Bernard Émié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernard Émié, né le , est un diplomate français, qui a été ambassadeur de la République française au Royaume-Uni de 2011 à 2014[1] puis haut-représentant de la France à Alger[2]. Depuis juin 2017, il est directeur de la DGSE.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Fils de Pierre Émié, directeur de sociétés d'ascendance belge[réf. nécessaire], et de Jacqueline née Bernard, il intègre l'École normale supérieure, puis est élève à l'Institut d'études politiques de Paris dont il est diplômé en 1979. Admis en 1981 à l'École nationale d'administration (promotion Solidarité), il choisit la carrière diplomatique à la sortie de l'école et est titularisé comme secrétaire des Affaires étrangères en 1983.

Ascension aux affaires étrangères[modifier | modifier le code]

De 1984 à 1986, Émié est deuxième, puis premier secrétaire à l'ambassade de France en Inde à New Delhi. Entre 1986 et 1988, il est membre du cabinet de Jean-Bernard Raimond, ministre des Affaires étrangères, en qualité de conseiller technique. Il sert ensuite à l'ambassade de France aux États-Unis à Washington, D.C. comme premier secrétaire, puis deuxième conseiller (1988-1992).

Revenu à l'administration centrale du ministère des Affaires étrangères, il est délégué dans les fonctions de sous-directeur d'Afrique du Nord à la direction d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Entre 1993 et 1995, il est appelé au cabinet d'Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, en qualité de chargé de mission. En 1995, il rejoint la présidence de la République auprès de Jacques Chirac et de son conseiller diplomatique d'alors, Jean-David Levitte, comme conseiller technique et conseiller diplomatique-adjoint.

En 1998, il est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Amman en Jordanie. En 2002, il a été rappelé à l'administration centrale comme directeur d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Ambassadeur de France[modifier | modifier le code]

En 2004, il est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Beyrouth au Liban, en pleine crise suite à l'assassinat de Rafiq Hariri[3].

Le il est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Ankara en Turquie. Il présente ses lettres de créance au président de la République de Turquie, Abdullah Gül, le 21 septembre 2007.

Par un décret en date du , il est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Londres au Royaume-Uni[4], où il succède à Maurice Gourdault-Montagne.

Le , il est nommé haut-représentant de la France en Algérie[5]. En octobre 2014, au lendemain de la décapitation du diplomate Hervé Gourdel, Bernard Émié publie un communiqué appelant les ressortissants français en Algérie à ne pas céder au "chantage" tout en restant "vigilants"[6],[7]. En avril 2016, Ramtane Lamamra l'interpelle sur les nombreuses attaques de la presse française à l'encontre de l'Algérie dans l'affaire des Panama Papers[8]. En mai 2016, il déclare "en privé" que l'ambassade de France en Algérie octroie 60% de ses visas à des habitants de la Kabylie, ce qui fuite dans la presse qui déforme ses propos en affirmant que la France applique des quotas pour les différentes populations algériennes, déclenchant un nœud diplomatique avec les autorités algériennes[9].

Directeur de la DGSE[modifier | modifier le code]

Le 22 juin 2017, il est nommé directeur de la DGSE[10].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bénédicte Fauvarque-Cosson, Antoine Khair, Bernard Émié, Les sources du droit : Aspects contemporains, éd. Société de Législation Comparée, 15 août 2007 (ISBN 978-2908199574)

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1989, Bernard Émié se marie avec Isabelle, seule fille de François de Chabannes de La Palice de Tournon.

Honneurs et décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.debretts.com
  2. www.rapideinfo.net
  3. Laurent Valdiguie, Emmanuel Macron se nomme chef des services secrets, www.lejdd.fr, 11 juin 2017 (consulté le 29 mai 2019)
  4. Décret du 21 mars 2011 portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, publié au JORF du 22 mars 2011
  5. Décret du 31 juillet 2014, JORF no 177 du 2 août 2014 (texte no 50, NOR MAEA1413017D).
  6. L'ambassadeur de France à Alger appelle ses concitoyens à ne pas céder au "chantage" et à être "vigilants", www.huffpostmaghreb.com, 27 septembre 2014 (consulté le 29 mai 2019)
  7. Bernard Émié, Message de l’Ambassadeur de France en Algérie, www.dz.ambafrance.org, 19 octobre 2014 (consulté le 29 mai 2019)
  8. Panama Papers: Lamamra convoque l'ambassadeur de France en Algérie, www.huffpostmaghreb.com, 6 avril 2016 (consulté le 29 mai 2019)
  9. L'ambassade de France à Alger nie l'existence d'une politique de quotas dans l'octroi des visas, www.huffpostmaghreb.com, 12 mai 2016 (consulté le 29 mai 2019)
  10. Décret du 22 juin 2017
  11. Legifrance, « Décret du 30 décembre 2017 portant promotion et nomination », (consulté le 10 janvier 2017)

Articles liés[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]