Christophe Dejours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christophe Dejours
Portrait de Christophe Dejours
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychiatre, psychanalyste et sociologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Prix Maurice-Bouvet ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Données clés

Christophe Dejours, né le à Paris, est un psychiatre, psychanalyste et professeur de psychologie français, spécialiste en psychodynamique du travail et en psychosomatique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été professeur titulaire de la chaire de psychanalyse-santé-travail au Conservatoire national des arts et métiers et directeur de recherche à l'Université René Descartes Paris V, avant de devenir Professeur émérite à l'université de Paris Nanterre. A partir d'un travail critique en psychopathologie du travail à la lumière de l'ergonomie de langue française et de la sociologie, il « a créé une nouvelle discipline »: la « psychodynamique du travail[1] ». Il est membre titulaire de l'Association Psychanalytique de France, membre titulaire de l'Institut de Psychosomatique-Pierre Marty, Président du Conseil Scientifique de la Fondation Jean Laplanche - Institut de France. Il est également le responsable scientifique de l'Institut de psychodynamique du travail.

Recherches[modifier | modifier le code]

Ses axes de recherches portent sur les questions d'organisation du travail et leurs effets sur la santé des travailleurs, en tenant compte de l'écart entre travail prescrit et travail effectif, de la souffrance au travail née de la rencontre avec la résistance du réel (en particulier la souffrance pathogène, comme la souffrance éthique – sentiment de perte de sa propre dignité, de trahison de son idéal ou de ses valeurs, lorsqu'un individu est amené à commettre du fait de son travail des actes qu'il réprouve moralement, le suicide au travail) et à l'inverse du plaisir au travail et de la sublimation (et ses conditions de possibilité ou d'impossibilité). L'un des apports de la psychodynamique du travail concerne les stratégies de défense individuelles et collectives déployées pour lutter contre la souffrance. Cette théorie met également en évidence l'importance de l'intelligence au travail au niveau singulier (le travailler) et au niveau collectif (la production de règles de travail ou activité déontique) et de la reconnaissance du travail et du travailleur (à travers les jugements de beauté et d'utilité). Enfin, Christophe Dejours explore les ressorts subjectifs de la domination, et ceux de la servitude volontaire[2], notamment dans le cadre des transformations néolibérales du travail.

Christophe Dejours inscrit sa réflexion sur le travail, en association avec son second domaine de recherche : les affections du corps et leurs liens avec le fonctionnement psychique, la théorie de la sexualité et la métapsychologie du corps[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Souffrance en France - La banalisation de l'injustice sociale[4], éditions du Seuil, 1998, 183 p.
  • Travail, usure mentale - De la psychopathologie à la psychodynamique du travail, Paris, Bayard, 1980 (rééd. 2000), 281 p.
  • Le Facteur humain, coll. Que sais-je ? Paris, PUF, 1994 (rééd. 2018), 127 p.
  • L’évaluation du travail à l’épreuve du réel - Critique des fondements de l’évaluation Versailles, INRA éditions, 2003, 84 p.
  • Le corps, d'abord - Corps biologique, corps érotique et sens moral, Paris, Payot, 2001 et coll. « Petite Bibliothèque Payot » no 476, 2003 (ISBN 9782228897488).
  • Conjurer la violence - Travail, violence et santé, Payot, 2007, et coll. « Petite Bibliothèque Payot » no 785, 2011 (ISBN 9782228906104).
  • Suicide et travail : que faire ?, en collaboration avec Florence Bègue, PUF, 2009, 130 p.
  • Les Dissidences du corps, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot » no 01, 2009 (ISBN 9782228904094)
  • Travail vivant, Tome 1 : Sexualité et travail, Payot, 2009, et coll. « Petite Bibliothèque Payot » no 895, 2013 (ISBN 9782228908399)
  • Travail vivant, Tome 2 : Travail et émancipation, Payot, 2009, et coll. « Petite Bibliothèque Payot » no 896, 2013 (ISBN 9782228908405)
  • Observations cliniques en psychopathologie du travail, PUF, coll. « Souffrance et théorie », 2010, 160 p.
  • La Panne, Bayard éditions, 2012
  • Le Choix - Souffrir au travail n'est pas une fatalité, Bayard éditions, 2015
  • Situations du travail, PUF, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Portrait : Christophe Dejours, père de la psychodynamique du travail », sur www.sante-et-travail.fr (consulté le )
  2. « Christophe Dejours: «Chacun est seul, plus personne ne se parle» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Christophe Dejours : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le )
  4. « Christophe DEJOURS " SOUFFRANCE EN FRANCE LA BANALISATION DE L’INJUSTICE SOCIALE " », sur 1libertaire.free.fr (consulté le )


Liens externes[modifier | modifier le code]