Art écologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art écologique
Période à partir des années 60
Origines États-Unis
Œuvres Wheatfield Ágnes Dénes
7000 oaks Joseph Beuys

L'art écologique est un genre artistique et une pratique artistique visant à préserver, réhabiliter et/ou dynamiser les formes de vie, les ressources et l'écologie de la Terre, en appliquant les principes des écosystèmes aux espèces et à leurs habitats dans la lithosphère, l'atmosphère, la biosphère et l'hydrosphère, y compris les déserts humains, les espaces ruraux, urbains et péri-urbains[1],[2]

L'art écologique se distingue de l'art environnemental, car il implique la restauration de systèmes écologiques fonctionnels, mais aussi des interventions sociales et militantes engageant la communauté[3]. L'art écologique traite également de la politique, de la culture, de l'économie, de l'éthique et de l'esthétique compte tenu de leurs impacts sur les écosystèmes[4]. Les praticiens de l'art écologique sont des artistes, des scientifiques, des philosophes et des militants qui collaborent à des projets de gestion restauratoire, de réhabilitation écologique et d'éducation à l'environnement[5],[6],[7],[8].


Historique[modifier | modifier le code]

Aux origines de l'art écologique se trouvent l'art environnemental, le land art, l'art durable, la peinture de paysage et la photographie de paysage. Alors que les exemples remontent jusqu'à l'époque néolithique, selon le livre Ecovention: current art to transform ecologies, une liste des principales réalisations inclut Grass Mound (1955) de Herbert Bayer à Aspen, dans le Colorado, les propositions de Joseph Beuys en 1962 pour dépolluer la rivière de l'Elbe à Hambourg, le manifeste pour un art dynamique indéterminé « naturel » basé sur le temps de Hans Haacke en 1965, et la performance d'Ágnes Dénes intitulée Haiku Poetry Burial, Rice Planting and Tree Chaining / Exercises in Eco-Logic en 1968 dans l'État de New-York[9],[10],[11],[12].

1969 est une année clé des pratiques artistiques écologiques. Elle inclut l'œuvre Grass grows de Hans Haacke à Ithaca, dans l'État de New-York, les activités menées par Alan Sonfist pour démontrer l'intérêt des forêts indigènes dans les zones urbaines et son action pour la surveillance de la qualité de l'air dans la ville de New York. 1969 voit également Betty Beaumont documenter le nettoyage de ce qui fut à l'époque la pire marée noire des États-Unis : dix jours de blowout au large de la côte de Santa Barbara, en Californie, tandis que Mierle Laderman Ukeles écrit le Manifeste for Maintenance Art. Toujours en 1969, la galerie John Gibson, à New York, monte l'exposition Art écologique qui inclut les travaux de Will Insley, Claes Oldenburg, Christo, Peter Hutchinson, Dennis Oppenheim, Robert Morris, Bob Smithson, Carl Andre, Jan Dibbets, et Richard Long[13].

Dans les années 1969-1970, Helen Mayer Harrison et Newton Harrison du Harrison Studio collaborent à une cartographie des espèces en voie de disparition à travers le monde. En 1971, l'artiste Bonnie Sherk réalise Public Lunch with the Animals à la Maison du Lion du Zoo de San Francisco. De 1972 à 1979, Helen et Newton Harrison réalisent sept projets pour les lagons californiens.

En 1972, l'essai Art and Ecological Consciousnes de Gyorgy Kepes dans son livre Arts of the Environment[14] présente l'art écologique comme distinct de l'art environnemental.

En 1992, dans l'exposition et le livre Fragile Ecologies: Contemporary Artists' Interpretations and Solutions[15], le Docteur Barbara Matilsky, historienne de l'art, différencie l'art écologique de l'art environnemental en ce que le premier a des fondements éthiques[16].

En 1993, un atelier et une exposition axés sur les écosystèmes et l'art sont organisés par Don Krug, Renee Miller et Barbara Westfall au sein de la Société pour la restauration écologique à Irvine, en Californie.

