Sonny Bill Williams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Williams.
Sonny Bill Williams
Description de l'image Sonny Bill Williams 2010.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (30 ans)
à Auckland (Nouvelle-Zélande)
Taille 1,93 m (6 4)
Position Rugby à XIII
Deuxième ligne, Troisième ligne, Centre, Demi d'ouverture

Rugby à XV
Centre, Ailier
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
XIII
2004-2008
2013-2014

XV
2008-2010
2010
2011
2012
2012
2014
2015-

Bulldogs
Sydney Roosters


RC Toulon
Canterbury
Crusaders
Chiefs
Wild Knights
Counties Manukau
Chiefs

32 (72)[1]
45 (44)[1]


33 (30)[1]
7 (20)[1]
15 (25)[1]
18 (25)[1]
7 (10)[1]
2 (0)[1]
11 (5)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
XIII
2004-2013

XV
2010-

Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande


Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande

12 (20)


33 (45)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 31 octobre 2015.

Sonny Bill Williams (dit SBW), né le à Auckland, est un joueur de rugby à XIII, à XV et à sept international néo-zélandais. Il évolue au poste de centre au sein de l'effectif des Chiefs dans le Super 15. Il est plus particulièrement connu en France pour avoir joué au RC Toulon, où il a commencé sa carrière en rugby à XV. Il est champion du monde avec les All Blacks lors des éditions 2011 et 2015 de la coupe du monde de cette discipline. En vue des Jeux Olympiques de 2016, il intègre, pour la saison 2015-2016, l’équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à sept. Joueur puissant et rapide, il est un plaqueur redouté et un attaquant doté d'une belle technique individuelle, balle en main, apprécié pour ses passes après contact.

Parallèlement à sa carrière de rugbyman, il effectue plusieurs combats de boxe par an.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de rugby[modifier | modifier le code]

Première carrière en rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Williams commence à jouer à un haut niveau rugbystique à partir de l'année 2001 où il participe à la S.G. Ball Cup, le championnat australien de rugby à XIII des moins de 18 ans. Williams est par ailleurs nommé joueur de l'année de ce championnat. En 2002, il monte rapidement les échelons et devient rapidement un joueur de premier rang pour les Canterbury Bulldogs en participant à la Jersey Flegg Cup, le championnat australien de rugby à XIII des moins de 20 ans. L'année suivante, en 2003, Williams continue sa fulgurante carrière de treiziste en Premier League, le championnat réserve de la prestigieuse National Rugby League (NRL). Il y gagne une place indiscutable de titulaire.

En 2004 a seulement 18 ans il fait ses débuts en NRL contre les Parramatta Eels au Telstra Stadium. Durant cette année il est sélectionné pour représenter son pays après seulement une poignée de matches joués en NRL. Le 23 avril il fait ses débuts avec la Nouvelle-Zélande contre l'Australie pour le fameux ANZAC Test contre l'Australie. Il disputera en 2004 15 matches de NRL et devient ainsi un joueur incontournable de l'équipe. Sa courte expérience du haut niveau et son ascension incroyable finissent par convaincre les entraîneurs de placer Williams sur le banc pour la grande finale de NRL. Les Bulldogs remportent la finale 16 à 13 face à l'équipe des Sydney Roosters. Williams clôt de façon exceptionnelle une première saison en NRL. Il est nommé pour le Dally M Rookie of the Year Award, le trophée du meilleur débutant en NRL de l'année.

Le contrat de Williams arrivant à terme celui-ci reçut plusieurs offres dont une du club anglais de Saint-Helens d'un montant de 3 millions de dollars. Bien qu'alléchante, Williams refusa cette offre au motif qu'il préférait rester fidèle au club et prolongea pour deux ans avec les Bulldogs. Quelques mois plus tard des révélations vinrent faire éclater un scandale. Saint-Helens et son président Eamonn McManus n'avaient fait aucune offre à Williams. Le joueur et son agent avaient menti afin de faire monter les enchères.

