Henri Dorion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant le Québec
Cet article est une ébauche concernant le Québec.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Henri Dorion
Description de cette image, également commentée ci-après

Henri Dorion

Naissance (81 ans)
Québec, Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadien
Profession
géographe

Henri Dorion (né à Québec le [1]) est un géographe et professeur québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Dorion est né d'un père québécois et d'une mère russe. Après avoir étudié le piano, le droit, la géographie et les langues, un accident l'oblige à renoncer à une carrière de pianiste. Il est admis au Barreau du Québec en 1958 et exercera le droit quelques années dans le cabinet familial[2].

La géographie et plus particulièrement la toponymie, devient sa matière de prédilection. Il a présenté un mémoire de maîtrise sur la frontière du Labrador[3].

Il a été professeur à l'Université Laval de 1964 à 1980[4]. Il en dirigera le Département de géographie à partir de 1973. Il y mettra également sur pied le Groupe d'études de choronymie et de terminologie géographique, en collaboration avec le géographe Louis-Edmond Hamelin.

Il a présidé différentes commissions, dont le GENUNG, le Groupe d'experts des Nations unies pour les noms géographiques, et, de 1966 à 1972, la Commission d'étude sur l'intégrité du territoire du Québec, aussi appelée Commission Dorion. Il s'agissait de la première étude exhaustive des frontières du Québec, qui mènera à la publication d'un rapport en 64 volumes, qui fait office de référence[5].

En 1978, Henri Dorion a été président de la nouvelle Commission de toponymie du Québec, poste qu'il occupera pendant trois mandats non consécutifs, le dernier ayant pris fin à sa retraite en 1996.

Il est professeur invité au département de géographie de l'Université Laval depuis 2009, où il enseigne notamment la toponymie et la géographie de la Russie.

Il a été nommé délégué du Québec pour l'Ukraine et la Russie à l'automne 1996.

Le Musée de la civilisation à Québec (Canada) conserve sa collection d'instruments de musique[6].

Il est le père de quatre filles, dont la comédienne Nathalie Coupal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Henri Dorion : prix Léon-Gérin 2004 », sur www.prixduquebec.gouv.qc.ca
  2. « Les Prix du Québec - », sur www.prixduquebec.gouv.qc.ca,‎ (consulté le 13 août 2014)
  3. « Les frontières incertaines: un obstacle au développement du Québec », sur Le Devoir,‎ (consulté le 28 janvier 2016)
  4. « Anciens professuers », sur www.ggr.ulaval.ca
  5. « Les Prix du Québec », sur www.prixduquebec.gouv.qc.ca,‎ (consulté le 13 août 2014)
  6. Brève description de la collection d'instruments de musique Henri-Dorion, au Musée de la civilisation
  7. « Henri Dorion : Chevalier (1997) », dans l<<Ordre national du Québec