Chris Masoe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chris Masoe
Chris Masoe en 2013.
Fiche d'identité
Nom complet Matemini Masoe
Naissance (36 ans)
à Sataua (Samoa)
Taille 1,83 m (6 0)
Position Troisième ligne aile
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
2003-2008
2004-2005
2006-2008
2008-2012
2012-2015
2015-
Hurricanes
Taranaki
Wellington Lions
Castres olympique
RC Toulon
Racing 92
62 (40)[1]
15 (20)[1]
13 (10)[1]
83 (65)[1]
78 (35)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2005-2007 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 20 (15)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 20 août 2014.

Matemini "Chris" Masoe, né le à Sataua (Samoa), est un joueur de rugby à XV évoluant au poste de troisième ligne. International néo-zélandais de 2005 à 2007, il remporte deux éditions du Tri-nations, en 2006 et 2007. Après sa carrière en Nouvelle-Zélande, il rejoint la France, évoluant d'abord avec le Castres Olympique pendant quatre saisons, puis avec le Rugby club toulonnais pendant trois saisons. En 2015, il rejoint le club du Racing 92.

Biographie[modifier | modifier le code]

En novembre 2005, il obtient sa première sélection avec l'équipe de Nouvelle-Zélande à l'occasion d'une tournée en Europe. Il est titularisé lors du test face au pays de Galles, puis face à l'Angleterre.

Il est de nouveau sélectionné l'année suivante, d'abord face à l'Argentine, puis lors du Tri-nations, compétition remportée par les All Blacks et où il participe à cinq tests, avec une seule titularisation face aux Springboks. Comme la saison précédente, il est présent lors de la tournée de novembre en Europe, disputant deux tests, face à l'Angleterre et la France.

Il retrouve ce dernier adversaire en juin 2007. Les Français se rendent en tournée en Nouvelle-Zélande, disputant deux tests. Lors de celle-ci, il est victime d'un plaquage de Sébastien Chabal qui fait le tour des écrans de télévision du monde entier. Sous l'effet de la puissance du plaquage, sa tête heurte violemment le sol, ce qui a pour conséquence de le mettre KO[2]. Après une rencontre contre le Canada, il dispute deux rencontres du Tri-nations, face à l'Australie puis les Springboks. Il est retenu dans le groupe des joueurs néo-zélandais disputant la coupe du monde 2007 qui se déroule en France. Il dispute cinq rencontres, face à l'Italie, le Portugal, l'Écosse, la Roumanie et la France en quart de finale au Millennium Stadium de Cardiff, rencontre remportée par les Français sur le score de 20 à 18.

En juillet 2008, le club français du Castres olympique annonce la signature de Chris Masoe pour un contrat de deux ans[3].

Avec ce dernier club, Masoe dispute deux quarts de finale du Top14, lors de la saison 2009-2010 contre le Stade Toulousain, puis contre le Montpellier Hérault Rugby Club lors de l'édtion suivante. Lors de la saison 2011-2012, le club atteint les demi-finales, s'inclinant face au Stade toulousain. En octobre 2012, il est désigné par ses pairs meilleur joueur de Top 14 pour la saison 2011-2012[4].

Priorité du Rugby club toulonnais et de Bernard Laporte, son entraîneur, selon le président Mourad Boudjellal, Chris Masoe rejoint le club varois pour la saison 2012-2013[5]. Avec celui-ci, il remporte un premier titre dès sa première saison en remportant la coupe d'Europe face à Clermont[6],[7]. Il dispute une autre finale, celle du Top 14, le club varois s'inclinant face à Castres, l'ancien club de Masoe sur le score de 19 à 14[8]

Lors de la saison suivante, il se blesse au genou lors d'un match de coupe d'Europe. Cette blessure, rupture du ligament latéral externe, le prive de la fin de saison[9]. Il obtient toutefois un titre de champion de France, le club varois prenant sa revanche face à Castres. Toulon remporte également la coupe d'Europe, s'imposant face aux Anglais de Saracens. Masoe dispute quatre rencontres dans cette compétition avant sa blessure, inscrivant un essai[1].

Il est de nouveau présent pour la saison suivate, où le club toulonnais a pour ambition de conserver ses deux titres. Masoe participe à huit des neuf matchs de la coupe d'Europe, dont les trois rencontres de la phase finale, face aux London Wasps, le Leinster et Clermont en finale[1]. Toulon s'impose sur le score de 24 à 18 et devient le premier club à remporter le trophée trois fois consécutivement[10]. La demi-finale du Top 14 est perturbée par l'annonce, le jour même, du décès de Jerry Collins. Masoe décide d'honorer la mémoire de son cousin en arborant lors de la rencontre une coiffure identique à Collins, coupé court sur les côté et blond sur le dessus[11]. Le stade français s'impose finalement sur le score de 33 à 16[12].

