Amazigh Kateb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un musicien image illustrant algérien
Cet article est une ébauche concernant un musicien algérien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kateb.
Amazigh Kateb
أمازيغ كاتب.jpg

Amazigh Kateb au chant et au Guembri en concert.

Naissance
Nationalité
Activité
Mouvement
Père
Œuvres réputées
Cheikh Sidi Bémol (1998)
Souk System (2003)
Marchez noir (2009)

Amazigh Kateb est un auteur-compositeur-interprète, chanteur et joueur du Guembri algérien, né le à Staoueli dans la wilaya d'Alger.

Arrivé en France en 1988, il est la figure principale du groupe grenoblois, Gnawa Diffusion (groupe né en 1992) et fils du célèbre écrivain Kateb Yacine[1],[2], fondateur de la littérature algérienne moderne (Nedjma, Le cercle des représailles…).

Il mélange les styles traditionnels africains tels que le gnawi, chaâbi et raï, ainsi que des styles plus internationaux comme le hip hop, rock, reggae, ragga et electro[3].

Gnaouas ou Gnawas[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gnaouas.

Les Gnaouas ou Gnawas sont, uniquement pour une partie d'entre eux, des descendants d'anciens esclaves issus de populations d'origine d'Afrique noire (Sénégal, Soudan, Guinée...).

Le terme de Gnawa se réfère aussi à une population qui regroupait des rois éthiopiens déchus par la colonisation européenne, qui s'étaient installés en Guinée.

La musique Gnawa (pluriel du mot « Guinée » veut dire les gens de « Guinée » ) est une musique noire africaine qui a été exportée vers le Maghreb (essentiellement vers l'Algérie et le Maroc) où elle a été integrée aux rythmes locaux d'influence arabe, berbère ou turque. Amazigh revendique d’ailleurs l’africanité et le mélange de cultures de l’Algérie qui n'est ni blanche ni noire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il né le à Staoueli dans la wilaya d'Alger.

Il migre avec son père à Grenoble, en France en 1988.

En 1992, il fonde le groupe Gnawa Diffusion[2].

Il participe à la bande origianle du long métrage Salut cousin ! de Merzak Allouache, sorti en 1996[4].

Il compose la musique du court métrage « La dévoilée femme´' » de Hamid Krim (utilisant le nom Hamid Tassili), sorti en 1998[5]

En 1999, est publié, Minuit passé de douze heures : écrits journalistiques, 1947-1989, où il a réuni, avec la collaboration de Zebeida Chergui, des écrits de son père.

En 2003, il est président de l'association Avenir et mémoire[6].

Amazigh Kateb a quitté le groupe de ses débuts pour se lancer dans une carrière solo depuis 2007, afin de se consacrer plus à ses projets personnels, notamment celui de travailler quelques textes de son défunt père en chanson.

De 2005 à 2010 il participe au documentaire musical Tagnawittude réalisé par Rahma Benhamou El Madani et sorti en 2010[7].

En 2006, il participe au groupe Désert Rebel pour lesquels il chante et joue du gumbri[8].

Il annonce la sortie de son premier album, Marchez noir pour le 17 octobre 2009, date symbolique, en référence au Massacre du 17 octobre 1961[9].

En 2014, il enfile pour la première fois la veste du comédien en jouant Nouredine, le rôle principal, aux côtés de Rachida Brakni, dans l'adaptation cinématographique du roman d'Arezki Mellal, Maintenant ils peuvent venir sorti en 2015[10].

En 2015 il commence une tournée en trio avec Karim Ziad, batteur et chanteur et Ptit Moh (Mohamed Abdenour qui jouait également dans Gnawa Diffusion), joueur de mandole et de oud[11].

Le 9 octobre 2015, il joue au 5e OCT-LOFT Jazz Festival à Shenzhen, en Chine et prépare, avec Karim Ziad, un album pour février 2016[3],[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Liste contenant ses œuvres publiée sous son nom ou sous le nom du groupe Gnawa Diffusion[13] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]