En 1999 est inventé le terme écovention. C'est une conjonction des mots écologie et intervention, en lien avec l'exposition éponyme, organisée par Amy Lipton et Sue Spaid. Cet événement présente des projets artistiques utilisant des stratégies inventives pour transformer physiquement un écosystème.

En 2006, l'artiste Beth Carruthers utilise le terme EcoART dans un rapport de recherches intitulé « Mapping the Terrain of Contemporary EcoArt Practice and Collaboration »[17].

Les artistes internationaux du réseau EcoART ont rédigé collectivement une définition de l'art écologique qu'ils définissent de la manière suivante :

« L'art écologique est une pratique artistique qui embrasse une éthique de la justice sociale à la fois dans son contenu, sa forme et ses matériaux. L'art écologique est créé pour inspirer la compassion et le respect, stimuler le dialogue, et encourager l'épanouissement à long terme de l'environnement social et naturel dans lequel nous vivons. L'art écologique se manifeste communément sous la forme d'un art interventionniste ou restauratoire, impliquant la communauté, militant et engagé socialement[18],[19]. »

En 2008 a lieu une exposition d'art écologique reconnue par ses pairs, intitulée Badlands au musée d'Art contemporain du Massachussets et associant artistes et scientifiques. Elle présente une typologie des artistes selon quatre tendances ː les historiens, comme Robert Adams ; les explorateurs, comme Jane D. Marsching ; les activistes tels Leila Daw ; les esthétiques avec Mary Temple[20].

En France, avec la COP21 qui s'est tenue à Paris en 2015, le festival Art COP21 a montré des démarches variées d'artistes visant à sensibiliser le public ː One heart, one tree de l'artiste belge Nazira Mestahoui, Human Energy de Yann Toma, autour de la Tour Eiffel, Ice Watch de Olafur Eliasson[21]...’[22]. Au-delà de l'événement, « consensus écologique » pour l'historien d'art Paul Ardenne, l'art véritablement écologique, large et méconnu parce que parallèle au marché de l'art, va prendre de l'ampleur compte tenu des questions environnementales. Paul Dardenne propose plutôt l'appellation « art de l'anthropocène »[23].


En 2009, Jean Daviot fait pousser des mots géants en herbe qu'il nomme VHERBE, ces mots croissent au fil des jours et se métamorphosent au gré du temps ils témoignent de la fragilité des milieux naturels. Le critique Victor Mazière nomme ces actions des Géogrammatiques situées [24].

Aspects théoriques[modifier | modifier le code]

Théories[modifier | modifier le code]

Le livre paru en 2012 et intitulé Toward Global (Environ)Mental Change - Transformative Art and Cultures of Sustainability[25] soutient que la crise mondiale de l'insoutenabilité est une perturbation du matériel de la civilisation ainsi qu'une crise du logiciel de l'esprit humain[26].

Le livre de 2004 intitulé Ecological aesthetics: art in environmental design: theory and practice présente une analyse des tendances et approches de l'architecture du paysage. Il décrit la science et les théories qui façonnent la recherche et la transformation du paysage depuis plus de trente ans[27].

Green Arts Web[28], compilé par Mo Dawley, bibliothécaire senior de l'université Carnegie-Mellon, est un recueil de lectures sur l'art environnemental et l'art écologique du XXe siècle à aujourd'hui. Ce recueil comprend, parmi d'autres sous-catégories[29] : les pratiques de l'écologie profonde[30],[31],[32]l'écoféminisme[33],[34],[35], l'écopsychologie[36], l'éthique du paysage, le biorégionalisme[37], le sens du lieu[38],[39],[40] et la pensée systémique[41],[42].

