Brunico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brunico - Bruneck
Blason de Brunico - Bruneck
Héraldique
Brunico
Vue générale de Brunico.
Noms
Nom allemand Bruneck
Nom ladin Bornech ou Burnech
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Trentin-Haut-Adige Trentin-Haut-Adige 
Province Suedtirol CoA.svg Bolzano  
Maire Roland Griessmair (SVP)
depuis 2014
Code postal 39031
Code ISTAT 021013
Code cadastral B220
Préfixe tel. 0474
Démographie
Gentilé brunicensi / Brunecker
Population 16 580 hab. ([1])
Densité 368 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 00″ nord, 11° 56′ 00″ est
Altitude Min. 800 m
Max. 1 500 m
Superficie 4 500 ha = 45 km2
Localisation
Localisation de Brunico - Bruneck
Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige
Voir sur la carte administrative de Trentin-Haut-Adige
City locator 14.svg
Brunico - Bruneck
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Brunico - Bruneck
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Brunico - Bruneck
Liens
Site web http://www.comune.brunico.bz.it/

Brunico (en allemand Bruneck) est une ville italienne située dans la province autonome de Bolzano, dans la région du Trentin-Haut-Adige. C'est le centre historique, culturel, économique et administratif du val Pusteria.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue du val Pusteria depuis le sommet du Plan de Corones.

La ville se trouve dans la région montagneuse du Tyrol s'étendant du nord-est de l'Italie à l'Autriche et correspondant à l'Eurorégion Tyrol-Haut-Adige-Trentin. Le val Pusteria s'élargit ici pour former une grande pleine, avec au nord les Alpes de Zillertal et les Hohe Tauern (le chaînon de Rieserferner), et au sud les Dolomites de Braies. Brunico est située au pied du Plan de Corones (Kronplatz), un sommet des Dolomites qui culmine à 2 275 mètres d'altitude.

La ville compte environ 16 500 habitants. Plus de 80 % de la population est germanophone.

Voies d'eau[modifier | modifier le code]

Le centre historique de Brunico est traversé par la Rienza qui naît aux Tre Cime di Lavaredo et se jette dans l'Isarco près de Bressanone.

Communications[modifier | modifier le code]

La route nationale 49 (SS 49) et la ligne ferroviaire de Fortezza à San Candido passent par le val Pusteria. La ville se trouve à 35 km à l'est de Bressanone et à 70 km au nord-est de Bolzane, au sud-est du col du Brenner. Vers l'est, la ville est à 30 km de Prato alla Drava et la frontière avec le Tyrol oriental en Autriche.

Le val Pusteria[modifier | modifier le code]

Vallées adjacentes : Val di Tures ou Valle Aurina, Val Badia, Val d'Anterselva.

Terroir Val Pusteria
habitants 81 % germanophones
16 % italophones
  2 % ladins

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire du val Pusteria est peuplé depuis l'âge du bronze. Les Celtes (culture de Fritzens-Sanzeno) s'y étaient installés ; au VIIe siècle des colons bavarois sont arrivés.

Le château de Bruneck.

Au Moyen Âge central, la vallée appartenait initialement au duché de Bavière. En 1027, l'empereur Conrad II le Salique céda les domaines aux princes-évêques de Brixen. Le castrum Bruneke est mentionné pour la première fois dans un acte du  ; il remonte probablement à l'évêque Bruno de Kirchberg († 1288), le fondateur de la ville. Ce château a été construit dans la période troublée après la mort de l'empereur Frédéric II en 1250. À cette époque, les princes-évêques ont dû se défendre contre les attaques des princes séculiers, notamment des comtes de Tyrol. Aupied du château se développa la ville de Bruneck. La fortification fut agrandie au XIVe et au XVe siècle ; plus tard, elle est devenue une résidence épiscopale.

En 1370, Bruneck obtint le droit de tenir marché ; l'économie locale profitera du commerce sur la route d'Augsbourg à Venise. À partir des années 1460, le peintre et sculpteur Michael Pacher y dirige un atelier de retables qui devient rapidement un des ateliers les plus productifs de son époque.

Tandis que le val Pusteria échoit à la maison de Habsbourg suite à l'extinction de la lignée des comtes de Goritz en 1500, la ville resta la propriété des princes-évêques de Brixen. Ce n'est que lorsque la sécularisation par le Recès d'Empire en 1803 que Bruneck passa à la monarchie de Habsbourg. Incorporée dans le comté de Tyrol jusqu'en 1918, la ville de Bruneck fait partie de la monarchie autrichienne (empire d'Autriche), puis Autriche-Hongrie (Cisleithanie après le compromis de 1867), chef-lieu du district de même nom, l'un des 21 Bezirkshauptmannschaften dans la province du Tyrol[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui le château de Bruneck accueille un site des Messner Mountain Museums (MMM Ripa). Le réalisateur italien Nanni Moretti y est né en 1953. L'acteur français Pierre Brasseur y est décédé en 1972.

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Événement commémoratif[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

En août 2015, la ville accueille la 38e édition de la convention européenne de jonglerie.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1952 1969 Hans Ghedina SVP  
1969 1974 Adolf Unterpertinger SVP  
1974 1974 Josef Gasteiger SVP  
1974 1990 Haymo von Grebmer SVP  
1990 2000 Günther Adang SVP  
2000 2013 Christian Tschurtschenthaler SVP  
2014 En cours Roland Griessmair SVP  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Villa Santa Caterina (Aufhofen), Teodone (Dietenheim), Riscone (Reischach), Stegona (Stegen), Lunes (Luns), San Giorgio (St. Georgen)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Falzes, Gais, Marebbe, Perca, Rasun Anterselva, San Lorenzo di Sebato et Valdaora.

Au centre-ville (Stadtgasse).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Popolazione Residente al 1° Gennaio 2018 », Istituto nazionale di statistica (consulté le 16 mars 2019)
  2. Wilhelm Klein, Die postalischen Abstempelungen auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, 1967.