Bois de feu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pile de bois de feu à côté d'un bâtiment
Pile de bois de feu fendu et un maul pour le fendage, République Tchèque

Lesexpression bois de feu, bois à brûler, bois de chauffage, bois de bûche, désignent tout matériau en bois ramassé et utilisé comme combustible . Généralement, le bois de feu n'est pas hautement transformé et se présente sous la forme d'une sorte de bûche ou de branche reconnaissable, par rapport à d'autres formes de combustible ligneux comme les granulés ou les copeaux. Le bois de feu peut être séché (sec) ou non séché (frais/humide). Il est généralement classé comme feuillus ou résineux.

Le bois de feu est une ressource renouvelable. Cependant, la demande pour ce combustible peut dépasser sa capacité à se régénérer au niveau local ou régional. Les bonnes pratiques forestières et l'amélioration des dispositifs utilisant du bois de feu peuvent améliorer l'approvisionnement local en bois.

Déplacer du bois de feu sur de longues distances peut potentiellement transporter des maladies et des espèces envahissantes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antoine Perrot L'Île Louviers sous la neige, 1830, musée Carnavalet.. En 1816, l'Île Louviers était encore inhabitée et servait d'immense chantier de bois à brûler pour les Parisiens
Duhamel du Monceau. Du transport, de la conservation et de la force des bois. 1767 Planche V page 48. Bois à brûler empilé. Planche V. On y voit comment on défait les trains de bois à brûler, & comment on les empile dans les chantiers. Figure 1, représente un ouvrier qui charge les bûches fur le dos des crocheteurs qui les portent au chantier. Figure 2, Elle est destinée à faire voir comment on empile les bois pour former ce qu'on nomme un Théâtre. Figure 3, est un homme qui tire à terre les bûches,etc.

A Paris, le commerce des bois de charpente et d'industrie n'était pas dans les mêmes mains que celui des bois de feu; mais, bien que complètement libres,l'un et l'autre se constituèrent en syndicat, et les négociants pourvurent, à frais communs, aux dépenses qu'entrainent l'exercice du flottage et la surveillance des ports. En 1817 un Code de commerce pour les bois à brûler fut réalisé par un certain Dupin; et en 1847 un Code de commerce des bois carré fut publié en 1847 par un certain Frédéric Moreau[2].

« L'approvisionnement de Paris fut toujours l'objet des préoccupations du pouvoir, qui ne négligea rien pour l'assurer, tandis qu'il demeurait assez indifférent aux besoins de le province. Dans l'origine, cet approvisionnement ne présenta aucune difficulté: les habitants de Paris étaient peu nombreux, et une vaste forêt, dont Ie bois de Boulogne, de Vincennes et de Bondy sont les seuls vestiges, entourait complétement la capitale. A mesure que les besoins augmentèrent, le rayon d'approvisionnement dut s'étendre. On mit successivement à contribution les forêts de Meudon, de Saint-Germain, de Montmorency, puis celles de Chantilly, de Compiègne, de Senart, de Fontainebleau. Néanmoins Ia difficultés de transport étaient telles que le manque de bois commençait à se faire sentir, lorsque le découverte du flottage, en permettant d'amener à Paris, à des frais minimes, les bois des forets les plus éloignées, mit pour jamais cette ville à l'abri du besoin. Il existait autrefois pour cet approvisionnement un service spécial, à le tête duquel se trouvait un commissaire général, qui fut rem-placé en 1832 par deux inspecteurs principaux. la mission de ces fonctionnaires était de tenir le main à ce que le marché de la capitale fût toujours abondamment pourvu de bois de toute nature, de surveiller la confection et l'écoulement des trains, de faire la police des ports d'embarquement, etc, mais on finit par reconnaitre qu'avec le développement de l'esprit commercial et l'amélioration des voies navigables, l'intervention Officielle devenait inutile. Ce service fut en conséquence supprimé par la loi des finances du 28 mars 180. La police des rivières fut confiée à l'administration des ponts et chaussées, et celle des ports à des agents spéciaux qui relèvent du ministre du commerce, mais qui sont payés par les marchands de bois eux-mêmes, en raison des services qu'ils leur rendent. A son entrée à Paris, le bois est soumis à un droit d'octroi. »[2]

Récolte[modifier | modifier le code]

Collecteur de bois de feu au Mozambique
Transport de bois de feu de la ferme à la maison à Maroua, Cameroun

Le mode de récolte ou la collecte de bois de feu varie selon les régions et les cultures. Certains endroits ont des aires spécifiques réservées à la collecte du bois de feu. D'autres cultures peuvent intégrer la collecte de bois de feu dans le cycle de préparation d'une parcelle de terre, destinée à la culture, dans le cadre d'un processus de rotation culturale. La collecte peut être une activité de groupe, familiale ou individuelle. Les outils et les méthodes de récolte du bois de feu sont variables.