Principes[modifier | modifier le code]

Les artistes considérés comme travaillant dans le domaine de l'art écologique adhèrent aux principes suivants[43] :

  • Se focaliser sur les interrelations présentes dans notre environnement, selon les aspects physiques, biologiques, culturels, politiques et historiques des écosystèmes[44],[45].
  • Créer des œuvres qui utilisent des matériaux naturels ou collaborent avec les forces de la nature telles que le vent, l'eau ou la lumière du soleil[46].
  • Dépolluer, restaurer, réhabiliter les écosystèmes dégradés[47].
  • Informer le public sur le fonctionnement des écosystèmes et les problèmes environnementaux[48],[49].
  • Proposer des solutions nouvelles pour la coexistence de l'être humain et de la nature, la durabilité de nos sociétés et la résilience des écosystèmes[50].

Approches[modifier | modifier le code]

L'art écologique comprend des approches nombreuses et variées, parmi lesquelles se trouvent :

  • La représentation artistique, qui révèle, dévoile, met en valeur, via la création d'images et d'objets afin de stimuler le dialogue[51].
  • Les projets de restauration, qui dépolluent ou restaurent les écosystèmes dégradés. Dans cette approche, les artistes travaillent souvent avec des scientifiques spécialistes de l'environnement, des architectes paysagistes et des urbanistes[52],[53].
  • Les projets militants, qui mobilisent, informent, stimulent et activent les changements de comportements et / ou les politiques publiques[54],[55],[56].
  • Les sculptures sociales, qui sont des œuvres engagées socialement, s'inscrivant dans la durée, incitant une communauté à surveiller ses paysages et à pratiquer le développement durable[57].
  • Les approches éco-poétiques, qui ré-envisagent le monde naturel, invitant à la coexistence avec les autres espèces[58].
  • Les œuvres de rencontre directe, qui utilisent les phénomènes naturels tels que l'eau, la météo, le soleil, les plantes, etc[59].
  • Les travaux pédagogiques ou didactiques, qui informent sur les injustices environnementales, les problématiques écologiques et les risques sanitaires de la pollution[60].
  • L'esthétique vivante et relationnelle, qui implique un mode de vie durable basé sur la permaculture et autonome en eau et en énergie[61].

Orientations[modifier | modifier le code]

L'art écologique contemporain s'exprime au travers de groupes interdisciplinaires et érudits en termes de questions centrées sur la vie, de participation communautaire, de dialogue public et de durabilité écologique. En 1996, l'éducateur et militant Don Krug a identifié les concepts fréquemment abordés par les artistes écologiques et qui peuvent être utilisés pour interpréter les perspectives et pratiques écologiques[62]. Les quatre orientations suivantes ont été identifiées : design environnemental, design écologique, restauration sociale et restauration écologique.

  • Design environnemental – Certains artistes travaillent avec la nature en tant que ressource pour obtenir une esthétique particulière. Dans les années 1980 et 1990, des artistes, architectes, concepteurs et ingénieurs civils ont exploré différentes manières de lier l'art, l'esthétique, l'écologie et la culture[63].
  • Design écologique – Les artistes qui travaillent dans le domaine du design écologique créent de l'art qui dépend directement des expériences et des interactions avec l'endroit particulier où l'art est créé. Le design écologique considère l'œuvre d'art dans un contexte plus large selon lequel les gens, les plantes, les animaux, le site artistique et la Terre sont interconnectés les uns avec les autres[64].
  • Restauration sociale – C'est une éthique écologique qui voit les humains comme vivant en relation avec des communautés de vie plus larges afin de catalyser la création d'œuvres d'art socialement responsables. Les artistes socio-écologiques examinent de façon critique les expériences de la vie quotidienne. Ils scrutent les relations de pouvoir qui entraînent des tensions communautaires lorsque surgissent des problèmes écologiques[65].
  • Restauration écologique – Certains artistes tentent d'alerter les témoins de problèmes environnementaux au travers de l'exploration scientifique et de la documentation pédagogique. Ils cherchent à restaurer les milieux fragiles et à éduquer le public au caractère systémique des biorégions par le biais de la communication, du rituel et de la performance artistique. Certains artistes écologiques engagent directement le public dans des activités ou des actions en confrontant les pratiques néfastes pour l'environnement aux préoccupations écologiques, sociales, éthiques et morales[64].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Linda Weintraub, To Life! : Eco Art in Pursuit of a Sustainable Planet, Californie, Berkeley, University of California Press, , 340 p. (ISBN 978-0-520-27362-7, notice BnF no FRBNF42731173)
  2. (en) Heike Strelow et Wolfgang Becker (trad. de l'allemand), Natural Reality : Artistic Positions Between Nature and Culture [« Kunstlerische Positionen Swischen Natur und Kultur »], Stuttgart, Ludwig Forum fur Internationale Kunst, , 235 p. (ISBN 978-3-87135-040-5)
  3. (en) Sam Bower, « A Profusion of Terms », sur greenmuseum.org, GreenMuseum (consulté le 6 décembre 2016)
  4. (en) Beth Carruthers, « Mapping the Terrain of Contemporary EcoArt Practice and Collaboration », sur greenmuseum.org (consulté le 6 décembre 2016)
  5. (en) Sacha Kagan, « The practice of ecological art », sur PLASTIK: art & science, (consulté le 6 décembre 2016)
  6. (en) Twylene Moyer et Glenn Harper, University of Washington press, The New Earthwork : Art Action Agency, Hamilton, , 316 p. (ISBN 978-0-295-99164-1)
  7. (en) Linda Weintraub, Eco-Centric Topics : Pioneering Themes for Eco-Art, New York, Artnow Publications, coll. « Avant Guardians : Textlets in Art and Ecology », , 141 p. (ISBN 978-0-9777421-4-1, lire en ligne)
  8. (en) Sue Spaid, Ecovention : current art to transform ecologies, Cincinnati, Contemporary Arts Center, , 153 p. (ISBN 978-0-917562-74-7, lire en ligne)
  9. Nemitz, Barbara, ed. (2000). trans/plant: Living vegetation in contemporary art. Hatje Cantz Publishers. p. 63  (ISBN 9783893229710).
  10. Land Use Database. "Earth Mound"clui.org. Center for Land Use Interpretation. Consulté le 06 décembre 2016.
  11. Spaid, Sue. "Ecoventions: qua an Arendtian Account of Freedom, Action and Miracles"Land Views. Online Jornal of Landscape, Art and Design. Consulté le 06 décembre 2016.
  12. Homer, Nicola (October 3, 2014). "Agnes Denes Interview. A Visionary Artist. Work 1967-2013"Studio International: Visual Arts, Design and Architecture.
  13. Archives of American Art, Research Collections. « Installation view of theEcologic art exhibition at John Gibson Gallery, 1969 » sur aaa.si.edu. Archives of American Art. Consulté le 06 décembre 2016.
  14. Kepes, Gyorgy (1972). Arts of the Environment. New York: George Braziller (ISBN 9780807606209).
  15. Matilsky, Barbara (1992). Fragile Ecologies: Contemporary Artists' Interpretations and Solutions. NY: Rizzoli International Publications. (ISBN 9780847815920).
  16. Howard, Peter, ed.; Thompson, Ian, ed.; Waterton, Emma, ed. (2013). The Routledge Companion to Landscape Studies. Routledge International. p. 200 (ISBN 9780415684606).
  17. Carruthers, Beth (April 27, 2006). "Mapping the terrain of contemporary ecoart practice and collaboration" (PDF). Art in Ecology - a think tank on arts and sustainability, commissioned by the Canada Council for the Arts; the Canadian Commission for UNESCO, the Vancouver Foundation, and the Royal Society for the Encouragement of the Arts. London UK and Vancouver, British Columbia. Consulté le 6 décembre 2016.
  18. Naidus, Beverly (2009). Arts for Change: Teaching Outside the Frame. New Village Press (ISBN 978-0981559308).
  19. "EcoArt Network". ecoartnetwork. Consulté le 6 décembre 2016.
  20. Joanne Clavel, « L'art écologique : une forme de médiation des sciences de la conservation ? », Natures Sciences Société,‎ (lire en ligne)
  21. « Boom de l'art écologique : quand les artistes se mettent au vert », sur Télérama.fr, (consulté le 24 décembre 2019)
  22. « Climat • Art et écologie depuis les années 1960 », sur balises.bpi.fr, (consulté le 24 décembre 2019)
  23. « Paul Ardenne : "L'art de l'anthropocène est un art de combat" », sur www.linfodurable.fr, (consulté le 24 décembre 2019)
  24. « vherbe – JEAN DAVIOT » (consulté le 13 février 2020)
  25. Voir sur boell.de.
  26. Kagan, Sacha (2012). Toward Global (Environ)Mental Change - Transformative Art and Cultures of Sustainability. Berlin : Fondation Heinrich-Böll (ISBN 9783869280769). Consulté le 06 décembre 2016.
  27. Prigann, Herman; Strelow, Heike; David, Vera (2004). Ecologcial aesthetics: art in environmental design: theory and practice. Switzerland: Basel [etc.]: birkhauser  (ISBN 3764324244).
  28. Voir sur greenarts.org.
  29. "Green Arts Web: Reference (Multidisciplinary)" sur greenarts.org. Consulté le 06 décembre 2016.
  30. "Deep Nature (16 article special section)". Studio Potter. 19: 18–75. December 1990.
  31. Macy, Joanna ; Fleming, Pat (1995). The Council of All Beings in Alan Drengson & Yuichi Inoue, The Deep Ecology Movement: An Introductory Anthology. Berkeley, California: North Atlantic Books.
  32. Naess, Arne (June 1992). "Deep Ecology and the Potters in (sic) Our Planet".Studio Potter. 20: 39–9.
  33. Diamond, ed., Irene; Orenstein, ed., Gloria Ferman (1990). Reweaving the World: The Emergence of Ecofeminism. San Francisco: Sierra Club Books.
  34. Warren, Karen J. (1987). "Feminism and Ecology: Making Connections".Environmental Ethics. 9 (1): 3–20. doi:10.5840/enviroethics19879113.
  35. Zimmerman, Michael E. (1987). "Feminism, Deep Ecology, and Environmental Ethics". Environmental Ethics. 9 (1): 21–44. doi:10.5840/enviroethics19879112.
  36. Shepard, Paul (1998). Nature and Madness. Athens: The University of Georgia Press.
  37. Leopold, Aldo (1987). A Sand County Almanac, and Sketches Here and There. New York: Oxford University Press.
  38. Lippard, Lucy (1997). Lure of the Local: Senses of Place in a Multicentered Society. New York: New Press  (ISBN 9781565842489).
  39. Kwon, Miwon (2004). One Place after Another: Site-Specific Art and Locational Identity. Cambridge: The MIT Press  (ISBN 9780262612029).
