la céramique, une bibliothèque municipale et accueille des associations comme « Oh Légumes oubliés » qui possède une ferme avec un élevage d'aurochs et une culture de vieux légumes oubliés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sadirac Blason
D'or à la grappe de raisin de gueules tigée et feuillée de sinople senestrée d'un pot de terre d'orangé, l'anse à senestre[42],[43].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sadirac sur Géoportail, consulté le 1er novembre 2015.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Cursan - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Sadirac et Cursan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Cursan - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Sadirac et Mérignac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Bordeaux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. extrait de la Thèse de Philippe Matha
  25. Décret no 2014-192 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Gironde sur le site de Légifrance
  26. Carte des cantons et communes de la Gironde avant et après le redécoupage de 2014 sur le site du conseil départemental de la Gironde
  27. Nom des habitants de Sadirac sur habitants.fr, consulté le 12 janvier 2012.
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Cahier des charges de l'appellation entre-deux-mers et de la dénomination géographique entre-deux-mers-haut-benauge « Copie archivée » (version du 23 août 2014 sur l'Internet Archive).
  33. Guide des régions et des appellations : Bordeaux — Entre-deux-Mers
  34. a et b « Notice MH de l'église Saint-Martin de Sadirac », notice no PA00083707, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Notice MH de la croix de cimetière de Sadirac », notice no PA00083706, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Notice MH du château de Tustal », notice no PA33000108, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Notice MH du château du Grand Verdus », notice no PA00083705, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Étude du patrimoine de la commune de Sadirac », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. « Inventaire du patrimoine industriel de Sadirac », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Association Terre et Océan » (consulté le ).
  41. « Communauté de communes du Créonnais: Terre- Océan - La Maison du Patrimoine Naturel », sur www.cc-creonnais.fr (consulté le ).
  42. Sadirac sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA).
  43. Le blason sur Armorial de France.
  44. « Accueil », sur www.sadiracetvous.com (consulté le ).