Après avoir fait des débuts fracassants en NRL, Williams a fait une saison 2005 décevante. Une grave blessure au genou ainsi que plusieurs autres mineures permirent à Williams de jouer seulement cinq matchs de NRL durant cette année 2005. Il manqua également plusieurs matchs internationaux pour la Nouvelle-Zélande cette année-là. Williams a eu une année rugbystique 2006 en dents de scie. Il ne fut également pas épargné par les blessures et joua tout de même 21 matches de NRL en inscrivant 8 essais. Il échoua de peu à la finale de la NRL en perdant les demi-finales avec son club de toujours, les Bulldogs, face aux Brisbane Broncos. Cette année, comme en 2005, il ne put participer aux Tri-Nations avec les Kiwis toujours à cause de blessures récurrentes.

À peine quatre minutes après son premier match de la saison 2007 en NRL, Williams fut expulsé pour un plaquage haut sur Andrew Johns. Durant toute l'année 2007 le futur rugbystique de Williams fut le fait de spéculations incessantes dans la presse écrite en Australie. La spéculation a pris fin lorsque Williams a resigné avec les Bulldogs le 9 mars 2007 pour un contrat de cinq ans estimé à une valeur de plus de 2,5 millions de dollars courant jusqu'à 2012. Williams a joué jusqu'en 2008 au rugby à XIII pour le club des Canterbury Bulldogs. Il a représenté son pays la Nouvelle-Zélande à sept reprises au sein des Kiwis, l'équipe nationale néo-zélandaise de rugby à XIII.

Carrière en rugby à XV[modifier | modifier le code]

Joueur de rugby marchant, vu de profil.
Williams joue pour les Crusaders en 2011

En 2008, il passe à XV et signe un contrat d'un an avec le Rugby club toulonnais avec une année supplémentaire en option[3]. Son départ d'Australie et son passage au rugby à XV, a fait grand bruit sur l'île-continent, au point qu'il fut élu l'homme le plus détesté d'Australie en 2008, devançant le terroriste de Bali, Amrozi[4]. Pour son premier match de Top 14, il inscrit un essai quelques minutes après être entré en jeu à la place d'Olivier Grimaud, qui venait de se blesser, contre l'ASM Clermont Auvergne[5]. En mars 2009, il renouvelle pour un an son contrat avec le Rugby club toulonnais[6]. la saison suivante « SBW » manque le début du championnat à cause d'une blessure récurrente au genou mais dès son retour il devient titulaire jusqu'à la fin de la saison au centre avec Mafelio Kefu. En demi-finale face à l'ASM Clermont Auvergne (futur champion) il marque un essai en fin de match mais ne peut éviter la défaite de son club en prolongation (29-35 ap). Il joue son dernier match avec Toulon au Stade Vélodrome de Marseille contre les Cardiff Blues en finale du Challenge européen. Sur une attaque partie des 22 mètres toulonnais et après deux temps de jeu, Sonny Bill Williams traverse la défense au centre du terrain en effaçant deux adversaires pour inscrir un essai peu avant la mi-temps[7],[8]. Les Gallois remportent toutefois la rencontre sur le score de 28 à 21[7]. À la fin de la saison, il retourne en Nouvelle-Zélande, refusant un renouvellement de contrat avec Toulon – la presse néo-zélandaise avançant une proposition d'un contrat de cinq millions de dollars pour une durée de trois ans, contre une offre de 454 000 dollars sur dix-huit mois par la fédération néo-zélandaise[9],[10].

Parallèlement, il se lance dans la boxe anglaise, et s'entraîne à Toulon dans la salle dirigée par Alain Ruocco. Il gagne son premier combat officiel en Australie devant une salle comble face à Gary Gurr, et permet ainsi à une association caritative anti-drogue de remporter 50 000 $.

