Christophe Tarkos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christophe Tarkos
Description de cette image, également commentée ci-après

Christophe Tarkos au CRL de Caen.

Nom de naissance Christophe Tarkos
Naissance
Marseille
Décès (à 41 ans)
Paris
Activité principale
poète
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

  • L'Enregistré (2014)
  • Écrits poétiques (2008)
  • Anachronisme (2001)
  • PAN (2000)
  • Le Signe (1999)
  • Caisses (1998)

Christophe Tarkos, né à Marseille le 15 septembre 1963 et mort le 30 novembre 2004, est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa poésie s'inscrit dans le projet général de vivifier et de défendre la langue française :

« Je suis un poète qui défend la langue française contre sa dégénérescence, je suis un poète qui sauve sa langue, en la faisant travailler, en la faisant vivre, en la faisant bouger[1]. »

Ce travail de la langue repose dans son œuvre sur un passage à la limite, fruit d'un travail de rumination minimaliste. Cette rumination correspond à un travail de subversion poétique où les règles instituées éclatent pour donner naissance à une parole autre, un horizon de possibles inusités. Le poète s'attaque à la langue dans sa matérialité dans la filiation de Gertrude Stein, de Gil J Wolman et de Beckett et la transforme en « pâte-mot ». Refusant la connivence, l'échange propre à l'univers communicationnel capitaliste, C. Tarkos s'est engagé dans un processus critique qui prend la forme d'une « mastication verbale » enfermant volontairement sa langue dans une textualité sans extériorité, sans image.

La poésie de C. Tarkos est un acte de déconstruction périlleux qui tente d'aboutir à la libération d'une langue perçue comme aliénée au risque de l'incompréhension et du mutisme. Formidable performer en tant qu'improvisateur génial de sa poésie, il participa au renouvellement de la poésie en France en multipliant les interventions publiques[2]. Il créa avec Stéphane Bérard et Nathalie Quintane la revue RR53, puis avec Katalin Molnàr la revue Poèzie Prolétèr, ainsi que, avec Charles Pennequin et Vincent Tholomé, la revue Facial, qui ne comporte qu'un seul numéro mais dont l'influence fut très nette chez certains jeunes poètes[3]. Tarkos a également participé de près à l'élaboration de la revue Quaderno, avec son ami Philippe Beck.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Gravure de Charles Pennequin.
  • Oui, Al Dante (1996)
  • Processe, Ulysse Fin de Siècle (1997)
  • Le Bâton, Al Dante (1998)
  • Caisses, P.O.L (1998)
  • La Valeur sublime, Le Grand Os (1998)
  • Le Signe =, P.O.L (1999)
  • L’Argent, Al Dante (1999)
  • La Cage, Al Dante (1999)
  • Ma langue (I Carrés, II Calligrammes et III Donne), Al Dante/Niok (2000)
  • PAN, P.O.L (2000)
  • Anachronisme, P.O.L (2001)

Rééditions[modifier | modifier le code]

  • Écrits poétiques (Oui, L’Argent, Donne, etc.), P.O.L (2008)
  • L’Enregistré (CD, DVD - enregistrements audios et vidéos - et transcriptions), P.O.L (2014)
  • Writing the Real: A Bilingual Anthology of Contemporary French Poetry (traducteur Jérôme Game), Enitharmon Press (2016)

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]