  40. Baum, Kelly; et al. (2010). Nobody's Property: Art, Land, Space, 2000-2010. Princeton, New Jersey: Princeton University Art Museum, Distributed by Yale University Press.
  41. Capra, Fritjof (1996). The Web of Life: A New Scientific Understanding of Living Systems. New York: Doubleday.
  42. Burnham, Jack (1974). Great Western Salt Works: Essays on the Meaning of Post-Formalist Art. New York: George Braziller  (ISBN 9780807607404).
  43. "EcoArt Network: About Our Work"ecoartnetwork. Consulté le 06 décembre 2016.
  44. Fournier, Anik; Lim, Michelle; Parmer, Amanda; Wuilfe, Robert (2010).Undercurrents: Experimental Ecosystems in Recent Art. New York; New Haven: Whitney Museum of American Art and Yale University Press.
  45. Lippard, Lucy (2007). Weather Report: Art and Climate Change. Boulder, Colorado: Boulder Museum of Contemporary Arts in collaboration with EcoArts.
  46. Gaynor, Andrea; McLean, Ian (1998). "The Limits of Art History: Towards an Ecological History of Landscape Art"Landscape Review. 11 (1): 4–14. Consulté le 06 décembre 2016.
  47. Walker Art Center Museum. "Collections: Revival Field"walkerart.org. Walker Art Center, Minnesota. Consulté le 06 décembre 2016.
  48. Dederer, Claire (September 23, 2007). "Looking for Inspiration in the Melting Ice". New York Times. Consulté le 06 décembre 2016.
  49. Hanor, Stephanie; Sanromán, Lucía; Barnes, Lucinda (2008). Human/Nature: Artists Respond to a Changing Planet. San Diego, and Berkeley, CA: Museum of Contemporary Art; University of California, Berkeley Art Museum and Pacific Film Archive, Museum of Contemporary Art San Diego.
  50. Blandy, Doug; Gongdon, Kristin G.; Krug, Don H. (1998). "Art, Ecological Restoration, and Art Education". Studies in Art Education. 39 (3): 230–243. doi:10.2307/1320366JSTOR 1320366.
  51. Doan, Abigail. "HighWaterLine: Visualizing Climate Change with Artist Eve Moser". The Wild Magazine.
  52. Lampert, Nicholas (2013). A People's Art History of the United States: 250 Years of Activist Art and Artists Working in Social Justice Movements. New York: New Press. pp. 274–278.  (ISBN 978-1-59558-324-6). Consulté le 06 décembre 2016.
  53. Rahmani, Aviva; Schroeder, Paul C.; Boudreau, Paul R.; Brehme, Chris E.W.; Boyce, Andrew M; Evans, Alison J. (2001). "The Gulf of Maine Environmental Information Exchange:participation, observation, conversation". Environment and Planning B: Planning and Design. 28: 285–887. doi:10.1068/b2749t.
  54. Stringfellow, Kim. "Safe As Mother's Milk: The Hanford Project (2003)". ACM DL. ACM Digital Library. Siggraph '03 Proceedings.
  55. Moyer, ed., Twylene; Harper, ed., Glenn (2011). The New Earthwork: Art Action Agency. Seattle, WA: ISC Press.  (ISBN 9780295991641).
  56. Bonacossa, Ilaria (2008). Greenwashing: Environment, Perils, Promises and Perplexities. Tornino: The Bookmakers, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo per l'Arte.
  57. Gevers, Ine (2013). Yes Naturally: How Art Saves the World. The Hague, Amsterdam, Rotterdam: Niet Normaal Foundation in collaboration with the Gerneentemusuem Den Haag.
  58. Irland, Basia (2005). Water Library (PDF). Albuquerque, NM: University of New Mexico Press.  (ISBN 9780826336750).
  59. Chemical Heritage Foundation. "Particle Falls, Public Art by Andrea Polli (2013)". Chemical Heritage Foundation. Consulté le 06 décembre 2016.
  60. Rogers, ed., Kendal (2011). Edge of Life: Forest Pathology. Art. Nacogdoches, Texas: Stephen F. Austin State University Press.  (ISBN 978-1936205318).
  61. Spaid, Sue (2012). Green Acres: Artists Farming Fields, Greenhouses and Abandoned Lots. Cincinnati, OH: Contemporary Arts Center, Richard & Lois Rosenthal Center for Contemporary Art.  (ISBN 978-0917562822).
  62. University of British Columbia, Department of Curriculum & Pedagogy. "Don Krug, Research Interests"UBC Faculty of Education. EDCP. Consulté le 06 décembre 2016.