En 2009, il est sélectionné pour disputer en juin de la même année un match à Sydney avec les Barbarians, face aux Wallabies[11], rencontre remportée par les Australiens sur le score de 55 à 7[12]. Sonny Bill Williams rejoint l'équipe des Crusaders en Nouvelle-Zélande en 2010. Wayne Smith, adjoint de Graham Henry, entraîneur des All Blacks, rend visite fin au joueur d'origine samoane et néo-zélandaise, vraisemblablement afin de discuter d'un futur éventuel au sein des All Blacks, avec la Coupe du monde 2011 en ligne de mire[13].

Le , Sonny Bill Williams annonça qu'il prendra part dans le cadre d'un contrat conclu avec les Panasonic wild knights, à la saison 2012-2013 (31 août - 27 janvier) de la Top League, division d'élite du Rugby à XV japonais.

Deuxième carrière en rugby à XIII[modifier | modifier le code]

En , le club de NRL des Sydney Roosters confirme avoir signé un contrat d'un an avec Sonny Bill Williams[14]. Son ancien coéquipier des Canterbury Bulldogs , Hazem El Masri, critiquant alors vivement ce choix, déclarant que Sonny Bill Williams ne devrait se voir autoriser à rejoueur en NRL après son départ contreversé au Rugby club toulonnais en 2008[15]. Ce contrat est finalement approuvé en décembre par Ian Schubert, qui devait s'assurer de la conformité aux contraintes du salary cap.

Il dispute son premier match avec Sydney le face à South Sydney Rabbitohs, rencontre perdue sur le score de 28 à 10, Sonny Bill Williams inscrivant un essai[16]. Cette rencontre se dispute à l'Allianz Stadium devant 35 952 spectateurs, ce qui constitue un record de NRL pour un match de la première journée[16]. Il inscrit ensuite des essais face à Parramatta Eels, puis deux contre son ancienne franchise des Bulldogs lors d'une victoire 38 à 0[17], un contre Penrith Panthers, les New Zealand Warriors et les Newcastle Knights. Il est ensuite suspendu deux matchs pour un placage dangereux à l'épaule[18]. Une victoire 24 à 12 face à South Sydney Rabbitohs lors du dernier match de la phase régulière permet aux Roosters de terminer au premier rang de la ligue[19]. Lors du premier tour de la phase finale, ils s'impose face à Manly-Warringah Sea Eagles, puis face à Newcastle Knights lors finales preliminaires, obtenant ainsi le droit de disputer la Grande finale face à Manly, qui après sa défaite initiale, s'impose face à Cronulla Sharks en demi-finale, puis face à South Sydney Rabbitohs en finales preliminaires[20]. Les Roosters, qui retrouvent Manly-Warringah Sea Eagles en Grand Final, s'imposent 26 à 18 pour remporter le treizième titre de leur histoire[21]. Avec une saison où il joue 24 des 26 rencontres de la phase régulière et les trois matchs des finales, le deuxième ligne des Roosters inscrit huit essais et possède une moyenne de gain de terrain de 109 mètres par match[22]. Il se voit décerner de la médaille Jack Gibson, qui récompense le meilleur joueur des Roosters[22]. Il annonce la signature d'un contrat pour une nouvelle saison avec cette équipe[22].

Homme assis, les bras posés sur une table, avec un micro dans une main.
Sonny Bill Williams avec les Kiwis lors de la coupe du monde de rugby à XIII.

