Brice de Nice (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Brice de Nice
Réalisation James Huth
Scénario Carine Angeli
Jean Dujardin
James Huth
Acteurs principaux
Sociétés de production Mandarin Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 98 minutes (h 38)
Sortie 2005


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Brice de Nice est un film français réalisé par James Huth sorti en 2005, d'après le personnage du même nom créé par Jean Dujardin dans un sketch.

Il a fait l'objet d'une suite en 2016 : Brice 3 (« parce que le 2, je l'ai cassé ! », d'après Brice de Nice ).

Origine du personnage[modifier | modifier le code]

Le personnage de Brice de Nice a été inventé par Jean Dujardin, alors membre de la troupe de comiques les Nous Ç Nous dans les années 1990. La description est très simple : « une perruque blonde, un T-shirt jaune, un pantalon noir, une planche de surf, un air con ».

Synopsis du film[modifier | modifier le code]

Brice Agostini mène la belle vie à Nice. Il est fan du film Point Break et en particulier de son personnage principal Bodhi joué par Patrick Swayze. Il attend chaque jour qu'une vague géante déferle sur les rives de Nice, comme cela a eu lieu une fois, en 1979.

Ainsi, il ne se déplace jamais sans sa planche de surf. En attendant, aucune vague à Nice ne permet de surfer. Son passe-temps est d'organiser des soirées festives assez "select", appelées "Yellow" où il participe à des joutes verbales dont le perdant (toujours l'autre) est jeté dans la piscine.

Sa vie se déroule dans l'insouciance, jusqu'au jour où son père, qui blanchissait de l'argent pour la mafia sicilienne, est arrêté. Ses biens sont saisis par la police et la domestique de maison se voit contrainte de démissionner. Brice, qui n'a jamais travaillé se retrouve sans un sou et perdant brutalement ses amis, découvre la vie. Il s'essaie à un emploi de serveur dans un restaurant, mais se fait renvoyer au bout d'une journée après en avoir inondé la cuisine. Il tente de braquer une banque, d'abord en reproduisant la scène du hold-up de Point Break, puis en chantant Le casse de Brice, et finit par fuir la police.

Pendant sa fuite, il rencontre Marius Lacaille, un marginal souffrant de difficultés à s'exprimer. Marius apprend qu'il y a une compétition de surf à Hossegor, avec 100 000 $ de prix, montant suffisant pour se payer une opération des pieds, les siens ressemblant à de gros pouces sans autres orteils.

Sur place, la concurrence est rude : il y a Igor d'Hossegor, le maître des lieux, mais aussi Jibé du Tibet, Babacar de Dakar, Loïc du Croisic, Arnaud de Lacanau, Nikos de Myconos. N'ayant jamais surfé sur des vraies vagues, Brice va échouer lamentablement. Comme Brice n'a pas gagné l'argent tant espéré, Marius doit renoncer à son opération des pieds ; ce dernier aura toutefois rencontré l'amour en la personne de Jeanne, une jeune femme aux oreilles gigantesques.

De retour à Nice, Brice travaille au nettoyage de plages. Et sa vague tant attendue déferle sur les côtes de Nice, qu'il réussira à surfer. À peine la vague terminée, il rencontre son alter-ego féminin, Alice de Nice, dont il avait rêvé plusieurs fois, la voyant en sirène. On les voit ensemble, après le générique, avec Marius et Jeanne faire le tour du monde ; Brice est enceinte comme dans son rêve, car chez les sirènes, c'est le mâle qui porte le petit.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

À l'origine, la scène finale devait être Brice surfant sur un tsunami géant qui ravage Nice, la catastrophe étant filmée avec légèreté. Mais après le meurtrier tsunami du 26 décembre 2004, à quatre mois de la sortie du film, le scénario dû être changé et la scène supprimée[2].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Apparu pour la première fois aux yeux du grand public dans un sketch télévisé (Graines de star, sur M6, en 1995), le personnage de Brice a spontanément plu. Au fil des sketches des Nous Ç Nous, il a eu le temps de mûrir avant d'échapper à son propre créateur puisque de nombreux sites ont éclos, consacrés au surfeur-frimeur-qui-ne-sait-pas-nager, avec "fan art", courts-métrages amateur et bien sûr, diffusion des vidéos d'origine qui ne passaient plus à la télévision depuis longtemps. Brice de Nice existe donc depuis près de 10 ans et est porté par un cercle de fans lorsqu'il est porté au cinéma par James Huth, dont le Serial Lover (1998) avait été remarqué.
  • Malgré une critique moyenne, Brice de Nice a bien rempli les salles de cinéma avec plus de 4 millions d'entrées. Les cours de récréation des écoles primaires ont (re-)découvert l'expression « J't'ai cassé ! » et le concept qui va avec. La popularité du personnage a même surpris son créateur.
  • Le film a été nommé aux Gérard du cinéma en 2006 dans la catégorie Pire film avec Jean Dujardin
  • Après avoir dévalé une dune, Brice a une vision de Bodhi : personnage incarné par Patrick Swayze dans Point Break et dont Brice est fan. Si le personnage est tenu par un figurant ressemblant à l'acteur américain, sa voix est assurée par le comédien Richard Darbois (sa voix française dans Point Break).

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Alpes-Maritimes [3]
Beaulieu-sur-mer
Le Cros de Cagnes
Mandelieu-la-Napoule
Sophia-Antipolis (INRA)
Nice
Villefranche-sur-Mer (Port)
Landes (40 - Drapeau de la France France)
Hossegor

Bande originale du film[modifier | modifier le code]

Le clip, Le Casse de Brice fut réalisé par John Gabriel Biggs. La chanson reprend en thème principal la musique de la chanson Give Me the Night de George Benson. Brice se réveille avec la chanson Surf City de Jan and Dean coécrite par Brian Wilson des Beach Boys.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Le film et les sketchs ont inspiré un jeu de cartes : "Kass contre Kass", sous-titré "Mon jeu".

Le personnage de Brice de Nice a été proposé sous forme de poupée au format des Action Man.

À la suite du film, le célèbre chandail ayant le Nice et le signe de la compagnie Nike renversé connut un succès fou en France[C'est-à-dire ?].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. Reportage de 66 minutes consacrée au film.
  3. (fr) l2tc.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :