Bénédict Augustin Morel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un médecin image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un médecin français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morel.
Bénédict Augustin Morel
Portrait de Bénédict Augustin Morel

Voir et modifier les données sur Wikidata

Biographie
Naissance
à VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
à RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Hôpital de la Salpêtrière
Profession(s) PsychiatreVoir et modifier les données sur Wikidata

Bénédict Augustin Morel ( à Vienne à Rouen), était un psychiatre franco-autrichien. Inspiré par l'œuvre de Prosper Lucas[1], il a été l'un des tout premiers à théoriser les notions de dégénérescence et de démence précoce. Après des études religieuses, il est devenu l'élève de Jean-Pierre Falret à l'Hôpital de la Salpêtrière où il a été le condisciple de Charles Lasègue et de Claude Bernard. Docteur en médecine en 1839, il devient en 1848 médecin en chef de l'asile d'aliénés de Maréville à Laxou, près de Nancy puis, de 1856 jusqu'à sa mort, de l'asile Saint-Yon à Rouen.

Sa classification des maladies mentales repose davantage sur les causes que sur les symptômes.

Il est membre de la Société de médecine de Rouen, de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, puis de la Société médico-psychologique de Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Traité des maladies mentales. 2 volumes ; Paris, 1852-1853 ; 2nd edition, 1860.
  • Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine, Paris, Jean-Baptiste Baillière, 1857 .Texte disponible sur Scientifica
  • Le non-restraint ou de l'abolition des moyens coercitifs dans le traitement de la folie, Paris, Victor Masson et fils 1860, in 8, 128 pages
  • Du goître et du crétinisme, étiologie, prophylaxie etc, Paris, 1864
  • De la formation des types dans les variétés dégénérées, vol. 1 ; Rouen, 1864
  • Traité de la médecine légale des aliénés, 1866

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Brière de Boismont, « Compte rendu du Traité des dégénérescences », dans Union médicale, no 35 et no 53, 1857
  • Alexandre Brière de Boismont, « Morel. Fragments de son œuvre en aliénation mentale, l'hérédité morbide, les dégénérescences », dans Union médicale, no 81, 1874
  • Mahieu, Eduardo Luis. « On Morel and dementia praecox ». Vertex (Buenos Aires, Argentine) 15 (55): 73-5. (ISSN 0327-6139)
  • Conti, Norberto Aldo. « Benedict Augustin Morel and the origin of the term dementia praecox ». Vertex (Buenos Aires, Argentine) 14 (53): 227-31. (ISSN 0327-6139)
  • Lund, M (Dec. 1996). « On Morel's 'épilepsie larvée: the first Danish epileptologist Frederik Hallager's opposition in 1884 against Morel's psychical epileptic equivalents ». Journal of the history of the neurosciences 5 (3): 241-53. (ISSN 0964-704X)
  • Constant Françoise Madeleine Célie née Trocmé, Introduction à la vie et à l'œuvre de Benedict-Augustin Morel, thèse de doctorat en médecine, Paris Cochin Port-Royal, 1970
  • Marc Debrock et Philippe Vermelen, De l'actualité de l'œuvre de Benedict Augustin Morel, thèse de doctorat en médecine, Université de Lille, 1984
  • Guy Pessiot, Histoire de Rouen 1850-1900, éd. du P'tit Normand,‎ , p. 224
    Portrait du Dr Morel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prosper Lucas: Traité philosophique et physiologique de l'hérédité naturelle dans les états de santé et de maladie du système nerveux, 1847 (T.I) - 1850 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]