André Massepain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Massepain
Nom de naissance Virgile Solomonidis
Alias
André Kedros
Naissance
Bucarest, Drapeau de la Roumanie Roumanie
Décès
Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • La Grotte aux ours (1963)
  • Le Derrick aux abeilles (1961)

André Massepain (Bucarest, -1999), pseudonyme de Virgile Solomonidis[1], est un écrivain grec de langue française et un traducteur en langue roumaine[2], allemande[3] et anglaise[4]. Il a également publié sous le pseudonyme d'André Kedros. Auteur d'une douzaine de romans pour adultes, il a aussi écrit de très nombreux textes pour les jeunes qui lui ont valu plusieurs prix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1917 à Bucarest, Lycée et Licence, de parents grecs[5] (père Grec et de mère Austro-hongroise), Virgile Solomonidès a été étudiant à Prague où il obtient un Doctorat ès Lettres à l' "Université Carolinum". Après avoir soutenu et obtenu son Doctorat ès Sciences en 1938, il quitte Prague pour retourner en Roumanie. Mais après le décès précoce de sa première épouse, se trouvant alors célibataire, pourvu de bagages intellectuels de valeur pour l'époque - Diplômes de Prague-, il décide de vivre dans le Pays de son père (né à Corfou), et dont il aura gardé la nationalité grecque.  Si, auparavant en Roumanie, il était s'engagé politiquement dans des mouvements d'obédience gauche, il n'a jamais été dans le parti communiste. Il n'aura vécu en Grèce qu'environ cinq ans, jusqu'à la veille de la guerre civile en 1945, date à laquelle, en tant que professeur de Philosophie à l'Institut Français d'Athènes (I.F.A.) -en langue Française apprise à Bucarest, bien que de première langue Germanique-. C'est ainsi qu'il obtint une bourse de l'Education Nationale grecque (de même que sa soeur Aurélie et bien d'autres jeunes Grecs d'alors) pour partir pour la France à bord du bateau nommé Mataroa. Historiquement, ce départ organisé en accord par les Éducations Nationales de France et de Grèce, constituait alors un certain espoir d'épargner la "jeunesse intellectuelle" de la Grèce d'alors, dans les débuts de la Guerre Civile, pour leur permettre de parfaire leurs études en France (il est à corriger l'idée trop répandue, que le départ des étudiants grecs par le "Mataroa " était un moyen de partir pour Paris pour "des réfugiés politiques grecs" -idée bien peu acceptable quand on sait que ce voyage était organisé sous les surveillances des Ministères des deux Educations Nationales et de la Grèce, de la France mais aussi des autorités Allemandes, permettant à d'autres jeunes grecs d'obédiences politiques autres, droite comprise, ainsi que d'autres accompagnateurs, de partir pour Paris-).

Après son arrivée à Paris où André Kédros eut pour premier toit, le Pavillon Grec dans la Résidence Universitaire de Paris pendant plusieurs mois, par la suite, sans travail, il décrit des débuts difficiles. Aussi pour subvenir à ses besoins, il fait d'autres expériences de travaux centrés en psychopédagogie. Enfin, sollicité par l'Ambassade de Roumanie, il accepte à contre cœur, de travailler pour cette dernière, dont il démissionnera plus tard.

En 1949 -année officielle de la fin de la guerre civile grecque-, il fera une rencontre décisive avec Aragon, ce dernier lui ouvrant la voie d'Ecrivain avec admiration, par la reconnaissance de qualité de l'un de ses tout premiers livres, "Le Navire en Pleine Ville". C'est aussi ce qui lui permit d'être membre d'Honneur du "CNE", Le Comité National des Écrivains à Paris. En 1966, il écrit La Résistance grecque (1940-1944) — Paris : R. Laffont, coll. « L'Histoire que nous vivons », pour lequel il fut honoré de la Légion d'Honneur pour Étrangers. De 1966 à 1987, il crée et dirige, aux éditions Robert Laffont, la collection « Plein Vent » destinée aux adolescents, et par ailleurs, il continue d'écrire.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le père d'Hélène Ramdani, créatrice des éditions Le Navire en pleine ville (2007-2009)[6],[7] (en honneur de ce roman de même titre de son père). Sa soeur cadette, Aurélie Solomonidès, grecque également, a obtenu le titre de Docteur ès Histoire de l'Art à la Sorbonne, et fut professeur à l'Alliance Française de Paris.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Liste exhaustive[8].

