Bruno Massé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bruno Massé, M.Sc.
Description de cette image, également commentée ci-après
Conférence de presse, 2012
Naissance
Laurentides
Activité principale
auteur
Auteur
Langue d’écriture français, anglais
Mouvement écologie, libertaire, esprit critique

Bruno Massé, né en 1982 dans les montagnes laurentiennes, est un géographe, écrivain[1],[2], chercheur[3], éditeur, militant social et écologiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un baccalauréat et d'une maîtrise en géographie sociale de l'Université du Québec à Montréal, il a travaillé à la promotion et l'organisation de projets d'agriculture urbaine[4],[5].

Toutefois, Massé est mieux connu pour ses recherches sur le mouvement éco-radical au Québec[6],[7],[8] . Lorsqu'interviewé à Radio-Canada et dans le journal La Presse au sujet de l'écoterrorisme, Massé s'est prononcé contre la répression policière des écologistes (par exemple Stop Huntingdon Animal Cruelty)[9],[10] et accuse la démocratie représentative et l'environnementalisme corporatif de collaborer à la destruction de la nature en légitimant le système capitaliste[11]. Il prône l'action directe du citoyen « parce qu'il en a assez des actes symboliques comme gravir une tour pour attirer l'attention du public »[12].

Au titre de coordonnateur général du Réseau Québécois des groupes écologistes[13], il critique le Plan Nord à plusieurs reprises pour ses conséquences désastreuses sur l'environnement, la société et l'économie du Québec[14],[15],[16],[17],[18]. Il s'oppose également à la réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2[19],[20] et dénonce le sous-financement des groupes écologistes communautaires du Québec[21],[22].

Lorsque le gouvernement conservateur du Canada inclut les environnementalistes à la liste des menaces domestiques potentielles dans une stratégie de lutte au terrorisme publiée en février 2012[23], Massé critique ce qu'il perçoit comme une criminalisation du mouvement écologiste. Dans un article intitulé Qui a peur des écolos?, il écrit: "Aujourd’hui, les conservateurs peuvent criminaliser les gens qui se battent pour de l’eau potable et un monde vivant, comme on chassait les sorcières au Moyen Âge. Mais demain, ceux qui profitent de la destruction de la nature pourraient très bien être reconnu comme les vrais criminels"[24] .

Il a été un des administrateurs du Réseau québécois de l'action communautaire autonome[25].

Depuis 2013, il est blogueur au Huffington Post Quebec[26].

Art engagé[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plusieurs romans[27],[28] et recueils de poésie ainsi que cinq pièces de théâtre, quatre desquelles ont été représentées au Festival international de théâtre anarchiste de Montréal[29],[30],[31],[32],[33]. Il a été cofondateur et membre actif de plusieurs collectifs tels le Comité de la fin du monde, La Forêt Noire, Liberterre[34], le Anarchist Writers' Bloc[35] et les Anarchistes anonymes[36] et contribue de façon régulière au magazine Subversify[37],[38],[39],[40].

Ses couvertures de livre montrent souvent les photographies de Candace "Candylust" Barbieri, qui est associée à Vampirefreaks.com.

Lorsque questionné sur sa démarche, Massé affirme[41]:

« J’affectionne le chaos vivant, le partage d’idées, la liberté collective. Mais avant de vouloir passer quelque message que ce soit, ce qui compte pour moi c’est de stimuler la réflexion critique. Si j’ai réussi ça, je suis content. Et tant mieux si les gens ne sont pas d’accord. Disons que ça me tue comment la population se complait dans les grands discours pré-mâchés, l’ignorance des conservateurs, les médias de masse, les préjugés… En 2013, c’est tentant de fermer les yeux et rester ignorants-es, mais cette ignorance a un coût - social, environnemental, psychologique – absolument catastrophique. »

Necropolis et The Malice Cycle[modifier | modifier le code]

