André Possot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Possot
André Possot by KaLo.jpg
André Possot - Juillet 2021.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
Etterbeek, Bruxelles (Belgique)
Surnom
Milan Derey
Nationalité
Formation
Activité
Auteur-traducteur, enseignant
Autres informations
A travaillé pour

André Possot, né le 22 janvier 1955 à Etterbeek (Bruxelles), est un romaniste, professeur de littérature, écrivain et traducteur belge, passionné d’art, d’histoire et de littérature.

Maître-ès-Lettres modernes de l’université de Paris VIII et agrégé de l’enseignement secondaire supérieur de l’université libre de Bruxelles, André Possot est connu du public bruxellois pour sa carrière de professeur de littérature française réalisée au sein de l’Instruction publique de la Ville de Bruxelles, principalement au lycée Henriette Dachsbeck, et celle de chef d'établissement à l’athénée Robert Catteau à travers laquelle il défend un enseignement officiel de qualité, exigent, défendant les valeurs de travail, de curiosité et de dépassement de soi. Il est également auteur d’un livre sur le sculpteur Pierre-Jean-Braecke, ami fidèle de l’architecte Victor Horta, et traducteur du livre de Yehudit Kafri (en), Zosha, de la Vallée de Jezreel à l’Orchestre rouge, qui retrace la vie de Zofia Poznańska (1906-1942), une résistante juive communiste, membre de l'Orchestre rouge[1],[2]. Il possède également un diplôme de sommelier délivré par l’Associazione italiana sommelier (it). Spécialiste des vins italiens, il collabore régulièrement avec l’école d’œnologie bruxelloise Inter Wine & Dine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

André Possot est le fils de Edith Louchet (1913-1992) et de Marcel Possot (1910-1980), avocat à la Cour d’appel de Bruxelles et neveu du sculpteur Pierre-Jean Braecke (1858-1938).

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Bercé par une grand-mère et une grand-tante (Elodea Romeo, 1875-1972, épouse Pierre-Jean Braecke) italiennes, André Possot apprend simultanément le français et l’italien. Il en garde un amour profond pour les langues latines et leur musicalité. Fils d’avocat, il imite son père en sautant sur les tables pour entonner des discours flamboyants qu’il traduira plus tard en grec ancien. Cet amour des mots et des langues l’aide dans son apprentissage du grec ancien et du latin qu’il réalise à l’Athénée Fernand Blum[3], une école secondaire de Schaerbeek, où il fera la rencontre d’un jeune écrivain Jacques Cels.

André Possot côtoie de près l’œuvre du sculpteur Pierre-Jean Braecke (1858-1938) dont sa famille est héritière[4], ce qui contribue à développer sa sensibilité artistique qu’il exprime de plus en plus par les mots.

A la fin de ses études secondaires en 1974, il entame naturellement des études de philologie romane à l’université libre de Bruxelles où il fait ses deux années de candidature.

Il poursuit ses études de Philologie à Paris-VIII Vincennes qui autorise une grande mobilité entre les sections d’une même faculté. Il s’intéresse davantage à la philosophie et à la psychanalyse. Il suit les cours de Gilles Deleuze et de Jacques-Alain Miller, à la suite des séminaires de Jacques Lacan, autant de personnalités qui lui ouvrent de nouveaux horizons réflexifs.

En 1978, il termine son mémoire de licence portant en partie sur l’œuvre d’Emile Zola[5] et obtient son diplôme de Maître-ès-Lettres modernes de l’université de Paris VIII.

Il poursuit ses recherches et entame en 1979 un diplôme d’études approfondies à Paris-IV Sorbonne Nouvelle sous la direction d’Henri Mitterrand. Contraint de revenir en Belgique à la suite du décès de son père, il abandonne sa thèse et s’installe à Bruxelles.

Engagé comme rédacteur dans l’administration de la Ville de Bruxelles, il effectue l’équivalence de son diplôme parisien et son agrégation de l’enseignement secondaire supérieur qu’il obtient en 1981 à l’université libre de Bruxelles. Ce certificat pédagogique marque le début de sa carrière d’enseignant.

Carrière[modifier | modifier le code]

André Possot entame sa carrière de professeur de langue française à la Ville de Bruxelles en 1981. Il exercera principalement au lycée Henriette Dachsbeck.

Européen convaincu, il participe au programme d’échange Socrates réservé aux enseignants (aujourd'hui inclus dans le programme Erasmus) , et rencontre son homologue Georges Papadakis (el), professeur de français et de philosophie, également écrivain. Il enseigne le français durant un mois dans un lycée d’Athènes.

Le décret "Onkelinx"[6] réduisant ses perspectives d’évolution dans l’enseignement secondaire supérieur (suppression de 3000 emplois dans l'enseignement secondaire francophone), André Possot entame une formation pour devenir chef d’école. Il est désigné tour à tour Sous-directeur et Directeur de l’Institut Diderot (de 1997 à 2002) et ensuite Préfet des études à l’athénée Robert Catteau (de 2003 à 2015).

