Bombardement d'Alger (1682)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bombardement d'Alger.
Bombardement d’Alger
Description de cette image, également commentée ci-après
Bombardement d'Alger par la flotte de amiral Duquesne en 1682.
Informations générales
Date -
Lieu Alger (Régence d'Alger)
Casus belli capture de batiments et d’un vaisseau français
Issue

Indécise

  • Importants dégâts causés à la ville
  • Échec de la mission de soumission du dey
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de FranceFictitious Ottoman flag 2.svg Régence d'Alger
Commandants
Abraham DuquesneBaba-Hassan
Forces en présence
11 vaisseaux de ligne
15 galères
galiotes à bombes
brûlots
Quelques petits bâtiments

Guerre franco-algérienne (1681-1688)

Batailles

Bombardement d'Alger (1682) · Bombardement d'Alger (1683) · Bombardement d'Alger (1688)

Le bombardement d’Alger de 1682 est une opération navale du royaume de France contre la régence d'Alger au cours de la guerre franco-algérienne (1681-1688). Louis XIV confie à Duquesne la mission de bombarder Alger après que le dey a déclaré la guerre à la France en 1681. À la tête d’une flotte d’une quarantaine de bâtiments, Duquesne quitte Toulon et se présente devant Alger, en , fortement retardé en raison de mauvaises conditions de navigation. Bombardée à plusieurs reprises au mois d'août, la ville subit des dégâts considérables. La paix que le dey est amené à demander ne peut se concrétiser, les conditions météorologiques imposant cette fois le retour de la flotte.

Contexte[modifier | modifier le code]

Au mois d', les corsaires barbaresques capturent plusieurs bâtiments français, sans déclaration de guerre[1], et emmènent à Alger le capitaine et l'équipage pour les réduire en esclavage. Le , le Dey d'Alger, Baba-Hassan, déclare officiellement la guerre à Louis XIV[2] et le , il annonce au consul de France, Jean Le Vacher, le début des hostilités[3]. Il ordonne dans le même temps la sortie en mer de douze bâtiments de guerre. Apprenant la nouvelle, Louis XIV ordonne à ses ministres de préparer une expédition punitive.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Duquesne quitte Toulon le à la tête de onze vaisseaux et de cinq galiotes[4] :

Vaisseaux
Galiotes à bombes

Le , après une traversée sans encombre, Duquesne mouille à Ibiza où il retrouve quinze galères commandées par le duc de Mortemart (1679-1688), général des galères en survivance de son père le duc de Vivonne.

Galères
  • La Sirène
  • La Madame
  • L'Amazone
  • La Hardie
  • La Réale
  • La Valeur
  • La Fière
  • La Patrone


  • L'Invincible
  • La Couronne
  • La Saint Louis
  • La Forte
  • La Fleur de lis
  • La Reine
  • La Grande

Le bombardement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Galiote à bombes.

Bombardements nocturnes[modifier | modifier le code]

Alger que les Français bombardent en 1682. Gravure hollandaise de 1689.

L'amiral fait répondre à Le Vacher que si les autorités algériennes avaient des propositions à lui faire, elles devaient se présenter elles-mêmes et qu'il avait encore quatre mille bombes à leur envoyer et que si cela ne suffisait pas, il en promettait encore autant pour l'année suivante. Le , les raïs algériens effectuent une percée menaçante dans le dispositif français[5].

Peu de temps après, la flotte française - malmenée par le mauvais temps - doit abandonner le bombardement et rentrer en France.

Référencement[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Sue, p. 121
  2. Roland Courtinat, page 61
  3. Pellissier de Reynaud, p. 274
  4. Eugène Sue, p. 145
  5. Kaddache 2011, p. 416

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources, bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages récents[modifier | modifier le code]

Ouvrages anciens[modifier | modifier le code]

  • Pellissier de Reynaud, Mémoires historiques et géographiques sur l'Algérie, Paris, Imprimerie royale, (lire en ligne), p. 274 et suiv.
  • Eugène Sue, Histoire de la marine française : XVIIe siècle - Jean Bart, F. Bonnaire, (lire en ligne), p. 121-151
  • Onésime Troude, Batailles navales de la France, t. 1, Paris, Challamel aîné, 1867-1868, 453 p. (lire en ligne)
  • Charles La Roncière, Histoire de la Marine française : La Guerre de Trente Ans, Colbert, t. 5, Paris, Plon, , 822 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]