Bois de Lauzelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bois de Lauzelle
Image illustrative de l’article Bois de Lauzelle
Le bois de Lauzelle, depuis les hauteurs.
Localisation
Coordonnées 50° 40′ 30″ nord, 4° 35′ 25″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Commune Ottignies
Ville Louvain-la-Neuve
Géographie
Superficie 200 ha
Altitude 95 m
Administration Université catholique de Louvain
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Bois de Lauzelle

Le bois de Lauzelle est une forêt privée appartenant à l'Université catholique de Louvain et située sur la commune d'Ottignies, dans la province belge du Brabant wallon.

Il est situé au nord de la ville de Louvain-la-Neuve et à l'est de la section de Limelette. Il s'étend sur près de 200 ha, bordé par les hameaux de la Croix, du Blocry, de l'Hocaille et de Lauzelle. Le golf de Louvain-la-Neuve y est adossé ainsi que les bois des Quéwées et du Stoquoi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Paléolithique, au bois de Lauzelle comme ailleurs en Europe où la forêt de feuillus était omniprésente (régions montagneuses exceptées), l'homme nomade a progressivement occupé la région.

La découverte de pièces en phtanite noire extraite d'un gisement proche des sources du Blanc-Ry atteste l'occupation des lieux au Néolithique.

À l'âge du fer ont été érigées des tombelles (actuel lieu-dit Fond des Tombes près du bois de Stocquoy)[1].

Du temps des Celtes (vers 500 AC) puis des Belges (vers 150 AC), la forêt était probablement une futaie claire mélangée et jardinée comprenant des espèces telles que chênes, bouleaux, ormes, érables, saules, tremble, tilleuls, coudrier, aulnes, houx, buis, if[2].

Durant l'occupation romaine, l'actuel bois faisait partie de la forêt charbonnière. Le déboisement s'est accéléré avec l'augmentation de la population, la région de Lauzelle devenant plus riche en terres de culture.

Le nom de l'Auzel apparaît pour la première fois au XIIe siècle. Le bois était alors dénommé Warnombroux ou Warlombroux. En 1111, le duc Godefroid 1er confirmait à l'abbaye d'Affligem la possession de la curtis de l'Ausele, dont dépendait une majorité de la superficie du bois. La Carte de Ferraris (1771-1778) répertorie le bois sous le nom de Bois de Warlombrout[3]. Ce nom apparaît aussi dans le récit de la Bataille de Waterloo du Comte Pajol[4]. Un plan de mesurage de la cense de Lauzelle en 1794 dénomme cette forêt bois d'Afflighem. Les défrichements successifs de terrains sablonneux et donc pauvres ont donné naissance, après l'essartage et une ou deux récoltes à des Landes, 21 ha en 1831[5].

Après passage sous domination française, le domaine de Lauzelle est revenu comme biens nationaux[6] et le bois de Lauzelle se retrouve morcelé en de nombreuses parcelles privées.

Jusqu'au XVIIIe siècle, l'aménagement forestier était en taillis sous futaie. Vers 1880, des surfaces importantes sont replantées (hêtre, chêne indigène, chêne d'Amérique, frêne). Le bouleau introduit vers 1900, décevant par ses résultats, a été fréquemment remplacé par le pin sylvestre. En 1981, la carte des peuplements met en lumière le déséquilibre entre les peuplements de feuillus, dans leur majorité antérieurs à 1900, et les peuplements résineux postérieurs à 1940[2].

Mesures de protection[modifier | modifier le code]

Tourisme et loisirs[modifier | modifier le code]

Bois de Lauzelle, près des étangs.jpg

Le bois de Lauzelle offre à ses visiteurs un balisage de trois promenades en boucles, un parcours santé et des visites guidées par le garde forestier. Il est à noter que le golf de Louvain-la-Neuve qui borde le bois offre la particularité d'être accessible aux promeneurs et cyclistes sur deux chemins désignés.

Le monastère Saint-André de Clerlande, le château de Clerlande et le Centre neurologique William Lennox sont situés dans le bois.

Accès[modifier | modifier le code]

Le bois de Lauzelle, sous la neige.jpg

Ce site est accessible en transport en commun, par 1000 m de promenade le long de la voie verte depuis la gare de Louvain-la-Neuve-Université et depuis la gare d'Ottignies par la rue du Blanc-Ry (1600 m).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Martin, Louvain-la-Neuve et ses environs, 1973
  2. a et b P. André, E. Gérard, Ph. Lebrun, Y. Leruth, La forêt, sa flore, sa faune, sa gestion. Un exemple : le bois de Lauzelle, 1999
  3. (nl) « Kaart van Ferraris », sur Koninklijke Bibliotheek van België, (consulté le 1er mars 2019)
  4. Charles Pierre Victor Pajol, Pajol, général en chef;, Paris, Firmin Didot frères, fils [etc.], (lire en ligne)
  5. J. JERBILLON, Un toponyme d'avenir: Lauzelle à Ottignies, Revue belge de philologie et d'histoire, 1979
  6. J. MARTIN, Histoire de la Ville et Franchise de Wavre en Roman Pays de Brabant, 1977