Dora Vallier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dora Vallier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Formation
Activité
Famille
Pierre Rouve
Conjoint
Luben Todorov
Père-Lachaise - Division 11 - Todorov 01.jpg
Vue de la sépulture.

Née à Sofia en 1921, Dora Ouvalieva est une historienne de l'art moderne. Elle quitte la Bulgarie en 1950 et s'installe à Paris. En France, elle rencontre Christian Zervos, grâce auquel elle commence sa carrière de critique d'art. Elle décède en 1997.

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle étudie l'art byzantin et obtient sa thèse à l'université de Padoue. Elle commence sa carrière en 1953 en rejoignant les éditions Cahiers d'art, prenant la succession de Jacques Dupin. C'est ainsi qu'elle rencontre Georges Braque[1], Picasso et de nombreux grands artistes du XXe siècle.

Elle étudie notamment le travail de Serge Poliakoff, de Jacques Villon et particulièrement celui du Douanier Rousseau, dont elle est une spécialiste reconnue. Les éditions Flammarion publient ainsi en 1963 une importante monographie de Dora Vallier consacrée à Henri Rousseau. À partir de cette date, elle s'éloigne de Christian Zervos mais elle conservera de son étroite collaboration avec lui la ligne directrice de ses réflexions : la figuration post-abstraite, qu'elle défendra toute sa carrière.

En 1967, elle publie aux éditions Pluriel Le livre retrace l'histoire de l'abstraction, son apparition dans la peinture et la sculpture. À travers Kandinsky, Mondrian et Malévitch, Dora Vallier met en lumière la rigueur et l'importance de ce courant qui dépasse la figuration. Plus généralement, elle propose une introduction très documentée et illustrée sur l'art du XXe siècle.

En 2013, ses travaux ont été présentés dans le cadre d'une exposition[2] au musée Zervos à Vézelay.

Du 18 octobre 2013 au 23 février 2014, l'exposition au musée d'art moderne de Paris consacrée à Serge Poliakoff met à l'honneur ses études sur le peintre[3].

Au cours de sa carrière, elle aura publié de nombreux catalogues et collaboré à de nombreuses revues comme L'Œil, XXe siècle ou encore la revue américaine Arts news and reviews.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ina.fr/audio/PHD99222318 : Dora Vallier parle de sa rencontre avec Georges Braque.
  2. Musée Zervos, « Hommage à Dora Vallier », Dossier de presse,‎ (lire en ligne)
  3. GAYA - La nouvelle agence, « Serge Poliakoff », sur www.mam.paris.fr (consulté le 1er mai 2016)