Albert Ayme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Ayme
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 91 ans)
Paris
Nationalité
française
Activités
Autres activités
Distinctions
Sites web

Albert Ayme né le à Saint-Geniès-des-Mourgues et mort le à Paris[1] est un peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Ayme débute la peinture dans les années 1950. Pour se consacrer à son œuvre, il démissionne de son poste d'ingénieur du Génie rural au ministère de l'Agriculture en 1960.

Albert Ayme est un peintre non figuratif et un théoricien. Il fonde son propre langage pictural en usant du vocabulaire géométrique dès 1966 et élabore une technique musicale de la peinture en inventant un fonctionnement de la couleur par sa méthode du « tressage des trois couleurs primaires » : chromatisme, mise en abyme, canon, contrepoint, etc.[2] Son dernier livre, Écrits d'un peintre, réunit tous ses textes.

Il conçoit en 1962 les concepts de « relief soustractif » et de « toile libre », celle-ci ainsi dénommée car non montée sur châssis, préfigurant ainsi les recherches du groupe Supports/Surfaces[3].

Il réalise des œuvres pour l’architecture, dont une sculpture modulaire à La Seyne-sur-Mer[4]. En 1970, en co-réalisation avec son fils Giney Ayme, il réalise pour le cinéma Publicis-Matignon du rond-point des Champs-Élysées le décor des murs, du plafond et le rideau de scène[5]. Pour l’université de Lille à Villeneuve-d'Ascq, il réalise les parements de trois pyramides monumentales[6]. Il peint huit grandes peintures, Hommage à van Gogh, pour l'École normale supérieure de Lyon[7]. Il dessine deux tapisseries monumentales d’Aubusson pour l’hôtel de Rochefort de Poitiers, siège de la DRAC Poitou-Charente[8], et 17 vitraux pour l’église du XIe siècle à Dampierre-sur-Boutonne en Charente-Maritime (Direction du Patrimoine)[9].

Son travail a souvent été remarqué par des intellectuels, écrivains et poètes, philosophes, historiens et musiciens du XXe siècle, dont il a parfois été l'ami : Francis Ponge, Giorgio Morandi, Roland Barthes, Philippe Sollers, Michel Butor[10], Roger Laporte, Jacques Henric, Frédéric Jacques Temple, Jean-François Lyotard, Catherine Millet, Dora Vallier, Jean Petitot, Jean-Yves Bosseur.[réf. nécessaire]

Il réalise en 1966 des illustrations pour le texte L'Araignée de Francis Ponge dans une édition de bibliophilie[11].

Le musée Réattu à Arles a exposé en 2007 ses Reliefs soustractifs de 1962[12] et a acquis La Haute Note jaune de 1989 : trois suites de 27 pièces « à la gloire de van Gogh »[13].

Albert Ayme est nommé chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres en 1996[3].

Ses œuvres sont conservées au musée d'Art moderne de Céret[14], musée des Beaux-Arts de Rouen, musée des Beaux-Arts de Carcassonne, musée Cantini à Marseille et musée d'Art moderne de Paris.[réf. nécessaire]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Écrits d'un peintre : 1962-1997, Édition Traversière, 1998 (ISBN 2-903551-13-8).
  • Stratégies picturales, Édition Traversière, 1990 (ISBN 2-903551-06-5).
  • Une amitié discrète, Édition Traversière, 1999 (ISBN 2-903551-14-6).
  • Triple suite en jaune à la gloire de van Gogh, Albert Ayme, Michel Butor, Michel Sicard, 32 illustrations couleur, 22 croquis couleur et noir et blanc, 1987.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « matchID - moteur de recherche des personnes décédées », sur deces.matchid.io (consulté le 16 août 2020)
  2. Sémiotiques, Numéros 1 à 5, Didier-érudition, 1991, p. 138.
  3. a et b « Hommage à Albert Ayme. Jusqu'au 22 mars 2015 », montpellier3m.fr.
  4. Seyne Ouverte, « Mais où est donc passée la sculpture d’Albert Ayme ? », sur Seyne Ouverte, (consulté le 19 mai 2017).
  5. L'Architecture d'aujourd'hui, numéros 153 à 158, 1971, p. 220.
  6. « Albert Ayme », sur www.mairie-villeneuvedascq.fr (consulté le 19 mai 2017).
  7. « Triple suite en hommage à Van Gogh (Albert Ayme) - atlasmuseum », sur publicartmuseum.net (consulté le 19 mai 2017).
  8. « FlowersWay - DRAC Poitou-Charentes : Nuicts (tapisseries de Albert Aymé - commande publique) », FlowersWay,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mai 2017).
  9. « BWE- 13006- Saint-Pierre - Dompierre sur Boutonne- Vitraux d'Albert Ayme- », sur Flickr (consulté le 19 mai 2017).
  10. Lucien Giraudo, Michel Butor le dialogue avec les arts, Presses Universitaires du Septentrion, 2006, p. 196.
  11. Bernard Vouilloux, Un art de la figure : Francis Ponge dans l'atelier du peintre, Presses Universitaires du Septentrion, 1998, p. 224-225.
  12. L'Art Aujourd'hui, « Double Exposition Albert Ayme 1962, Le Relief Soustractif Triple Suite En Jaune À La Gloire De Van Gogh - Art Aujourd'hui », sur www.artaujourdhui.info (consulté le 19 mai 2017)
  13. a.longuet.free.fr
  14. musee-ceret.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Colloque[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]