Australie[modifier | modifier le code]

Le bois de feu en Australie est généralement récolté à partir d'eucalyptus ou de pins (tous deux cultivés en grande quantité). Les branches mortes qui restent au sol attirent fréquemment les termites.

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Une partie du bois de feu est récoltée dans des « lots boisés » aménagés dans ce but[3], mais dans les zones fortement boisées, il est plus généralement récolté en tant que sous-produit des forêts. Les branches mortes qui n'ont pas commencé à pourrir sont préférable, car elles sont déjà en partie séchées. Le bois mort sur pied, qui supporte moins de matière organique humide sur tronc est encore mieux considéré ; il permet aux outils de rester plus tranchants plus longtemps, tout en proposant un bois sec et présentant peu de pourriture. La récolte de cette forme de bois réduit la vitesse et l'intensité des feux de friche, mais elle empêche également l'habitat des animaux nicheurs tels que les hiboux, les chauves-souris et certains rongeurs.

La récolte du bois pour le bois de feu se fait normalement à la main avec des tronçonneuses. Ainsi, les pièces plus longues – nécessitant moins de travail manuel et moins de carburant – sont moins chères et seulement empêchées par la taille de la chambre de combustion. Aux États-Unis, la mesure standard du bois de feu est la corde, soit 128 pieds cubes (3.6 m3), cependant, le bois de feu peut également être vendu au poids. Le pouvoir calorifique peut affecter le prix. Les prix varient également considérablement en fonction de l'éloignement des lots de bois et la qualité du bois.

Pour empêcher la propagation accidentelle d'insectes et de maladies envahissants qui tuent les arbres, il est recommandé d'acheter et brûler du bois de feu prélevé à une courte distance de sa destination finale[4],[5].

Préparation[modifier | modifier le code]

A long maul (a form of large axe)
Firewood axe or maul
A machine for splitting firewood
Hydraulic splitting machine
Methods of splitting firewood
Une cale de fendage du bois

Dans la plupart des régions du monde, le bois de feu n'est préparé pour le transport qu'au moment de sa récolte. Ensuite, il est déplacé au plus près de l'endroit où il sera utilisé comme combustible et il est préparé à cet endroit. Le processus de fabrication du charbon de bois à partir du bois de feu peut avoir lieu à l'endroit où le bois de feu est récolté.

La plupart du bois de feu doit également être fendu, ce qui permet également un séchage plus rapide en exposant une plus grande surface. Aujourd'hui, la plupart des fendages se font à l'aide d'une fendeuse hydraulique, mais il peut également être fendu avec un merlin ou un coin et une masse . Certaines coins en acier ont une lame inclinée, de sorte que l'avantage mécanique augmente avec la profondeur. Plus inhabituel et dangereux, est une conception à vis conique, qui s'enfonce dans le bois, le fend, et peut être alimentée par une prise de force, un moteur à combustion interne dédié ou une machine à fileter les tuyaux électrique robuste., ce qui est plus sûr que les autres sources d'alimentation car l'alimentation peut être coupée plus facilement si nécessaire. Une autre méthode consiste à utiliser une fendeuse de bûches cinétique, qui utilise un système à crémaillère et pignon alimenté par un petit moteur et un grand volant utilisé pour le stockage d'énergie.

Stockage[modifier | modifier le code]

Les piles de bois de feu du couvent de Pühtitsa en Estonie mesurent environ 6 mètres de haut.
Empilé à crèche, dans l'est de la France, recouvert de tuiles en terre cuite.
Empiler du bois de feu dans un hangar

Il existe de nombreuses façons de stocker le bois de feu. Celles-ci vont des simples pieux aux piles autoportantes, en passant par les structures spécialisées. Habituellement, le but du stockage du bois est d'éloigner l'eau de celui-ci et de poursuivre le processus de séchage.

Piles : La pile la plus simple est celle où les bûches sont placées les unes à côté des autres et les unes au-dessus des autres, formant une ligne de la largeur des bûches. La hauteur de la pile peut varier, généralement en fonction de la manière dont les extrémités sont construites. Sans construire d'extrémités, la longueur de la bûche et la longueur de la pile aident à déterminer la hauteur d'une pile autoportante.

Il existe un débat sur la question de savoir si le bois séchera plus rapidement lorsqu'il sera recouvert. Il y a un compromis entre la surface du bois mouillée et le fait de laisser autant de vent et de soleil que possible accéder à la pile. Une couverture peut être constituée de presque n'importe quel matériau qui évacue l'eau - un grand morceau de contreplaqué, de tôle, de carreaux de terre cuite ou une toile huilée, même des bâches en plastique bon marché peuvent également être utilisées. Le bois ne sèche pas lorsqu'il est complètement fermé. Idéalement, des palettes ou des déchets de bois devraient être utilisés pour soulever le bois du sol, réduisant ainsi la pourriture et augmentant le flux d'air.