Après avoir dans un premier temps annoncé son désir de prendre ses premières vacances depuis 2008[23], il déclare finalement, quelques heures après l'annonce par Stephen Kearney des 24 joueurs retenus pour défendre les couleurs des Kiwis lors de la coupe du monde[24], qu'il est prêt à représenter sa nation[23] avec l'ambition de devenir le premier joueur à devenir champion du monde dans les deux codes du rugby à XV et du rugby à XII[25]. Sonny Bill Williams qui compte alors sept sélections avec les Kiwis, six défaites et un nul[26], dispute son premier match avec cette sélection depuis cinq ans lors du match face aux Samoa, match remporté 42 à 24[25]. Après avoir été laissé au repos face à la France, il inscrit trois essais lors de la seule première mi-temps face à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, rencontre remportée 56 à 10[27],[28]. Première de sa poule la sélection néo-zélandaise se qualifie pour un quart de finale face à l'Écosse qu'elle remporte sur le score de 40 à 4[29]. Lors de la demi-finale, les Anglais mènent 18 à 14 lorsqu'un placage haut de George Burgess sur Sonny Bill Williams offre une pénalité aux Kiwis. Ces derniers profitent de celle-ci pour inscrire un essai par Shaun Johnson, ce dernier réussissant également la transformation qui permet à son équipe de s'imposer 20 à 18[30],[31]. Les Kangourous australiens prennent leur revanche face aux Kiwis en s'imposant 34 à 2 après avoir perdu l'édition précédente de 2008 à domicile à Brisbane[32]. Le cinquième et dernier essai australien est réalisé grâce à une interception d'une passe de Sonny Bill Williams à proximité de l'en-but australien[33].

Homme de trois quart, tenant le ballon, avec deux coéquipiers le suivant des yeux. Plusieurs adversaires sont face à lui, sur la droite de la photo.
Sonny Bill Williams sous le maillot des Sydney Roosters en NRL.

Sonny Bill Williams commence sa saison suivante de NRL avec les Sydney Roosters par une défaite face à Rabbitohs. Une charge à l'épaule lors de la dernière minute de cette rencontre lui vaut trois matchs de suspension[34]. Il répond aux attentes de son entraîneur en réalisant une grande performance lors de son retour, face à Canterbury-Bankstown Bulldogs[35]. C'est face à ce même club qu'il inscrit ses deux premiers essais de la saison lors d'une victoire 32 à 12[36]. Il inscrit un nouvel essai face à Melbourne Storm[37], puis est absent durant un mois en raison d'un pouce fracturé[38]. Il fait son retour lors d'une victoire 46 à 12 face aux New Zealand Warriors[39]. Sydney Roosters, premier de la phase régulière, s'incline 19 à 18 face à Penrith Panthers lors des finales de qualification, puis bat North Queensland Cowboys en demi-finale avat d'affronter les South Sydney Rabbitohs en finales préliminaires. Ces derniers s'imposent 32 à 22 et privent les Roosters d'une nouvelle participation à la grande finale[40]. Les statistiques de Sonny Bill Williams sur la saison sont de douze points, trois essais, en 21 rencontres disputées[41]. Ses statistiques en carrière sont alors de 42 essais, 168 points et 118 rencontres disputées[41].

Deuxième carrière en rugby à XV[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, il signe un contrat avec la fédération néo-zélandaise pour deux ans, dans le but de disputer la Coupe du monde 2015 en Angleterre[42]. Ce contrat prévoit aussi la possibilité d'intégrer l'équipe néo-zélandaise de rugby à sept lors des Jeux olympiques de 2016 à Rio[42]. Il doit ausi retrouver la franchise des Chiefs en Super 15[43]. Il doit toutefois terminer son contrat avec les Sydney Roosters, club avec lequel il doit jouer en 2014.

Homme en noir, derrière les poteaux adverses, s'appretant à marquer un essai.
Williams marque un essai contre le Tonga en Coupe du Monde.

Il fait finalement son retour sur les terrains de rugby à XV en avec Counties Manukau en ITM Cup face à Auckland[44]. Après une dernière sélection datant d' face à l'Australie, Sonny Bill Williams fait son retour avec les All Blacks le contre les États-Unis à Chicago lors d'une rencontre remportée sur le score de 74 à 6, avec douze essais dont deux marqués par Sonny Bill Williams[45]. Il retrouve l'équipe des Chiefs lors de la première journée de la saison 2015 face aux Blues[46]. Lors de son deuxième match, le troisième de sa franchise, il inscrit le premier des quatre essais de son équipe qui s'impose 40 à 16 face aux Crusaders[47]. Blessé au dos à mi-mai[48], il est absent un mois et rejoue finalement pour la dernière journée de la phase régulière contre les Hurricanes[49]. Troisième de la conférence néo-zélandaise, il dispute avec les Chiefs un barrage face aux Highlanders. Cette dernière franchise, futur vainqueur de la compétition, s'impose 24 à 14[50]. Sur la saison, Sonny Bill Williams dispute onze rencontres de Super 15, toutes en tant que titulaire, inscrivant un essai[51].

