Claude-Henri Chouard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Claude-Henri Chouard
Description de cette image, également commentée ci-après
Claude-Henri Chouard en 2015
Naissance (87 ans)
Paris (France)
Domicile Paris
Nationalité Drapeau : France française
Domaines Otologie, Oto-rhino-laryngologie
Institutions Académie nationale de médecine
Diplôme Université de Paris
Renommé pour Travaux sur l'implant cochléaire
Distinctions officier de la Légion d'honneur

Claude-Henri Chouard, né le (87 ans) à Paris, est un médecin français et chirurgien spécialisé en oto-rhino-laryngologie. Il est membre titulaire de l'Académie nationale de médecine depuis 1999 et du Collegium International d’O.R.L[1] depuis 1982. Il a été Directeur du Laboratoire d’Audio-Phon-Prothèse de l’AP-HP et Directeur du Laboratoire de Recherche d'Oto-rhino-laryngologie du Centre Hospitalier Universitaire de Paris-Saint-Antoine de 1967 à 2001 ; simultanément, il a été Chef du service O.R.L. du même établissement de 1978 à 1998.

Les travaux des membres de l'équipe multidisciplinaire de son laboratoire parisien lui ont apporté, dès la fin des années 1970[2], une renommée internationale à propos de l'implant cochléaire multiélectrodes. Ce système auditif électronique implanté a été mis au point à Saint-Antoine[3],[4]. Il permet de pallier la surdité totale bilatérale et surtout, lorsqu'il est placé précocement chez le jeune enfant, la surdi-mutité et ses troubles du langage oral[5].

Claude-Henri Chouard a épousé Isabelle Sainflou, l'ainée des quatre filles de Pierre Sainflou (1917 – 2007) Polytechnicien X- 37, réalisateur de films scientifiques : ils ont eu quatre enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Henri Chouard est issu d'une lignée de médecins et d'universitaires. Son père, Pierre Chouard (1903 – 1983), a été Professeur de physiologie végétale à la Sorbonne[6], initiateur et Directeur du Phytotron de Gif-sur-Yvette[7]. Il était membre du Tiers Ordre dominicain et a été longtemps président de la Société internationale de Saint-Vincent-de-Paul. Son grand-père, Jules Chouard, était journaliste et écrivain. Son arrière-grand père Martin-Jules Chouard était instituteur et artiste-peintre.

Sa mère, Denise Petit-Dutaillis, était la fille du docteur Paul Petit-Dutaillis, chirurgien militaire de la marine, puis gynécologue de l'hôpital Saint Michel à Paris. Elle était la nièce du Professeur Charles Petit-Dutaillis, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres et président de l'Institut. Elle était la sœur du professeur Daniel Petit-Dutaillis, neurochirurgien de l'Hôpital de la Pitié Salpêtrière et membre de l'Académie nationale de médecine.

Formation[modifier | modifier le code]

Claude Henri Chouard en 1re année de classe de médecine (1950) et Patrick Mac Leod juste à gauche.

Élève avant tout, comme externe des Hôpitaux, de Raymond Garcin et Noël Peron, neurologue et neuropsychiatre de la Salpêtrière, il se retrouve, après trente mois de service militaire dont une partie en Algérie, Interne des Hôpitaux de Paris dans les services de chirurgie générale de Pierre Guénin et de Daniel Morel-Fatio, puis ceux de Paul Pialoux et Maurice Aubry, chirurgiens ORL des Hôpitaux de Paris et membres de l'Académie de médecine. Pendant son internat, il acquiert une formation politique et administrative en suivant les cours de l’Institut d’études politiques de la rue Saint-Guillaume et entame des recherches de neuroanatomie dans le laboratoire d’André Delmas avec Charles Eyriès[8]. Claude-Henri Chouard se passionne depuis plus d’un demi-siècle pour la complexité de la relation du médecin avec le malade, dont il a fait la pièce maîtresse de tout son enseignement clinique : c’est pour cela qu’il n’a jamais cessé d’exercer son métier de médecin.