En 2009, Bruno Massé annonçait une nouvelle trilogie anglophone intitulée The Malice Cycle, un mélange de fiction post-apocalyptique et noir[42]. Le premier tôme, Necropolis, est publié en 2012. En entrevue dans Subversify Magazine, Massé affirme avoir écrit ce livre pour questionner les fondements de la société industrielle sans proposer de modèle alternatif. Il ajoute: "ultimement, je veux que les gens pensent par eux-mêmes, et je crois que c'est précisément comme ça que la société peut s'améliorer - à savoir si c'est possible."[43]

Selon Joseph Vargo de Nox Arcana, "Necropolis est une œuvre néo-gothique qui repousse les frontières de la dark fantasy pour contester les mauvaises conceptualisations de la société conventionnelle"[44].

L'auteur John Zerzan applaudie le roman, affirmant qu'il "ne pourrait pas arriver à un meilleur moment"[45].

En 2014, Massé met The Malice Cycle sur hiatus pour se concentrer sur sa carrière francophone en prétextant que "seule une poignée d'auteurs réussissent à être reconnus en écrivant dans plusieurs langues à la fois et je ne suis pas un de ceux-là."[46]

La série des Carpates[modifier | modifier le code]

Entre 2012 et 2014, Massé publie trois romans de littérature érotique et une nouvelle qu'il désigne informellement comme "série des Carpates"[47]. Les romans s'inspirent de légendes roumaines (dont les strigoi) et pastichent plusieurs films d'horreur des années 1930. Les romans sont lancés dans différents bars de Montréal accompagnés de numéros théâtraux et burlesques[48].

Massé exprime une démarche pro-féministe et critique vertement le phénomène Cinquante nuances de grey. En entrevue, il défend la responsabilité sociale des auteurs de littérature érotique[49]:

« Les romans érotiques, en tant que produits de l'industrie de la culture, sont nécessairement "encrés" dans un contexte social, politique, culturel. En tant qu'écrivain de littérature érotique, je perçois plusieurs défis [...] Reste donc à surpasser le tabou, la censure, briser le moule du "patriarche-milliardaire-avec-une-nunuche-sans-personnalité" pour prendre une place - progressiste - dans la société. »

En 2013, il organise la première conférence sur la littérature érotique au Québec. La conférence "Littérature érotique au Québec - Scandale, imaginaire et sensualité" rassemble les auteures Lori Saint-Martin, Sylvie Ouellette, Marie Gray et Élise Bourque[50] pour discuter du genre dans le "contexte social, politique et culturel actuel".

Valacchia[modifier | modifier le code]

En 2012, Guy Saint-Jean éditeur, publie Valacchia, une "histoire sensuelle, surnaturelle et charnelle, mise en situation dans le monde légendaire des vampires et autres créatures de la forêt de la Transylvanie" [51].

Le livre est reçu favorablement par la critique. Le Libraire le décrit comme un "roman érotique à saveur gothique, écrit avec doigté et sens du rythme"[52]. Selon Culture Hebdo, "Si Mallarmé avait vécu suffisamment pour prendre connaissance de cet ouvrage sulfureux, il n’aurait certainement pas dit que la chair est triste"[53].

Dans un court article à ce sujet, Massé commente ce genre littéraire en précisant qu'une "rupture est toujours en cours avec les représentations traditionnelles, au fur et à mesure que les gens délaissent les schèmes malsains de la domination et du contrôle d’autrui"[54]. Il ajoute que son écriture "célèbre le chaos de l’imaginaire et le résultat constitue une série de rêves sur papier, et, consciemment, rien de plus, pour tout ce que ça a de beau, et, malheureusement, de surréel"[55].

Le jardin des rêves[modifier | modifier le code]

Une suite à Valacchia, intitulée Le jardin des rêves, parait en janvier 2013. Sur sa page Facebook, Massé décrit le roman: "Alors que Valacchia se voulait un hommage aux films d'épouvante des années 1930, empruntant largement à la sous-culture gothique, Le jardin des rêves se veut un voyage dans le monde des contes de fée, retraçant les légendes merveilleuses du folklore roumain avec un soupçon d'horreur... et d'humour!"