Il figure dans le groupe de 33 joueurs choisi par Steve Hansen pour disputer la coupe du monde[52]. Remplaçant lors du premier match de poule face à l'Argentine, il est titulaire lors des deux matchs suivant, face à la Namibie puis la Géorgie, avant d'inscrire un essai face aux Tonga où il commence la partie sur le banc. Il est également remplaçant lors des trois matchs de la phase finale, où les All Blacks battent successivement la France sur le score fleuve de 62 à 13, l'Afrique du Sud 20 à 18 en demi-finale, puis l'Australie en finale, remportée 34 à 17. Lors de celle-ci, où il entre en jeu à la 40e minute en remplacement de Conrad Smith, il envoie Ma'a Nonu à l'essai deux minutes plus tard par une passe lobée après contact entouré de trois défenseurs. Après la fin de la rencontre, il voit un garçon de sept ans se précipiter sur la pelouse et être plaqué au sol par un stadier. Il intervient, prend l'enfant par les bras, et lui offre sa médaille d'or[53] ; salué pour son geste, il reçoit une nouvelle médaille d'or lors de la cérémonie des World Rugby Awards[54].

Carrière en rugby à VII[modifier | modifier le code]

Sonny Bill Williams rejoint fin 2015 l'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à VII pour disputer les «  World Rugby Sevens Series »[55]. Son but est de disputer les Jeux olympiques de Rio à l'été 2016. Il dit : « En remontant le temps, tous les meilleurs sportifs ont toujours été des olympiens. Usain Bolt, Muhammad Ali et ainsi de suite. C'est juste une opportunité fantastique de devenir l'un d'entre-eux »[55].

Il intègre l'équipe néo-zélandaise lors de la troisième étape de la saison 2015-2016 du World Rugby Sevens Series, étape disputée à Wellington. Il inscrit un essai lors de son premier match, où il intervient en tant que remplaçant[56]. Malgré deux grosses erreurs de Sonny Bill Williams, la Nouvelle-Zélande remporte la finale 24 à 21 face aux Blitzboks de l'Afrique du Sud[57]

Palmarès en rugby[modifier | modifier le code]

Palmarès en rugby à XV[modifier | modifier le code]

  • Finaliste du Challenge européen 2010 contre Cardiff (21-28)
  • Vainqueur de la ITM CUP 2011 contre Waikato (12-3)
  • Finaliste du Super 15 2011 contre les Reds (13-18)
  • Vainqueur de la Coupe du Monde 2011 contre la France (8-7)
  • Vainqueur du Super 15 2012 contre les Sharks (37-6)
  • Vainqueur de la Coupe du Monde 2015 contre l'Australie (34-17)

Palmarès en rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Palmarès honorifique[modifier | modifier le code]

  • Élu 5e meilleur centre du Championnat de France en 2009 et 3e en 2010 (rugby à XV)
  • Record d'essais (3) inscrits par un remplaçant en Coupe du monde (rugby à XV)
  • Meilleur joueur international en rugby à XIII : 2013

Statistiques en rugby[modifier | modifier le code]


Sonny Bill Williams compte douze sélections avec les Kiwis, l'équipe néo-zélandaise de rugby à XIII. Il inscrit un total de cinq essais. Il dispute une édition de la Coupe du monde, en 2013 où il joue cinq matchs et inscrit trois essais.


Avec les All Blacks, l'équipe néo-zélandaise de rugby à XV, Sonny Bill Williams dispute 33 rencontres, dont vingt en tant que titulaire, pour un bilan personnel de 45 points, neuf essais. Il remporte 31 rencontres et concède deux défaites[61].