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Dans trois domaines successivement abordés, Claude-Henri Chouard a apporté une contribution originale et personnelle : deux d'entre eux l’ont conduit souvent à faire appel son expérience chirurgicale et à son empathie clinique.

L’implant cochléaire multiélectrodes[modifier | modifier le code]

Claude Henri Chouard (au centre), Bernard Meyer (à droite) et Caroline de Monaco à l’Hôpital St Antoine (1993)

Cette prothèse a été définie et mise au point dès 1975 à l’Hôpital Saint-Antoine par l’équipe multidisciplinaire constituée dans ce but par Claude-Henri Chouard et Patrick Mac Leod [9]. Pendant plus de huit ans ces auteurs ont été très loin devant toutes les autres équipes internationales[10],[5] ; la faillite de l’industriel, la Société Bertin, a temporairement troublé ce développement. Mais les principes essentiels définis par ces auteurs dans les brevets[11] pris par Bertin Technologies en 1977, sont toujours appliqués par tous les constructeurs d’implants auditifs multi-électrodes, qu’ils soient cochléaires ou du tronc cérébral[12].

En 1957, à Paris[13], André Djourno, professeur de physique médicale et Charles Éyriès, otologiste parisien, redonnent les premiers de l'audition à un sourd total atteint de cholestéatome bilatéral, en stimulant électriquement les fibres nerveuses acoustiques encore présentes dans son oreille interne.

Même si ce système, développé quelques années plus tard par William F. House à Los Angeles, sortait les patients du silence et de l'isolement dans lesquels les tenait enfermés leur surdité totale[14], ce qui était déjà un progrès énorme, cet appareillage n'a jamais pu apporter aux patients une discrimination de la parole sans l'aide de la lecture labiale : après une dizaine d'années d’essais, tous les chercheurs s'accordaient sur une certitude : pour obtenir cette performance capable de redonner une vie sociale facilement possible, l’implant cochléaire devait avoir plusieurs électrodes, afin qu'il puisse stimuler les différentes zones fréquentielles du clavier cochléaire, dont Georg von Békésy, Prix Nobel de médecine 1961, avait démontré l'existence. Mais tous les chercheurs hésitaient devant la crainte de l’échec et des complications vitales.

En 1973 après avoir étudié de près les résultats des différentes tentatives[14],[15],[16] jusque-là effectuées, C.H. Chouard et P. Mac Leod, qui avaient fait leurs études médicales ensemble, décidèrent de s'attaquer au problème.

P. Mac Leod était devenu un chercheur spécialiste de la physiologie sensorielle ; C.H. Chouard avait acquis une expérience chirurgicale personnelle portant sur les nerfs facial et vestibulaire. Forts de cette double compétence, ils décident[17] de constituer au sein du Laboratoire de Recherches ORL du CHU St-Antoine à Paris, une équipe multidisciplinaire. En 1975, ils démontrent, dans de parfaites conditions éthiques[18], chez trois patients atteints de surdité totale unilatérale traumatique récente avec une paralysie faciale totale rendant l’opération indispensable, que la stimulation électrique sélective de chacune de 8 à 12 électrodes, isolées les unes des autres, et placées dans différents endroits de la rampe tympanique de la cochlée, fournit des perceptions fréquentielles différentes.

Puis, après avoir mis au point un test de stimulation électrique de la fenêtre ronde destiné à être certain de la présence de fibres auditives encore fonctionnelles[19], l’équipe parisienne applique sa technique de mise en place des électrodes chez 5 patients atteints de surdité bilatérale totale ancienne. Dans les suites post-opératoires, après avoir bénéficié d’un entraînement orthophonique relativement bref, tous ces patients, totalement sourds, ont pu reconnaître un pourcentage variable de mots sans lecture labiale.

Sous la direction scientifique de P.Mac Leod, la fabrication industrielle d’un système implantable fonctionnel est alors confié à la Société Bertin. L’appareil de table fut vite construit ; mais la mort prématurée de Jean Bertin (ingénieur) à la fin de 1975 entraîna une restructuration de la Société, obligeant les français à attendre l'été 1976 pour recevoir enfin les six premiers appareils.