Retraité de l’enseignement depuis janvier 2016[7], il consacre son temps à la recherche et à l’écriture, dans les domaines artistiques, historiques, littéraires et philosophiques, ainsi qu'à la traduction française de publications étrangères (anglais, italien).

Engagement[modifier | modifier le code]

André Possot est à la fois reconnu et critiqué pour son engagement dans la défense d’un enseignement de qualité, basé sur la connaissance des langues (anciennes et modernes) et des sciences plus que les compétences[8],[9].

C’est encore à travers les mots, prononcés en tribune, qu’il invite les jeunes dont il a la charge à réfléchir et à se dépasser. Il s’opposera tout au long de sa carrière de chef d’école aux différents décrets inscriptions qui sous prétexte d’égalité des chances et de mixité sociale ont bousculé l’équilibre de certains établissements scolaires[10],[11],[12]. Sa position de directeur d’école lui permet d’encourager de nombreux projets d’élèves en fédérant les professeurs autour des valeurs qui lui sont chères, à savoir curiosité, dépassement de soi, démocratie, neutralité, tolérance et respect. Parmi eux, le projet Trait-d’Union[13] qui soutient le développement d’une école au Burkina Faso et l’atelier d’écriture qui verra la publication de quelques ouvrages, dont Histoire dérobée[14], édité en 2010 par les éditions E.M.E. (Fernelmont), un récit romancé sur toile de fond historique qui s’attache à reconstituer une page de la résistance bruxelloise face au nazisme durant la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd’hui retraité de l’enseignement, il poursuit son engagement dans la valorisation d’un enseignement de qualité à travers l’association Learn to be qui vise à mettre les dernières connaissances scientifiques (neurosciences) au service du monde de l’éducation.

Attaché aux valeurs fondamentales des droits humains, et sensible à la question du temps et de la mémoire, André Possot s'intéresse au destin de Zofia Poznańska, une résistante juive communiste, arrêtée en décembre 1941 dans la maison qu'il occupe. Ses recherches le conduisent au livre de Yehudit Kafri (en), Zosha, de la Vallée de Jezreel à l’Orchestre rouge dont il réalise la traduction française, publiée en 2021.

Publications[modifier | modifier le code]

André Possot commence son activité littéraire sous le pseudonyme de Milan Derey. Il réalise également diverses préfaces pour des artistes contemporains présentés à la Galerie 2016, à Bruxelles, entre 1982 et 1988.

Sous le pseudonyme Milan Derey[modifier | modifier le code]

Textes[modifier | modifier le code]

  • «L’Erre du Temps – chanson» (Extrait) (Revue Dirty 4/5, La Beauté/Le Suicide, Paris, 1980)
  • L'Erre du Temps, texte et apparition dans le court-métrage réalisé par Frédéric Maire, directeur actuel de la Cinémathèque Suisse, 1981.
  • «La Vérité effacée» (Extrait) (Revue Dirty 8/9, L’Image au Corps, Paris, 1983)
  • «De Retour parmi Nous» (Revue Mots de Passe n°3, Reflets de Flandres, Bruxelles, 1984)

Ouvrages non publiés[modifier | modifier le code]

  • L’Erre du Temps – chanson, 1979
  • La Vérité effacée, 1980

Sous le nom d’André Possot[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

Textes et contributions diverses[modifier | modifier le code]

Texte non publié[modifier | modifier le code]


Traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Perrault, L'Orchestre rouge, Paris, Fayard, 1989 (1re éd. 1967), 556 p. (ISBN 978-2-213-02388-5, lire en ligne)
  2. Guillaume Bourgeois, La véritable histoire de l'Orchestre rouge, Paris, Éditions Nouveau Monde, coll. « Chronos », 2017 (1ère éd. 2015), 581 p. (ISBN 978-2-36942-549-6, lire en ligne)
  3. « Les diplômés de l'athénée Fernand Blum », sur Athénée Fernand Blum, dernière mise à jour de cette page le 30/06/2021 (consulté le )
  4. (nl) Catheline Metdepenninghen, Marcel M. Celis (e.a.), Pieter Braecke, beeldhouwer 1858-1938. Als de ziele luistert., Agentschap erfgoed van de Vlaamse Overheid, , 360 p. (ISBN 9789040302947, lire en ligne)
  5. André Possot, « Thèmes et fantasmes de la machine chez les romanciers naturalistes (mémoire, 1978), réf. in Catalogue informatique de la bibliothèque de Paris 8-Vincennes-Saint-Denis », sur Octo+ Paris8-Vincennes-Saint-Denis (consulté le )
  6. Nico Hirt, « « Une grève historique dans l’enseignement belge » », Le Monde Diplomatique,‎ , https://www.monde-diplomatique.fr/1996/06/HIRTT/5546 (dernière consultation 29 juillet 2021). (lire en ligne)
  7. Publication de l'appel à candidature "Emploi définitivement vacant de Préfet/Préfète à pourvoir à l’Athénée Robert Catteau", fait le 01/10/2015, par l'administration de l'Instruction publique de la Ville de Bruxelles, qui mentionne l'admission à la retraite d’André Possot le 01/01/2016, http://www.brunette.brucity.be/admin/osdo/f1516mf-nv06-07-08_03-04-02.pdf, dernière consultation le 29 juillet 2021.
  8. André Possot est l'invité du journaliste Fabrice Grosfilley dans Toujours + d'actu, une émission de la chaine de télévision BX1, pour « Le face à face », un débat d'actualité entre plusieurs personnalités. Ce jeudi 05/12/2019, André Possot, ancien préfet et Ariane Baye, professeure de sciences de l’éducation sont les invités du Face à face de BX1+ pour parler des résultats de l’enquête Pisa, https://bx1.be/radio-chronique/le-face-a-face-lenquete-pisa/, dernière consultation le 29 juillet 2021.
  9. En juin 2015, André Possot participe à l'émission de la RTBF (télévision belge) Controverse: fuites en pagaille à l’école! Débat présenté par Dominique Demoulin, axé sur les fuites des questions d'évaluations externes lors de la session d’examens. Intervenants : Joelle Milquet, ministre de l’enseignement en Communauté française ; Rudy Demotte, ministre président de la Région Wallonne ; Françoise Bertieaux, chef de groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ; André Possot, préfet de l’athénée Robert Catteau ; Mathias Tyssens, professeur d’histoire ; Nico Hirtt, Chargé d'étude à l'Appel pour une école démocratique ; Thomas de Suray, élève de rhéto (année terminale) à l’athénée Royal de Waterloo; https://www.rtl.be/info/magazine/controverse/controverse-fuites-en-pagaille-a-l-ecole-732671.aspx; dernière consultation le 29 juillet 2021.
  10. Mathieu Ladevèze, « Inscriptions: le Bingo bruxellois », La Dernière Heure (DH en ligne),‎ (lire en ligne)
  11. Soraya Ghali, « Des directeurs dénoncent l'effet pervers du décret Inscrptions », Le Vif,‎ (lire en ligne)
  12. Emission "Versus" sur la chaîne de télévision bruxelloise BX1, 11/09/2019 « Le décret inscription, c’est fini ! », le présentateur Michel Geyer recevait Chantal Massaer, directrice d’Infor Jeunes Laeken, ainsi qu’André Possot, préfet honoraire de l’Athénée Robert Catteau. Ils étaient accompagnés des secrétaires de la Segec et de l’Ufapec, Eric Daubier et Bernard Hubien. https://bx1.be/news/versus-le-decret-inscription-cest-fini/, dernière consultation le 29 juillet 2021.
  13. Trait d’Union est une association sans but lucratif fondée à l’Athénée Robert Catteau en 2004, https://traitdunionburkina.wixsite.com/faso, dernière consultation le 29 juillet 2021.
  14. H. ADES, Histoire dérobée, Bruxelles-Fernelmont (L'Harmattan), E.M.E., , 63 p. (ISBN 978-2-8752-5060-5, lire en ligne), p. 1986. La grand-mère de Victor, un jeune garçon de dix-sept ans, meurt dans d'étranges circonstances. 1943. Jeanne Martin a rendez-vous avec un passeur. Rien ne se déroule comme prévu. Ne laissons personne nous dérober notre histoire…
  15. André Possot, Pierre Jean Braecke, Sculpteur intime, Fernelmont, E.M.E. (L'Harmattan), , 138 p. (ISBN 978-2-8066-0023-3, lire en ligne)
  16. André Possot, « Thèmes et fantasmes de la machine dans la Bête Humaine », Les Cahiers naturalistes,‎ , p. 104-115
  17. Chine, Ciel et Terre, 5000 ans d’inventions et de découvertes, exposition organisée aux Musées royaux d'art et d'histoire de Bruxelles, du 16 septembre 1988 au 16 janvier 1989. Ouvrage collectif dirigé par Paul Vandebotermet, MRAH, 1988, Bruxelles, 438p. André Possot participe à la publication en tant que lecteur-correcteur.
  18. ADES H. (ouvrage collectif de l'Atelier d'écriture de l'Athénée Robert Catteau), Histoire dérobée, Fernelmont-Bruxelles, E.M.E. (L'Harmattan), , 58 p. (ISBN 978-2-8752-5060-5)
  19. Jacques Cels, Le cloître de sable, Bruxelles, Névrosé, 2020 (1ère éd.1998), 327 p. (ISBN 978-2-931048-46-7)
  20. Yehudit Kafri, Zosha, de la Vallée de Jezreel à l’Orchestre rouge, Bruxelles, Jourdan, (ISBN 978-2874666636)

Liens externes[modifier | modifier le code]