Carl Hayman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carl Hayman
Description de l'image Carl Hayman.jpg.
Fiche d'identité
Nom complet Carl Joseph Hayman
Naissance (35 ans)
à Opunake (Nouvelle-Zélande)
Taille 1,93 m (6 4)
Position Pilier
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1998-2007
1999-2007
2007-2010
2010-2015
Otago RFU
Highlanders
Newcastle Falcons
RC Toulon
68 (5)
81 (5)
64 (10)[1]
156 (0)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2001-2007 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 45 (10)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 19 juin 2015.

Carl Joseph Hayman, né le 14 novembre 1979 à Opunake, est un joueur de rugby à XV international néo-zélandais évoluant au poste de pilier droit. Il obtient 45 capes avec les All Blacks entre 2001 et 2007, remportant à cinq reprises le Tri-nations. Il joue d'abord en Nouvelle-Zélande, avec Otago RFU et les Highlanders avant de rejoindre l'Europe, chez le club anglais des Newcastle Falcons puis le club français du Rugby club toulonnais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hayman a commencé par représenter l’équipe de Nouvelle-Zélande des moins de 16 ans (1995), puis des moins de 19 ans (1997 et 1998) et des moins de 21 ans (1998 à 2000). Il a fait partie de l’équipe qui a écrasé l'équipe d'Afrique du Sud en finale du tournoi international des moins de 21 ans (71 à 5 en finale).

Il a joué aussi avec l’équipe des Māori de Nouvelle-Zélande et fait une tournée avec l’équipe A de Nouvelle-Zélande, avant d’être sélectionné avec les All Blacks en 2001, puis régulièrement à partir de 2004. Il a eu la chance d’être le millième sélectionné dans les rangs des All Blacks.

Hayman a débuté dans le Super 12 en 1999 avec les Otago Highlanders. En 2007, il signe en faveur des Newcastle Falcons, qui évoluent dans le championnat d'Angleterre.

L'annonce de sa venue au Rugby club toulonnais dès la saison suivante a été faite le 22 mars 2010. Il a rejoint la cohorte d'internationaux qui jouent à Toulon comme Jonny Wilkinson, Juan Martín Fernández Lobbe, Bakkies Botha, Delon Armitage et Joe van Niekerk. Sa décision de rester en Europe l'a rendu inéligible pour la Coupe du Monde 2011 puisque selon la règle de la Fédération de Rugby Néo-Zélandaise seuls les joueurs officiant dans le championnat NZ peuvent être retenus. À l'inverse, de Sonny Bill Williams qui a quitté le RCT pour pouvoir être sélectionné parmi les All Blacks lors de la Coupe 2011.

Lors de cette première saison, il est sélectionné dans l'équipe des Barbarians français contre l'équipe des Tonga en novembre, rencontre où il inscrit un essai[2].

Son acclimatation dans le Top 14 n'a pas été facile : présenté comme le meilleur pilier droit du monde, il est confronté à la concurrence de Davit Kubriashvili pour le poste de titulaire du poste. Lors de la saison 2011-2012 il devient titulaire. En finale de Amlin Challenge Cup, Carl Hayman prend un carton jaune pour un plaquage cathédrale. Il est ainsi suspendu quatre semaines. Ce qui le prive de la finale du championnat de France face à Toulouse.

Devenu titulaire indiscutable au sein de l'effectif toulonnais, il remporte la coupe d'Europe face à Clermont le 18 mai 2013. L'année suivante, il fait partie des deux compositions d'équipes lors des finales remportées disputées par le club toulonnais, d'abord la finale de coupe d'Europe face aux Anglais dees Saracens, puis du Top 14, face au Castres olympique.

Pour la saison 2014-2015, il est nommé capitaine du club toulonnais, succédant à Jonny Wilkinson, parti à la retraite. Le club remporte une troisième coupe d'Europe consécutive lors de la finale de l'édition 2015, de nouveau face à Clermont, puis se qualifie pour les demi-finales du championnat. Celle-ci se déroule dans un cadre particulier : le matin, la mort de Jerry Collins, après un accident de voitures, est annoncée. Or celui-ci a été le coéquipier sous le maillot des All Blacks de Ali Williams, Chris Masoe et Carl Hayman. Les Toulonnais s'inclinent sur le score de 33 à 16 face au Stade français dans une rencontre précédée d'ine minute de silence.

Ce match est la dernière rencontre officielle de Carl Hayman qui prend sa retraite, tout comme Ali Williams.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est fiancé à Natalie Crook, une présentatrice de télévision néo-zélandaise.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Carl Hayman est particulièrement renommé pour sa puissance en mêlée. Il est aussi considéré comme un des meilleurs piliers droits du monde.

Carrière[modifier | modifier le code]

En province[modifier | modifier le code]

En franchise[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il a honoré sa première cape internationale en équipe de Nouvelle-Zélande le contre l'équipe des Samoa.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En province[modifier | modifier le code]

En franchise[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Quart-de-finale France - All Blacks en 2007.

Carl Hayman compte 45 sélections en équipe de Nouvelle-Zélande entre 2001 et 2007, inscrivant deux essais[3].

Il remporte le Tri-nations à cinq reprises, en 2002, 2003, 2005, 2006, 2007.

Il compte une participation à la coupe du monde, disputant quatre rencontres lors de l'édition 2007, face à l'Italie, le Portugal, l'Écosse, et la France[4].

Il a également sélectionné avec les Māori de Nouvelle-Zélande en 2002, 2003 et 2005. Auparavant, il a été international Néo Zélandais des moins de 16 ans en 1995, scolaire en 1996 et 1997, desmoins de 19 ans en 1997 et 1998, des moins de 21 ans de 1999 à 2000 et International Néo Zélandais A en 2000.

Il compte également trois sélections avec les Barbarians, en mai 2003 face à l'Angleterre, en mai 2011 face à ce même adversaire et en juin de la même année face au pays de Galles[5]. il compte également une sélection avec les Barbarians français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Carl Hayman », sur www.itsrugby.fr (consulté le 19 juin 2015)
  2. « Bastareaud (Stade Français) touché à une cheville avec les Barbarians Français », sur leparisien.fr,‎ .
  3. a et b (en) « Carl Hayman », sur espn.co.uk (consulté le 19 juin 2015).
  4. (en) « Carl Hayman - IRB Rugby World Cup », sur espn.co.uk (consulté le 19 juin 2015).
  5. « Carl Hayman », sur barbarianfc.co.uk.

Liens externes[modifier | modifier le code]