La première implantation eut lieu à Saint-Antoine le mercredi 22 septembre 1976. Elle fut réalisée par C.H. Chouard assisté de Bernard Meyer. Les cinq autres patients furent très vite opérés, devant l’audition revenue dès le lendemain. La société Bertin dépose le 16 mars 1977 le brevet no 77/07824. Ce brevet[11], issu des exigences physiologiques de Mac Leod, comportait deux revendications simultanées :

  1. la transmission séquentielle à la cochlée d’un nombre indéterminé de bandes de fréquence.
  2. la transmission de la totalité de l'information sonore audible.

Les premiers résultats furent présentés le lendemain au XIth World Congress of O.R.L., qui se tenait alors à Buenos-Aires, puis rapidement publiés[20].

Pendant près de vingt ans, ce document va conditionner toutes les procédures et les recherches utilisées par les autres équipes internationales[21], qui seront obligées de le contourner, le plus souvent en n'envoyant qu'une partie de l'information sonore de la parole, jusqu'à ce que ce brevet tombe dans le domaine public en 1997.

En 1983, lors de la réunion organisée pour faire le point sur l’implant cochléaire multiélectrodes par la New York Academy of Sciences[22], Chouard et son équipe présentent les résultats obtenus sur 48 patients, (45 d’entre eux étant implantés depuis plus d’un an), accompagnés de multiples innovations pratiques, qui seront adoptées ensuite par les autres équipes internationales, dont les résultats en nombre de sourds totaux implantés présentés lors de ce Congrès se limitaient à moins de huit patients au total.

Simultanément, Chouard, utilisant la technique de reconstruction de Born, qu’il avait employée dans ses recherches neuro-anatomiques effectuées avec C. Eyriès (voir ci-dessous), démontre, le premier chez l’animal[23] la nécessité d’une implantation la plus précoce possible, pour éviter l’atrophie des formations auditives centrales qui se produit très vite en cas de surdité néo-natale persistante.

Quelques années plus tard, après de multiple atermoiements concernant la livraison de l’appareil entièrement numérique que Chouard et Mac Leod réclamaient depuis 1980, Bertin abandonne l’implant et, en 1987, il en vend la licence à une société française : MXM-Neurelec.

Entretemps, alors que Bertin témoignait par ses lenteurs de son désintérêt pour l’implant français, l'Américain Blake S. Wilson (en) propose un traitement du signal sonore[24],[25] directement inspiré des travaux et du brevet français, dont cet auteur ne fera jamais référence, dans aucune de ses publications qui suivront. Depuis le début 2014, plusieurs articles techniques rectificatifs, rappelant notamment les antériorités nombreuses de l’équipe parisienne, sont venues corriger cet oubli surprenant[26],[25],[21]

Claude-Henri Chouard (à droite), Graeme Clark (à gauche) et Ingeborg Hochmair à Toulouse le 18 juin 2015

En 1991 MXM-Neurelec présente son premier implant multi-électrodes. Il est entièrement numérisé et peut être adapté aux cochlées ossifiées. Il est construit à partir de la licence Bertin, mais sa réalisation a été guidée de très près par les suggestions des chercheurs du Laboratoire de Recherches ORL de St-Antoine à Paris[27]. À partir de 1992, l’implant cochléaire multi-électrodes est à peu près admis en en France.

En 2015, la plupart des principes définis entre 1976 et 1977 par l’équipe de Claude-Henri Chouard et Patrick Mac Leod sont toujours employés par tous les fabricants d’implants cochléaires et d’implants auditifs du tronc cérébral[25].

Les travaux de l’équipe parisienne ont été honorés le 18 juin 2015 par l’attribution à Claude-Henri Chouard, ainsi qu’à Graheme Clark (Australie) et Ingeborg Hochmair (Autriche), de la Médaille de Paul Sabatier, Prix Nobel 1912, de l’Université de Toulouse.