Sonia Alain de LaMétropole.com offre une critique favorable au roman: " [ce roman] qui se veut un mélange de légendes de l’Europe de l’Est ainsi que d’érotisme se démarque par son originalité"[56].

Dans sa revue de l'année 2013, Le Libraire présente Le jardin des rêves comme "Le plus érotique des romans" et offre une critique favorable: "Soulignons le travail du styliste Bruno Massé qui empourprera ses lecteurs grâce à ses fines descriptions d’univers feutrés, de créatures fantastiques et de voluptés habilement détaillées. Ici, le mot littérature érotique prend vraiment tout son sens"[57].

Strigoiacă[modifier | modifier le code]

À l'automne 2013, Massé publie[58] Strigoiacă, un conte érotique sous license Creative Commons. Quoiqu'il s'agit d'un livre numérique, une édition papier "extra ténébreuse" est tirée à treize exemplaires[58].

La nouvelle est décrite comme une "introduction au monde envoûtant d’un auteur acclamé par la critique"[59] avec une démarche pro-féministe. Massé l'annonce comme "quelque chose à vous mettre sous la dent en attendant une pièce plus substantielle"[60] et le défini comme l'anti-Cinquante nuances de Grey. Comme pour Valacchia, la couverture est signée par Candylust simultanément en tant que photographe et modèle.

Une semaine après son lancement, Strigoiacă figure au top-10 de sa catégorie sur Amazon.ca[61].

Le Cirque Diabolique[modifier | modifier le code]

Bruno Massé s'allie à Sabotart Édition pour publier la conclusion de la série des Carpates, Le Cirque Diabolique, cette fois-ci illustré par la photographe Chelsea Knight. Quoique le roman attire moins d'attention médiatique, Hélène Arsenault du journal Sans Papier de la TELUQ offre une critique favorable: "Bien qu’au départ, on nage en plein cliché, et c’est voulu (une vampire toute de noir corsetée en Transylvanie…), l’humour et l’érotisme omniprésents contribuent à l’originalité et aux rebondissements propres à cet univers chargé de sensualité que l’auteur décrit admirablement"[62]. Culture-Hebdo souligne un "beaucoup d’imagination chez ce romancier qui n’a pas épuisé le genre érotique"[63].

M9A. Il ne reste plus que les monstres[modifier | modifier le code]

En 2013, Massé annonce qu'il travaille sur un roman cyberpunk inspiré en partie des événements du Printemps 2012. Il publie[64] une première nouvelle, M9A: Le coup de l'arcologie, qui raconte le sabotage d'une arcologie futuriste au cœur de Montréal par des nihilistes munis d'implants cybernétiques.

Le roman M9A. Il ne reste plus que les monstres est publié[65] en 2015 aux éditions Sabotart. Il dépeint un Québec aux environs de 2050 "à deux doigts de l’effondrement de la civilisation: les régions sont dilapidées en terres désertes et contaminées, la métropole n’est plus qu’un grand ghetto cernant la forteresse d’une poignée de riches psychopathes, la police paramilitaire fait feu sur quiconque menace les corporations et la famine, la maladie et la violence font partie du quotidien des québécois-es"[66].

Dans un entretien vidéo, Bruno Massé défend[67] les liens entre la géographie et la littérature engagée:

« Qu'est-ce qui se passe si les tendances lourdes qu'on observe aujourd'hui se poursuivent? Si on pense à l'accroissement de l'écart entre les riches et les pauvres, au recul de la démocratie, des droits humains, à la militarisation de la police, à la criminalisation de la dissidence, mais aussi à des enjeux environnementaux comme le réchauffement climatique, la perte massive de biodiversité, les problèmes de santé environnementale, etc. Où est-ce qu'on s'en va si ça continue comme ça? En tant que géographie, je suis intéressé par le rapport que notre société entretient avec le territoire. Sauf qu'en bout de ligne, c'est pas juste des chiffres, c'est pas juste des statistiques, c'est notre vie, c'est notre environnement qui dépérit et un roman c'est un bon médium pour essayer de traduire cette réalité-là. »

M9A. Il ne reste plus que les monstres est finaliste 2016 du prix Jacques-Brossard de la science-fiction et du fantastique[68].