Sonny Bill Williams dispute sept rencontres de Tri-nations ou du Rugby Championship, compétition qui lui succède, trois lors du Tri-nations 2011, deux du Rugby Championship 2012 et deux lors de l'édition 2015[62].

Il participe à deux éditions de la coupe du monde, obtenant deux titres de champion du monde, lors des éditions de 2011 et 2015. Il participe à quatorze rencontres, les sept disputées par les All Blacks en 2011, face au Tonga, le Japon, la France, le Canada, l'Argentine, l'Australie et de nouveau la France, inscrivant deux essais contre le Japon, un lors du premier match face à la France et un contre le Canada. En 2015, il participe également aux sept rencontres de son équipe, contre l'Argentine, la Namibie, la Géorgie, les Tonga, la France, l'Afrique du Sud et l'Australie, inscrivant un essai contre les Tonga[63].

Carrière en boxe[modifier | modifier le code]

Sonny Bill Williams
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Taille 1,94 m (6 4)
Catégorie Poids lourds
Palmarès
  Professionnel
Combats 6
Victoires 6
Victoires par KO 3
Défaites 0
Titres professionnels Champion de Nouvelle-Zélande poids lourds NZPBA (2012-2013)
Dernière mise à jour : 7 février 2014

Le , Sonny Bill Williams fait ses débuts en tant que boxeur professionnel, sur le ring de son ami Anthony Mundine, et s'impose face à Garry Gurr par KO au deuxième tour à Brisbane. Le , il bat Ryan Hogan dans un match qui se termine par KO après seulement deux minutes et 35 secondes. Williams décrit la préparation de la lutte comme « un bon entraînement hors-saison ». En , Williams révèle qu'il ne se battrait pas à nouveau pendant au moins trois ans en raison de la longueur du temps entre ses engagements rugbystiques.

Fin 2013, il est privé de son titre de champion de Nouvelle-Zélande des poids lourds faute de l'avoir défendu à temps. Il n'a pas remis sa ceinture en jeu dans le délai imparti de six mois.

Palmarès en boxe[modifier | modifier le code]

  • Champion de boxe poids lourd en Nouvelle-Zélande en 2012

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son agent, australien Khoder Nasser, compte également parmi ses clients Quade Cooper. Khoder Nasser est accusé de les convertir en mercenaires où il fait passer leurs intérêts financiers avant ceux de leur sport. Avant son changement de code de rugby, Sonny Bill Williams se convertit à l'islam en 2008, devenant le premier musulman à devenir un All Black[64].

