Bernard Bajolet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Bajolet
Image dans Infobox.
Bernard Bajolet en septembre 2015.
Fonctions
Directeur général de la Sécurité extérieure
-
Ambassadeur de France en Afghanistan
-
Coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme
-
-
Ambassadeur de France en Algérie
-
Xavier Driencourt (d)
Ambassadeur de France en Irak
-
Jean-François Girault (d)
Ambassadeur de France en Bosnie-Herzégovine
-
Yves Gaudeul (d)
Henry Zipper de Fabiani (d)
Ambassadeur de France en Jordanie
-
Denis Bauchard (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Bernard Bajolet, né le à Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle), est un diplomate français, spécialiste du renseignement, expert du monde arabo-musulman et ancien directeur général de la Sécurité extérieure (DGSE).

Formation[modifier | modifier le code]

Bernard Bajolet suivit ses études secondaires au lycée Henri-Poincaré de Nancy. Il est un ancien élève de Sciences Po Paris de 1968 à 1971, puis effectue son service militaire essentiellement en Allemagne (11e régiment du génie à Rastatt). Admis à l'ENA, il en sort en 1975 (promotion Léon Blum)[1] avec Martine Aubry, Pascal Lamy et Alain Minc[2].

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Apprentissage des fonctions diplomatiques[modifier | modifier le code]

Bernard Bajolet a effectué la plus grande partie de sa carrière au sein du ministère des Affaires étrangères[3].

Il a d'abord occupé le poste de premier secrétaire à l'ambassade de France en Algérie de 1975 à 1978. C'est à cette occasion qu'il rencontre François Hollande qui fait un stage à l'ambassade, durant huit mois en 1978[4].

En 1978, il est nommé à l'administration centrale du Quai d'Orsay à Paris auprès du porte-parole Louis Delamare, ambassadeur de France assassiné au Liban en 1981. Bernard Bajolet est chargé des dossiers européens. Puis le secrétaire d’État aux affaires européennes, Pierre Bernard-Reymond, l’appelle à son cabinet pour assurer quelques mois les contacts avec le Parlement européen, nouvellement élu au suffrage universel. Il est nommé premier secrétaire à Luxembourg en 1979.

Nommé deuxième conseiller à Rome en 1981, auprès de l'ambassadeur Gilles Martinet, il suit particulièrement les questions militaires. En 1985-1986, il prend une année sabbatique à l’université Harvard de Cambridge (Massachusetts) à l’issue de laquelle il rédige un rapport sur « les États-Unis et la défense de l’Europe ».

Expert du monde arabo-musulman[modifier | modifier le code]

En 1986, il est nommé premier conseiller à Damas, auprès de l’ambassadeur Alain Grenier. Il perfectionne sa connaissance de l'arabe.

En 1991, il occupe le poste de directeur-adjoint Afrique du Nord et Moyen-Orient (ANMO) au Quai d’Orsay.

Familier du monde arabe et habitué aux missions difficiles, il exerce ensuite comme ambassadeur de France en Jordanie (1994-1998), en Bosnie-Herzégovine (1999-2003), en Irak (2004-2006), puis en Algérie (2006-2008).

Il occupe enfin les fonctions d'ambassadeur de France en Afghanistan de février 2011 à avril 2013, poste dans lequel il a contribué à la libération, annoncée le 8 avril 2013, de Charles Ballard[5]. Il est élevé à la dignité d'ambassadeur de France le 3 mai 2013[6].

Services de renseignement[modifier | modifier le code]

Il se voit confier le 23 juillet 2008 les fonctions nouvellement créées de coordonnateur national du renseignement auprès du président de la République, Nicolas Sarkozy[7]. Il reste en fonction jusqu'en février 2011[2].

Le 10 avril 2013, il est nommé directeur général de la Sécurité extérieure (DGSE)[8] en conseil des ministres, par le président de la République, François Hollande. En mai 2016, en dépit de la limite d'âge prévue par la loi, il est maintenu en poste grâce à un amendement sur mesure[9]. D'après le journaliste René Backmann, il est alors le « seul arabisant et familier du terrain » de l’Afrique ou du Moyen-Orient parmi les participants « aux conseils de défense où sont prises les décisions politico-militaires les plus importantes »[10].

Concernant la guerre civile syrienne, Bernard Bajolet estime dans une interview au Monde en novembre 2018 que la « France ne pouvait pas prendre une position différente de celle qu’elle a eue, plus neutre et plus en retrait. La marge de manœuvre était très étroite »[11]. Il s'interroge cependant sur « l’intérêt profond de la France dans le dossier syrien au-delà de la lutte contre le terrorisme »[11]. Selon lui le revirement américain après le massacre de la Ghouta a été un tournant du conflit qui a laissé le champ libre à la Russie et a redonné l'avantage au camp loyaliste[11]. Le régime de Bachar el-Assad, en position de force et refusant tout compromis, est selon lui « irréformable »[11]. Il estime également que « la France paraît marginalisée, mais elle a dit la justice et le droit. Quand on le fait, on a toujours raison à terme, même si on passe par une phase où l’on paraît à l’écart des événements »[11].

Bernard Bajolet déclare également être particulièrement inquiet à propos de la zone afghano-pakistano-indienne[11].

Il quitte la DGSE le 20 mai 2017 et est remplacé, par intérim, par le général de corps d'armée Jean-Pierre Palasset[12].

Il a conseillé le réalisateur Éric Rochant sur sa série Le Bureau des légendes[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Le soleil ne se lève plus à l'est - Mémoires d'Orient d'un ambassadeur peu diplomate, Plon, 2018. (ISBN 978-2-259-26341-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un Comtois, nouveau patron de la DGSE, L'Est républicain, 10 avril 2013.
  2. a b et c Vincent Nouzille, « Bajolet, le chef espion du président », Le Figaro Magazine, semaine du 4 novembre 2016, pp. 66-70.
  3. « Un nouveau patron pour les services secrets», acteurspublics.com, 10 avril 2013.
  4. « Bernard Bajolet nommé à la tête de la DGSE », Jean-Dominique Merchet, Marianne, 10 avril 2013.
  5. « Bernard Bajolet à la DGSE, une décision logique », Jean Guisnel, Le Point, 10 avril 2013.
  6. « Décret du 3 mai 2013 élevant à la dignité d'ambassadeur de France un ministre plénipotentiaire ».
  7. Arrêté de nomination
  8. Bernard Bajolet à la tête de la DGSE : le poids des diplomates à la tête des services Le Figaro, 10 avril 2013.
  9. La petite manœuvre de Hollande pour prolonger un proche à la tête de la DGSE, Louis Hausalter, marianne.net, 12 mai 2016.
  10. René Backmann, « Hollande et ses guerres (3/3). Comment les néoconservateurs influencent le pouvoir », sur Mediapart, (consulté le ).
  11. a b c d e et f Nathalie Guibert et Marc Semo, Bernard Bajolet : « En Syrie, un signal fort des Occidentaux aurait été nécessaire », Le Monde, 2 novembre 2018.
  12. « Le général Jean-Pierre Palasset nommé temporairement à la tête de la DGSE », sur Zone Militaire (consulté le )
  13. Décret du 13 juillet 2011 portant promotion.
  14. Décret du 14 avril 2017 portant élévation et nomination aux dignités de grand'croix et de grand officier.
  15. « Bernard Bajolet remporte le prix de l'essai géopolitique 2019 | ILERI », sur www.ileri.fr (consulté le )