Rue Thérèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

1er arrt
Rue Thérèse
Voir la plaque.
Voir la photo.
Rue Thérèse vue de la rue de Richelieu.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Palais-Royal
Début 25, rue Molière et 39, rue de Richelieu
Fin 34, avenue de l'Opéra et 2, rue de Ventadour
Morphologie
Longueur 196 m
Largeur 9,40 à 10 m
Géocodification
Ville de Paris 9239
DGI 9260
Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Rue Thérèse
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Thérèse
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Thérèse est une voie du quartier du Palais-Royal du 1er arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Longue de 196 mètres, elle commence au 25, rue Molière et au 39, rue de Richelieu et se termine au 34, avenue de l'Opéra et au 2, rue de Ventadour.

Le quartier est desservi par les lignes (M)(1)(7) à la station Pyramides et par les lignes de bus RATP 273995.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Marie-Thérèse d’Autriche.

La dénomination de la voie est un hommage à Marie-Thérèse d'Autriche, épouse de Louis XIV.

Historique[modifier | modifier le code]

La partie de cette rue comprise entre la rue Molière et la rue Sainte-Anne était originellement un sentier qui conduisait à la butte des Moulins et à ses maisons de jeux et dénommé depuis 1622 « rue du Hasard ».

Après l'arasement de cette butte, elle fut prolongée, en 1667, jusqu'à la rue de Ventadour. Cette partie fut dénommé en 1692 « rue Thérèse ».

En 1880 la « rue du Hasard » et la « rue Thérèse » fusionnèrent sous le nom de « rue Thérèse »[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Postérité littéraire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, édition 1997, vol. 2, p. 555.
  2. Site officiel.
  3. Christel Brigaudeau, « Les secrets de la maîtresse des Chandelles, le très sélect club libertin de Paris », sur Le Parisien, (consulté le ).
  4. « DSK, le sexe et les médias  : le tabou qui ne pouvait pas sauter - Par Sébastien Rochat / Arrêt sur images », sur Arrêt sur images (consulté le ).
  5. « Le site hebdo.ch n'existe plus », sur hebdo.ch, Le Temps SA, (consulté le ).
  6. Anonymous, « Ooh La La! Inside the Swanky Sex Club Dominique Strauss-Kahn Reportedly Frequented » Accès payant, sur vanityfair.com, (consulté le ).
  7. http://www.monsieurjeanyves.com
  8. Almanach royal et national pour l'année M DCCC XXXIII, chez Guyot et Scribe, 1833, p. 67. Lire en ligne.
  9. a et b « Cabarets », L'Intransigeant,‎ , p. 7 (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Cabarets, divette de couleurs », L'Intransigeant,‎ , p. 8 (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Nuits des réveillons au Bosphore », L'Intransigeant,‎ , p. 8 (lire en ligne, consulté le ).

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Hervo, Les Dessous des Chandelles, éditions le Cherche Midi, 2021.