Ank Bijleveld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ank Bijleveld
Illustration.
Ank Bijleveld en .
Fonctions
Ministre néerlandaise de la Défense
En fonction depuis le
(1 an, 11 mois et 26 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte III
Prédécesseur Klaas Dijkhoff
Commissaire du Roi en Overijssel

(6 ans, 9 mois et 25 jours)
Monarque Beatrix
Willem-Alexander
Prédécesseur Geert Jansen
Successeur Andries Heidema
Secrétaire d'État aux Affaires intérieures
et aux Relations au sein du Royaume

(3 ans, 7 mois et 22 jours)
Premier ministre Jan Peter Balkenende
Prédécesseur Rob Hessing
Successeur Fonction supprimée
Bourgmestre de Hof van Twente

(6 ans, 1 mois et 21 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Wim Burgering
Biographie
Nom de naissance Anna Theodora Bernardina
Bijleveld-Schouten
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance IJsselmuiden (Pays-Bas)
Nationalité Néerlandaise
Parti politique CDA
Diplômée de Université de Twente
Profession Fonctionnaire
Religion Catholique
Résidence Goor (Overijssel)

Anna Theodora Bernardina Bijleveld-Schouten, dite Ank Bijleveld, née le à IJsselmuiden, est une femme politique néerlandaise. Membre de l'Appel chrétien-démocrate (CDA), elle est commissaire du Roi en Overijssel de 2011 à 2017 et ministre de la Défense depuis 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Elle débute sa vie professionnelle en comme fonctionnaire au sein de l'agence de planification de la ville d'Hengelo, dans la province d'Overijssel. En parallèle, elle est élue au conseil municipal d'Enschede, une commune voisine. En , elle est promue chef de projet pour l'informatique au sein de l'administration d'Hengelo.

Ascension[modifier | modifier le code]

Elle est élue représentante à la Seconde Chambre des États généraux lors des élections législatives anticipées du , à l'âge de 27 ans. Elle prend ses fonctions deux mois plus tard, et renonce alors à son mandat local et son poste dans le secteur public. Elle est réélue en , quand le CDA passe dans l'opposition après 13 ans au pouvoir, puis en .

Hautes responsabilités[modifier | modifier le code]

Elle est nommée le bourgmestre de la commune nouvellement fondée d'Hof van Twente par la reine Beatrix. Elle démissionne donc de son mandat parlementaire et exerce ses responsabilités municipales pendant plus de six ans. Effectivement le , elle devient secrétaire d'État du ministère des Affaires intérieures, sous l'autorité de la ministre travailliste Guusje ter Horst. Elle est responsable des liens avec les collectivités territoriales, de la gestion des catastrophes, de la réglementation administrative et de la fonction publique.

Après la rupture de la coalition au pouvoir, elle passe le sous la direction d'Ernst Hirsch Ballin, ministre de la Justice et ministre des Affaires intérieures par intérim. À l'occasion des élections législatives anticipées du suivant, elle est réélue à la Seconde Chambre. Ses fonctions exécutives prennent fin avec le mandat du gouvernement, le .

Elle retrouve de nouvelles responsabilités dès le . À cette date, Beatrix la désigne commissaire de la Reine dans la province d'Overijssel. À partir du couronnement de Willem-Alexander le , elle prend le titre de « commissaire du Roi ».

Le , Ank Bijleveld est nommée à 55 ans ministre de la Défense dans le troisième cabinet de coalition du Premier ministre libéral Mark Rutte.

Ministre de la défense[modifier | modifier le code]

En avril 2018, quatre agents russe sont expulsés du territoire néerlandais après avoir, selon le gouvernement néerlandais, tenté de pirater le réseau Wi-Fi de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Cette information révélée en octobre par le gouvernement néerlandais montre, selon Ank Bijleveld, que les Pays-Bas et la Russie se trouvent en « guerre informatique »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Point magazine, « Les Pays-Bas sont en "guerre informatique" avec la Russie, dit la ministre de la Défense », sur Le Point, (consulté le 10 janvier 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]