Arturia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arturia
Description de l'image ArturiaLogo.jpg.
Création 1999
Fondateurs Frédéric Brun, Gilles Pommereuil
Forme juridique Société anonyme
Slogan Your Experience - Your Sound
Siège social Drapeau de France Grenoble (France)
Direction Frédéric Brun
Activité Logiciel et matériel pour production et performance musicale
Produits Synthétiseurs virtuels, Synthétiseurs analogiques, Claviers midi, Contrôleurs, Interfaces audio
Effectif 35
Site web www.arturia.com
Arturia Analog Factory Experience

Arturia est une société d’informatique musicale localisée à Grenoble en France. Elle a été fondée en 1999 par deux ingénieurs de l’INPG : Frédéric Brun et Gilles Pommereuil[1].

Arturia développe notamment des reproductions logicielles d'anciens synthétiseurs analogiques, des claviers Midi, des contrôleurs, des synthétiseurs analogiques et des interfaces audio.

Histoire[modifier | modifier le code]

Arturia a été fondée à Grenoble en 1999 par deux ingénieurs de l'INPG, Frédéric Brun et Gilles Pommereuil. Tous deux faisaient partie de l'Orchestre Symphonique Universitaire, respectivement en tant que violoniste et chef d'orchestre.

Le premier produit qu'ils développèrent, Storm, était un studio virtuel « tout en un » ayant vocation à permettre la création musicale au plus grand nombre et au moindre coût.

À partir de 2003, Arturia commence à travailler à la reproduction de synthétiseurs analogiques réputés[2] au format virtuel. Pour cela, un algorithme propriétaire est développé, Le TAE (pour True Analog Emulation). Celui-ci, utilisé et amélioré depuis, permet la reproduction du comportement des circuits analogiques[3].

Le premier synthétiseur virtuel de la marque est le Modular V, conçu en partenariat avec le concepteur du synthétiseur analogique dont il s'inspirait, Robert Moog. Celui-ci rencontra un succès notable[réf. nécessaire] et ouvrit ainsi la voie à d'autres reproductions virtuelles[4].

En 2009, Arturia présente l'Origin, un synthétiseur reprenant le principe des synthétiseurs modulaires sous forme numérique. Celui-ci incorpore différents modules (oscillateurs, enveloppes, filtres, effets...) qu'il est possible de combiner librement. Certains de ces modules sont issus des reproductions virtuelles qu'Arturia propose.

Au cours des années suivantes, Arturia présente plusieurs séries d'instruments dits hybrides incorporant des contrôleurs hardware ainsi que des logiciels fonctionnant conjointement grâce à une intégration optimisée.

L'année 2012 a été marquée par l'annonce d'un nouveau produit peu de monde s'attendait[5]. Si la marque avait construit sa réputation[réf. nécessaire] autour de sa maîtrise de la dimension numérique, ce fut avec un synthétiseur analogique, le MiniBrute, qu'elle se présente au Winter NAMM 2012. Le petit synthétiseur monophonique a joué un rôle majeur dans le développement de l'entreprise[réf. nécessaire] et est rapidement adopté par de nombreux artistes[6]. Il a notamment participé à relancer l'engouement[réf. nécessaire] autour des synthétiseurs analogiques grâce à sa facilité de prise en main, sa flexibilité et son prix réduit[7].

Produits[modifier | modifier le code]

Arturia a, à ce jour, développé et commercialisé douze logiciels d’informatique musicale[réf. nécessaire], annoncé son premier produit matériel, le synthétiseur « Origin », au NAMM en 2007 et a récemment présenté son premier synthétiseur analogique matériel, le « MiniBrute » et sa première boîte à rythmes, nommée « Spark », au Winter NAMM en 2012.

Leurs émulations logicielles de synthétiseurs sont utilisables de manière autonome (en stand-alone) ou dans un séquenceur tel que Cubase, Pro Tools, Digital Performer, ou Logic, en tant que plug-in (DXi, VSTi, Audio Units et RTAS). Arturia a en particulier développé le CS-80V qui est la reproduction logicielle du synthétiseur Yamaha CS-80 en vogue à la fin des années 1970 et au cours des années 1980, rendu célèbre en particulier par Vangelis.

Arturia propose également depuis 2013 des synthétiseurs hardware, le Microbrute et le Minibrute, totalement analogiques ainsi que le BeatStep, un séquenceur midi/CV pouvant faire office de périphérique d'entrée grâce aux pads dont il dispose.

Au NAMM 2015, Artutia a présenté l'« Audiofuse », première incursion de la marque sur les interfaces audio-numériques.

Notes et références[modifier | modifier le code]