Neuroanatomie[modifier | modifier le code]

Au milieu du XXe siècle, Charles Eyriès était, le matin, chirurgien ORL et l’après-midi, neuro-anatomiste, chercheur dans le Laboratoire d’Anatomie du Professeur André Delmas. Claude-Henri Chouard y fut un de ses élèves entre 1960 et 1966. Eyriès lui appris la méthode de Born permettant une reconstruction histologique en 3D avec un grossissement de 100, voire 150. Cette technique allait lui être utile vingt ans plus tard pour démontrer la nécessité d’implanter les enfants atteints de surdité néo natale le plus tôt possible[28] avant que ne s’atrophient les formations auditives cérébrales. De plus, il fut très tôt sensibilisé à la surdité totale, car il connut de près l’histoire, souvent racontée et commentée, de ces essais électro-thérapeutiques, que Charles Eyriès avait entrepris en 1957[13] avec André Djourno professeur de Physique médicale. Claude-Henri Chouard définit ainsi l’origine fonctionnelle des anastomoses acoustico-faciales[29] en suivant les fibres nerveuses reconstruites sur tout leur trajet. Ainsi s’expliquerait l’efficacité de certains traitement de la maladie de Menière, et s’éclairait le trajet des fibres efférentes de l’oreille interne. En reconstruisant de la même manière le faisceau solitaire et ses noyaux gustatifs[30], il observa que le noyau du dernier nerf branchial, le nerf pneumogastrique, se prolongeait très loin vers le bas, conférant sans doute à tout l’axe aérien et digestif une sensibilité sensorielle, peut-être gustative ou chémo-sensible, mais en tout cas afférente. C’est vingt ans plus tard que cette hypothèse fut électro-physiologiquement confirmée chez le rat au niveau du faisceau solitaire[31] puis, il y a peu, au niveau intestinal. Cette innervation pourrait jouer un rôle dans certaines formes d’obésité et de diabète[32],[33].

Le ronflement et le syndrome des apnées obstructives du sommeil[modifier | modifier le code]

D'autres recherches, effectuées entre 1984 et 1990, à l’initiative de ses adjoints, Bernard Meyer et Fréderic Chabolle[34] et avec l’aide du Docteur Bernard Fleury et du docteur Jean Le Heuzey respectivement adjoint des services de pneumologie et de cardiologie de l’Hôpital Saint-Antoine, ont permis à Claude-Henri Chouard, entre 1984 et 1990, d’initier l’étude de la symptomatologie et de l'épidémiologie des complications d'une maladie nouvelle, au centre de laquelle se trouve la spécialité ORL. Claude-Henri Chouard a donné un nom, la Ronchopathie Chronique, à cette affection : son signe majeur est le ronflement[35], dont personne jusque là n’avait souligné la valeur sémiologique - plus il est bruyant, plus il exprime le risque d'être associé à un Syndrome d'apnées obstructives du Sommeil sévère [36]. Après avoir jeté les bases du traitement avec ses élèves[37], Claude-Henri Chouard cessa de s’impliquer personnellement dans cette affection et laissa les plus jeunes de cette équipe poursuivre et perfectionner la connaissance et les modalités thérapeutiques de cette maladie nouvelle.

Travaux académiques[modifier | modifier le code]

  • L’aide au geste chirurgical par les navigateurs et les robots (Rapport avec F. Dubois)[38]
  • Le retentissement du fonctionnement des éoliennes sur la santé de l'homme[39]
  • Le bruit dans la ville[40].
  • Compétence scientifique et technique de l’expert et qualité de l’expertise en responsabilité médicale (avec Jacques Hureau) 2011[41]
  • Nanosciences et médecine (rapport avec E. Cabanis, J. Chambron et E. Milgrom.)[42]

Livres de Vulgarisation Médicale[modifier | modifier le code]

  • La grande peur du cancer, Mercure de France, Paris, 1971, 175 p
  • L’euthanasie en procès, La Pensée Universelle, Paris, 1973
  • Entendre Sans Oreille, Robert Laffont, Paris, 1978, 210 p
  • Vaincre le Ronflement et retrouver la forme, Ramsay, Paris, 1986, 223 p.
  • Vaincre le Ronflement et retrouver la forme, 2e édition, Éditions du Rocher, Paris, 1993, 187 p.
  • Vaincre la Surdité : progrès et promesses, Éditions du Rocher, 1995, 277 p.
  • L’oreille musicienne : les chemins de la musique de l’oreille au cerveau, Gallimard, Paris, 2001, 347 p., Folio, 2011

Littérature[modifier | modifier le code]

Claude Henri Chouard : Remise de la Légion d'honneur (1980)
  • L’Étude intérieure, poèmes, Éditions de Minuit, Paris, 1957, 62 p.
  • L’impasse infinie, poèmes, Edilivre, 2015, 34 p.