Il existe de nombreuses façons de créer les extrémités d'une pile. Dans certaines régions, une extrémité de berceau est créée en alternant des paires de bûches pour aider à stabiliser l'extrémité. Un piquet ou un poteau placé dans le sol est une autre façon de terminer le tas. Une série de bûches empilées à la fin, chacune avec une corde attachée à elle et l'extrémité libre de la corde enroulée pour se connecter au milieu de la pile, est une autre façon.

Sous un toit : Sous un toit, il n'y a aucune crainte que le bois soit soumis à la pluie, la neige ou le ruissellement, mais une ventilation doit être prévue si le bois est stocké vert afin que l'humidité libérée par le bois ne se recondense pas à l'intérieur. Les méthodes d'empilement dépendent de la structure et de la disposition souhaitées. Qu'il soit fendu ou en « rondelles » (tronçons de bûches coupés à ras et non fendus), le bois doit être empilé dans le sens de la longueur, ce qui est la méthode la plus stable et la plus pratique. Encore une fois, si le bois a besoin d'un séchage supplémentaire, il devrait y avoir un flux d'air adéquat à travers la pile.

Stockage à l'extérieur : Le bois de feu doit être empilé avec l'écorce vers le haut. Cela permet à l'eau de s'écouler et au givre, à la glace ou à la neige sur pied d'être retirés du bois. Le stockage du bois à proximité d'une habitation augmente la probabilité que des insectes tels que les termites puissent s'établir à l'intérieur.

Le stockage du bois de feu à l'intérieur pendant une période prolongée n'est pas recommandé, car cela augmente le risque d'introduction d'insectes tels que les termites dans la maison.

Les piles rondes peuvent être faites de plusieurs façons. Certains sont des tas de bois avec un mur circulaire empilé autour d'eux. D'autres comme l'American Holz Hausen sont plus compliqués.

Une Holz hausen, ou « maison en bois », est une méthode circulaire d'empilage du bois ; les partisans disent qu'il accélère le séchage sur une empreinte relativement petite. Un holz hausen traditionnel a un diamètre de 10 pieds, mesure 10 pieds de haut et contient environ 6 cordes de bois. Les parois sont constituées de pièces disposées radialement et légèrement inclinées vers l'intérieur pour plus de stabilité. Les pièces intérieures sont empilées pour former une cheminée pour le flux d'air. Les pièces supérieures sont légèrement inclinées vers l'extérieur pour évacuer la pluie et sont placées côté écorce vers le haut[6].

Valeur calorifique[modifier | modifier le code]

Transporteur de bois de feu, Séoul, Corée 1945

La teneur en humidité du bois de feu détermine la façon dont il brûle et la quantité de chaleur libérée. La teneur en humidité du bois non séché (vert) varie selon l'essence; le bois vert peut peser 70 à 100 pour cent de plus que le bois sec en raison de la teneur en eau. En règle générale, le bois sec (sec) a une teneur en humidité de 20 % ou moins. L'utilisation de la valeur calorifique inférieure est conseillée[7] comme moyen standard raisonnable de rapporter ces données.

Le contenu énergétique d'une mesure de bois dépend de l'essence de l'arbre[8]. Par exemple, il peut aller de 15.5 to 32 million British thermal units per cord (4.5 to 9.3 GJ/m3)[9]. Plus la teneur en humidité est élevée, plus il faut utiliser d'énergie pour évaporer (faire bouillir) l'eau du bois avant qu'elle ne brûle. Le bois sec fournit plus d'énergie pour le chauffage que le bois vert de la même essence.

Le Sustainable Energy Development Office (SEDO), qui fait partie du gouvernement de l'Australie-Occidentale, déclare que le contenu énergétique du bois est de 4,5 kWh/kg ou 16,2 gigajoules/tonne (GJ/t)[10].

Voici quelques exemples de contenu énergétique de plusieurs essences de bois :

Essences de bois Valeur calorifique (millions de BTU par cordon ) Pouvoir calorifique ( GJ par m 3 )
Tamarack 22.3 6.5
Bouleau 21,3 6.2
Sapin Rouge 20.6 6.0
Sapin Blanc 16,7 4.9

Bois de feu séché au four[modifier | modifier le code]

Pour réduire le temps de séchage à un certain nombre de jours par rapport à la normale d'un à trois ans, une source de chauffage externe dans un four ou un four peut être utilisée. Le processus de séchage du bois de feu au four ou au four a été inventé par Anthony Cutara, pour lequel un brevet américain a été déposé en 1983[11]. En 1987, le département américain de l'Agriculture a reproduit la méthode et publié une procédure détaillée pour la production de bois de feu séché au four, citant la production de chaleur plus élevée et l'efficacité de combustion accrue comme un avantage clé du processus[12].

