Alexander Mackenzie (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alexander Mackenzie
Illustration.
Fonctions
2e premier ministre du Canada

(4 ans, 11 mois et 2 jours)
Élection 1874
Monarque Victoria
Gouverneur Frederick Temple Hamilton-Temple-Blackwood
Prédécesseur John A. Macdonald
Successeur John A. Macdonald
Membre du Parlement canadien pour Lambton, Membre du Parlement canadien pour York-Est

(15 ans)

(10 ans)
Prédécesseur Alfred Boultbee
Successeur William Findlay Maclean
Chef du Parti libéral du Canada

(7 ans, 1 mois et 21 jours)
Prédécesseur George Brown (officieusement)
Successeur Edward Blake
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Logierait (Écosse, Royaume-Uni)
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Toronto (Ontario, Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti libéral
Conjoint Helen Neil
Jane Sym
Enfants Mary Mackenzie
Profession Maître d'ouvrage
Architecte
Ingénieur
Écrivain
Religion Presbytérianisme
Baptisme

Signature de Alexander Mackenzie

Alexander Mackenzie (homme politique)
Premiers ministres du Canada

Alexander Mackenzie (né le et mort le ) est un homme d'État. Il est le deuxième premier ministre du Canada, poste qu'il occupe du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Logierait, en Écosse, il émigre au Canada en 1842 après avoir complété son éducation dans des écoles publiques de Perth, Moulin (en), et Dunkeld, en Écosse[1]. Mackenzie épouse Helen Neil (1826-1852) en 1845 ; ils auront trois enfants (dont une fille seulement survit à l'enfance). En 1853, il épouse Jane Sym (1825-1893).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Quand le gouvernement Macdonald tombe à la suite du scandale du Pacifique en 1873, le gouverneur-général, Lord Dufferin, doit faire appel à quelqu'un pour former un gouvernement. Il n'y a alors aucun chef clair du Parti libéral.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Mackenzie est le quatrième appelé et le premier à accepter le poste de premier ministre. Il forme un gouvernement et demande ensuite au gouverneur-général de déclencher des élections pour janvier 1874. Les libéraux sont alors élus, et Mackenzie devient premier ministre jusqu'aux élections de 1878.

En tant que premier ministre, Mackenzie travaille à la réforme et la simplification de la machine gouvernementale. Il introduit le bulletin de vote secret, crée la Cour suprême du Canada, établit le Collège militaire royal du Canada à Kingston, en Ontario, en 1874. Il crée également le poste de vérificateur général en 1878 et lutte pour lancer un système de chemin de fer national.

Défaite par les conservateurs de Macdonald[modifier | modifier le code]

Quand les conservateurs de Macdonald sont revenus au pouvoir avec un gouvernement majoritaire, Mackenzie demeure chef de l'Opposition jusqu'en 1880, quand il cède la direction du Parti libéral à Edward Blake.

Bien qu'il soit alors de coutume que le monarque britannique fasse chevalier tous les premiers ministres canadiens, Mackenzie refuse l'offre à cause de son héritage écossais.

Décès[modifier | modifier le code]

Il meurt à Toronto d'une mauvaise chute où il se blesse la tête. Il est enterré au cimetière Lakeview, à Sarnia (Ontario).

Vie privée[modifier | modifier le code]

Helen Neil Mackenzie ( - ) futest la première épouse d'Alexander Mackenzie. Elle a trois enfants et meurt après sept ans de mariage. Helen et Alexander n'eurent qu'un seul enfant qui survit (les deux autres meurent très jeunes) : une fille, nommée Mary Mackenzie. C'est à cause d'Hélène, qui a déjà émigré au Canada avec sa famille, qu'Alexander décide ui-même de venir au Canada.

Presbytérien de famille, il devient baptiste [1]. En Écosse, il est membre d’une église baptiste à Irvine. Au Canada, il est un membre de l'église baptiste Bunyan, près de Sarnia, où il assure la direction de culte. À Ottawa, il est membre de la First Baptist Church, sur la colline du Parlement. À Toronto, il devient membre de la Jarvis Street Baptist Church.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b William H. Brackney, Historical Dictionary of the Baptists, Scarecrow Press, USA, 2009, p. 358
  2. Élections Canada, « Résultats Élection fédérale canadienne de 1891 », sur lop.parl.ca (consulté le )
  3. Élections Canada, « Résultats Élection fédérale canadienne de 1887 », sur lop.parl.ca (consulté le )
  4. Élections Canada, « Résultats Élection fédérale canadienne de 1882 », sur lop.parl.ca (consulté le )