Creuse ton trou[modifier | modifier le code]

En 2015, Bruno Massé annonce un nouveau projet de roman intitulé LOBBY: Creuse ton trou, avec pour objectif de "parler des atrocités de l’industrie minière, des lobbies et la vente aux enchères du Québec, aussi une certaine célébration de la nordicité, les villages-creux-profond-perdus-que-tout-le-monde-s’en-crisse, cette idée qu’on peut se réconcilier avec la vie même dans ce monde d’injustice, de psychopathes et de hipsters[69].

Lors d'une réforme de la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme, il dénonce les effets pervers du lobbyisme dans le secteur des ressources naturelles[70],[71].

Le roman est publié sous le nom de Creuse ton trou aux éditions Québec Amérique en août 2017[72]. Josée Boileau du Journal de Montréal commente: "Peut-on, sans faire la morale ni nous assener de leçons, donner à voir les ravages causés par la prospection minière dans les régions du Québec ? Assurément, démontre avec brio le dernier roman de Bruno Massé, qui fourmille de scènes amusantes, déconcertantes. Et subtilement riches d’enseignements"[73].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 5 Songs To Die For EP, Anubix Ex Mortis (2011)

Notices[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. A-Infos, Montreal's 6th Annual Anarchist Bookfair Festival of Anarchy, Week 3, 16-21 mai, 2005
  2. Les Pages Noires, Biographie de Norman Nawrocki, 2006
  3. ARUC Les jardins collectifs et l’agriculture urbaine, formes de renouvellement de la solidarité
  4. Flambeau de l'Est, 16/06/2010 Steve Caron
  5. Ibid, 24/09/2010 Steve Caron
  6. Aliments d'ici
  7. UQAM, Archipel, Archive de publications numériques, September 22th 2008
  8. CHOQ.FM Radio, Ondes Verte, 10 avril 2007
  9. Radio-Canada, 16/09/2009 L'écoterrorisme, phénomène marginal?
  10. La Presse, 06/01/2010 Bataille navale en Antarctique
  11. Radio-Canada, 03/11/2009 Des vues différentes sur l'environnement
  12. Christiane Charette, Des vues différentes sur l'environnement, Radio Canada, 3 novembre 2009, texte intégral.
  13. RQGE Équipe
  14. Agence Science Presse 3 avril 2012
  15. Occupons Montréal vol.2 no.11
  16. McGill Daily Alexia Jablonski, 31 octobre 2011
  17. La Tribune 25 janvier 2012
  18. Radio-Canada Bulletin régional, 25 janvier 2012
  19. RQGE L'impasse du nucléaire
  20. Michel Duguay et Philippe Giroul
  21. Agence QMI Jean-François Villeneuve, 25 avril 2012
  22. RQGE
  23. Sécurité publique Canada Renforcer la résilience face au terrorisme
  24. Journal Alternatives 25 février 2012
  25. RQ-ACA Rapport d'activités 2013-2014
  26. http://quebec.huffingtonpost.ca/tag/bruno-masse
  27. Bibliothèque et archives nationales du Québec, 2008
  28. La 4e dimension, ou, Les 40 impératifs de la révolution / par Fleur de lune et Raven ; illustré par Laëmas
  29. Festival international de théâtre anarchiste de Montréal
  30. Act Montreal Communiqué Mai 2007
  31. A-Infos Programme du second festival de théâtre anarchiste de Montreal - 28 et 29 mai 2007
  32. Anarchist Theatre Festival of Montreal, Site officiel, 2008