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1948 : Le Navire en pleine ville — Paris : éditions Hier et Aujourd'hui ; 272 p.
  • 1949 : L'Odéon, récit suivi des Contes d'après décembre — Paris : éditions Hier et Aujourd'hui ; 255 p.
  • 1952 : Peuple roi[9] — Paris : Les Amis du livre progressiste (Les Éditeurs français réunis - EFR) ; 275 p.
  • 1954 : La Fleur nouvelle — Paris : EFR, 280 p.
  • 1955 : Les Carnets de Monsieur Ypsilante, homme d'affaires — « suivis de ses papiers personnels et des notes et digressions de l'éditeur » - Paris : EFR ; 347 p.
  • 1957 : Le Lit de Procuste — Paris : R. Julliard ; 339 p.
  • 1959 : Le Dernier Voyage du “Port Polis”[9] — Paris : éditions Albin Michel, 237 p.
  • 1961 : Le Verrou — Paris : A. Michel ; 309 p.
  • 1964 : Échec aux dames - Paris : EFR ; 191 p.
  • 1967 : Même un tigre — Paris : Flammarion ; 269 p.
  • 1972 : Le Soleil de cuivre - Paris : R. Laffont ; 184 p.
  • 1975 : L'Absence à vif — Paris : R. Laffont; 235 p.
  • 1981 : Le Rendez-vous du lac Majeur — Paris : R. Laffont, 310 p. (ISBN 2-221-00581-3)
  • 1985 : Le Feu sous la mer — Paris : R. Laffont, 253 p. (ISBN 2-221-04679-X)
  • 1991 : Le Grand Jeu de Basilio Salvo — Paris : R. Laffont, 244 p. (ISBN 2-221-07147-6)
  • 1994 : Une femme trop aimée — Paris : R. Laffont, 301 p. (ISBN 2-221-07630-3)
  • 1999 : Entre chien et loup — Paris : éd. Joëlle Losfeld, 159 p. (ISBN 2-84412-012-1)

Documents[modifier | modifier le code]

  • 1966 : La Résistance grecque (1940-1944) — Paris : R. Laffont, coll. « L'Histoire que nous vivons » ; 544 p.
  • 1986 : Les Socialistes au pouvoir en Europe, 1981-1985 — Paris : Plon, 403 p., (ISBN 2-259-01431-3)
  • 1990 : L'Homme à l'œillet — « L'itinéraire d'un jeune intellectuel grec dans la France des années 50 » ; Paris : R. Laffont, 345 p. (ISBN 2-221-06492-5)

Littérature pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • 1959 : La Fusée mystérieuse — Illustr. de Françoise Bertier, éditions G. P., coll. « Rouge et Or » Souveraine no 138, 188 p., roman
  • 1960 : Le Derrick aux abeilles — Illustr. de Daniel Dupuy, coll. « Rouge et Or » Souveraine no 152, 188 p., roman
  • 1961 : Une affaire atomique — Illustr. de Raoul Auger, coll. « Rouge et Or » Souveraine no 162, 188 p., roman
  • 1962 : Les Secrets de l'étang — Illustr. de Jacques Pecnard, coll. « Rouge et Or » Souveraine no 180 ; 188 p., roman
  • 1963 : La Grotte aux ours — Illustr. de Jean Sidobre, Société Nouvelle des Éditions G. P., coll. « Rouge et Or » Souveraine no 193 ; 188 p., roman
  • 1967 : L'Île aux fossiles vivants — Illustr. de Jean-Olivier Héron, éditions Robert Laffont, coll. « Plein vent » no 24 ; 253 p., roman
  • 1974 : Les Flibustiers de l'uraniumÉditions Robert Laffont, coll. « Plein vent » no 105 ; 248 p., roman
  • 1977 : Légendes de la Grèce antique et de Rome — Illustr. de Jean Retailleau ; Paris : Hachette ; 154 p.
  • 1979 : Les Plus Belles Légendes de l'Odyssée — D'après Homère. Adapté par André Massepain ; Illustr. de Jean Retailleau, 155 p., Paris : Hachette, 1979
  • 1981 : Un lion chez le coiffeur — Images d'Alain Millerand, Paris : Magnard, 28 p., livre d'image
  • 1981 : Pourquoi le mille-pattes n'a pu rendre visite au grillon — Images de Merel, Paris : Magnard, 22 p., livre d'image (ISBN 2-210-99406-3)
  • 1982 : Elle est ronde, toute ronde — Images de Mérel, Paris : Magnard, 21 p., livre d'image
  • 1982 : Le Rayon des étoiles — Images d'Évelyne Drouhin, Paris : Magnard Jeunesse, 27 p., livre d'image (ISBN 2-210-99410-1)

Édition scolaire[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. André Massepain à Babelio.com.
  2. Notice n°: FRBNF32596392 de la Bibliothèque nationale de France.
  3. Notice n°: FRBNF35187963 de la Bibliothèque nationale de France.
  4. Notice n°: FRBNF32993772 de la Bibliothèque nationale de France.
  5. Bulletin no 66 (octobre 1999) du CRILJ.
  6. Éditions Le Navire en pleine ville.
  7. Le Navire en pleine ville fait naufrage, Emmanuel Beiramar, Fantasy.fr, 28 juillet 2009.
  8. La 1re date est celle de la 1re édition.
  9. a et b Sous le pseudonyme d'André Kedros.
  10. a, b et c André Massepain, Claude Blum, André Benattar, Christian Melka

Liens externes[modifier | modifier le code]