Bernard Heidsieck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heidsieck.
Bernard Heidsieck
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Bernard Heidsieck, né le et mort le (à 85 ans)[1], est un poète sonore français.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la suite de la parution du recueil Sitôt dit, en 1955, Bernard Heidsieck constate l'état moribond de la poésie, cantonnée selon lui à l'espace blanc de la page dans laquelle elle finit par se "noyer". C'est après avoir assisté aux concerts du Domaine Musical de Pierre Boulez, où il entend notamment le Chant des adolescents de Stockhausen, puis aux performances des artistes de Fluxus au Domaine Poétique (crée par Jean-Loup Philippe et Jean-Clarence Lambert en 1961), qu'il prend conscience du "retard" de la poésie sur les expérimentations musicales et artistiques du temps. Il entreprend alors de sortir le poème de la page imprimée, et crée, à partir de 1955 ses premiers "poèmes-partitions", avant d'utiliser le magnétophone comme principal outil de création à partir de 1959, fondant ainsi, avec François Dufrêne, Gil J. Wolman et Henri Chopin, la "poésie sonore", c'est-à-dire, selon sa définition restreinte, une poésie faite par et pour les magnétophone qui use des moyens de l'électro-acoustique.

Cependant, au-delà de la dimension sonore, la dimension visuelle du poème prend pour Heidsieck une importance majeure : le poème, tel qu'il est conçu, trouve son achèvement sur la scène, dans le moment de sa performance. C'est la raison pour laquelle il rebaptise sa pratique, à partir de 1963, "Poésie action" :

« Ce que je cherche toujours, c'est d'offrir la possibilité à l'auditeur/spectateur de trouver un point de focalisation et de fixation visuelle. Cela me parait essentiel. Sans aller jusqu'au happening loin de là, je propose toujours un minimum d'action pour que le texte se présente comme une chose vivante et immédiate et prenne une texture quasiment physique. Il ne s'agit donc pas de lecture à proprement parler, mais de donner à voir le texte entendu. »

Poète, Bernard Heidsieck exerce également tout au long de sa carrière l'activité de banquier : il a été vice-président de la Banque française du commerce extérieur à Paris. Le lien entre les deux activités est notamment au cœur du poème-partition "B2-B3. Exorcisme" (1963) et de certains poèmes de Derviche/Le Robert.

Invité de très nombreux festivals, il a lui-même organisé le Panorama International de poésie sonore en 1976, à la Galerie Annick Lemoine (Paris), ainsi que les Rencontres internationales 1980 de poésie sonore qui se sont déroulées à Rennes, au Havre et au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris.

Il est également auteur d'une importante œuvre plastique, avec ses planches d'"écritures-collages", dont "Les Foules" constituent le premier ensemble, en 1970. Conçu entre 1973 et 1979, Canal Street se construit autour de la réalisation d'un ensemble de planches à partir de transistors trouvés sur l'avenue du même nom, à New York. Toujours avec le matériau "sonore", dont des bandes magnétiques, il a également réalisé plusieurs abécédaires.

Il a reçu en 1991 le grand prix national de la poésie et été président de la Commission Poésie du Centre national du livre.