  63. Neperud, Ronald W.; Hochman, Maria. "Environmental Design"Art & Ecology: Perspectives and Issues. Greenmuseum.org. Consulté le 06 décembre 2016.
  64. a et b Krug, Don. "Ecological Restoration"Art & Ecology: Perspectives and Issues. Greenmuseum. Consulté le 06 décembre 2016.
  65. Garber, Elizabeth. "Social Restoration"Art & Ecology: Perspectives and Issues. Greenmuseum.org. Consulté le 06 décembre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Adams, Clive. Environmental Art: A Brief Introduction Centre for Contemporary Art and the Natural World, 2002
  • Andrews, Max. Land Art: A Cultural Ecology Handbook, RSA Arts & Ecology, 2006
  • Beardsley, John. Earthworks and Beyond: Contemporary Art in the Landscape, Abbeville Press, 1989 et 2008
  • Berleant, Arnold, ed., Environment and the Arts. Ashgate, 2002
  • Braddock, Alan C. A Keener. Perception: Ecocritical Studies in American Art History, University of Alabama Press, 2009
  • Boetzkes, Amanda. The Ethics of Earth Art. Minneapolis; London: University of Minnesota Press, 2010
  • Brown, Andrew. Art & Ecology Now, Thames & Hudson, 2014
  • Demos, T.J. and Francesco Manacorda. Radical Nature: Art and Architecture for a Changing Planet, Walter Koenig, 2010
  • Giannachi, Gabriella and Nigel Stewart, eds. Performing Nature: Explorations in Ecology and the Arts, Peter Lang, 2005
  • Grande, John K. Art. Nature Dialogues: Interviews with Environmental Artists. State University of New York Press, 2004
  • Kagan, Sasha and Volker Kirchberg. Sustainability: A New Frontier For The Arts And Cultures, Verlag Fur Akademisch, 2008
  • Kastner, Jeffrey, ed. Nature (Whitechapel: Documents of Contemporary Art) 2012
  • Kwon, Miwon. One Place After Another: Site-Specific Art and Locational Identity. MIT Press, 2002
  • Lippard, Lucy. Undermining a Wild Ride Through Land Use, Politics, and Art in the Changing West. The New Press, 2014
  • Marsching, Jane and Andrea Polli, eds. Far Field: Digital Culture, Climate Change and the Poles, Intellect, 2012
  • Miles, Malcolm. Eco-Aesthetics: Art, Literature and Architecture in a Period of Climate Change (Radical Aesthetics, Radical Art), 2014
  • Moyer, Twylene and Glenn Harper, eds. The New Earthwork: Art Action Agency. Vol. 4 from the series, Perspectives on Contemporary Sculpture. ISC Press, 2011
  • Nemitz, Barbara. trans/plant, Living Contemporary Art, Hatje Cantz, 2000
  • Smith, Stephanie and Victor Margolin, eds. Beyond Green, Smart Museum of Art, 2007
  • Solnit, Rebecca. As Eve Said to the Serpent: On Landscape, Gender and Art. University of Georgia Press, 2003
  • Sonfist, Alan. Nature, the End of Art: Environmental Landscapes, Gli Ori, 2004
  • Spaid, Sue and Amy Lipton. Ecovention: Current Art To Transform Ecologies, 2002
  • Strelow, Heike. Aesthetics of Ecology: Art in Environmental Design: Theory and Practice, Birkauser, 2004
  • Strelow, Heike. Ecological Aesthetics: Art in Environmental Design: Theory and Practice. Initiated by Herman Prigann. Birkhäuser, 2004
  • Szerszyski B, W. Heim W & C. Waterton. Nature Performed: Environment, Culture and Performance. Blackwell, 2003
  • Weintraub, Linda. Cycle-Logical Art: Recycling Matters for Eco-Art 2007, Artnow Publications, Avant-Guardians: Textlets in Art and Ecology
  • Weintraub, Linda. EnvironMentalities: Twenty-Two Approaches to Eco-Art, 2007, Artnow Publications, Avant-Guardians: Textlets in Art and Ecology
  • Weintraub, Linda. Eco-Centric Topics: Pioneering Themes for Eco-Art 2006, Artnow Publications, Avant-Guardians: Textlets in Art and Ecology
  • Weintraub, Linda. To Life: Eco Art in Pursuit of a Sustainable Planet. University of California Press, 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]