Pascale Molinier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascale Molinier
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychologue et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Travaux Psychologie sociale ; psychodynamique du travail ; travail et éthique du care ; études de genre

Pascale Molinier, née en 1959, est une psychologue française et professeure de psychologie sociale à l'université Paris 13 Villetaneuse (Sorbonne Paris Cité).

Biographie[modifier | modifier le code]

Pascale Molinier a étudié la psychopathologie et la psychiatrie sociales à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction de Claude Veil, pionnier de la psychopathologie du travail, notamment de la fatigue nerveuse ou syndrome d'épuisement professionnel. Elle réalise une thèse en psychologie dirigée par Christophe Dejours dont elle a rejoint en 1993 l'équipe de recherche et d'enseignement au CNAM en tant que maître de conférences[1]. Elle a été rédactrice en chef de la revue Travailler. Revue internationale de psychodynamique et psychopathologie du travail. Depuis 2009, elle est professeure de psychologie sociale à l'université Paris 13 Nord (Sorbonne Paris Cité) et, depuis 2014, directrice du laboratoire UTRPP (unité transversale de recherches en psychogenèse et psychopathologie, EA 4403[2].

De 2012 à 2015, elle a été codirectrice du GIS l'Institut du genre[3]. Depuis 2014, elle est directrice de publication des Cahiers du genre[4].

Ses thèmes de recherches sont la psychodynamique du travail, la psychothérapie institutionnelle (plus particulièrement l’œuvre de François Tosquelles). Avec Patricia Paperman et Sandra Laugier, elle est l'auteure de plusieurs ouvrages sur l'éthique et le travail de care.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'énigme de la femme active : Égoïsme, sexe et compassion, Payot, .
  • Les enjeux psychiques du travail : Introduction à la psychodynamique du travail, Petite Bibliothèque Payot, .
  • Le travail du care, Paris, La Dispute, .
  • avec S. Laugier et P. Paperman, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Petite Bibliothèque Payot, .
  • avec L.G. Arango, Medellin, El trabajo y la Ética del Cuidado, La Carreta Social, .

Numéros de revues[modifier | modifier le code]

  • Féminisme, genre et valeurs de l’art, Cahiers du genre, 2007.
  • Les Fleurs du mâle. Masculinités sans hommes ?, Cahiers du genre, 45, 2008.
  • Les ambiguïtés du care (dossier), Travailler, no 28, 2012.
  • Avec J. Barus-Michel, Le genre : représentations et réalités, Nouvelle revue de psychosociologie, no 17, 2014.
  • Avec Sandra Laugier et Jules Falquet, Genre et environnement. Nouvelles menaces, nouvelles analyses au Nord et au Sud, Cahiers du Genre, 59, 2015.

Articles et chapitres d'ouvrages récents[modifier | modifier le code]

  • L’évitement du travail dans l’affaire des sœurs Papin, une question toujours d’actualité ? L’Évolution Psychiatrique, version électronique décembre 2011, papier mars 2012.
  • Une enquête de psychodynamique du travail dans un département de recherche industrielle. Méthodologie, élaboration, résultats. Bulletin de psychologie, 65, 3 : 217-225.
  • Genre à la française ? Débat entre Christine Delphy et Pascale Molinier animé par Isabelle Clair et Sadrine Ruy. Sociologie, 3, (3), 2012, 299-316.
  • Avec M.-F. Cepeda, « Comme un chien à carreau », des employées domestiques colombiennes entre care et justice, Travailler, 28, p. 33-56, 2012 .
  • M.-C. Pheulpin, Le travail et la vie psychotique.  Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé (PISTES, revue en ligne, mis en ligne le 01 janvier 2014, [1].
  • Avec L. Gaignard, L., « Jean Oury, un trajet herméneutique hors de toute illusion », Psychologie clinique, 38, 2 : 209-215, 2014.
  • Avec L. Gaignard. « L’ordinaire tient à un fil… » Raison Publique, 18 : 19-32, 2014.
  • (Entrée de dictionnaire) « Souffrance », dans A. Bevort, A. Jobert, M. Lallement, A. Mias, Dictionnaire du travail (p. 733-737), Paris : PUF, 2012.
  • (en) Care as Work: Mutual Vulnerabilities and Discrete Knowledge. In Nicholas H. Smith and Jean-Philippe Deranty (eds), New Philosophies of Labour: Work and the Social Bond (p. 251-271), Leiden/Boston: Brill, 2012.
  • L’aide aux aidants : une porte d’entrée pour réfléchir à plus de justice dans le partage du care. Utopie ou réalité ? Dans M.-J. Thiel. L’automne de la vie. Enjeux éthiques du vieillissement (p. 225-236). Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg.
  • Les suicides liés au travail : un indice de sa précarisation ? Dans S. Fortino, B. Tejerina, B. Cavia, J. Calderón. Crise sociale et précarité (p. 152-169). Nîmes, Champ social.
  • Un texte théorique libérateur, Préface de Anne Fausto-Sterling, Les cinq sexes, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2013, p. 7-38.
  • Pourquoi le care n’est-il pas bientraitant ? Dans Ph. Svandra (Éd).Faut-il avoir peur de la bientraitance ? De Boeck, 2013, p. 31-42.
  • Les métiers du care : le grand écart entre recommandations officielles et expérience concrète. Dans A. Thébaud-Mony, Ph. Davezies, L. Vogel et S. Volkoff, Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner, Paris, La Découverte, 2015, p. 188-191.
  • Commentaire de C. Dejours. De la psychopathologie à la psychodynamique du travail, In Travail : usure mentale (1993), Bayard. Dans J.-Y. Chagnon (éd) 40 commentaires de textes en psychologie clinique, Paris, Dunod, 2014, p. 333-342.
  • Sur la bouche de l’enfer. Sexualités de Buffy. Dans S. Allouche, S. Laugier (Éds), Philoséries. Buffy, tueuse de vampires, Paris, Bragelonne, 2014, p. 155-186.
  • Genre, travail, sexualité. Dans L. Laufer, F. Rochefort (Éds), Qu’est-ce que le genre ? Petite Bibliothèque Payot, 2014, p. 155-170.
  • Ensembles, mouvance et système D. Survivance de François Tosquelles. Empan, 2014/4 ; 96 : 42-46.
  • (es) Charcot, el trabajo y la « histeria viril »: Una relectura de las Leçons du mardi (Lecciones del martes) desde la psicodinámica del trabajo. Vertex, Rev. Arg. de Psiquiat. 2015, Vol. XXVI: 453-460.
  • (es) « Mujeres blancas » en la Comisión Corográfica. Una lectura fabuladora. Trabajo y Sociedad. Sociología del trabajo- Estudios culturales- Narrativas sociológicas y literarias. NB - Núcleo Básico de Revistas Científicas Argentinas (Caicyt-Conicet) No 26, Verano 2015, Santiago del Estero, Argentina (ISSN 1514-6871)           
  • Histoire de la vieille bouchère et autres récits. L’autodérision et la création du semblable dans le travail de soin. Champ Psy, 67, 133-146, 2015.
  • Des différences dans les voix différentes : entre l’inexpressivité et la surexpressivité, trouver le ton. Recherches Féministes, vol. 28, no 1 : 45-60, 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BNF.
  2. « Page sur le site du laboratoire universitaire UTRPP » (consulté le 18 août 2017).
  3. « Organigramme de l'Institut du genre » (consulté le 18 août 2017).
  4. « Page de la rédaction, Cahiers du genre » (consulté le 18 août 2017).