Braies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Braies - Prags
Braies
Vue de Braies.
Noms
Nom italien Braies
Nom allemand Prags
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Trentin-Haut-Adige Trentin-Haut-Adige 
Province Suedtirol CoA.svg Bolzano  
Code postal 39030
Code ISTAT 021009
Code cadastral B116
Préfixe tel. 0474
Démographie
Gentilé braiesini / pragser
Population 652 hab. ([1])
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 00″ nord, 12° 08′ 00″ est
Superficie 8 900 ha = 89 km2
Localisation
Localisation de Braies - Prags
Localisation dans la province de Suedtirol CoA.svg Bolzano .
Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige
Voir sur la carte administrative de Trentin-Haut-Adige
City locator 14.svg
Braies - Prags
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Braies - Prags
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Braies - Prags
Liens
Site web http://www.comune.braies.bz.it/

Braies (en allemand, Prags) est une commune italienne d'environ 650 habitants située dans la province autonome de Bolzano dans la région du Trentin-Haut-Adige dans le nord-est de l'Italie. La commune se trouve dans le val Pusteria.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté pour la première fois entre 965 et 973 comme Pragas, entre 1085 et 1097 comme Prages, et en 1298 comme Prags, et semble être d'origine pré-romaine, peut-être lié au terme celtique bracu (marais) ou barga (cabane)[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac de Braies.

La municipalité de Braies s'étend dans la vallée de Braies, au cœur des Dolomites de Braies, à l'est du Tyrol du Sud. La majeure partie de la zone municipale est située dans le parc naturel Fanes - Sennes - Braies et couvre un total de 89,26 km2. La vallée de Braies bifurque entre Monguelfo (hameau de la municipalité de Monguelfo-Tesido) et Villabassa dans le val Pusteria au sud et se divise bientôt en deux branches après l'entrée de la vallée : une sud-ouest et une sud.

Dans la branche sud-ouest, coule le rio Braies. Au fond de la vallée se trouve le lac de Braies, dominé par la Croda del Becco.

La branche orientée sud est drainée par le rio Stolla, le plus important des affluents du lac de Braies, et, à son extrémité, s'élève sur le haut plateau Prato Piazza. La branche est délimitée à l'est par une crête montagneuse, qui porte entre autres le Picco di Vallandro et le Crepe di Val Chiara, et sépare Braies du val di Lendro, qui appartient à Dobbiaco.

Frazioni[modifier | modifier le code]

Sur le territoire municipal de Braies, on trouve les frazioni suivantes :

  • Braies di Dentro (Innerprags) ;
  • Braies di Fuori (Außerprags) ;
  • San Vito (St. Veit) ;
  • Ferrara (Schmieden).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Cortina d'Ampezzo, Dobbiaco, Marebbe, Monguelfo-Tesido, Valdaora et Villabassa.


Histoire[modifier | modifier le code]

La Marienkapelle au lac de Braies.

Braies était déjà peuplé à l'époque préhistorique, comme en témoignent certaines découvertes, et à l'époque médiévale, les comtes du Tyrol exerçaient leur juridiction. Le lac de Braies, à cette époque, faisait partie de la zone contrôlée par la principauté épiscopale de Bressanone.

Pendant la Renaissance, ses sources thermales le rendirent très populaire, comme en témoigne le séjour, en 1491, de la comtesse Paola Gonzaga, épouse du comte de Goritz et du comte du Tyrol et duc de Carinthie Leonardo.

Parmi les monuments les plus importants conservés par la municipalité figurent l'église paroissiale de San Vito, datant du XIVe siècle et remaniée au XVIIe siècle, l'église de Cristo della Passione, construite vers 1720, l'hôtel Pragser Wildsee, sur les rives du lac homonyme, construit entre 1897 et 1899 par le célèbre architecte viennois Otto Schmid.

La vallée de Braies, comme beaucoup de vallées frontalières, a fait l'objet de fortifications pendant la période fasciste. Ces œuvres fortifiées font partie du mur alpin du Tyrol du Sud et plus précisément de la barrière de Braies[3].

Dans le village de Braies, sur le lac homonyme, se trouve Pragser Wildsee, où d'éminents prisonniers ont été détenus jusqu'au , dont Martin Niemöller, Léon Blum, et Kurt Schuschnigg, en plus des groupes familiaux, qui, selon le commandement d'Adolf Hitler, auraient dû être tués, mais avaient été libérés de la garde des SS à Villabassa peu de temps auparavant à la demande du commandant de la Wehrmacht Wichard von Alvensleben[4].