Distinctions[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collegium International d’O.R.L.
  2. P. Pialoux, Ch. Chouard, B. Meyer, C. Fugain, Indications and results of the multichannel cochlear implant, Acta Otolaryngol, mars-avril 1979, 87(3-4):185-9
  3. Ch. Chouard, C. Fugain, B. Meyer, H. Lacombe, Long-term results of the multichannel cochlear implant, Ann N Y Acad Sci, 1983, 405:387-411.
  4. C. H. Chouard, The early days of the multi channel cochlear implant: Efforts and achievement in France, Hearing Research (2014)
  5. a et b CH. Chouard, B. Meyer, P. Josset, JF. Buche, The effect of the acoustic nerve chronic electric stimulation upon the guinea pig cochlear nucleus development, Acta Otolaryngol, mai-juin 1983, 95(5-6):639-45.
  6. Pierre Chouard, par Paul Champagnat, in Biologistes et Naturalistes français du XXe siècle, sous la direction de Daniel Girard, préface de François Gros. 2012, 61-102 ; Hermann edit. Paris
  7. Phytotron de Gif-sur-Yvette
  8. Charles Eyriès, chirurgien ORL, deviendra le président de l'institut Arthur Vernes de 1975 à 1993.
  9. Ch. Chouard, P. MacLeod, Implantation of multiple intracochlear electrodes for rehabilitation of total deafness: preliminary report, Laryngoscope, novembre 1976 (11):1743-51
  10. CH. Chouard, The early days of the multi channel cochlear implant: Efforts and achievement in France, Hearing Research, 2014
  11. a et b http://recorlsa.online.fr/implantcochleaire/historicfrancaisenanglais.html#frenchpatents
  12. Ch. Chouard, Technical survey of the French role in multichannel cochlear implant development, Acta Otolaryngol, décembre 2014, 10:1-9.
  13. a et b A. Djourno, C. Eyriès, Auditory prosthesis by means of a distant electrical stimulation of the sensory nerve with the use of an indwelt coiling, Presse Med., 1957 ; 65(63):1417.
  14. a et b W. F. House, J. Urban, Long term results of electrode implantation and electronic stimulation of the cochlea in man, Ann. Otol., 1973, 82, 504-517.
  15. RP. Michelson, MM. Merzenich, CR. Pettit et al., A cochlear prosthesis: further clinical observations ; preliminary results of physiological studies, Laryngoscope 1973;83(7): 1116 - 22.
  16. AA. Eshraghi, R. Nazarian, FF. Telischi, SM. Rajguru, E. Truy , C. Gupta, The cochlear implant: historical aspects and future prospects, Anat Rec (Hoboken) 2012 ; 295 : 1967-80.
  17. CH. Chouard, P. Mac Leod, La réhabilitation des surdités totales: essai de l'implantation cochléaire d'électrodes multiples, La Nouvelle Presse Médicale, 1973, 44: 2958
  18. CH. Chouard, P. Mac Leod, Implantation of multiple intracochlear electrodes for rehabilitation of total deafness: preliminary report, Laryngoscope, 1976, 86:1743-51
  19. B. Meyer, M. Drira, D. Gegu, Ch. Chouard, Results of the round window electrical stimulation in 460 cases of total deafness, Acta Otolaryngol Suppl, 1984 ; 411:168-76.
  20. Ch. Chouard, P. Mac Leod, B. Meyer, C. Fugain, P. Pialoux, Réhabilitation chirurgicale des surdités totales et des surdi-mutités, Ann. Oto-Laryng (Paris) 1977 ; 94 : 364-372
  21. a et b Ch. Chouard, The early days of the multi channel cochlear implant: Efforts and achievement in France, Hear Res, 10 décembre 2014. pii: S0378-5955(14)00197-X. doi: 10.1016/j.heares.2014.11.007.