  33. Centre de recherche universitaire sur la littérature et la culture québécoises, Mélisandre Demers-Caron, p. 14, 2008 [PDF]
  34. Act Montreal, Calendrier Militant, 29 mars, 2004
  35. Anarchist Writers' Bloc, Montréal, Contacts, 2010
  36. Site officiel, Biographie, 2012
  37. Subversify Magazine, 08/01/2010 Bruno Massé, The Red Circle Hymn
  38. Ibid, 06/11/2009 Bruno Massé, Therapy Session with Dr. Fixit
  39. Ibid, 31/07/2009 Bruno Massé, Of Mass Culture and Self-Publishing
  40. Ibid, 02/09/2010 Bruno Massé, Bunkertor Null
  41. Frogzine, 19/05/2013 Frogzine Interview no.3
  42. Malice Development Diary
  43. Subversify Magazine Interview with Bruno Massé, 2 février 2012 (traduction libre)
  44. Praise for Massé's Necropolis Joseph Vargo, traduction libre
  45. Praise for Massé's Necropolis John Zerzan, traduction libre
  46. (en) « Undead undead undead », sur Bruno Massé, (consulté le 31 juillet 2014)
  47. « Le Cirque Diabolique », sur Bruno Massé (consulté le 31 juillet 2014)
  48. « Le jardin des rêves », sur Bruno Massé (consulté le 31 juillet 2014)
  49. « La littérature érotique et ses difficultés », sur Le Pigeon décoiffé, (consulté le 31 juillet 2014)
  50. « La Rentrée : LITTÉRATURE ÉROTIQUE ET EXCELLENT CONCERT », sur Le Bar Populaire, (consulté le 31 juillet 2014)
  51. Info Culture Shirley Noël, 16 février 2012
  52. Le Libraire no. 69, p.33
  53. Culture Hebdo Février 2012
  54. Bruno Massé, Anarchisme et littérature érotique p.9
  55. ibid, p.10
  56. http://www.lametropole.com/article/arts-et-spectacles/livres/le-jardin-des-r%C3%AAves
  57. http://revue.leslibraires.ca/Uploads/Magazines/0010__Libraire-HS-2013.pdf
  58. a et b « Strigoiacă, un conte érotique », sur Bruno Massé (consulté le 31 juillet 2014)
  59. « Strigoiacă, un conte érotique », sur Amazon.ca (consulté le 31 juillet 2014)
  60. « Des nouvelles », sur Bruno Massé, (consulté le 31 juillet 2014)
  61. « Strigoiacă au Top 10 », sur Bruno Massé, (consulté le 31 juillet 2014)
  62. « Plumes d'ici - Suggestions », sur TELUQ, (consulté le 31 juillet 2014)
  63. « Livres avril 2014 », sur Culturehebdo.com (consulté le 31 juillet 2014)
  64. « M9A - Le coup de l'arcologie » (consulté le 19 avril 2015)
  65. « M9A. Il ne reste plus que les monstres » (consulté le 19 avril 2015)
  66. « Le futur est maintenant » (consulté le 19 avril 2015)
  67. « M9A: Il ne reste plus que les monstres - La démarche », sur YouTube, (consulté le 19 avril 2015)
  68. « Les finalistes du prix Jacques-Brossard », sur Les Libraires, (consulté le 29 juin 2016)
  69. « Premier jet de « LOBBY: Creuse ton trou » | Bruno Massé », sur www.daemonflower.com (consulté le 27 août 2017)
  70. « Nouvelle loi sur le lobbyisme: une attaque contre l'environnement et la démocratie », Huffington Post Québec,‎ (lire en ligne)
  71. « Le problème du lobbyisme au Québec, la réforme et le cas de l'environnement », Huffington Post Québec,‎ (lire en ligne)
  72. « Québec Amérique » Livres » Creuse ton trou », sur Québec Amérique (consulté le 27 août 2017)
  73. Josée Boileau, « Comment emberlificoter un lobbyiste », sur Le Journal de Montréal (consulté le 27 août 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]