Il meurt à Paris le 22 novembre 2014[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sitôt dit, Seghers, 1955.
  • B2B3, éditions du Castel Rose, 1967.
  • Encoconnage, avec Françoise Janicot, Guy Schraenen, 1972
  • Portraits-Pétales, Guy Schraenen, 1973,
  • Foules, Guy Schraenen éditeur, 1976 (Belgique).
  • D2 + D3Z, Poèmes-Partitions, collection Où, Henri Chopin éditeur, 1973.
  • Partition V, Le Soleil Noir, 1973 avec une œuvre de Ruth Francken.
  • Poésie action / Poésie sonore 1955-1975, Atelier Annick Le Moine, 1976.
  • Participation à Tanger I et Tanger II, Christian Bourgois éditeur, 1978, 1979.
  • Dis-moi ton utopie, éditions Eter, 1975.
  • Poésie sonore et caves romaines suivi de Poème-Partition D4P, éditions Hundertmark, RFA, 1984.
  • Au-delà de la poésie, avec Julien Blaine et Servin, dessins de Jean Touzot, L'Unique, 1985
  • Canal Street, SEVIM/ B. Heidsieck, 1986
  • Poésie et dynamite (avec un texte de Jean-Jacques Lebel), Factotumbook 38, Sarenco-Strazzer, 1986
  • Derviche / Le Robert, Éditeurs Évidant, 1988.
  • Poème-Partition "A", Électre Éditeur, 1992.
  • D'un art à l'autre (Poésure et Peintrie), Ville de Marseille, 1993
  • Poème-Partition "R", Cahiers de nuit, Caen, 1994.
  • Poème-Partition "N", Les Petits classiques du grand pirate, 1995.
  • Sitôt dit, Seghers, 1995.
  • Coléoptères and Co, avec P.A. Gette, Yéo éditeur, Paris, 1997.
  • Poème-Partition "T", avec un CD, Derrière la Salle de bains, 1998.
  • Vaduz, avec un CD, Francesco Conz Éditeur/Al Dante éditeur, 1998.
  • La Fin d'un millénaire, catalogue Ventabrun Art Contemporain, 2000
  • Poème-Partition "Q", Derrière la salle de bains, 1999 + une autre édition en 2001.
  • Bonne Année, avec Yoland Bresson, Éditions du toit, 1999
  • Respirations et brèves rencontres, avec trois CD, Al Dante éditeur, 2000. (aussi en K7)
  • Affiche et bande magnétique, L’Affiche de poésie n° 28, Le bleu du ciel[3], 2000
  • Nous étions bien peu en ..., Onestar Press, 2001.
  • Partition V, avec un CD, réédition, Le bleu du ciel, 2001
  • Canal Street, avec deux CD, Al Dante éditeur, 2001.
  • Poème-Partition "F", avec un CD, le corridor bleu, 2001. (aussi en K7)
  • Le carrefour de la chaussée d'Antin, avec 2 CD, Al Dante éditeur, 2001
  • Partition V, Le bleu du ciel[4], 2001 (2-9511615-3-0)
  • Notes convergentes, Al Dante Éditeur, 2001. (aussi en K7)
  • La poinçonneuse, avec un CD, Al Dante éditeur, 2003.
  • Ca ne sera pas long, fidel Anthelme X, 2003.(CD)
  • Lettre à Brion, CD, Al Dante Éditeur, 2004.
  • Derviche ; Le Robert, avec trois CD, Al Dante éditeur, 2004.
  • Démocratie II, avec un CD, Al Dante éditeur, 2004.
  • Heidsieck et Hubaut, (cassette) avec Joël Hubaut
  • Morceaux choisis supplément à Bernard Heidsieck Poésie Action, Jean-Michel Place, (CD)
  • Collages, L’Affiche de poésie n° 42, Le bleu du ciel[5], 2006
  • "Vaduz", livre + CD, Al Dante, 2007.
  • Spermatozoïdes, Editions Derrière La Salle de Bains (collection Acquaviva), 2008
  • Spermatozoïdes II, Editions AcquAvivA, 2012
  • Spermatozoïdes III, Editions AcquAvivA, 2012
  • P puissance B, avec Radio Taxi(c), Lotta Poetica and Studio Morra
  • Trois biopsies et Un passe - partout
  • Djerassi, collages et écritures manuscrites, Le bleu du ciel[4], 2009 (978-2-915232-57-8[6])
  • Trois contre 1, CD audio et CDROM, avec Joël Hubaut, Jean-François Bory et Julien Blaine (trAce label[7], 1999
  • "Poèmes-Partitions" précédé de "Sitôt-dit", livre + 2CD, Al Dante, 2009.
  • "Biopsies", livre + CD, Al Dante, 2009.
  • "Passe-Partout", livre + 2 CD, Al Dante, 2009.
  • Tapuscrits – Poèmes-Partitions, Biopsies, Passe-Partout, Les Presses du réel, 2013

Sur Bernard Heidsieck[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Bobillot, Bernard Heidsieck Poésie Action, Éditions Jean-Michel Place, 1996.
  • Frédéric Acquaviva, H comme Heidsieck (radio/phonie, 89 min), France Culture, 2004.
  • Frédéric Acquaviva, Bernard Heidsieck, Ici Radio Verona (catalogue + DVD sur l'œuvre plastique de Bernard Heidsieck), Éditions Francesco Conz, Verona, 2010.
  • Frédéric Acquaviva, Tout autour de Bernard Heidsieck (vidéo, 119 min), 2002-2013.
  • François Collet, Bernard Heidsieck plastique, Paris, éditions Fage, 2009
  • Marion Naccache, Bernard Heidsieck & Cie : une fabrique du poétique, thèse de doctorat (dir. : Jean-Marie Gleize), École Normale Supérieure de Lyon, 2011
  • Michel Munos. La poésie sonore à travers l’œuvre de Bernard Heidsieck. Mémoire de maîtrise. Université de Nice 1985
  • Giovanni Fontana, La poésie action de Bernard Heidsieck. Texte, voix, geste et technologie en convergence poétique, « Inter. Art actuel », no 120, Les Éditions Intervention, Québec, 2015
  • Gaëlle Théval, « Bernard Heidsieck : poésie et intermédialité » (sur Bernard Heidsieck – Les Tapuscrits : poèmes-partitions, biopsies, passe-partout, Les Presses du réel / Villa Arson, 2013 et Anne-Laure Chamboissier, et Philippe Franck, Poésie action : variations sur de Bernard Heidsieck – coffret DVD + livre, a.p.r.e.s éditions / CNAP, 2014)
  • Gaëlle Théval, « Scénographies de l’écrit dans les performances poétiques de Bernard Heidsieck », colloque international « Performances poétiques » (organisation : Jérôme Cabot – LLA Créatis), Centre Universitaire J.F. Champollion, Albi, 19 et 20 mars 2015
  • Gaëlle Théval, « Pour un poème-éponge , un poème-serpillère… ». Poétique des « bruits » dans la poésie sonore de Bernard Heidsieck »,  L’ Autre Musique no 4 (dir. F. Mathevet, C. Paillard, G. Pelé), mars 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bernard Heidsieck quitte la scène », sur Libération, le 24 novembre 2014.
  2. Xavier de La Porte, « Mort de Bernard Heidsieck, poète sonore et essentiel », sur Rue89,‎ (consulté le 24 novembre 2014)
  3. Le bleu du ciel
  4. a et b Le bleu du ciel
  5. Le bleu du ciel
  6. Bernard Heidsieck, Djerassi, Le bleu du ciel, , 128 p. (ISBN 978-2-915232-57-8, lire en ligne)
  7. trAce label réf trAce 009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]