  22. Ch. Chouard, C. Fugain, B. Meyer et H. Lacombe, Long term results of the multi channel cochlear implant. Cochlear Prostheses : an International Symposium, Annals of the New York Academy of Sciences, Vol 405, 1983, p. 387-411
  23. Ch. Chouard, B. Meyer, P. Josset, JF. Buche, The effect of the acoustic nerve chronic electric stimulation upon the guinea pig cochlear nucleus development, Acta Otolaryngol, mai-juin 1983 : 95(5-6):639-45.
  24. BS. Wilson, CC. Finley, JC Farmer Jr, DT. Lawson, BA. Weber, RD. Wolford, PD. Kenan, MW. White, MM. Merzenich, RA. Schindler, Comparative studies of speech processing strategies for cochlear implants, Laryngoscope, octobre 1988 ; 98(10):1069-77..
  25. a, b et c Ch. Chouard, Technical survey of the French role in multichannel cochlear implant development, Acta Otolaryngol, 10 décembre 2014 :1-9.
  26. Ch. Chouard, The 2013 Lasker-DeBakey Clinical Medicine Research Award and cochlear implants: France unjustly overlooked…! Eur Ann Otorhinolaryngol Head Neck Dis, avril 2014 ; 131(2):79-80. doi: 10.1016/j.anorl.2014.01.002. Epub, 19 mars 2014
  27. Ch. Chouard, Histoire de l’implant cochléaire, Annales françaises d’oto-rhino-laryngologie et de pathologie cervico-faciale, 2010 ; 127, 288—296
  28. Ch. Chouard, B. Meyer, P. Josset, JF. Buche, The effect of the acoustic nerve chronic electric stimulation upon the guinea pig cochlear nucleus development, Acta Otolaryngol, mai-juin 1983 ; 95(5-6):639-45.
  29. Chouard CH. Acousticofacial anastomoses in Meniere disorder. Arch Otolaryngol. 1975 May;101(5):296-300.
  30. C. Eyriès, Ch. Chouard, Le faisceau solitaire, Ann. Oto-Laryng, Paris, 1965 ; 82: 15-36.
  31. A. Adachi et al., Convergence of hepatoportal gluco-sensitive afferent signals to glucose-sensitive units within the nucleus of the soitary tract, Neurosciences Letters no 46, 1984, p. 215-218.
  32. C. A. Malbert, L’axe tube digestif-cerveau : avancées récentes obtenues sur un modèle d’obésité chez le porc, Bull. Acad. Natle Méd, 2013, 197, no 9, 1683 - 1699
  33. R. Burcelin, L’intestin métabolique : dualité fonctionnelle des incrétines et de la flore intertinale, Bull. Acad. Natle. Méd., 2013, 197, no 1, - séance du 22 janvier 2013.
  34. Ch. Chouard, J. Valty, B. Meyer , F. Chabolle, B. Fleury, R. Véricel, O. Laccourreye, P. Josset, Chronic rhonchopathy or snoring. Clinical aspects and therapeutic indications, Ann Otolaryngol Chir Cervicofac, 198 6; 103(5):319-27.
  35. http://recorlsa.online.fr//ronflement/index.html
  36. http://www.aooi.it/contents/attachment/c4/rocr00.pdf
  37. Ch. Chouard, B. Meyer, F. Chabolle, The velo-impedancemetry. a new technique for dynamic study of soft palate, Acta Otolaryngol, mai-juin 1987 ; 103(5-6) : 537-45.
  38. L’aide au geste chirurgical par les navigateurs et les robots
  39. Le retentissement du fonctionnement des éoliennes sur la santé de l'homme
  40. Ch. Chouard, Le bruit dans la ville, C R Acad Sci III, juillet 2001 ; 324(7):657-61.
  41. Compétence scientifique et technique de l’expert et qualité de l’expertise en responsabilité médicale (avec Jacques Hureau) 2011
  42. Nanosciences

Liens externes[modifier | modifier le code]