Mesure[modifier | modifier le code]

bois de feu sur le chemin du marché
bois de feu sur un marché local prêt à être vendu

Habituellement, le bois de feu est vendu au volume. Tandis qu'un terme spécifique de volume puisse être utilisé, il peut y avoir une grande variation dans ce que ce terme signifie et ce que la mesure peut produire comme combustible. Une mesure de bois vert non séché avec 65 % d'humidité contient moins d'énergie utilisable que lorsqu'il a été séché à 20 %. Quel que soit le terme, la mesure du bois de feu est au mieux considérée comme une estimation.

Métrique[modifier | modifier le code]

Dans le système métrique, le bois de feu est généralement vendu à la stère, soit l'équivalent d'un volume de 1 mètre cube (0,276 cordes). Les longueur de pièce de bois de feu les plus courante sont 33 cm et 50 cm. Le bois peut aussi être vendu au kilogramme ou à la tonne métrique, comme en Australie.

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis et au Canada, le bois de feu est généralement vendu selon en anglais : full cord, face cord ou bag. Une corde qui est faite de 4 pieds (1,22 m) logs ne sera pas un cordon lorsqu'il a été coupé en billes 1 du pied et ensuite divisé de sorte que chaque morceau va passer à travers un 3 pouces (7,6 cm) cercle.

  • A full cord or bush cord ha un volume de 128 cubic feet (3.6 m3) , y compris le bois, l'écorce et l'espace aérien dans un tas soigneusement empilé[13]. Le volume réel de bois d'une corde peut être de l'ordre de 80 à 100 pieds cube (2,3 à 2,8 m3) car le bois empilé prend plus de place qu'un morceau de bois massif. La longueur des morceaux de bois de feu la plus courante est de 16 pouces (40,64 cm)[14].
  • Une face cord or rick [15] est un tiers d'une pile de bois pleine ou de corde de brousse de 4 par 8 pieds (1,22 par 2,44 m) par 16 po (40,64 cm) et a un volume de 42,6 pieds cube (1.21 m3) .

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En Norvège, le livre de non-fiction Hel Ved (en français : L’homme et le bois) de Lars Mytting est devenu un best-seller en 2011-2012, se vendant à 150 000 exemplaires. Une version du livre a également été publiée en Suède, vendue à 50 000 exemplaires[16].

En février 2013, l'émission d'État norvégienne NRK a diffusé une émission en direct de 12 heures sur le thème du bois de feu, où une grande partie du programme consistait à montrer du bois de feu brûlant dans une cheminée. Plus d'un million de personnes, 20 % de la population norvégienne, ont assisté à une partie du programme[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Protect the Trees You Love From Tree-killing Bugs » (consulté le 18 novembre 2020)
  2. a et b J. Clavé, « ÉTUDES D'ÉCONOMIE FORESTIÈRE: L'INDUSTRIE ET LE COMMERCE DES BOIS EN FRANCE », Revue des Deux Mondes (1829-1971), vol. 33, no 2,‎ , p. 446–480 (ISSN 0035-1962, lire en ligne, consulté le 21 juin 2021)
  3. « Where does firewood come from? » [archive du ], extension.unh.edu
  4. « Don't Move Firewood - Trees and forests are threatened by invasive foreign insects and diseases », dontmovefirewood.org
  5. « Firewood », www.inspection.gc.ca, Government of Canada, Canadian Food Inspection Agency, Plant Health and Biosecurity Directorate,
  6. « Seasoning Firewood How and When », thechimneysweep.ca
  7. « Firewood Storage Racks - Wood Covers », Firewood Rack (consulté le 29 juillet 2010)
  8. « Northidahofirewood.com » [archive du ]
  9. John Gulland, « A non-commercial service in support of responsible home heating with wood - Firewood », woodheat.org
  10. « Office of Energy - Clean Energy » [archive du ], Sedo.energy.wa.gov.au, (consulté le 29 juillet 2010)
  11. « Packaged kiln dried firewood »
  12. Simpson, William T., Boone, R. Sidney, Chern, Joseph et Mace, Terry, « Kiln-Drying Time of Split Oak Firewood », Madison, WI, U.S. Department of Agriculture, Forest Service, Forest Products Laboratory,
  13. "Buying Firewood? Don't Get Burned!". Measurement Canada. Retrieved 2013-08-15.
  14. "What is a Cord? And How to Avoid Paying Too Much for One". Woodheat.org. Retrieved 2013-08-16.
  15. (en-US) « Rick Of Firewood [Definition, Value, Weight, Tips For Buying] », WoodsMan Report, (consulté le 15 février 2019)
  16. Norsk ved-TV vekker oppsikt i USA Aftenposten, February 20, 2013
  17. Sarah Lyall: Bark Up or Down? Firewood Splits Norwegians The New York Times, February 19, 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]