En juin, il officialise son départ pour le club parisien du Racing 92 où il retrouve ses entraineurs de Castres, Laurent Labit et Laurent Travers[13].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Sa puissance perforatrice des lignes adverses fait de Masoe l'un des meilleurs 3ème ligne du Championnat de France et est l'un des meilleurs All Blacks qui eut porté les couleurs du Castres Olympique comme le fut Gary Whetton, Carl Hoeft ou encore Kees Meuws.[réf. nécessaire]

Carrière[modifier | modifier le code]

En province[modifier | modifier le code]

En franchise[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Chris Masoe dispute et remporte les coupe d'Europe 2012-2013 et 2014-2015. Il remporte également le titre de la saison 2013-2014, où il dispute quatre rencontres avant d'être blessé. Durant cette dernière saison, il remporte également le Top 14.

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

En clubs ou franchises[modifier | modifier le code]

Chris Masoe dispute 62 matches avec les Hurricanes[15] : cinq en 2003, onze en 2004, douze en 2005, quinze en 2006, six en 2007, treize en 2008[1].

Il inscrit huit essais, un en 2005, deux en 2006, un en 2007 et quatre en 2008[1].

Avec le Castres olympique, il participe à quatre saisons : en 2008-2009, il dispute 17 matchs et trois matchs de coupe d'Europe, où il inscrit un essai. La saison suivante, il dispute 25 rencontres de Top 14 et inscrit six essais. En 2010-2011, il dispute 26 rencontres de Top 14 pour quatre essais et quatre rencontres de coupe d'Europe, un essai. Lors de sa dernière saison, il dispute 27 rencontres et marque quatre essais en Top 14 et quatre rencontres, un essai, en coupe d'Europe[1].

Avec le Rugby club toulonnais, ses statistiques sont de 24 rencontres disputées en 2012-2013, et deux essais marqués. En 2013-2014, il joue lors de onze matchs en Top 14 et quatre en coupe d'Europe, où il inscrit un essai. Lors de la saison 2014-2015, il dispute 23 rencontres et inscrt quatre essais en Top 14 et huit rencontres de coupe d'Europe[1].

Sélections nationales[modifier | modifier le code]

Vue de loin de deux équipes alignées de part et d'autres de la ligne centrale, les Français, de face, portant de la gauche vers la droite des survetements rouge, blanc, bleu.
Quart-de-finale France - All Blacks en 2007.

Chris Masoe compte 20 sélections avec l'équipe de Nouvelle-Zélande, dont dix en tant que titulaire, depuis le à Cardiff face au équipe du Pays de Galles[16]. Il inscrit trois essais, pour un total de quinze points[16].

Parmi ces sélections, il compte sept sélections dans le Tri-nations[17]. Il participe à deux éditions, en 2006 et 2007[17].

Chris Masoe dispute une édition de la coupe du monde, en coupe du monde 2007 où il affronte l'Italie, le l'Portugal, l'Écosse, la Roumanie et la France[18]. Il dispute ainsi un total de cinq rencontres et inscrit deux essais[18].

Chris Masoe joue avec l’équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à VII durant la saison 2001-2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Chris Masoe », sur www.itsrugby.fr (consulté le 4 octobre 2011)
  2. Stéphane Gillet, « Les impressionnants plaquages de Monsieur Chabal », sur memosport.fr (consulté le 18 août 2015).
  3. « Le All-black Chris Masoe s'engage avec le Castres Olympique », sur ladepeche.fr,‎ .
  4. « Masoe au top du Top 14 », sur lequipe.fr,‎ .
  5. « Toulon / Boudjellal : « Masoe était une priorité » », sur rugby365.fr,‎ .
  6. « Rugby : Toulon sacré champion d'Europe », sur lemonde.fr,‎ .
  7. Sylvain Labbé, « Toulon remporte sa première Coupe d'Europe », sur lejdd.fr,‎ .
  8. Arnaud Coudray, « L'authentique exploit de Castres »,‎ 1er juin 2013.
  9. « Masoe, saison terminée », sur lequipe.fr,‎ .
  10. Adrien Pécout, « Rugby : Toulon remporte son troisième titre européen », sur lemonde.fr,‎ .
  11. Maxence Fabrion, « Le bel hommage capillaire de Chris Masoe à Jerry Collins », sur lefigaro.fr,‎ .
  12. Adrien Pécout, « Le RC Toulonnais chute de son trône de champion de France », sur lemonde.fr,‎ .
  13. « Chris Masoe quitte Toulon pour rejoindre le Racing Metro 92 », sur lequipe.fr,‎ .
  14. « Nuit du rugby 2012 : les lauréats en photos et en vidéo », sur www.lnr.fr, Ligue nationale de rugby,‎ (consulté le 24 octobre 2012)
  15. (en) « Chris Masoe », sur hurricanes.co.nz (consulté le 18 août 2015).
  16. a, b, c et d (en) « Chris Masoe », sur en.espn.co.uk (consulté le 18 août 2015).
  17. a et b (en) « Chris Masoe : The Rugby Championship », sur en.espn.co.uk (consulté le 19 août 2015).
  18. a et b (en) « Chris Masoe : IRB Rugby World Cup », sur en.espn.co.uk (consulté le 15 août 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :