Bruno Moncelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bruno Moncelle
Description de l'image Bruno_Moncelle.jpg.
Naissance (59 ans)
Paris, Île-de-France
Nationalité Drapeau de la France Française
Pays de résidence France
Profession
Activité principale
Autres activités
Distinctions

Compléments

Fondateur des associations :

  • AIDES Groupe Sourds (1989)
  • Association Culture Gay et Lesbienne des Sourds de France (1991)
  • Sourds en colère (1994)
  • M.A.I.N.S. (2007)

Bruno Moncelle est un comédien sourd français, né le à Paris[1]. Il est connu en tant que militant et porte-parole pour de nombreuses causes dans la communauté des Sourds.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Né le à Paris, Bruno Moncelle fait un court essai dans une entreprise Les InouïS à Bordeaux avant de préférer se consacrer à la cause des Sourds. En 1983, il participe au théâtre à l'International Visual Theatre au château de Vincennes[1] dans lequel il interprète de nombreuses pièces en langue des signes française comme L'Avare de Molière en 1982[2], Intérieur de Maurice Maeterlinck, mise en scène par Claude Régy en 1985[3] et Le Malade imaginaire de Molière en 1992[4]. Entre-temps, il est formateur de langue des signes française (LSF)[5].

Militant et porte-parole reconnu[modifier | modifier le code]

Alors que le sida continue à se développer dans les années 1980, ses amis sourds meurent de ce virus mortel sous ses yeux[1] : « Lorsqu'un médecin ne connaissant pas la langue des signes remettait les résultats d'un test de dépistage à son patient sourd, sans autres explications, ce dernier voyant la mention « séropositif » pensait que cela voulait dire que sa santé était positive et repartait convaincu qu'il n'y avait pas de problème »[6]. En 1989, à la suite de la proposition de la directrice de « AIDES » à qui il demande avec son interprète de faire le nécessaire pour assurer l’accessibilité des informations aux sourds[7], il crée l'association « AIDeS Groupe Sourds » dans l'intérêt de la prévention et l'information après avoir été formé dans l'urgence avec d'autres bénévoles sourds, dont Emmanuelle Laborit[8], Eddy Hamidi, Thierry Demarles et Claire Garguier ainsi que les interprètes Eric Verdier, Anne Marie Bisaro et Christine Grandin[9], en compagnie de l'association « AIDeS »[10].

Sans aucune association, mais bénévolement, il organise avec Victor Abbou — la grande marche du bicentenaire de l'abbé de l’Épée qui a lieu le , entre la Bastille et l'Institut national des jeunes sourds de Paris en passant la rue Thérèse où se trouve la maison de l'abbé[1].

En 1991, il fonde, avec deux autres Sourds Eddy Hamidi et Frédéric Woreth, et préside l'Association Culture Gay et Lesbienne des Sourds de France (ACGLSF) dans le but du soutien contre l'isolement et l'exclusion[5]

« Sourds en colère », manifestation à Lyon en 1993.

En passant ces chemins, il croise à nouveau un sérieux problème qu'est l'implantation cochléaire chez les enfants sourds. La colère explose dans la communauté sourde. En 1993, encore une fois, il fonde l'association « Sourds en Colère » afin de lutter la protection de la citoyenneté sourde et la reconnaissance de la langue des signes française[11] : une manifestation qualifiée folklorique contre un colloque sur l’implant cochléaire a lieu à Lyon, dans la même année, tout en perturbant quelques réunions scientifiques[12].

En 1999, il récolte deux prix des Mains d'Or du meilleur animateur et du meilleur promoteur[1] à la cérémonie organisée par l'Académie de la langue des signes française.

En 2005, il est responsable de la communication et présentateur de Websourd à Toulouse[13]. En 2007, il ouvre les portes de l'association M.A.I.N.S. afin d'organiser des rencontres en langue des signes et des manifestations comme la Journée mondiale des sourds à Paris[1].

En mai 2012, il devient le second vice-président au côté du Philippe Boyer, président de la Fédération nationale des sourds de France[14]. Dans la même année, à cinquante ans, lassé de son rôle du militant, il consacre sa vie à ses autres projets personnels[15].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Court métrage
  • 1987 : Maldonne de Malgorzata Debowska[16] : l’amoureux

Théâtre[modifier | modifier le code]

Clips musicaux en LSF[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Gaffe à toi d'Emma Gatti, en duo avec cette dernière sur le SIDA
  • 2009 : Peu m'importe d'Igor Ochronowicz, apparition dans le clip ayant pour sens de l'égalité de tous humains — texte écrit par Emma Gatti, d'après une idée de Bruno Moncelle pour la Journée mondiale des sourds 2009[17]
  • 2012 : Coming-out de[Qui ?], au côté de la chanteuse Stef[18]

Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Mains d'or du meilleur animateur et du meilleur promoteur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Patrice Gicquel, Il était une fois… les sourds français, Paris, Book on Demand, mai 2011, 208 p. (ISBN 9782810613069)
  2. a et b « L'Avare », sur Sourds.net (consulté le 15 février 2015)
  3. a et b « Intérieur », sur Les Archives du spectacle (consulté le 15 février 2015)
  4. a et b « Le Malade imaginaire », sur Sourds.net (consulté le 15 février 2015)
  5. a et b Vichenzo, « Le Groupe Sourds à AIDES », sur AIDES, (consulté le 15 février 2015)
  6. Emmanuel Benaben, « Les sourds face au Sida », sur Yanous, (consulté le 15 février 2015).
  7. « Info VIH pour les sourds », sur AIDES (consulté le 15 février 2015).
  8. Emmanuelle Laborit, Le Cri de la mouette, Paris, Éd. Robert Laffon, collection « Vécu », p. 162, (ISBN 978-2-2210-7673-6).
  9. « Groupe Sourds : Déjà 20 ans ! », sur Séronet, (consulté le 17 février 2015).
  10. « Lutter contre le SIDA, gagner pour tous », sur L'Œil et la Main, (consulté le 15 février 2015)
  11. Yann Cantin, « Sourds en Colère, un aperçu… », sur La Noétomalalie historique, (consulté le 15 février 2015).
  12. Claude-Henri Chouard, « Histoire du rôle de la France dans la mise au point industrielle de l'implant cochléaire multiélectrodes », sur Histoire de l'implant cochléaire français, (consulté le 15 février 2015).
  13. « Websourd : L’Internet et les nouvelles technologies au service des sourds », Dossier de presse,‎ (lire en ligne).
  14. « Composition Conseil National FNSF », sur Asannecy, (consulté le 17 février 2015).
  15. « Le repos du militant », sur L'Œil et la Main, (consulté le 16 février 2015).
  16. « Maldonne », sur Debowska (consulté le 10 février 2019).
  17. « "Peu m'importe", clip musical en langue des signes », sur Teva, (consulté le 18 février 2015)
  18. Judith Silberfeld, « Vidéo Buzz: Coming-out en chanson et en LSF », sur Yagg, (consulté le 15 février 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]