Le , l' armée américaine a atteint l'endroit et a ramené les prisonniers libérés de la détention de Braies à Capri, où ils ont été contrôlés pour leur passé politique[5],[6].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armoiries représentent un cerf sur une montagne à trois pics, de couleur verte, traversé par un ruisseau ondulé. Elles ont été adoptées en 1968[7].

Monuments et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

Bains Vieux de Braies[modifier | modifier le code]

Les Bains Vieux de Braies.

En tournant à droite au carrefour du lac de Braies, après environ deux kilomètres, au carrefour de Braies Vecchia, se trouve les Bains Vieux de Braies, aujourd'hui fermés bien que la structure architecturale soit intacte. Ils possèdent une histoire ancienne, en fait ils sont mentionnés depuis le XVe siècle.

Le bain thermal avec ses sources sulfureuses aurait dû être fréquenté dès 1490[8].

Les bains ont une source d'eau, le Hirschbrunn (littéralement « source du cerf »)[9], dont la légende a tiré les armoiries du village. Il y avait aussi d'autres sources : Augen et une source d'eau potable[10].

Actuellement, à cet endroit, on peut toujours trouver de grandes casernes, très délabrées, ou encore une église et des pistes de ski.

Société[modifier | modifier le code]

Répartition linguistique[modifier | modifier le code]

Sa population est presque entièrement germanophone :

Répartition linguistique (selon recensement 2011).
Source : (it) « astat.provinz.bz.it »
% Groupe linguistique
99,23 Allemand
0,61 Italien
0,15 Ladin

Tendances démographiques[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1921 1931 1936 1951 1961 1971 1981 1991 2001
606690718682726689644613633
2011 - - - - - - - -
672--------

Education[modifier | modifier le code]

Une école primaire est située à Braies. Elle est reliée au district scolaire de Dobbiaco.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2005 2015 Alfred Mutschlechner Parti populaire sud-tyrolien  
2015 En cours Friedrich Mittermair Parti populaire sud-tyrolien  
Les données manquantes sont à compléter.

Activités sportives et de loisirs[modifier | modifier le code]

  • Remontées mécaniques à Bad Altprags
  • Le lac de Braies est le point de départ du sentier de randonnée longue distance no 1 des Dolomites[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Popolazione Residente al 1° Gennaio 2018 », Istituto nazionale di statistica (consulté le )
  2. (de) Kühebacher, Egon., Die Ortsnamen Südtirols und ihre Geschichte / 1, Die geschichtlich gewachsenen Namen der Gemeinden, Fraktionen und Weiler., Bozen, Verlagsanst. Athesia, , 552 p. (ISBN 88-7014-634-0 et 978-88-7014-634-9, OCLC 311636878, lire en ligne)
  3. (it) Pedrotti, Franco., Il fervore dei pochi : il Movimento protezionistico italiano dal 1943 al 1971 : volume in occasione del cinquantenario di fondazione del Movimento italiano per la protezione della natura ..., TEMI, (ISBN 88-85114-18-0 et 978-88-85114-18-0, OCLC 800815585, lire en ligne)
  4. Annica Kristoffersson, Silvia Coradeschi et Amy Loutfi, « A Review of Mobile Robotic Telepresence », Advances in Human-Computer Interaction, vol. 2013,‎ , p. 1–17 (ISSN 1687-5893 et 1687-5907, DOI 10.1155/2013/902316, lire en ligne, consulté le )
  5. (de) Richardi, Hans-Günter. et Heiss, Hans., SS-Geiseln in der Alpenfestung : die Verschleppung prominenter KZ-Häftlinge aus Deutschland nach Südtirol, Raetia, (ISBN 88-7283-229-2 et 978-88-7283-229-5, OCLC 60529247, lire en ligne)
  6. (de) Peter Koblank, Die Befreiung und der Sonder- Sippenhäftlinge in Südtirol, Édition Elser,
  7. (it) « Braies – Araldicacivica » (consulté le )
  8. (it) « BAGNI TERMALI DI BRAIES VECCHIA | I Luoghi del Cuore - FAI », sur www.fondoambiente.it (consulté le )
  9. (it) Alto Adige : Val Pusteria e Val Venosta : un oriente e un occidente a confronto., Giunti, , 96 p. (ISBN 88-09-04691-9 et 978-88-09-04691-7, OCLC 71364543, lire en ligne), p. 32
  10. (it) « Elenco delle acque minerali e termali e con caratteristiche particolari », sur Agenzia provinciale per l’ambiente e la tutela del clima (consulté le )
  11. (it) « Escursioni a Braies – sentieri, parco naturale, gioielli naturali », sur www.braies.org (consulté le )