Sonny Bill Williams est marié à Alana Raffie et ils ont une petite fille née le 20 novembre 2014[65].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Williams Sonny Bill », sur www.itsrugby.fr (consulté le 25 septembre 2015)
  2. (en) Fiche de Sonny Bill Williams sur ESPNscrum. Consulté le 31 octobre 2015.
  3. AFP, « Williams signe à Toulon », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 16 septembre 2009)
  4. (en) Katherine Field, « Sonny Bill tops most hated list », sur news.theage.com.au, The Age,‎ (consulté le 16 septembre 2009)
  5. Aymeric Marshall, « Toulon est de retour », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 16 septembre 2009)
  6. « Toulon est de retour », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 16 septembre 2009).
  7. a et b « Rugby : Toulon battu en finale du Challenge européen », sur lemonde.fr,‎ .
  8. (en) « Cardiff Blues 28-21 Toulon », sur bbc.co.uk,‎ .
  9. « Williams ne prolonge pas à Toulon », sur lequipe.fr,‎ .
  10. « Williams à la conquête des All Blacks », sur sport.fr,‎ .
  11. (en) « Player Archive - S. W. Williams », sur barbarianfc.co.uk (consulté le 30 janvier 2016).
  12. (en) Spiro Zavos, « Sonny Bill good. The Wallabies much better », sur theroar.com.au,‎ .
  13. « Sonny Bill Williams, c'est le top », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 16 septembre 2009)
  14. (en) Ben Glover, « Sydney Roosters confirm signing of cross-code superstar Sonny Bill Williams for 2013 NRL season », sur couriermail.com.au,‎ .
  15. (en) Andrew Webster, « Hazem El Masri savages former Canterbury-Bankstown Bulldogs teammate Sonny Bill Williams », sur foxsports.com.au,‎ .
  16. a et b (en) Brad Walter, « disappointing debut in defeat, but SBW knows it's onwards and upwards from here », sur smh.com.au,‎ .
  17. (en) Glenn Jackson, « Bad to worse as SBW's Roosters make it a dog day », sur smh.com.au,‎ .
  18. (en) Barry Toohey, « Sydney Rooster Sonny Bill Williams cops two-game suspension for hit on Willie Mason », sur couriermail.com.au,‎ .
  19. (en) Josh Massoud, « Sydney Roosters defeat South Sydney Rabbitohs 24-12 to secure NRL's minor premiership », sur dailytelegraph.com.au,‎ .
  20. Le premier tour oppose les quatre meilleures équipes d'une part, le no 1 au no 4 et le no 2 au no 3. Les deux équipes vainqueures sont directement qualifiées pour les finales preliminaires où elles affrontent les vainqueurs des demi finales qui opposent leurs adversaires du premier tour aux vainqueurs des confrontations entre les no 5 au no 8 et no 6 au no 7. les vainqueurs des finales preliminaires disputent le Grand final, rencontre qui détermine le champion de la ligue.
  21. (en) Andrew McGarry, « NRL grand final 2013: Sydney Roosters beat Manly Sea Eagles 26-18 to seal 13th premiership », sur abc.net.au,‎ .
  22. a, b et c (en) « Sonny Bill Williams to play for the Roosters in 2014 and has rejected a return to rugby union », sur dailytelegraph.com.au,‎ .
  23. a et b (en) Brad Walter, « Sonny Bill Williams declares himself available for New Zealand Kiwis World Cup squad », sur smh.com.au,‎ .
  24. (en) « Sonny Bill Williams absent from New Zealand's rugby league World Cup squad due to 'other commitments' », sur abc.net.au,‎ .
  25. a et b (en) Phil Cartwright, « Rugby League World Cup 2013: New Zealand 42-24 Samoa », sur bbc.com,‎ .
  26. (en) Michael Brown, « League: SBW seeks his first Kiwis win », sur nzherald.co.nz,‎ .
  27. (en) « Sonny Bill Williams grabs treble as New Zealand thrash Papua New Guinea », sur theguardian.com,‎ .
  28. (en) Elizabeth Hudson, « New Zealand 56-10 Papua New Guinea », sur bbc.co.uk,‎ .
  29. (en) Elizabeth Hudson, « Rugby League World Cup 2013: New Zealand 40-4 Scotland », sur bbc.com,‎ .
  30. (en) Paul Fletcher, « Rugby League World Cup 2013: NZ beat England to reach final », sur bbc.com,‎ .
  31. (en) James Riach, « New Zealand's Shaun Johnson snatches RLWC final place from England », sur theguardian.com,‎ .
  32. Gilles Navarro, « Les Kangourous ont leur revanche », sur lequipe.fr,‎ .
  33. Fabien Pomiès, « Mondial-2013 de rugby à XIII - L'Australie humilie la Nouvelle-Zélande et reprend son bien », sur rugbyrama.fr,‎ .
  34. (en) « Sonny Bill Williams takes early guilty plea, cops three week suspension for shoulder charge », sur news.com.au,‎ .
  35. (en) Brad Walter, « Sydney Roosters coach Trent Robinson praises Sonny Bill Williams », sur smh.com.au,‎ .
  36. (en) « Sydney Roosters beat Canterbury Bulldogs 32-12 in fiery NRL clash », sur abc.net.au,‎ .
  37. (en) « Melbourne 12 v Sydney Roosters 32 », sur afltables.com (consulté le 4 février 2016).
  38. (en) Michael Carayannis, « Sonny Bill Williams to miss a month of NRL for Roosters with fractured thumb »,‎ .
  39. (en) Steven Ross‌, « Patience key to big Roosters win », sur nrl.com,‎ .
  40. (en) « South Sydney Rabbitohs down Sydney Roosters to reach first grand final in 43 years », sur theguardian.com,‎ .
  41. a et b (en) « Sonny Bill Williams », sur afltables.com (consulté le 4 février 2016).
  42. a et b (en) « Sonny Bill Williams will return to rugby union in 2015 », sur bbc.com,‎ .
  43. Thibault Perrin, « Super 15 : Sonny Bill Williams de retour à XV avec les Chiefs en 2015 », sur lerugbynistere.fr,‎ .
  44. (en) « Sonny Bill Williams to make his rugby union return with provincial NZ club Counties Manukau », sur dailytelegraph.com.au,‎ .
  45. (en) « UPDATE 1-Rugby-Sonny Bill makes solid return as NZ hammer U.S. », Reuters,‎ .
  46. (en) Evan Pedgen, « Sonny Bill Williams set to lead Chiefs resurgence in Super Rugby », sur stuff.co.nz,‎ .
  47. (en) « Super Rugby 2015: Chiefs maintain unbeaten record in 2015, smashing Crusaders 40-16 », sur foxsports.com.au (consulté le 31 janvier 2016).
  48. (en) « Chiefs blow as SBW, Lowe ruled out », sur sport24.co.za,‎ .
  49. (en) « Chiefs name Sonny Bill Williams to start against Hurricanes », sur 3news.co.nz,‎ .
  50. (en) « Waisake Naholo stars as Highlanders beat Chiefs to book Super Rugby semi-final spot », sur smh.com.au,‎ .
  51. « Sonny Bill Williams : Super Rugby - Saison 2014-2015 - Matchs joués », sur itsrugby.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  52. (en) « Rugby World Cup 2015: Waisake Naholo in New Zealand squad », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 30 août 2015)
  53. « Sonny Billl Williams a eu une deuxième médaille d'or », sur lequipe.fr (consulté le 2 novembre 2015).
  54. « VIDÉO - Sonny Bill Williams reçoit une seconde médaille d'or après avoir offert la première à un jeune supporter des All Blacks », sur metronews (consulté le 3 novembre 2015).
  55. a et b (en) Mike Henson, « Olympic sevens: Sonny Bill Williams starts the rush for Rio 2016 », sur BBC Sport,‎ (consulté le 30 janvier 2016).
  56. (en) Luke Augustus, « Sonny Bill Williams scores try with his first touch as New Zealand star makes Sevens debut in World Rugby Series », sur dailymail.co.uk,‎ .
  57. (en) Hamish Bidwell, « New Zealand pull off amazing comeback win in Wellington Sevens final video », sur stuff.co.nz,‎ .
  58. a, b, c, d, e, f et g « Sonny Bill Williams », sur stats.rleague.com (consulté le 5 octobre 2013)
  59. a et b « Fiche ERCrugby de Sonny Bill Williams », sur www.ercrugby.fr (consulté le 1er novembre 2013)
  60. (en) « Custom Match List Player: Sonny Bill Williams » (consulté le 5 février 2016).
  61. a et b (en) « Sonny Bill Williams », sur espn.co.uk (consulté le 5 février 2016).
  62. (en) « Sonny Bill Williams : The Rugby Championshi », sur espn.co.uk (consulté le 5 février 2016).
  63. (en) « Sonny Bill Williams : IRB Rugby World Cup », sur espn.co.uk (consulté le 5 février 2016).
  64. (en) Greg Robertson, « Who is Khoder Nasser? », sur 3news.co.nz,‎ .
  65. (en) « 'Proudest day': All Blacks Sonny Bill Williams celebrates the arrival of first child with wife Alana Raffie... after watching the New Zealand birth on video link from Cardiff » sur dailymail.co.uk, consulté le 2 novembre 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :